Chlorella : ses bienfaits + propriétés nutritionnelles

 

chlorella

Ok.
Je déclare officiellement que mon addiction pour le beurre de coco a fait place à une nouvelle addiction.
Celle contenue dans ce verre.

Leurs goûts sont à des années-lumière l’un de l’autre.
Et, pour être sincère, ma nouvelle addiction ne fait pas atteindre le nirvana à mes papilles.

Mais… Alors… Pourquoi ? Pourquoi ?
Parce que.
Parce que ma nouvelle addiction a un tel potentiel, a une telle richesse, est un tel trésor à elle seule, que j’ai fini par accepter son petit goût caractéristique, et pas franchement yummy.

Et puis.
Au final, la Femme-Fée que je suis a su créer une certaine magie autour de cette nouvelle addiction.
Nous le verrons à la fin : j’ai réussi à créer des associations, des astuces culinaires, et inventer des petites recettes où elle se glisse à merveille.

Il me tenait à cœur de façonner, et de dompter gustativement cette merveilleuse poudre d’émeraude avant de la partager avec vous tous.
Voilà qui est fait.

Depuis le tout premier jour où je l’ai prise, je savais qu’elle ferait partie de mes habitudes pendant un long moment.
Cette petite poudre m’accompagne désormais tous les jours, depuis de nombreux mois.
Et, j’espère qu’elle vous inspirera aussi.
Cette merveilleuse chlorella.

couverture

Historique
La chlorella (ou chlorelle) est une algue d’eau douce microscopique, comme le sont ses cousines la spiruline ou la klamath (les algues que l’on trouve séchées en paillettes ou fraiches dans les magasins bio sont des algues d’eau de mer, donc contenant de l’iode & du sodium).

Son petit nom ? «Chlorella pyrenoidosa» ou «Chlorella vulgaris».
Ce n’est pas très sexy, on est d’accord.

C’est en 1890 qu’un biologiste hollandais (Beyerinck) l’a découverte. Depuis, la chlorella a fait l’objet de nombreuses études dans le monde entier, et on continue à l’étudier à ce jour.
Tous les scientifiques sont d’accord sur un point : la chlorella est formidable de par sa composition nutritionnelle (biochimique) et sa composition morphologique.

Informations morphologiques et nutritionnelles
Les richesses de la chlorella sont (vraiment) très nombreuses.
Parmi elles, il y en a trois qui se démarquent particulièrement.
D’ailleurs, la chlorella est le seul aliment au monde à contenir deux d’entre elles.
Absolument aucun autre aliment au monde ne les contient.

richesseaumonde

1e richesse : sa forme morphologique
Composée d’une seule cellule, la chlorella est ronde comme un ballon : sa forme sphérique est de la même taille que nos globules rouges.

Mis à part quelques très rares cellules (dont les globules rouges), chaque cellule sur notre jolie planète Terre est constituée d’un noyau et d’une enveloppe (appelée aussi «membrane»).

Ronde. Petite. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire.

Là où elle devient extraordinaire…
L’enveloppe de la Chlorella est constituée de fibres non assimilables (notamment de cellulose).
Or, notre corps ne peut pas assimiler les fibres de son enveloppe : il va donc les évacuer (par nos selles).
Et… C’est aussi son enveloppe qui attire les toxines.
L’enveloppe de la chlorella a une grande affinité biochimique (physique) avec les toxines et les métaux lourds : elle les attire à elle comme un aimant, et les capte (chélate).
Telle une maman canard qui appellerait ses petits canetons, elle appelle à elle toutes les toxines qui trainent dans ses parages.

