L’incroyable brownie

De toutes les recettes de gâteaux publiés sur le Chaudron Pastel, voici mon préféré. De loin ♥
9 ans (déjà) de blog, plus de 60 recettes de gâteaux, tartes, mignardises & muffins.
Et remportant la première place, lui ♡

 

Couverture-brownie-violet_ecriture

 

Le brownie classique.
C’est du chocolat, de la farine, du sucre, du beurre, et des œufs.

En chacun de ces ingrédients, des éléments / sens / rôles :
• Un rôle culinaire. Cuisiner, c’est jouer au petit chimiste. 

La farine qui donne du corps, l’œuf qui lie, le sucre qui sucre, le beurre qui apporte cette texture riche, crémeuse & dense, le chocolat qui sucre (aussi), et apporte une certaine solidité homogénéité grâce à son beurre se solidifiant aux environs de 26°C.

• Des macro & des micro nutriments. (Ou non.)
En théorie, chacun de ces ingrédients pourrait nous apporter une poignée de petits éléments pour nourrir notre corps : des sucres (lents et/ou rapides), carburant premier de nos muscles & de notre cerveau, des vitamines du groupe B (essentielles pour le bon fonctionnement de notre cerveau & donc impactant notre sommeil, notre mémoire, notre capacité à gérer le stress, etc.), des protéines (de véritables petites «briques» de notre corps : consolidant & réparant continuellement les tissus réparés), du magnésium (dans le chocolat), et un florilège d’autres micro-nutriments.
L’évolution de l’industrie agroalimentaire a impacté chacun de ces ingrédients, nous les laissant dépourvus des richesses qu’ils pourraient nous apporter : les mêmes aliments (dont les légumes & fruits), en 50 ans, ont connu une déperdition folle en terme de micro-nutriments : une même recette cuisinée en 1950 & la même cuisinée aujourd’hui, n’auront donc pas la même valeur nutritionnelle.

• La tradition. Le goût. Et notre affect qui y est lié.
Nous avons tous relié à nos habitudes & préférences alimentaires une part d’émotionnel.
Nous sommes tous concernés par ce lien ténu – certains en ont plus ou moins conscience, d’autres non.
Au-delà de cuisine «traditionnelle» & «alternative» (vegan, IG bas, saine, etc.) : nos habitudes personnelles liées à un aliment. Certains ne peuvent imaginer manger une tarte Tatin sans glace à la vanille, tandis que d’autres ne jureront que par l’onctuosité d’une cuillère de crème fraiche. D’autres adoreront l’amande blanche sur leurs tartines du matin, tandis que d’autres faiblissent pour l’amande complète. Certains ne conçoivent de manger autrement leur chocolat que sous une forme pralinée, tandis que d’autres le préféreront noir (qu’il soit conventionnel, maison, ou crus !).

Et si… ?
On optait pour une version «autre» ?
Choisir. Transformer. Évoluer.

Choisir.
On garde les rôles qui relie la cuisine à la magie chimie.
Et on choisit. Autrement.

Transformer.
On met de côté les ingrédients «vides» de par leurs qualités nutritionnelles.
Et on modifie en optant pour des ingrédients de qualité supérieure.

Évoluer.
On déguste le résultat du fruit de nos expérimentations d’enfants qui jouent aux petits chimistes d’adultes conscients, responsables & acteurs.
Et on le fait sans comparer, en délaissant nos souvenirs gustatifs passés.
Sans juger «moins» ou «plus», en s’ouvrant, curieux (comme les grands enfants que nous sommes).

Et si… ? On étendait la version classique à d’autres horizons en profitant des dons que la Nature nous offre ?
Et si… ? On glissait de la poésie dans nos vies, en utilisant d’autres ressources merveilleusement enrichissantes pour nos petits corps. ?

 

Brownie violet-011

 

Cerise sur le gâteau.
Ce brownie est végétalien, sans gluten, sans noix, et convient aux personnes atteintes du SII, notamment car il ne contient quasiment aucun fodmaps (seul le sucre de coco).
Il convient donc à tous ✩

Et, lui aussi, comme beaucoup de recettes du Chaudron Pastel, peut être personnalisé selon le goût de chacun

Vous êtes prêts ?
À imaginer, concevoir, et réaliser de nombreux brownies incroyables ?

