Tous les secrets du muesli parfait

Ces ingrédients mêlés,
Choisis avec soin, gourmandise & conscience,
Aux premiers rayons de chaque aube,
Créèrent une synergie particulière & unique,
Qui lui apportèrent l’essence d’une magie chaque jour renouvelée,
Lui permettant ainsi de Vivre plus intensément & pleinement les merveilles lui tendant les bras.

 

 ✤ ✤ ✤

 

À l’autre bout du monde, dans des contrées exotiques,
Ou au creux de notre doux pays, en chacun de nos foyers,
Cette même synergie se révèle à tous pour accompagner chacun de nos réveils.

L’aube
Cet instant suspendu entre la nuit, les étoiles, le côté sombre, et le soleil, le ciel bleu, cette lumière apparaissant & orchestrant la naissance d’un ballet sensoriel.

Au creux de la Nature,
Le chant d’oiseaux, timide au début, s’intensifiant au rythme de la naissance du jour.
La danse des arbres, de leurs feuilles, des fleurs.
Les gouttelettes de rosées, kaléidoscope de douceur étincelante.
La Vie qui prend vie, qui respire, dont le rythme serait l’écho du cœur de cette Terre bien vivante.

Au creux des grandes villes,
Le silence régnant, magnifique contraste avec toutes ces Vies qui vibrent paisiblement dans leurs songes.
Bientôt, des lumières viendront percer d’étincelles blanches & jaunes ces grands bâtiments gris.
Des radios lanceront leurs petits bulletins de nouvelles, de musique, de notes d’humour, de petites tranches de réflexions. Des théières siffleront, des enfants chahuteront, des chats ronronneront, quelques pigeons mal aimés viendront pousser quelques roucoulements.
Des centaines, des milliers d’âmes émergeront peu à peu, leur regard encore un peu embrumé pour certains, tandis que d’autres auront des étincelles rieuses dans les leurs.
Chacun son rythme, chacun son temps de la journée bien à lui.

bocal muesli parfait vue dessus macro

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai chéri l’aube. Énormément. Tendrement.
Autre que le ballet de l’éveil urbain ou rural auquel j’aime songer & observer pour mieux ressentir ce qui m’entoure & me sentir liée à ce monde, l’aube a un petit quelque chose qui va au-delà de ces traits précieux… des reflets colorent mes aubes de notes sacrées, imprégnées de sens, d’étincelles, de symboles qui, toutes reliées, me porteront tout au fil de ma journée ✩
Elles sont mon rituel matinal, succession de moments doux & symboliques, que j’ai pris l’habitude de réaliser en tissant au fil des mois & années, des éléments me permettant de nourrir mon corps, mon cœur & mon esprit.
Les premières minutes d’une journée ont de l’importance : ce sont elles qui vont donner le ton au reste de notre journée, et c’est donc un temps idéal pour insuffler à notre journée les couleurs que l’on veut lui donner.
(J’écrirai un article sur mon rituel matinal, le sujet intéressant plusieurs d’entre vous, et vous en dirai plus à ce moment-là. Merci pour votre patience ♡)

muesli-parfait-pique-nique-(paysage)floute

En voyage, au Mexique, j’ai conservé cette habitude de laisser mon réveil se faire naturellement. Rapidement – le temps d’adaptation à l’heure locale j’imagine – j’ai retrouvé une certaine symbiose physiologique avec ce moment qui m’est si magique.
Je me réveillais lorsque la Vie commençait à s’éveiller en couleurs & musique.
L’Être partageant ma vie ayant un autre rythme de sommeil, je me laissais émerger en douceur.
Au Mexique, j’ai délaissé mon rituel français, et au fil des jours, s’est structuré naturellement un autre rituel, comme si mes racines s’étaient rétractées, et adaptées à cet autre sol, cette autre Terre.
Je méditais généralement quelques minutes en synchronisant ma respiration sur un rythme doux & énergétique à la fois, et réalisais ensuite quelques postures de yoga avec une grande lenteur, comme pour accompagner mon corps en douceur dans son réveil.
Je préparais ensuite notre petit déjeuner : deux mueslis, chacun différent & adapté à notre personne.
Chacun composé avec amour, conscience, délicatesse.
Chaque synergie nutritionnelle avait été confectionnée selon nos besoins personnels.
La synergie gustative en découlant était unique & merveilleuse à notre palais.
Nous dégustions notre bol de muesli féerique en observant la nature environnante, en écoutant cette musique exotique interrompue parfois par quelques échanges de mots tendres.
Chaque bouchée m’apparaissait comme un geste d’amour synchronisant les besoins physiques de mon corps à la sensibilité de mon cœur.
Une synergie holistique me permettant d’amorcer chacune de mes journées de la plus merveilleuse manière qui soit.

De retour en France, j’y suis revenue régulièrement.
J’alterne désormais entre mon Petit Déjeuner de Fée, ce Muesli Féerique, et ce porridge dont la composition est autrement symbolique & magique (cette troisième vous sera contée dans La Bible des superaliments).
J’alterne, change, chacune des compositions.
M’adaptant au temps du ciel, à la météo de mon cœur, aux besoins de mon corps.

Le secret de la synergie de ce muesli réside dans le choix de quelques ingrédients, le respect de certaines réalités physiologiques, et l’adaptation de chacun de ses composants pour soi-même.

Je vous livre tout ceci ici, dans l’espoir que les synergies créées vous apporteront tout autant de douceur & de subtilité pour amorcer vos journées d’une merveilleuse teinte.

 ✤ ✤ ✤

 

Concevoir & personnaliser son muesli sain

ingredients-muesli-parfait-vegan-superaliments-montage

Flocons

La base est constituée de flocons.
Les flocons sont des céréales (avoine, riz, blé, orge, petit-épeautre, millet), pseudo-céréales (quinoa, sarrasin), amylacées (châtaignes), ou légumineuses (pois chiche, haricots azukis, soja, etc.) qui ont été précuits à la vapeur, et qui ont ensuite été pressés afin de les aplatir… dont leur petite forme toute fine.

Tous les flocons peuvent être utilisés dans nos mueslis, excepté les châtaignes non toastées & les légumineuses, celles-ci nécessitant une cuisson pour être digestes.
D’autres devront être évités par certaines personnes ayant un transit sensible : blé, orge, petit épeautre, seigle, kamut (qui sont mieux tolérées après qu’elles aient été cuites – dans un porridge ou autre recette salée).
On peut choisir un ou plusieurs flocons afin de réaliser des mélanges, et ainsi faire varier l’apport nutritionnel, chacune ayant des petites pépites nutritionnelles que les autres n’ont pas forcément.