Différents tests auraient montré qu’une prise de chlorella dans un but détoxifiant serait plus efficace si l’on accompagnait cette prise avec une consommation de coriandre, et d’ail des ours :
– la coriandre délogerait le mercure logé au coeur de nos cellules, mais n’aurait pas la capacité de l’acheminer hors de notre corps (la chlorella prend ici le relais, en l’évacuant via nos selles).
– l’ail des ours, en plus de ses propres fonctions détoxifiantes, contient notamment des éléments qui protègeraient nos globules rouges et blancs de I’oxydation que peuvent causer les métaux délogés durant la cure pour se retrouver dans notre circulation sanguine.

trio

La chlorella est connue, et reconnue surtout pour sa réputation détoxifiante.
Se limiter à cette seule caractéristique est limitatif, car ses propriétés & ses richesses sont loin de s’arrêter là.
Dans certains cas, la prise de chlorella peut éveiller des effets secondaires plus ou moins intenses (apparition de boutons, maux de tête, nausées…). Ces effets secondaires (appelés parfois «crise curative») ne doivent jamais apparaitre plus de quelques jours (en moyenne 3 à 5), et ne doivent pas être confondus à un appel au secours de notre corps qui n’a pas les ressources, l’énergie, et la vitalité nécessaire pour «évacuer» toutes ces toxines.
Visualisons notre corps comme s’il était une belle caverne de trésors qui serait recouverte, à certains endroits d’une fine couche de poussière (les toxines). Si un ouragan s’éveille (la prise de chlorella), mais que toutes les portes de sortie (nos émonctoires) restent fermées, ou s’ouvrent mal, notre petit corps se verra encombrer de toxines qui, réveillées, créeront une véritable tempête de poussière (les effets secondaires souvent confondus avec des crises curatives).
En cas de doute, n’hésitez pas à demander soutien auprès de votre Naturopathe (ou d’un thérapeute travaillant avec la chlorella).

2e richesse : la chlorophylle
La chlorophylle est un pigment vert.
Les plantes l’utilisent pour synthétiser (transformer) la lumière du soleil en énergie : c’est le principe de la photosynthèse.

Arrêtons-nous là un petit moment.
Juste pour relire la dernière phrase avec un regard tout neuf.
«Transformer la lumière du soleil en énergie».
Ce processus se déroule tous les jours, sur toute la surface de la Terre, sans qu’on le voie opérer.
Mais, lorsque je prends le temps d’y penser… Transformer la lumière en énergie. Je sais pertinemment que c’est un procédé moléculaire établi, mais je ne peux m’empêcher de le trouver formidable.

Ok, ce petit aparté (d’amoureuse de la Nature) fait, revenons-en à notre chlorophylle.

La structure moléculaire de la chlorophylle ressemble beaucoup à celle de notre sang (l’hémoglobine pour être exact), leur seule différence étant leur atome central :
– celui de la chlorophylle est un atome de magnésium : c’est ce qui donne la couleur verte aux végétaux
– celui de notre hémoglobine est un atome de fer : c’est ce qui donne la couleur rouge à notre sang

Des études montrent que lorsque l’on consomme de la chlorophylle, la production de notre hémoglobine augmente.
Or, une plus grande quantité d’hémoglobine dans notre circulation sanguine permet de mieux irriguer toutes nos petites cellules en oxygène : le premier & le plus important élément pour leur bon fonctionnement.

Les bienfaits de la chlorophylle ne s’arrêtent pas là.
La chlorophylle permet aussi :
– d’aider notre corps dans les processus de cicatrisation (en stimulant la régénération de nos cellules endommagées)
– d’aide à maintenir, et à corriger notre équilibre acido-basique
– permet également d’assainir notre flore intestinale

Et… Savez-vous quelle est la source au monde la plus riche en chlorophylle ?
Vous avez deviné : c’est la chlorella.
Notre jolie poudre d’émeraude.

La chlorophylle est bénéfique pour tous. À tout âge, les deux sexes, et peu importe notre hygiène de vie, chacun de nous gagnerait à augmenter sa ration en chlorophylle.
Comme la chlorella est la source au monde qui en contient le plus, en prendre une petite portion à un rythme qui nous convienne (quotidien ou 2 à 3 fois par semaine), est une manière simple, à la portée de tous, pour apporter à notre petit corps cette précieuse substance.