 

Brownie violet-052

 

 

Customiser son gâteau poétique

Le brownie

♦ L’ingrédient principal de ce brownie est la pomme de terre.
Oui, ça peut surprendre. Le savoir (couleur) peut surprendre. Car, le goût, lui, ne nous permet pas de soupçonner la présence de pommes de terre. Après tout, elle a un pouvoir similaire à celle de notre farine : elle donne du corps, et a même deux autres avantages par rapport à la farine : son pouvoir liant pour mieux amalgamer l’appareil, ainsi que son pouvoir légèrement sucrant nous permet de diminuer la quantité de sucre utilisé… et son goût est aussi discret que la farine (blanche), alors… pourquoi pas ?
J’ai utilisé la variété vitelotte, pour sa jolie couleur violette, mais toutes les variétés se prêtant à la réalisation de purée font l’affaire.
On peut également utilisé de la patate douce (la variété la plus courante qui est orange, ou celle plus rare qui est violette), qui a un Indice Glycémique qui sera plus intéressant.
Le panais & la carotte peuvent également être utilisés : fibreux, légèrement sucrés, eux aussi se glisseront à la perfection dans ce brownie exceptionnel ♥
Le fait de choisir des pommes de terre (ou patates douces) violettes permet d’accroître le pouvoir anti-oxydant de notre brownie, car ce sont un large éventail d’anti-oxydants qui font de ces variétés des «supers» tubercules.

♦ Le chocolat.
Noir, blanc ou au lait (végétalien ou non) : libre à nous.
Chacun peut se laisser tenter, et essayer, alterner au fil du temps, de ses envies.
Ici, j’ai utilisé du chocolat blanc (fait maison, il est très facile à réaliser), car j’avais envie de conserver la couleur violette du brownie, et que j’avais un besoin (immense) de douceur.
Le chocolat blanc, si on choisit de le sucrer soi-même (et d’y glisser quelques farines surnaturelles n’est plus écœurant comme ceux que l’on trouve dans le commerce).
Le choisir de qualité, en privilégiant les chocolats qui ont le label biologique & sont certifiés équitables.
En optant pour un chocolat avec une forte teneur en cacao (ou fait maison – cette recette peut aussi être utilisé pour faire du chocolat non cru), on opte pour un produit contenant moins de sucre : c’est donc une bonne alternative pour rendre notre brownie moins sucré & donc plus respectueux de notre petit corps (celui-ci n’aime pas les grandes quantités de sucres, très acidifiantes pour lui, et faisant affolant & fatiguant inutilement nos globules blancs, petits soldats pour notre immunité).

 

Brownie-violet-075

 

Peaufiner. Jouer en variant les autres ingrédients.
On retrousse ses manches, on laisse notre imagination dessiner & goûter.
On expérimente, en étendant les possibles des offrandes de notre merveilleuse Nature :

▸ on varie les farines… il en existe tant ! Châtaigne, avoine, quinoa, millet, sarrasin, petit épeautre, etc.
Chacune d’elle contient des micro-nutriments que les autres ne contiennent pas (du tout ou en des quantités différentes). On fait ainsi varier les apports nutritionnels pour le fonctionnement de notre merveilleux corps… et l’on apprend à mieux suivre les saisons, nos envies, à épouser le cycle de la Nature, sa richesse, aussi.
J’ai personnellement opté pour la farine de riz complète (pour son goût discret & neutre), la farine de maïs mauve (pour renforcer la couleur violette du brownie, et augmenter encore son pouvoir anti-oxydants), et de farine de coco (dont les bienfaits sont très nombreux & listés ici).

▸ Le corps gras est important. Outre le fait de figer à température ambiante (ou froide – au réfrigérateur), et donc de mieux amalgamer le brownie, il apporte cette richesse, ce fondant, ce crémeux, cette densité qui nous fait tous fondre
Plusieurs sources de graisses plus digestes, intéressantes & généreuses en micro-nutriments que le beurre sont à notre portée, là, juste sous nos doigts. Il suffit d’aller à leur rencontre, d’apprendre à les découvrir.
À notre portée se trouve un éventail gustatif nous offrant des textures différentes, chacune intéressante selon le type de recette choisie.
Ma préférée est l’huile de coco (que l’on peut choisir désodorisée ou non), pour ses nombreux bienfaits : les acides gras qu’elle contient sont digérés différemment par notre organisme, permettant une économie d’énergie à notre corps (et mieux l’utiliser pour d’autres rôles).
On peut également utiliser du ghee, du beurre de cacao qui résiste très bien à la chaleur & renforcera le goût chocolaté du brownie.