J’apprécie beaucoup les flocons d’avoine pour son goût doux & son moelleux, ainsi que ses propriétés nutritionnelles : stimulante thyroïdienne, elle est réchauffante, et hypoglycémiante (les diabétiques en feront une de leurs flocons chouchou). Étant légèrement encrassante, certains profils devront donc l’éviter (personnes en surpoids, profil Naturopathique de type «sanguin», personne produisant beaucoup de mucus, etc.).
Les flocons de riz font parties de ceux qui seront le mieux digérés & assimilés : riche en vitamine B1 (importante pour notre système nerveux), selon l’Ayurvéda, elle serait la céréale la mieux équilibrée yin / yang.
Les flocons de sarrasin sont riches en calcium, et donc conseillés aux femmes enceintes & aux enfants en croissance. Ils ont l’avantage d’être réchauffants sans être encrassant, et peuvent donc être consommés par les «sanguins» (profil Naturopathique). Réputée comme étant la (pseudo)céréale la plus yang, on l’alternera avec d’autres régulièrement.
Les flocons de quinoa ont un goût très prononcé par rapport aux autres : la quantité sera à adapter selon nos préférences gustatives, en les mélangeant à un ou deux autres flocons.

Les flocons représentent environ deux tiers de ce muesli : une quantité que l’on pourra légèrement faire varier en se souvenant que trop de noix (oléagineux) et/ou trop de fruits secs peuvent fatiguer notre foie et/ou notre pancréas, notamment si notre constitution Naturopathique est «bilieux», le foie étant plus fragile chez ces personnes.

melange ingredients muesli-paysage 1

 

Noix / oléagineux

Les noix / graines / oléagineux regroupent les noix de Grenoble, les noix de cajou, les graines de chia, les graines de chanvre, les noix du Brésil, ainsi que les graines de tournesol, sésame, courge & lin.
Chacune d’elles a des propriétés nutritionnelles différentes, un goût plus ou moins discret, et une texture plus ou moins fondante ou craquante.
Celle dont le profil nutritionnel tend vers un idéal physiologique convenant à tous nos profils est la graine de chanvre : une véritable pépite que la Nature nous a offerte, et que l’on gagnerait tous à inclure plus régulièrement dans nos habitudes, sous ces différentes formes
On choisira celle(s) que l’on désire glisser dans notre muesli en fonction de nos préférences gustatives, en essayant également de tendre vers un équilibre nutritionnel en fonction du reste de nos habitudes & consommation en acides gras (avec les huiles, les purées d’oléagineux les plus courantes dans notre foyer).

Les noix / graines / oléagineux sont extrêmement bénéfiques à plus d’un titre : outre un profil lipidique (leurs acides gras) plus intéressant que la majorité des aliments se retrouvant dans les habitudes alimentaires de notre société (produits laitiers, margarines, viandes & charcuterie, plats préparés, gâteaux du commerce, etc.), elles sont dépourvues de cholestérol, apportent de nombreux minéraux & oligo-éléments (contrairement aux produits raffinés précédemment cités, carençants & carencés), et une petite portion de protéines végétales (couleur 4).
Cependant, même si leurs atouts sont nombreux, il n’en reste pas moins que ces petites merveilles sont faites de plus de deux tiers d’acides gras ce qui en fait des aliments riches en graisses. Notre consommation doit donc s’ajuster à cette réalité, nos besoins & notre profil. Certains végéta*iens / vegan, ou certaines branches de courants alimentaires (crudivorisme) viennent parfois à consommer trop de ce type d’aliments. Sur le long terme (j’insiste), certains déséquilibres physiologiques peuvent s’installer, et se creuser, faisant naître plusieurs troubles (digestifs, hormonaux) se manifestant en plusieurs maux (acné, SPM, dysménorrhée, mauvaise digestion, troubles du transit, hémorroïdes, fatigue hépatique, etc.).
La quantité de noix / oléagineux / graines devrait toujours représenter moins d’un tiers, voir – tout au plus – la moitié d’une recette (bien sûr, on s’ouvrira à des exceptions gourmandes occasionnellement pour déguster certains desserts de fête et/ou s’accorder des plaisirs hebdomadaires).

Une de mes noix préférées sous sa forme entière est la noix de cajou.
Je l’avais déjà mentionné à quelques reprises : j’aime sa forme de demi-lune, sa texture soyeuse & moelleuse, sa couleur crème & laiteuse…
Déguster des noix de cajou, c’est étendre le monde de la nuit dans cet aube qui s’illumine… Un peu comme si la lune nous avait glissé des étincelles lui appartenant, pour étendre nos songes à notre réveil, et en faire un pont de douceur.
Elle a également l’avantage d’être une des noix les plus digestes qui soient : on la recommande aisément pour les personnes ayant des difficultés à digérer certaines noix, sujets à des intolérances alimentaires, ou ayant un foie sensible (de par un déséquilibre physiologique s’étant déclaré au cours de leur vie, ou leur profil Naturopathique présent dès leur naissance).
La graine de sésame complète est la championne en calcium : les femmes enceintes, allaitantes, les enfants & adolescents en croissance peuvent l’adapter sans hésiter. L’amande en contient également une belle part, et alterner entre elles deux est une délicieuse habitude vers laquelle tendre.
La noix du Brésil (aussi appelée «noix d’Amazonie») est l’aliment au monde contenant le plus de sélénium, un oligo-élément emplis de nombreux rôles : antioxydant & servant de co-facteur & d’enzymes dans une multitude de processus physiologiques. La noix de Grenoble est riche en oméga 3, et son ratio 3/6 est équilibré, ce qui est rare au sein des noix / oléagineux, la majorité contenant trop d’oméga 6 ou principalement des omégas 9. Une vague de célébrité a propulsé les graines de chia au sommet, et s’il est vrai qu’elles sont très intéressantes nutritionnellement (et culinairement) parlant, il faut aussi relativiser ses richesses. Très intéressante pour les hommes à partir de 30 ans, en cas de parasites intestinaux & relativement riches en zinc en comparaison aux autres denrées végétales, les graines de courge ont elles aussi des atouts pour beaucoup d’entre nous.

melange-noix---muesli-feerique

 

Superaliments

Les superaliments sont un poème de Vie à eux seuls.
Couleurs, goûts, textures, pépites nutritionnelles s’étendent dans une symphonie de vie qui dépasse largement les richesses des autres aliments.
En attendant de pouvoir vous délecter de tous leurs secrets dans notre bible des superaliments, on peut se plonger dans des articles Pastel passés (la liste des liens ci-dessous), ainsi que s’inspirer des recettes proposées dans certains ouvrages sur le sujet qui apparaît au fil des mois, chacun joliment illustré.