3e richesse : le CGF (facteur de croissance)
Le CGF est un complexe formé de vitamines, d’acides aminés, et d’acides nucléiques.
Les acides nucléiques jouent un rôle important dans la vie de nos cellules, car ils agissent sur :
– le développement de nos cellules,
– leur renouvellement lorsque les plus anciennes meurent,
– et la réparation de toutes nos cellules abîmées.
En d’autres termes, les acides nucléiques sont de vrais petits bricoleurs qui aident, et soutiennent toutes les cellules composant le fabuleux écosystème qu’est notre corps.

Notre corps contient naturellement des acides nucléiques, mais leur quantité diminue avec l’âge.
Le stress, la pollution, et une mauvaise hygiène de vie (alimentaire & physique) sont également des facteurs qui font diminuer notre réserve d’acides nucléiques (ils obligent notre corps à en puiser plus pour contrebalancer la perte engendrée par ces facteurs).

Or, comme le CGF contient des acides nucléiques, il apporte une aide précieuse à notre corps dans tous ses rôles de production, développement, renouvellement, et réparation cellulaires.
Et en faisant cela, le CGF favorise nos défenses naturelles, et accélère la cicatrisation.

La chlorella est le seul superaliment au monde à posséder ce facteur.

Il aurait également un effet prébiotique (qui favorise l’augmentation des lactobacilles, des bactéries favorables à la santé de la flore intestinale).

IMG_6799

Protéines
Comme toutes les algues, la chlorella contient énormément de protéines : elle est composée de plus de deux tiers de protéines.
De plus, les 8 Acides Aminés Essentiels sont présents : c’est donc une source de protéines complètes.

Bon.
Les aliments protéiques (animaux ou végétaux), ne sont pas rares.
Donc… On pourrait se demander ce que les protéines de la chlorella ont d’exceptionnel ?

Merveilleuse & fabuleuse, la chlorella nous réserve encore une petite surprise.
Les protéines de la chlorella sont directement assimilables par notre organisme, contrairement aux protéines (animales ou végétales) qui doivent être digérées avant de pouvoir être utilisées.

Ainsi, de par sa teneur exceptionnelle en protéines, la chlorella est intéressante pour les végétariens, végétaliens, sportifs, enfants en croissance, et toutes personnes convalescentes (dont l’organisme étant parfois faible, a moins d’énergie pour digérer), et les personnes souhaitant consommer moins de produits animaux (pour des raisons de santé ou écologique), et ayant peur d’être carencées.

En d’autres termes : la quasi-majorité de la population.

Consommer de la chlorella, c’est assurer à notre corps un apport de protéines de qualité, hautement & facilement assimilables, ne nécessitant aucun effort de digestion à notre corps. On permet ainsi à notre corps d’économiser une énergie précieuse (celle de la digestion) qui pourra être utilisée pour d’autres fonctions.

Acides gras
Côté acides gras, la chlorella en contient environ 10%.
Et, leur qualité est au rendez-vous : la majorité de ses acides gras sont des acides gras essentiels (AGE).
(Vous pouvez relire des infos sur leur sujet mon article sur le chanvre ici).

Vitamine B12
Beaucoup d’études ont été réalisées autour de la vitamine B12 et de la chlorella : les avis ont longtemps divergés. Certains affirmaient que la chlorella contenait de la vitamine B12, et d’autres affirmaient le contraire.
Les deux ont raison.
Tout comme la spiruline, la chlorella contient une substance qui ressemble à la vitamine B12 (et qui fausse les dosages sanguins), mais qui n’en est pas.
La chlorella n’est pas une source de vitamine B12 fiable (des 3 microalgues, seule la klamath contient de la vitamine B12 assimilable par notre corps).