▸ Totalement facultatif pour les allergiques : des oléagineux / noix peuvent être mixés ou glissés sous leur forme de purée.
La purée d’oléagineux (1 à 2 cas d’amande blanche & cajou, si discrètes – amande complète ou noisette pour leur goût praliné, etc.), quelques noix à mixer (une petite poignée de poudre de noisette, d’amande, de cacahuète, ou de cajou) apportera une petite note gustative gourmande, de la rondeur & du moelleux.

▸ Les épices, si nombreuses, si différentes.
Peut-être êtes-vous une fana de cannelle ? Ou plutôt de vanille (je le suis ♥) ?
Essayez de glisser un soupçon de gingembre (râpé) ou de cardamome en poudre dans un mets sucré : c’est étonnant & délicieux (ces deux notes étant fortes, on veillera à en mettre moins que dans nos mets salés).
Chacun a une petite pépite nutritionnelle en son cœur : la vanille & la cannelle sont hypoglycémiantes, tandis que la cardamome & le gingembre sont intéressants pour leurs propriétés digestives.

 

Brownie-violet-086

 

 

Le glaçage

♦ Notre glaçage peut aussi revêtir d’autres (nombreuses) couleurs.
Imaginez…
Un glaçage orange (urucum) pour aller avec un brownie jaune (panais ou pommes de terre & curcuma).
Un glaçage vert (mini soupçon de chlorella) pour revêtir un brownie bleu (panais ou pommes de terre avec de la klamath ou de la spiruline).
Un glaçage jaune (curcuma) pour sertir un brownie marron foncé (chocolat noir)
Ou… un glaçage rose (betterave) pour une touche de poésie & de douceur ♥
À chaque fois, une pincée suffit, un soupçon… car toutes ces denrées de la Nature sont si concentrées qu’en glisser en trop grande quantité foncera le glaçage ou le brownie.

♦ Les superaliments ont leur place dans notre cuisine : que ce soit au quotidien, ou pour des occasions spéciales (joli brownie), on gagne tant à en glisser plus souvent dans nos mets.
Bientôt, tous leurs secrets, entre vos mains. Car si chacun est précieux, il est aussi précis.
Et, disponible immédiatement (ou presque), une jolie & riche amorce samedi prochain.
On peut tout imaginer (ou presque) : une pincée d’açaï pour consolider cet apport en anti-oxydants violets (anthocyanines, polyphénols dont les flavonoïdes et les proanthocyanidines), du cacao cru (en éclats ou dans le glaçage pour apporter une dose intéressante de magnésium, qui aura disparu à la cuisson pour celui contenu dans le brownie), la lucuma, la maca, le mesquite, ou la poudre de baobab (lien qui se mariera à merveille avec un brownie ensoleillé au curcuma / urucuma & agrumes).

♦ Pour couronner notre brownie de jolis éléments, on peut choisir des noix / oléagineux concassées pour un côté croquant / craquant, des pétales de fleurs séchées pour le plaisir des yeux, des baies rouges (fraiches ou surgelées), des éclats de cacao cru, des rubans de caramel (sain & fait maison), etc.

 

Brownie-violet-080

 

 

En chaque chose,
Nous pouvons choisir d’y mettre de la nouveauté,
Ré-imaginer le merveilleux pour le rendre extraordinaire.

En tous les détails cernant notre vie,
Faire le choix de modeler une version plus holistique, poétique,
Respectueuse de notre microcosme intérieur & du macrocosme nous entourant.


En tout, toujours,
Nous pouvons opter pour l’évolution, l’épanouissement de notre Être.
Constante croissance de Soi nous propulsant dans le monde des étoiles, des fleurs & de la douceur.

 

Ingrédients : (pour un moule carré de 20 cm sur 20)

Pour le brownie

  • 300 g de pommes de terre violettes déjà cuites à l’eau (ou de patates douces violettes ou oranges – carottes – panais)
  • 80 gr de farine de riz
  • 50 gr de farine de maïs mauve
  • 20 gr de farine de coco
  • 40 g de sucre de coco (si possible de couleur blanche)
  • 40 g de cajou mixées
  • 150 g de chocolat blanc (maison ou non) (ou chocolat noir)
  • 80 g d’huile de coco liquide (fondue)
  • 1 œuf (facultatif : la texture du brownie se tiendra mieux)
  • 1 pincée de sel
  • vanille en poudre
  • cardamome en poudre

Pour le coulis

  • 50 g de beurre de coco liquide (fondu)
  • 5 à 10 gr de betterave (cuite ou cru selon la puissance de votre blender)
  • 180 gr de lait de coco solide (en canette – le dessus)