Dans nos mueslis de voyage, on peut y glisser de la farine de coco et/ou de la caroube du Pérou (pour les transits paresseux en voyage), de la maca et/ou une pointe de guarana en poudre (pour booster notre énergie si notre journée s’annonce chargée de découvertes).
Chez nous, nos mueslis pourront s’enrichir de cacao cru et/ou de germe de blé (pour la régulation de notre système nerveux), d’açaï (pour ceux ayant besoin de booster leurs apports en antioxydants), d’acérola ou de camu-camu (immunité & énergie ponctuelle), de pollen frais, de lucuma (besoin de douceur / énergie maternelle).

Si mes choix changent au fil de mes besoins & jours, selon mes ressentis, lorsque je dois préparer en avance mon muesli de voyage, je glisse généralement de la farine de coco, avec quelques éclats de fèves de cacao cru, et parfois une pointe de lucuma.

La quantité de superaliments à glisser dans nos mueslis doit s’adapter en fonction du choix du superaliment lui-même (certains superaliments ne devant pas être dosés comme d’autres !) : une moyenne de 10 à 40 g pour 100 g de muesli est un idéal vers lequel tendre.

melange-superaliments---muesli-feerique

 

Fruits séchés

Les fruits séchés apportent une note sucrée : une façon naturelle de sucrer notre petit déjeuner sans avoir à faire appel à un sucrant liquide, peu pratique à transporter lors de voyage.
Dattes, raisins, figues, pruneaux, abricots sont les plus connus, on trouve également des aguaymentos, mûres, myrtilles, cranberries, bananes, pommes, ananas, et papayes : un large choix à adapter selon nos goûts !
Les plus gros (abricots, figues, dattes, bananes) seront coupés en plus petits morceaux des raisons pratiques, tandis que les plus petits (raisins, aguaymentos, myrtilles, mûres).
On veillera toujours à les choisir de qualité biologique, pour s’assurer qu’ils sont exempts d’additifs alimentaires (la couleur orange des abricots séchés est possible grâce à l’ajout d’additif alimentaire), et ont été séchés à une température respectueuse de la fragilité des micro-nutriments qu’ils contiennent.

La banane est celle contenant le plus de potassium (important pour la régulation de notre système nerveux, ainsi que pour notre équilibre hydrique souvent mis à mal dans notre société avec la surconsommation de sel) & la plus alcaline qui soit, tandis que les figues & les dattes sont un duo à retenir pour ceux souhaitant enrichir leur apport de calcium (végéta*iens, femme enceinte & allaitante, enfant en croissance). Les myrtilles séchées sont des merveilleuses pépites d’antioxydants, et les abricots ainsi que les aguaymentos sont les plus riche en bêtacarotène (micronutriment aux multiples richesses, et notamment important pour aider notre peau à se protéger efficacement contre le soleil).

Les fruits séchés consommés pendant un repas (muesli, tajine), ou à la fin d’un repas (comme un dessert) sont mieux digérés que les fruits frais. Ces derniers devraient toujours être consommés en dehors des repas (exception faite des bananes – bien mûres – qui sont de la famille des amylacées, et sont donc digérées différemment) afin de respecter une réalité physiologique toute simple : les fruits (étant composés de sucres simples) commencent à être digérés / dégradés lorsqu’ils arrivent dans nos intestins (comme tous sucres simples) ; pris à la fin d’un repas ou au cours d’un repas, ils doivent donc attendre que le reste de notre bol alimentaire entame son processus de dégradation / digestion dans notre estomac, et vont ainsi commencer à fermenter, et peuvent engendrer des ballonnements & autres maux digestifs.
Le processus de séchage des fruits va oxyder les acides des fruits, et les rendre ainsi moins acidifiants (voir alcalinisants pour certains si le processus de fabrication est de qualité), et sont donc plus digestes pouvant se glisser dans nos petits déjeuners pour une digestion & une assimilation de meilleure qualité.

Je ressens peu le besoin de sucrer mon muesli, et utilise donc les fruits séchés en petite quantité. Nous avons tous une sensibilité au sucre différente : certains sont plus bec sucré que d’autres, et chacun peut adapter la quantité de fruits séchés en fonction de ses préférences gustatives en se basant sur une fourchette pouvant allant d’un sixième à un quart du poids total du muesli.

Telle une jolie pochette surprise gustative, j’apprécie énormément avoir goûter la succession de bouchées différentes alternant touche de sucrée avec mes fruits séchés favoris (raisins secs verts, figues, mûres, dattes), tandis que d’autres me révèleront plus d’amertume (cacao cru)…

verser muesli bocal

 

Huile végétale

Glisser un filet d’huile dans son muesli peut sembler étrange, cette particularité étant peu commune dans la composition des mueslis, mais cette petite touche contient plusieurs intérêts tant gustatifs que nutritionnels : les acides gras présents sous forme d’huiles sont mieux digérés que ceux présents dans les noix / oléagineux, et il est donc intéressant d’équilibrer notre apport huile / noix en favorisant plus régulièrement des touches d’huiles délicieuses & variées, et tendre vers une réduction des noix / oléagineux entières & sous forme de purées d’oléagineux (pour les raisons évoquées précédemment).

La plus intéressante nutritionnellement parlant reste la chanvre, mais son goût contrastant énormément avec celui du muesli, peu l’apprécieront.
L’huile de coco, macadamia, noix ou noisettes se mêlent délicieusement à n’importe quel muesli, lui apportant une touche exotique & parfumée (coco / macadamia), ou délicatement pralinée (noix / noisette).
En voyage : seules la coco & la macadamia pourront trouver une place dans notre petite trousse gourmande, les 2 autres devant être conservées au réfrigérateur, leurs acides gras étant sensibles à la chaleur.
L’huile de coco est la plus intéressante pour une multitude de raisons, et compte aussi des avantages en cosmétiques & soin qui nous seront pratiques en voyage (lien).
Cependant, étant solide lorsqu’elle se trouve à une température en dessous de 25°C, on ne l’empaquettera dans notre trousse gourmande que si l’on se trouve dans un pays chaud ou si l’on a à disposition une petite plaque de cuisson pouvant ainsi faire chauffer notre lait végétal & l’huile de coco ensemble.
Une à deux cuillère(s) à café suffisent, tant gustativement que nutritionnellement parlant.

 melange-huile-muesli-feerique

 

Lait végétal ou autre

Le monde des laits végétaux est à l’image de ce que nous offre Dame Nature : quasi infini ♥
Lait de noix ou de céréales : continuellement, sur le marché, il en émerge en version nature ou aromatisée.
L’option de les réaliser maison permet aussi de les customiser en évitant l’ajout d’ingrédients indésirables (huile, gomme, sucrant) & s’assurer que de l’eau minérale a été choisie.
Mes deux préférés sont le lait d’amande & le lait d’avoine, et parfois – plus rarement – du lait de soja. J’ai remarqué que pour le même type de lait (exemple : amande), de marque en marque, le goût pouvait énormément varier. Tester & goûter pour trouver celui qui nous convienne le mieux au palais.
Le lait d’amande & de châtaigne sont ceux qui sont le plus alcalins : les personnes ayant un équilibre acido-basique déséquilibré (lien muffins) devront les privilégier. Le lait de soja est à conseiller pour les végéta*iens n’ayant pas de problèmes hormonaux ou de déséquilibre acido-basique. Le lait d’avoine a les mêmes propriétés que les flocons : réchauffant, stimulant thyroïdien, il convient aux étudiants, sportifs, personnes convalescentes & les personnes travaillant beaucoup intellectuellement.