Différences avec spiruline ?
La Spiruline est un phytoplancton bleu vert spiralé de la classe des Cyanophyceae.
Elle est apparue sur Terre il y a quelque 3,5 milliards d’années.
La Chlorella est une microalgue de forme sphérique, de la classe des Chlorophyceae.
Elle est apparue sur Terre il y a environ 3 milliards d’années.

chlorella-spiruline

Vitamines
Bien que plus abondantes dans la Spiruline, les vitamines sont également bien représentées dans la Chlorella.
Les vitamines du groupe B y figurent en bonne place, avec quelques petites variations dans les teneurs d’une microalgue à l’autre.
On peut signaler la présence, modeste, de vitamine C dans la Chlorella et son absence dans la Spiruline.

Minéraux et oligo-éléments
La Spiruline et la Chlorella contiennent toutes les deux les minéraux et des oligo-éléments essentiels pour notre organisme : fer, magnésium, calcium, manganèse, potassium, phosphore, zinc et sélénium…
♦ La spiruline contient plus de deux fois plus de calcium que la chlorella.
♦ La spiruline et la chlorella contiennent toutes les deux beaucoup de fer. Elles sont d’ailleurs appréciées pour cela, car leur fer est mieux assimilé que celui contenu dans les végétaux.
La chlorella contient 2 fois plus de fer que la spiruline (133 mg contre 58 mg pour la spiruline).
Les personnes anémiées choisissant l’une de ces 2 algues pour leur apport en fer doivent absolument consommer en même temps une source assimilable de vitamine C (comme la poudre de baobab, par exemple, ou d’acérola).
♦ Comme ce sont des algues d’eau douce, elles ne contiennent pas d’iode et leur teneur en sodium est quasi nulle : on peut donc les consommer sans problème si l’on suit un régime dont l’apport en sel doit être contrôlé.

Protéines
La spiruline contient plus de protéines (68%) que la chlorella (55%).
La qualité de leurs protéines est équivalente : elles sont toutes deux hautement digestes, et contiennent les 8 Acides Aminés Essentiels.

Chlorophylle
La chlorella renferme quatre fois plus de chlorophylle que la spiruline.
Nous l’avons vu, c’est un de ses principaux atouts.

Fibres
La spiruline & la chlorella sont toutes deux riches en fibres végétales, mais c’est la chlorella qui en contient plus.

Acides Gras Essentiels
Les acides gras essentiels (AGE) sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme, nous l’avons vu.
La spiruline contient 1% d’oméga 3, tandis que la chlorella en contient un peu moins : 0,4% à 0,7%.
Cette quantité est bien trop faible pour être le seul apport quotidien en AGE, bien sûr : on peut les voir comme des petits «atouts» supplémentaires.

SOD (SuperOxyde Dismutase)
La SuperOxyde Dismutase (SOD) est une enzyme qui joue un rôle important dans le système de défense contre les radicaux libres : c’est une sorte de «SuperWomen» qui lutte contre les radicaux libres.
La spiruline en contient plus que la chlorella.

Bêtacarotène (et autres antioxydants)
Bien que les deux microalgues soient d’excellentes sources d’antioxydants (carotènes, lutéine, zéaxanthine…), la spiruline contient près de 5 fois plus de bêtacarotène que la chlorella.
Les personnes ayant un foie fragile et/ou surchargé doivent limiter une prise très concentrée de bêtacarotène (urucum, spiruline, jus de carottes) sur le long terme (plus de 6 mois).
Dans cette optique (et dans cette optique seulement), la chlorella est plus indiquée.

En MTC / énergie
En Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), la chlorella est associée à l’élément Eau qui est lui-même relié :
– à la saison de l’hiver
– à nos reins & notre vessie
– et en cuisine, au goût salé
L’élément Eau est aussi lié à nos émotions, ainsi que nos ancêtres, nos racines.