Décoration (facultatif) :

 

montage-final-brownie

Préparation :

  1. Dans un grand saladier, disposez la chair des pommes de terre cuites avec les 2 farines, le sucre de coco, les cajou mixées.
  2. Ajoutez l’huile de coco fondue, le chocolat blanc (que l’on aura fait fondre au bain marie).
  3. Mélangez au fouet.
  4. Ajoutez l’œuf, la pincée de sel, la vanille & la cardamome. Mélangez à nouveau jusqu’à ce que le mélange soit homogène.
  5. Versez l’appareil du gâteau dans un moule huilé.
  6. Faites cuire au four à 180°C pendant 20 à 25 minutes.
  7. Laissez refroidir totalement avant de décorer avec le coulis.
  8. Pour le coulis : mélangez tous les ingrédients jusqu’à obtenir une consistance homogène, dense mais toujours liquide. Glissez avec délicatesse le coulis sur le brownie, et mettez directement au réfrigérateur.
  9. Pour la décoration : disposez sur le dessus, avant de servir, les éléments choisis.

 

✤ ✤ ✤

 

♡ Partagez ces mots de douceur & de gourmandise autour de vous à travers des petits clics : Le Chaudron Pastel est un peu de moi, un peu de vous, et c’est grâce à chaque petit geste, pensée & parole qu’il peut grandir & se développer.
Merci pour lui, merci de me soutenir dans mon travail & ma passion ♥

J’aime aussi (beaucoup) voir vos clins d’œil à travers vos réalisations : montez-moi vos brownies poétiques sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-magique (hashtag) : #chaudronpastel

Chacun de vos partages me fait toujours plaisir à découvrir ♡

 

Brownie-violet-089

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

25 commentaires

  1. becomeadinosaur

    Ohlalala mais ce brownie à l’air délicieux. J’aime beaucoup le glaçage coloré qui lui donne un petit air magique !

    Je sens que la recette va rapidement être réalisée à la maison :D . Merci <3

    lundi 14, mars 2016 à 8h14
  2. Evi

    Mmmmh !! Ça semble délicieux, je vais tenter de trouver tous les ingrédients pour tester ! Par contre juste un truc, si ton brownie contient un oeuf, il n’est pas vegan..à moins que tu aies donné une alternative dans la recette et que je n’aie pas eu les yeux dans le bon sens à ce moment là ^^’

    lundi 14, mars 2016 à 9h20
  3. Miss Pat'

    Bonjour Mély,
    ton brownie est magnifique, et je vais aujourd’hui même me mettre à réfléchir également à un brownie de fée ;-)
    La pomme de terre violette, je l’adore, hélas, j’ai toujours un peu de mal à la trouver. Dans tes ingrédients, tu précises sucre de coco de couleur blanche si possible. En fait, je ne savais pas que ça existait ! Je n’ai toujours vu que du sucre de coco couleur caramel. Mais je vais donc faire ma petite recherche, c’est sympa à savoir.

    Je t’embrasse, continue à nous faire rêver, nous faire espérer, nous donner un peu de magie.
    Belle journée <3

    lundi 14, mars 2016 à 9h51
  4. Liloue (D'âmeBio)

    Bonjour Mély,
    Waouh !! Tes photos sont magnifiques et ce brownie est trop beau avec ces couleurs, plein de poésie et de douceur comme toujours ! Avec toutes ces possibilités, ça laisse la liberté de l’adapter à soi <3 merci ! Bises. Liloue

    lundi 14, mars 2016 à 9h59
  5. Liloue (D'âmeBio)

    Par contre, petite interrogation, tu as mis que ce gâteau était vegan mais il contient un œuf.

    lundi 14, mars 2016 à 10h02
  6. Mély

    @ Evie & Liloue : Bonjour
    Comme indiqué dans la recette, l’ajout de l’œuf est complétement facultatif : on peut donc le réaliser sans problème sans le mettre (cela jouera légèrement sur la texture) : le brownie peut donc être végétalien.