Deux astuces pour augmenter la digestibilité de notre muesli est de chauffer le lait afin qu’il soit chaud (sans être brûlant) avant de le verser dans notre bol et/ou de s’imbiber notre muesli du lait pendant au minimum 30 minutes (on peut également le préparer la veille au soir).

En voyage, j’emporte des briquettes (ce mot est trop chou) : le choix est plus restreint, mais n’en demeure pas moins varié. Une fois sur place, j’en achète sur place en magasin spécialisé (bio) ou en grande surface (de nombreux pays proposent au moins lait de soja).

Petite, je n’ai jamais aimé le lait. Lorsque je mangeais des céréales (j’ai eu une phase céréales & une autre tartines), je versais suffisamment de lait pour recouvrir les céréales afin de les humidifier, et une fois mon bol terminé, je laissais le lait restant.
Je procède toujours de la même manière (verser peu de lait, juste ce qu’il faut pour recouvrir), à la différence près que je termine toujours le lait qu’il reste : plus doux, non écœurant, délicatement parfumé (de nature ou par les ingrédients du muesli), les dernières gouttes combinent l’essence gustative du muesli sous forme liquide ♡

trempage-muesli-voyage

 

Épices : cannelle, cardamome ou autre poudre étincelante

Je suis une inconditionnelle de vanille (j’en parlais ici ou ) : la vanille est ma madeleine de Proust gustative en sucrée, et olfactive (cela vous plairait-il qu’un jour, je vous écrive un article sur les parfums de niche ?… Tant à en dire… ♥).
Je pourrai en mettre (presque) partout, et ne me lasserai jamais de glisser des effluves sur mes pulls tout aussi doux au toucher.
La vanille m’évoque la douceur, le moelleux, un toucher cotonneux duveteux comme un petit nuage, une touche de blanc, de pastel qui se fraye un chemin, et rend tout plus doux, même en salé.
J’apprécie aussi la cannelle que je glisse moins souvent & avec plus de parcimonie : Clotilde m’a fait découvrir «Cinnamon Hill», une marque anglaise spécialisée dans la cannelle qui nous propose deux variétés différentes, l’une plus douce & sucrée, et l’autre plus forte & épicée. J’apprécie le fait qu’elle soit non moulue & que l’on doive la râper nous-mêmes – grâce à leur petite râpe spéciale cannelle» – ce geste permettant d’avoir un parfum de cannelle de meilleure qualité, mais au quotidien je préfère utiliser une cannelle déjà moulue / râpée (celle de Ecoidées est celle qui m’a le plus plu).

Au-delà de ces deux notes, je réalise de plus en plus de créations parfumées comme celle-ci, ou en glisse parfois dans mes thés & infusions natures.
Le monde des épices & aromates est aussi très varié, riche en goûts… et permettant d’apporter une pointe d’informations plus subtiles (physiologiques, émotionnelles).

Dans chacun de nos mueslis, on pourra y glisser des pincées de vanille, de cannelle, de cardamome, ou composer soi-même des mélanges (que l’on goûtera avant de le mélanger, les premières compositions sont parfois mal dosées) : cela rendra notre muesli plus personnel… un peu plus «nous» ♥

melange-epices-muesli-feerique

 

Petites pensées…

Cette base & tous les secrets contenus dans cet article (en type d’ingrédients ainsi que leurs proportions) est conçue de manière à ce que l’on puisse tous façonner notre muesli afin qu’il corresponde au mieux à notre profil Naturopathique & certaines réalités physiologiques
La grande majorité d’entre nous (tous profils Naturopathiques confondus) peut sans aucun soucis consommer du muesli sans ressentir de difficultés digestives et/ou sans que ne découlent de maux physiologiques divers & variés que l’on peut parfois ne pas reliés à notre muesli (exemples cités au fil de l’article lorsque les erreurs à éviter ont été citées). Cependant, comme absolument tout(e) recette / courant / régime, certains peuvent mal tolérer / digérer un muesli : il est alors intéressant d’essayer de comprendre pourquoi (particularité physiologique – cela existe sans qu’il y est de déséquilibre particulier – ou un trouble physiologique présent).
Un autre point qui a une grande importance & qui doit être pris en compte par tous (que l’on digère bien ou non le muesli) : l
e processus de digestion commence dans notre bouche au moment où l’on mâche nos aliments (et non dans notre estomac ou plus en aval). Notre salive contient une enzyme responsable du début de la dégradation des glucides complexes (son petit nom : ptyaline), rendant la mastication très importante lorsque nous dégustons une source de glucides complexes (céréales, pseudo-céréales), et donc les flocons. En veillant à mâcher convenablement chaque bouchée de notre muesli, les rares personnes digérant mal ce type de petit déjeuner peuvent voir leurs maux digestifs s’envoler ♡

Lorsque je pars en voyage & que je sais qu’à l’heure du petit déjeuner, je me trouverai dans les airs (avion), en train de filer sur un chemin de fer (train), ou sur d’autres chemins en mouvement : j’emporte un petit bol étanche de transport. Il en existe plusieurs sur internet, ou en magasin spécialisé (vaissellerie)… et même chez nous : un bocal à ouverture large se suffit à lui seul.
Avant de partir (la veille au soir, ou au dernier moment), je glisse du muesli dans mon petit bol, un filet d’huile, le lait végétal (de manière à recouvrir l’intégralité du muesli), je ferme convenablement, et glisse le tout dans un petit sac étanche («Prudence est mère de sureté») avec une cuillère & une petite serviette.
À l’heure où la faim pointe le bout de son nez, j’ai ainsi mon trésor gustatif & nutritionnel pour me délecter de l’intérieur tout en observant les paysages défilant sous mes yeux (me nourrissant le cœur).
Des moments si précieux ♥