Nous l’avons vu : la chlorella a de puissantes propriétés détoxifiantes.
Or, son pouvoir de détoxification peut aussi agir en dehors de notre plan physique, et avoir un impact sur nos autres plans, notamment émotionnel, et même transgénérationnel.
La chlorella peut être une aide précieuse lors d’un travail de développement personnel visant :
– à briser un schéma répétitif ancré depuis plusieurs années (parfois même inscrit dans le transgénérationnel)
– à déterrer des émotions enfouies dans l’inconscient

Attention.
La chlorella ne devrait jamais, jamais être prise sans que l’on est effectué un travail préalable sur notre plan physique. Notre plan physique peut être représenté comme une fondation. Et, une fondation solide est nécessaire pour pouvoir aller creuser, et chercher dans nos autres plans. Sans cette fondation solide, les effets de la prise de chlorella peuvent être très violents.
Lorsque la chlorella est prise dans le cadre d’un travail de développement personnel, elle ne doit jamais être prise seule : elle doit être considérée comme un outil, une aide s’inscrivant dans une procédure globale de développement et travail personnel.
Le soutien & l’accompagnement d’un Naturopathe vous seront précieux dans ce travail.

En MTC, des 3 microalgues, la chlorella est considérée comme étant la moins refroidissante, la plus tonifiante, et celle qui est l’action nettoyante la plus douce : ce sera donc elle que l’on privilégiera pour les profils «longilignes».

Propriétés
Pour résumer, la chlorella a de nombreuses propriétés :
♦ c’est une précieuse alliée lors de cures détoxifiantes
♦ améliore notre transit (diminue ballonnements & lutte contre constipation)
♦ est bénéfique pour l’écosystème, et l’équilibre de notre flore intestinale (grâce à sa richesse en chlorophylle).
Notre flore intestinale ayant de très nombreux rôles (immunitaire, hormonal, assimilation des nutriments…), ce point est sans doute le des plus important de tous.
♦ est alcalinisante, et aide donc à lutter contre l’acidification de notre organisme
♦ bénéfique pour la santé de nos phanères
♦ est une aide précieuse pour les déséquilibres glycémiques
♦ permet d’aider à lutter contre la fatigue
♦ a des propriétés anti-inflammatoires
♦ aide à lutter contre les champignons (candida…)
♦ peut s’inscrire dans un processus de développement personnel encadré pour agir sur différents plans (émotionnels, énergétiques, transgénérationnel)

Pourquoi elle fait partie de mes rituels quotidiens
De par ses nombreuses propriétés, elle apporte un large tropisme de bénéfices qui répond facilement à tout type de profil.
Je pense sincèrement que c’est un des superaliments que tout le monde gagnerait à adopter.
Là où diffèrera la consommation de chacun, est dans le rythme, ainsi que la dose prise.
Ainsi donc, chacun pourra y trouver des atouts qui lui sont bénéfiques à lui, et qui pourront être totalement différents d’une personne à l’autre.