    @ Miss Pat’ : Bonjour
    On peut trouver du sucre de coco de plusieurs « couleurs différentes » : mon article sur le sujet le mentionne (et est enrichi d’une photo où l’on voit 3 couleurs différentes :)).
    Belle (re)découverte.

    lundi 14, mars 2016 à 10h19
  7. Grenadine

    Hello Mély !
    Ca fait un moment que je ne suis pas passée par ici, ça a bien changé mais toujours avec ta petite touche féérique, je suis fan ;)
    Ton brownie me plaît énormément, et j’y vois le gros avantage de pouvoir y caser de la purée de potimarron (ça aussi je suis fan), avec de la farine de châtaigne, ça me fait rêver ! A tester au plus vite donc.
    Au plaisir de te lire à nouveau ;)

    lundi 14, mars 2016 à 13h07
  8. Marie

    Merci Jolie Mély pour cette jolie recette, ce partage est magique comme d’habitude…
    Je vais la tester, et comme toujours elle est adaptable de manière à ce que les ingrédients puissent être remplacés par d’autres. Je me réjouis d’avance pour cette découverte bienveillante et gustative.
    Une belle journée ensoleillée

    lundi 14, mars 2016 à 13h25
  9. Céline

    Oh, on dirait un gâteau d’Alice au pays des Merveilles… De la couleur du chat… Peut-être qu’en le dégustant, on grandit, ou l’on rétrécit? Ou bien… Il peut nous transporter dans un autre endroit? … Un gâteau couleur améthyste… qui nous fait briller un peu plus fort?

    lundi 14, mars 2016 à 14h26
  10. marie kléber

    J’ai l’impression d’avoir lu un joli conte Mély! J’aime ta recette ouverte à tous les possibles, que l’on peut essayer encore et encore, étoffer, améliorer, redécouvrir avec d’autre éléments, d’autres aliments. C’est magique! Mille merci.

    lundi 14, mars 2016 à 14h36
  11. Karen

    C’est vraiment très joli et poétique, tout toi quoi.

    lundi 14, mars 2016 à 14h47
  12. Lehla

    L’utilisation des légumineuses (type potiron, patate douce, pomme de terre, …) dans les desserts, c’est souvent magique je trouve :)
    Je n’avais encore jamais pensé à la vitelotte et, du coup, ça me tente !
    Par contre, j’ai du mal à comprendre, à la lecture de la recette, quelle est, en fait la définition d’un brownie ! Il s’agit plutôt d’un gateau au chocolat non ?
    J’avoue, que contrairement à la majeure partie de la population, je ne suis pas fan de chocolat en général. Je sais l’apprécier, mais c’est loin de l’histoire d’amour. Alors, dans un brownie, ce que je préfère, ce sont les morceaux de noix !
    Aussi j’ai été étonnée, sans morceaux de noix (quelle que soit la noix en question), quelle est la différence avec un gateau au chocolat ? Pourquoi l’avoir appelé brownie ?
    J’essaierai avec des noix de pécan <3

    lundi 14, mars 2016 à 15h26
  13. Mathilde ✨ L'Arbre-en-ciel

    Bonjour Mély,
    Voilà un gâteau féerique, à la si belle couleur violine ! Et merci pour toutes ces idées de personnalisation, j’aime beaucoup ces recettes où la base est déclinable à l’infini…
    Pourrait-on remplacer les pommes de terre/patates par des légumineuses ? Je tenterais bien avec des haricots rouges…
    Belle journée à vous

    lundi 14, mars 2016 à 16h34
  14. Nanou

    Il a l’air trop bon ce brownie et surtout très original! J’ai hâte de tester :-)

    lundi 14, mars 2016 à 17h25
  15. Bérénice

    Magnifiques photos ! C’est étonnant de voir que l’on peut arriver à de si jolies couleurs rien qu’avec des aliments naturels !! Les ingrédients sont tellement sains aussi <3 je me la mets de côté et je ne manquerai pas de la publier avec le hashtag :)

    lundi 14, mars 2016 à 22h24
  16. Mély

    @ Lehla : Bonjour
    Pertinente question (qui, je vois, est revenue une ou deux fois)
    Le brownie se définit comme :
    • un gâteau fait avec une base d’ingrédients mélangeant de la farine, sucre, beurre, chocolat & œufs (les ingrédients cités en début de l’article donc) ;
    • base à laquelle on peut ajouter des noix : traditionnellement pécan que l’on peut élargir à d’autres (macadamia, noisette, etc.) ;
    • là aussi, optionnellement : recouvert d’un glaçage – principalement à base de chocolat (noir ou au lait) ;
    • l’histoire raconte que le brownie est né d’un oubli d’une cuisinière préparant un gâteau au chocolat ayant oublié d’y ajouter de la levure.
    Une fois son gâteau sorti du four, avant de le jeter, elle a voulu en découper une petite part pour voir à quoi ressemblait son intérieur… et c’est ainsi qu’elle a vu un intérieur fondant & moelleux à souhait, et a décidé de le servir ainsi : en petites parts… une tradition qui serait restée & a son importance dans la dégustation d’un brownie (on n’en mange jamais découpé en part triangulaires, et on ne verse jamais un brownie dans un moule rond – à tarte par exemple).
    • comme beaucoup de gâteaux « classiques », le brownie a ensuite été revisité une multitude de fois en conservant les bases citées précédemment & en changeant un ou deux éléments (type de noix, glaçage ou noix, plus ou moins fondant, etc.).