Bien souvent, en voyage, les compagnies aériennes / hôtels / chambres d’hôtes ne peuvent me proposer des petits déjeuners qui arrivent à satisfaire mes exigences gustatives, éthiques & nutritionnelles.
Le petit déjeuner étant mon repas préféré & le matin mon moment favori de la journée, je ne conçois pas partir sans mon petit déjeuner personnalisé & confectionné avec soin : au-delà de l’aspect équilibré qu’il contient, j’y rattache d’autres symboles, ceux que je glisse dans mes intentions de mon rituel matinal (dont je vous parlerai dans un prochain article, promis ♡).
Un petit extra que j’aime énormément vivre également : lorsque je suis accompagnée (dormir chez des amis / famille), ou entourée d’inconnus (avion, train, chambre d’hôtes), assumant mon choix & mon attitude, j’affiche avec douceur cette différence avec des paroles rassurantes (amis, famille ou chambre d’hôtes) ou un sourire & un silence (inconnus), en expliquant pourquoi j’opte pour ce petit déjeuner sans entrer dans les détails (je n’ai pas à me justifier), plus pour leur faire ressentir que cette différence n’est pas un rejet de leur personne (ce qu’ils m’offrent / ce qu’ils consomment eux-mêmes).
Généralement, après une pointe de surprise & parfois quelques minutes de réflexion, ils se montrent curieux, et me demandent de développer… s’ouvre alors un bel échange gourmand, leur permettant de poser un nouveau regard sur ce que notre assiette peut véhiculer & nous apporter.
S’il arrive que certaines personnes se ferment (ça m’est arrivé très rarement), je ne le prends pas personnellement, cette attitude reflétant – peut-être – une remise en cause douloureuse pour eux de leurs propres habitudes (et j’essaie alors de toujours leur apporter amour par des échanges d’autres natures pour instaurer un lien se basant sur d’autres thématiques) ♥

muesli parfait pique nique (portrait)

 

✩ Les petits liens détaillant certains points nutritionnels ✩

Voici quelques liens utiles pour ceux souhaitant aller un peu plus loin concernant certaines notions clés nutritionnelles évoquées ci-dessus (avec toujours autant de poésie que d’habitude ✩) :


♦ Les graines de chia sont merveilleuses de par leur apport généreux en fibres, leur équilibre en acides gras essentiels, et leur capacité à gonfler (comme des minis ballons tout gris) au contact d’un liquide permet d’apporter une texture intéressante aux mueslis. Beaucoup de sources différentes en font une apologie exagérée : à travers son article pastel, on apprend aussi à relativiser, et la voir telle qu’elle est.

♦ L’huile de coco est extrêmement différente à plusieurs titres des autres huiles : sa texture solide (en dessous de 25°C) en fait une huile que l’on cuisinera différemment, pratique en pâtisserie. Elle aussi a connu au cours de ces derniers mois une renommée fleurissante en France en extrapolant certains points nutritionnels assez pointus & les déformant : l’article pastel permet d’ajuster ces «on-dit» en douceur & profondeur.


♦ La farine de coco est tellement merveilleuse : sans gluten, très riche en fibres (dépassant de loin le son d’avoine), plus douces (parfaite pour les intestins sensibles & enflammés), sans acide phytique (une substance présente dans de nombreuses farines, les rendant peu digestes sans cuisson), elle permet mille possibles en cuisine : il suffit simplement de respecter quelques clés.


♦ Le cacao cru est la source au monde la plus riche en magnésium, extrêmement précieux pour la régulation de notre système nerveux. Lorsque l’on sait que le minéral dont les Français sont le plus carencés est justement le magnésium, et qu’un quart – un quart ! – des Français consomment des anxiolytiques / antidépresseurs / somnifères ou autres médicaments prescrits pour le système nerveux, on se dit que l’on gagnerait tous à enrichir notre quotidien en chocolat cacao cru.
L’article pastel, publié il y a maintenant 3 ans & régulièrement mis à jour, nous livre tous les secrets théoriques & les astuces pratiques & gourmandes pour le consommer & le glisser dans nos préparations quotidiennes ♥


♦ L’açaï est une merveilleuse petite poudre violette (très) foncée au parfum subtil de praliné… un mariage avec les fruits à réaliser régulièrement surtout si l’on souhaite bénéfices de ces vertus antioxydantes, utiles si l’on est stressé / surmenés et/ou si l’on souhaite conserver notre capital beauté le plus longtemps possible (peau & cheveux).

♦ La caroube du Pérou & la caroube méditerranéenne sont deux cousines au goût différent (la première tend vers une note de caramel tandis que l’autre vers une note plus cacaotée), à la couleur différente (crème & marron), et aux propriétés différentes : tous leurs secrets se trouvent dans cet article pastel.

♦ La lucuma est la quintessence de la douceur. Petite poudre très fine, crémeuse & vanillée, je l’utilise plus souvent pour son goût que ses propriétés nutritionnelles.

bocal muesli parfait superaliments

 

La base du muesli parfait

Ingrédients : (pour un grand bocal)

  • environ 4/6 du poids total en flocons de céréales (avoine, riz, blé, orge, petit-épeautre),
 et/ou pseudo-céréales (quinoa, sarrasin, millet),
 et/ ou de châtaignes toastées
  • 1/6 à 2/6 du poids total en noix / oléagineux / graines
    
(noix de Grenoble, cajou & Brésil, graines de chia, graines de chanvre + graines de tournesol, sésame, courge & lin)
  • environ 10 à 40 gr de superaliments : quantité à varier selon la nature & la puissance des superaliments, ainsi que notre sensibilité & la quantité du poids total de notre muesli
    (cacao cru, lucuma, maca, caroube du Pérou & méditerranéenne, açaï, acérola, guarana, farine de coco, etc.)
  • 1/6 à 2/6 du poids total en fruits séchés (à adapter selon notre sensibilité gustative au sucre)

    (datte, raisin, figue, pruneau, abricot, aguaymento, mûre, myrtille, cranberrie, banane, pomme, ananas, papayes)
  • 1 à 2 cac d’huile de votre choix
    
(coco, macadamia pour les voyages, et toutes les autres sont possibles : chanvre, lin, colza, noisette, noix, etc.)
  • pincée d’épices de notre choix
 (vanille ou cannelle, ou un mélange fait maison)
  • lait végétal de notre choix (maison ou du commerce)

Préparation :

  1. Versez les flocons, noix / graines / oléagineux, superaliments dans un grand récipient (type saladier).
  2. Pour les fruits séchés : versez les petits tels quels, et découpez en petits morceaux les autres (figue, datte, abricot, banane, etc.)
  3. Mélangez bien à la main, et versez dans un grand bocal (en verre par exemple).
  4. Le matin, au moment de préparer & manger votre muesli : versez l’huile & la quantité souhaitée de lait végétal.
    Vous pouvez attendre quelques minutes afin que les flocons se ramollissent… ou le déguster tout de suite, selon votre préférence en terme de texture.

muesli parfait superaliments (mise en scene 2)

 

Quelques exemples de possibilités

Je vous encourage à composer vous-même vos propres créations en fonction de vos goûts, besoins nutritionnels, de vos préférences éthiques & de vos choix éthiques : réaliser sa composition est quelque chose de merveilleux pour apprendre à s’écouter soi-même, à être attentif à nos ressentis.