citation

Comme je l’ai dit au début de l’article, j’ai totalement adopté la chlorella, et l’ai intégrée dans mon quotidien.
Pour ma part, j’aime prendre la chlorella, car :
♦ elle m’aide à réguler mon transit avec une grande douceur.
Dans le passé, j’ai longtemps souffert de constipation, et malgré tout ce que j’avais pu mettre en place pour y remédier, même s’il s’était grandement amélioré au fil du temps, mon transit restait souvent paresseux.
Mais, plus maintenant.
 Grâce à ma petite chlorella, mon transit est régulier, de qualité, et point non négligeable : ayant les intestins sensibles, la chlorella m’apporte un confort & une douceur assez incroyable compte tenu de son efficacité.
♦ un petit apport de protéines végétales hautement assimilables & non acidifiantes.
Même si mon apport en protéines est suffisant, la qualité des protéines de la chlorella est telle que j’aime apporter à mon petit corps des «protéines émeraude» (comprendre : de haute qualité). Je le vois un peu comme de donner un petit cadeau à mon corps, pour lui faire du bien, pour me faire du bien.
♦ si vous me suivez depuis quelque temps, vous savez peut-être que j’ai grandi à l’étranger, bien loin de notre douce France (et même de l’Europe). J’ai reçu une quantité juste phénoménale de vaccins jusqu’à mes 14 ans. La chlorella m’a beaucoup aidée au début, à me débarrasser des métaux lourds contenus dans les vaccins (un livre intéressant sur le sujet ici).
Oh. Saviez-vous que les tatouages utilisent des pigments contenant (en quantité infime, bien sûr), des métaux lourds ? J’imagine que la chlorella m’a aussi aidée à déloger ceux-là (de jolis ornements se cachent effectivement sur ma peau…)
♦ Ayant un profil «longiligne», elle m’est plus indiquée que ses 2 autres cousines (spiruline et klamath).

Quantité ?
Combien en prendre ? Comment la doser ?
Plusieurs facteurs influent sur la dose qui sera la mieux adaptée à chacun de nous : notre poids, âge, sexe, ainsi que notre état de santé, nos habitudes alimentaires, et de potentielles pathologies ou déséquilibres.

Voici quelques clés pour vous aider à consommer la chlorella :
♦ Pour un adulte, une dose normale quotidienne est d’environ 1 à 3 grammes.
Dans des conditions particulières (pathologies, cures…), la dose conseillée peut aller jusqu’à 10 grammes par jour.
♦ Lorsque l’on prend de la chlorella pour la première fois, il faut mettre en place un système de «palier» : les 3 premiers jours, on prendra un quart de la dose totale voulue, puis on l’augmentera progressivement.
Exemple : on souhaite consommer 3 grammes de chlorella par jour. Les 3 premiers jours, on prendra un peu moins d’un gramme de chlorella (la prise en comprimés est plus simple pour doser). On augmentera la dose au bout du 4e jour pour passer à 1,5 gramme, et ensuite de suite.
♦ Il vaut mieux étaler les prises de chlorella tout au long de la journée, et éviter de la prendre en une seule et même prise (contrairement à la spiruline que l’on peut prendre en une seule fois), surtout pour les intestins sensibles.
♦ Pensez à instaurer des «fenêtres thérapeutiques» afin que notre corps ne s’habitue pas (et ne se repose pas) à sa prise.
On peut ainsi l’arrêter 1 jour par semaine, ou 2 jours toutes les 2 semaines (on reprend normalement le lendemain, sans recommencer le protocole de palier).
♦ Pour aider, soutenir & renouveler le foie, il faut la prendre pendant 1 an au minimum, avec un dosage faible.
Les femmes enceintes ou allaitantes ne doivent pas consommer de la chlorelle.

J’espère que ces clés vous aideront à trouver votre rythme de croisière avec cette jolie poudre d’émeraude.
Gardez à l’esprit que la consommation de chlorella (comme tout autre superaliment) ne peut, et ne doit pas se substituer pas à un régime équilibré.
Elle peut être une aide précieuse pour booster notre apport en nutriments, dans le cadre d’un régime alimentaire déjà équilibré.
 Sur un « terrain » sain, et déjà équilibré, notre corps est plus réceptif à toutes ses richesses.
Il est plus intéressant, et même conseillé, de prendre les superaliments en complément d’une bonne hygiène de vie : une synergie entre les deux se met en place, et les bénéfices n’en sont que supérieurs.

IMG_6811

En cuisine
Oubliez le goût du chocolat, du beurre de coco, ou d’autres délices gustatifs.
Son goût n’est pas terrible, c’est certain, mais il n’est pas non plus répugnant.
De toute manière, autant s’accorder tout de suite : la chlorella, on ne la prendra pas pour rechercher une extase gustative (songez au beurre de coco pour ça. Ou, au chocolat cru, c’est pas mal aussi).