    @ Mathilde : Bonjour
    Oui, on peut tout à fait imaginer un gâteau de la sorte
    En revanche, la texture des légumineuses (haricots rouges) cuites & mixées est beaucoup plus sèche que la texture des pommes de terre / patates douces cuites & mixées : on devra alors jouer sur cette texture en ajoutant un élément humidifiant cette base (eau, lait végétal, lait de coco, crème de soja, etc.).
    Au niveau gustatif & dégustation : il sera plus rassasiant rapidement & une part étant très concentré en légumineuses pourra être peu digestes pour certaines personnes (SII ou non), selon le reste du repas.
    Bels essayages

    mercredi 16, mars 2016 à 8h36
  17. Mouton Nicole

    Merci Mély pour tous tes judicieux conseils. Je tenterai ce brownie avec des patates douces

    mercredi 16, mars 2016 à 15h17
  18. Carole

    Bonjour !
    C’est magnifique !
    On dirait un tableau.
    Peut-on remplacer l’œuf par de la compote ?
    Bonne journée.

    lundi 21, mars 2016 à 8h37
    1. Mély

      @ Carole : Bonjour ✩
      Je n’ai pas essayé. Je dirai qu’en théorie « oui »… mais serais ravie d’avoir votre retour (en commentaires – pour que d’autres lecteurs en bénéficient aussi !) si vous le réalisez.
      Merci ♡

      mardi 22, mars 2016 à 7h44
  19. Bénédicte

    Il est magnifique, quelles belles couleurs et j’imagine qu’avec tout ce qu’il y a comme bons éléments on ne culpabilise plus en mangeant ce délicieux gâteau. Avec quelques noix de pécan, je me vois déjà en train de le déguster…

    mercredi 23, mars 2016 à 10h19
  20. Cooking in June

    Quel article ! Elle est incroyable ta recette (Patate douce + brownie = swoon!) !
    Super hâte de la tester !
    Merci pour l’inspiration,

    xxx

    Irène
    http://www.cookinginjune.com/

    lundi 4, avril 2016 à 3h29
  21. Lili

    Oh la la mais la tu me fais briller les yeux!!

    lundi 11, avril 2016 à 22h17
  22. omothermix.com

    Superbes photos pour une recette excellente. Cela donne envie d’y gouter ;)

    samedi 16, avril 2016 à 0h03
  23. Nelb

    Chapeau pour mettre en oeuvre une telle créativité culinaire !
    Cette créativité te permet d’adapter des recettes et de jouer avec le résultat gustatif et personnel (« adapter à soi » comme tu le dis si bien, ses goûts, son histoire, ses envies du moments et tant d’autres choses).
    Une idée m’est venue à l’esprit en faisant ce constat. Pourquoi ne te lancerais-tu pas le challenge d’essayer d’expliquer à tes lecteurs comment déployer eux dans leur cuisine une telle créativité ?
    Le challenge est relevé mais tu maîtrises tellement bien le processus, que même si cette maîtrise est inconsciente tu pourrais faire un post génial. Et l’article offrirait un très beau cadeau à tes lecteurs : pratiquer la magie dans leur cuisine et déposer des graines de créativité. Nous sommes tant à passer des années à être bloqué avec cette créativité. Ca se sent dans tout : suivre la recette à la lettre et ne pas oser changer des choses soi-même, ne pas oser faire des tests pour voir ce qui n’a pas été, ne jamais créer de recettes, ne jamais innover dans les goûts (toujours les associations classiques et certaines seulement).
    Dit comme ça, le jeu en vaut la chandelle, non ?

    PS : Désolé si le commentaire est long, je voulais expliciter mon idée car elle est très générale et qu’elle aurait besoin d’être mieux comprises tant sa réalisation réussie apporterait aux cuisines de la joie et de l’amour !

    samedi 13, août 2016 à 20h31
  24. Artisan Remy Serrurier Paris 10

    Hum ça l’air d’être très délicieux et merci pour la recette

    jeudi 17, novembre 2016 à 15h30

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?