Je vous ai toutefois glissé quelques idées de belles associations qui vous inspireront peut-être, et vous aideront à vous lancer :

Pour une note cacaotée & pralinée : flocons de riz (2/3) + flocons de sarrasin (1/3) – noisette torréfiée & concassée – cacao cru + caroube du Pérou – datte + banane – huile de macadamia ou coco ou noisette – vanille et/ou cannelle – lait d’avoine ou d’amande

Pour une note douce & vanillée : flocons d’avoine (2/3) + flocons de riz (1/3) – noix de cajou – lucuma + maca – figue + raisin sec – huile de coco – vanille – lait de riz ou de soja

Pour une note exotique : flocons de riz – noix du Brésil – farine de coco – acérola – banane + datte et/ou ananas – huile de coco – vanille – lait de soja

Pour une note estivale & rafraichissante : flocons d’avoine (1/2) + flocons de quinoa (1/2) – açaï + lucuma ou caroube du Pérou – myrtille + abricots – huile de chanvre ou de lin – vanille + cardamome – lait de riz

Pour une note automnale & chaude : flocons d’avoine (2/3) + flocons de sarrasin (1/3) – cacao + caroube du Pérou + maca – figue + poire ou pomme – huile de noisette ou de noix – cannelle – lait d’avoine ou d’épeautre ou de châtaigne

De nos jours, grâce aux différents médias, supports & sources possibles, le nombre de recettes est quasiment infini : cet éventail de choix est merveilleux, car il nous laisse libre de choisir, tester, goûter, alterner, changer, et évoluer.
Cependant, il est fréquent que les recettes, aussi délicieuses soient-elles, soient présentées de manière à laisser peu de place à notre propre développement & apprentissage de la cuisine (quelle qu’elle soit : végétarien, omnivore, saine, traditionnelle, etc.).
Apprendre à cuisiner & tendre vers le type de cuisine que l’on désire connaitre fait partie d’un processus personnel que l’on gagnerait à développer en étant plus à l’écoute de soi-même en veillant à réaliser chacune de ces étapes à travers une compréhension des outils, techniques, mariages des ingrédients, de leurs saveurs & textures.
Se nourrir d’un large éventail de recettes… en conservant toujours dans nos esprits que l’on est unique, et que nos plus belles délicieuses recettes seront celles qui auront été conçues par nous-mêmes, ou inspirées par d’autres, saupoudrées de nos propres adaptations en fonction de nos goûts & besoins.

 

muesli parfait superaliments (mise en scene macro)

De touches pianotées sur un clavier,
Des lettres, des mots, des phrases s’enchainent,
Créant un article pastel,
Contenant une recette, des recettes… et infiniment plus,
Étincelles créatrices voyageant dans ce vaste monde virtuel,
Se déposant sur vos écrans,
Se glissant dans vos esprits pour nourrir vos envies, vos cœurs & vos corps.
Du bout de vos doigts, de la pointe de vos cœurs se trouvent vos propres étincelles.
En chacun se trouvent des trésors de Vie.
Allumez-les, entretenez-les, faites les vibrer.
Chaque étincelle, chaque trésor rendent notre monde plus doux.

✤ ✤ ✤

Partagez ces mots de douceur & de gourmandise autour de vous à travers des petits clics : Le Chaudron Pastel est un peu de moi, un peu de vous, et c’est grâce à chaque petit geste, pensée & parole qu’il peut grandir & se développer.
Merci pour lui, merci de me soutenir dans mon travail & ma passion ♥

J’aime aussi (beaucoup) voir vos clins d’œil à travers vos réalisations : montez-moi vos mueslis sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-magique (hashtag) : #chaudronpastel

Chacun de vos partages me fait toujours plaisir à découvrir ♡

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

43 commentaires

  1. Juliette

    Bonjour Mély,
    J’ai une question qui me trotte dans la tête depuis longtemps. Je vois beaucoup de personnes sur les réseaux sociaux utiliser le sarrasin cru sans trempage ou cuisson ou germination dans leur muesli ou bol du matin. Je voulais savoir si on pouvait le digéré ainsi ? J’adore ça mais je le fais toujours tremper si je veux le manger cru.
    Merci !
    Juliette

    jeudi 25, février 2016 à 14h13
  2. Clémentine

    Bonjour Mély,

    Merci pour cette recette super inspirante qui m’a enfin décidée à tester le muesli maison. C’est vraiment extra de nous indiquer à chaque fois l’intérêt nutritionnel de chaque aliment, ses bienfaits et ses meilleures synergies possibles. Personnellement, étant très intéressée par une approche naturopathique de l’alimentation, c’est d’une grande aide !
    Du coup je tente avoine/châtaigne + pécan/amande/cajou + dattes/mulberries + une touche de maca/cacao cru.

    Merci encore <3
    Clémentine

    lundi 29, février 2016 à 19h14
  3. Mély

    @ Juliette : Bonjour
    Le sarrasin cru lorsqu’il n’est pas germé (prétrempé) ou cuit est peu digeste (ses facteurs anti-trypsiques sont encore présents, et inhibent la majorité des micro-nutriments de cette pseudo-céréale.
    Il convient donc de la pré-trempé (et de bien la rincer !), ou bien de la faire griller (on obtient donc du « kasha » qu’on peut saupoudrer sur nos préparations !).
    Belle soirée

    mercredi 2, mars 2016 à 20h36
  4. chez nous ca popote

    Quel merveilleux article !
    Ton article est l’article qu’il fallait que je trouve ce soir, 22h47! Oui car depuis deux jours, j’ai envie de muesli, j’ai pleins de flocons à la maison et je ne me lance pas! Pourquoi, va savoir!
    Ce soir après cette lecture, je me suis lancée et lâchée totale, euhhhhh, j’èspère pas trop quand même! flocons d’avoine, flocons de sarrasin (un peu) flocons de millet, une poignée de noix de cajou et noisettes, raisins secs, cacao, cannelle, pépites de chocolat, je crois que c’est tout!! Et à la fin j’en ai pris une grosse cuillerée, un délice! Vivement demain matin car chez nous c’est pareil, le petit déj’ c’est sacré et gourmand mais sainement!
    Après je crois que j’ajouterais un yaourt végétal plutôt que du lait car je suis pas trop fan du lait et même végétal à boire seul… pour l’huile j’opterai bien pour coco, mais question un peu bête, dois-je la faire fondre? Sinon voilà, mon muesli perso grâce à tes conseils suivis à la lettre! J’éspère que ma petite famille appréciera ce muesli demain matin… merci beaucoup pour tes si bons conseils et tes si jolies phrases… à bientôt!

    samedi 12, mars 2016 à 22h59
  5. Mathilde

    Bonsoir,
    je me suis laissée tentée par le muesli et j’ai acheté tous les ingrédients nécessaires mais j’aimerai savoir combien de grammes est ce que vous prenez environ par matin (combien représente une dose matinale de muesli pour vous ?) car je compose le muesli le matin même en fonction de mon humeur et je ne sais pas du tout en fonction du poids total que je prendrais, j’aviserai des différentes quantités pour les différents ingrédients.
    Merci d’avance

    samedi 19, mars 2016 à 23h50
    1. Mély

      @ Mathilde :
      Bonjour !
      Tout dépend de la personne… En fonction de son sexe (un métabolisme d’homme consomme plus qu’une femme en moyenne), son activité physique, l’heure du petit déjeuner (plus ou moins éloigné du diner de la veille… et du déjeuner qui suivra !), sa condition physique (en croissance, enceinte, allaitante, etc.) : la quantité variera :)
      Une dose peut varier de 30g (petit métabolisme qui déjeuner bientôt) à 80g (grands sportifs)… le meilleur est d’essayer, et de se fier à sa faim pour ajuster la fois suivante
      (mini ps : je serai ravie – si vous êtes sur Instagram – que vous fassiez un petit partage avec le hashtag #chaudronpastel pour le découvrir… mereci ).

      mardi 22, mars 2016 à 7h53
  6. Ma Boîte à Bulles

    Bonjour et merci pour cet article complet! Mon mari entreprend un régime anti cholestérol alors je crois que le muesli le matin pourra remplacer à merveille le pain au chocolat…
    Bonne journée,
    Stephanie de Ma Boîte à Bulles

    jeudi 26, mai 2016 à 9h53
  7. Jocelyne

    Bonjour,
    Ce muesli serait vraiment parfait si les flocons étaient crus et germés ce qui est pratiquement introuvable en France . Germline vient de sortir trois gammes de Muesli Superfruits à base de céréales germées que j’ai trouvé en Biocoop (j’ai pris celui aux fruits rouges car existe aussi aux fruits jaunes et au chocolat). Les flocons sont à base de céréales germées (la particularité de Germline qui a aussi sorti un germe de blé non stabilisé à conserver au frais) mais qui ne peuvent être labellisées « raw food ». Voici la réponse que j’ai reçue de leur part :

    Nous sommes vraiment ravis de ce retour positif, et heureux que ce produit tout nouveau et très novateur, fasse le bonheur de consommateurs tels que vous, soucieux de se nourrir sainement sans renoncer au plaisir du goût.
    Pour répondre très honnêtement à votre interrogation, et si l’on admet que les produits crus sont censés être ceux dont les process de production sont soumis à des températures n’allant pas au-delà de 42° C (*), alors non, nos mueslis ne sont pas crus.
    Pour l’instant, la déshydratation s’effectue à une température légèrement supérieure, mais nous avons relevé des températures à cœur du produit vraiment peu éloignées de la cible à 42°C… Par souci de transparence, nous ne pouvons pas encore le labelliser « raw food ».
    Nous travaillons d’arrache-pied à rendre ce produit véritablement cru, même si c’est un sacré challenge pour les aspects de durée de conservation et de maintien des qualités gustatives et organoleptiques dans leur ensemble.
    Il faut noter toutefois que, à l’inverse des flocons classiques, les nôtres ne subissent aucune cuisson vapeur ni avant, ni pendant ni après l’étape de floconnage. Notre procédé, ajouté aux plus qu’apporte la germination, nous permet d’offrir des mueslis remarquables par leur digestibilité et l’optimisation de l’apport énergétique.
    * A vrai dire, à l’heure actuelle, il n’existe pas de référentiel normatif, c’est-à-dire aucun texte légal qui fixe les critères et qui définit vraiment à quel cahier des charges un produit cru doit répondre. Nous sommes impatients qu’un tel texte voit le jour et place tous les opérateurs sur un pied d’égalité pour les allégations attachées au produit…

    Les flocons crus et germés que l’on trouve actuellement proviennent soit des USA soit d’Angleterre et coûtent très cher.

    Je pense donc, même si vos mueslis sont alléchants qu’ils sont, en grande partie, composés de produits « morts ».
    Je fais donc tremper mes graines de tournesol, de courge, mon sarrasin, etc… dans de l’eau toute une nuit afin d’activer le processus de germination (voire plus longtemps mais en renouvelant l’eau de trempage jusqu’à ce que je vois pointer le petit germe). Ce trempage rend les graines et les céréales plus digestes et détruit les inhibiteurs d’enzymes.
    Le sarrasin trempé toute une nuit devient tendre et peut être mélangé à un bol de muesli qui devient alors parfaitement digeste. On devrait faire tremper toutes les graines, les céréales avant de les consommer.
    J’y rajoute une banane crue écrasée avec du miel, du kéfir avec un peu de Sojade, des myrtilles ou des framboises décongelées, un jus de citron et quelques amandes, baies de goji, raisins secs, abricots secs, etc…
    C’est délicieux et j’en fais mon déjeuner au travail tous les jours.

    lundi 20, juin 2016 à 15h34
    1. Mély

      @ Jocelyne : Bonjour ♥
      Le mouvement « cru » (ou « raw » ou « vivant ») prend de plus en plus d’ampleur dans le monde, il est vrai.
      Il a connu un pic en France en 2013 et 2014, et se stabilise peu à peu dans notre pays (avec même une petite baisse dans ce mouvement).
      Les arguments avancés sont indéniables & réels, et peuvent être prouvés scientifiquement par analyse des végétaux (céréales germées, ainsi que les légumes & fruits sous leur forme crue VS leur forme ayant subi une phase de cuisson).
      Cependant… certaines personnes au cours de leur vie (ou selon les saisons) ne peuvent bien digérer les aliments sous leur forme « crue », cette forme demandant beaucoup plus d’énergie à notre organisme pour « traiter » (digérer + assimiler les micro-nutriments contenus dans les denrées).
      La MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise) & l’Ayurvéda, deux médecins ancestrales de plusieurs millénaires, se rejoignent sur cela en avançant des explications forts intéressantes d’un point de vue holistique & physiologiques.
      J’aborde (en surface certes) ces différents points dans cet article (clic), et sur la FAQ n°14 (clic).
      Bien sûr, il est toujours très important de garder à l’esprit que nous sommes tous différents… autant physiquement, que par certaines subtilités de réactions & de fonctionnement de nos corps & métabolismes. Ainsi, si la MTC & l’Ayurvéda estiment qu’une très petite minorité de personnes peuvent vivre sur le long terme (et tout au long de l’année) avec une alimentation frôlant le 100% cru, il existe sur notre jolie planète des exceptions, dont vous faites peut-être partie !
      Je clôturai en disant que le principal est de se sentir bien – autant physiquement que psychiquement – et en paix & harmonie avec ce que l’on mange.
      Si ce que vous consommez vous rend rayonnante de santé & de joie : continuez !
      Très belle journée,

      mardi 26, juillet 2016 à 9h16
  8. anna

    Bonjour, je voulais savoir si la cuisson des oleagineux leur fait perdre beaucoup de propriétés. En effet, je voudrais me préparer un granola maison cuit, mais je ne sais si toutes les bienfaits des noix ne vont pas partir en fumé ? pour une cuisson à 150 30 min par ex. Merci pour votre réponse, et tous vos conseils et recettes !!!

    mardi 20, septembre 2016 à 10h28
    1. Mély

      @ anna : Bonjour ♥
      Beaucoup de courants hygiénistes (dont la Naturopathie) avancent & soutiennent la nécessité de manger « cru », et louent les bienfaits de germer les végétaux (céréales, légumineuses, graines oléagineuses, etc.), arguments scientifiques à l’appui. Or, si les arguments avancés sont indéniables & réels, et ont été prouvés scientifiquement par analyse des végétaux (céréales germées, ainsi que les légumes & fruits sous leur forme crue VS leur forme ayant subi une phase de cuisson), certains autres points (non retenus et/ou connus de ces courants hygiénistes) sont oubliés & ne sont pas pris en considération.
      Certaines personnes au cours de leur vie (ou selon les saisons) ne peuvent bien digérer les aliments sous leur forme “crue”, cette forme demandant beaucoup plus d’énergie à notre organisme pour “traiter” (digérer + assimiler les micro-nutriments contenus dans les denrées).
      La MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise) & l’Ayurvéda, deux médecins ancestrales de plusieurs millénaires, se rejoignent sur cela en avançant des explications forts intéressantes d’un point de vue holistique & physiologiques.
      J’aborde (en surface certes) ces différents points dans cet article (clic), et sur la FAQ n°14 (clic).
      La MTC & l’Ayurvéda donnent des conseils pour augmenter la digestibilité des noix & graines d’oléagineuses (chacune ayant des astuces différentes permettant à nos organismes de les assimiler au mieux), et elles ne concernent nullement la germination.
      Bien sûr, il est toujours très important de garder à l’esprit que nous sommes tous différents… autant physiquement, que par certaines subtilités de réactions & de fonctionnement de nos corps & métabolismes. Ainsi, si la MTC & l’Ayurvéda estiment qu’une très petite minorité de personnes peuvent vivre sur le long terme (et tout au long de l’année) avec une alimentation contenant beaucoup de cru et/ou de végétaux prégermés, il existe sur notre jolie planète des exceptions, dont certaines personnes font parties !
      Je clôturai en disant que le principal est de se sentir bien – autant physiquement que psychiquement – et en paix & harmonie avec ce que l’on mange.
      Très belle journée,

      mardi 20, septembre 2016 à 11h01
  9. David

    Bonjour,
    je viens de lire votre article fort intéressant, j’essaye depuis peu de changer mon alimentation (pas simple!!!) par une alimentation saine et équilibrée. J’aimerais donc réaliser mon muesli moi même, je n’ai plus confiance par ceux des grandes surfaces.
    Hors j’ai un travail compliqué qui me permet pas de me poser avec mon muesli cru avec mon lait d’amandes, j’ai quelques petits soucis digestifs et intestinaux et une petite intolérance au gluten. J’avais donc penser à un muesli cuit ou précuit pour pouvoir le manger manuellement (en grignotage de matinée).
    Mais je n’aimerais pas me réaliser un muesli qui est aucune valeur nutritive parce qu’il est cuit. j’ai bien lu le commentaire d’avant mais j’aimerais savoir si les céréales, oléagineux, fruits séchés, huiles perdent toutes leurs valeurs nutritive avec une cuisson douce ?
    Merci pour votre réponse.

    mardi 20, septembre 2016 à 21h22
    1. Mély

      @ David : Bonjour ✨

      Modifier son alimentation pour tendre à une qui soit plus saine se fait peu à peu… Cela peut demander du temps, de l’énergie (se renseigner, comparer, essayer, etc.), mais est aussi tellement satisfaisant au bout 💗
      Bravo en tout cas pour avoir entamé ce chemin, et faire du mieux que vous pouvez 🌹

      D’un point de vue digestibilité & pour ceux ayant une sensibilité digestive, le porridge ou le granola sont plus digestes que le muesli cru (et le porridge l’est encore plus). Dans cet article-ci se trouve un paragraphe expliquant la différence entre ces 3 préparations pour le petit déjeuner.
      Bien sûr, tout dépend des sensibilités digestives : si la majorité des gens concernés verront leur état s’améliorer avec un porridge (plutôt que les deux autres), certaines exceptions sont possibles.
      (À creuser aussi la / les cause(s) de la sensibilité pour agir dessus)

      Pour en revenir à votre question principale, à savoir : la qualité nutritionnelle préservée (ou non) dans un muesli « cuit » (plutôt type porridge donc…) : comme vous l’avez mentionné, j’ai répondu à la question des noix, graines oléagineux & céréales (et l’impact sur la cuisson) dans mes 2 commentaires-réponses précédentes.
      Concernant les huiles : mis à part l’huile de coco qui ne craint rien (et l’huile d’olive), toutes les autres huiles ne doivent pas être cuites ni même chauffées.
      Et, pour clore cette réponse, je vous invite à réfléchir sur cette question réthorique suivant : « Quelle est l’utilité réelle d’une alimentation la moins cuite possible (consommée dans le but de pouvoir bénéficier de l’intégralité des micronutriments du dit aliment), si son ingestion déclenche des maux digestifs, ceux-ci impactant directement la capacité de notre système digestif à assimiler ce qu’on lui présente ? Ne vaut-il pas mieux utiliser une cuisson douce qui, certes, fera légèrement baisser la valeur nutritionnelle de certains des aliments, mais qui soulagera certains systèmes digestifs sensibles, et qui dont, au final, sera plus nutritif qu’une alimentation crue ?… »
      Belle méditation !

      dimanche 25, septembre 2016 à 19h46

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?