Mais, comme il suffit d’en prendre très peu pour bénéficier de ses bienfaits, elle s’intègre très facilement dans un grand nombre de préparations, sans en altérer leur goût.
C’est rudement pratique.
Elle colore d’une jolie couleur verte tout ce qu’elle touche (avec la quantité de chlorophylle qu’elle contient, c’est un peu normal).

Elle se mélange parfaitement à toutes les préparations, sucrées comme salées.
Voici quelques idées :
mélangée à un jus de pommes, de poires ou de kiwi (y avez-vous déjà goûté ? C’est absolument délicieux)
♦ intégrée dans une sauce pour un plat de pâtes, de riz ou de pommes de terre. On peut partir sur une base de légumaise, ou simplement avec un peu de purée d’oléagineux mélangé à de l’eau (1 cac pour 30 ml de liquide)
♦ parfaite dans les vinaigrettes maison : un peu d’huile, de vinaigre de cidre, une touche de moutarde, de quoi assaisonner, et hop !
♦ elle est géniale dans toutes les tartinades (dip) : au tofu, aux algues, aux légumineuses, des guacamoles, à base de légumes
♦ on peut imaginer beaucoup d’autres idées, le tout est de ne jamais la cuire et/ou la chauffer afin de sauvegarder ses précieuses propriétés, et ses nombreux nutriments.

Où trouver ?
La chlorella existe sous forme de poudre, ou en comprimés.

La chlorella est assez chère à l’achat, c’est une réalité.
Une autre réalité : comme il faut en consommer très peu (1 à 4 gr par jour), la durée de vie d’un paquet est très longue. Une prise quotidienne de chlorella revient en moyenne à 4,5 € par mois. Au vu des richesses qu’elle contient, des bénéfices et des propriétés qu’elle nous livre, je trouve que cet investissement a en réalité un prix tout doux.

Edit du 25 novembre 2013
Après plusieurs tests (gustatifs), recherches & demandes d’informations auprès des différentes marques & fabricants (demande d’accès au cahier des charges, sourcing, processus de transformation / séchage…), voici quelques marques distribuant la chlorella.
J’ai mis un petit cœur (♥) à côté de celles que je préfère au niveau gustatif & dont la qualité (sourcing + fabrication) m’apparait comme optimale :
Sol Semilla (♥♥) la propose en poudre ainsi qu’en comprimés.
Depuis octobre 2013, Sol Semilla propose de la chlorella d’origine française : une des rares marques à la proposer (et niveau goût… la différence est énorme !).
Nutrinaturel en propose de plusieurs marques (origines diverses)
Flamant Vert (origine : France)
– Echlorial (cultivée en Allemagne, sous tubes en verre)

Edit du 20 mai 2015
En février 2015, Sol Semilla a reçu une nouvelle production de chlorella (du même producteur français les fournissant depuis novembre 2013) : après quelques semaines de mises sur le marché, j’ai eu quatre retours de personnes que j’accompagne en Naturopathie me décrivant des maux découlant de la prise de chlorella (nausées, dégoût, troubles digestifs). Après vérification, il s’avère que chacune d’elles avaient consommé la nouvelle chlorella (reçue en février 2015).
Ayant moi-même reçue & consommée cette chlorella, et ayant également expérimentée certaines désagréments (essentiellement dégoût & ressentis différents depuis le début de ma consommation de cette précieuse poudre), j’ai contacté Sol Semilla pour leur remonter l’information.
Après une troisième vérification par le biais d’analyses (avant la mise sur le marché, plusieurs tests sont faits automatiquement sur chaque lot) : le nouveau lot de chlorella n’est pas dangereuse, et un changement de granulométrie & solvabilité a été mesurée, sans en connaitre la cause exacte.
Si sa consommation ne comporte donc aucun danger, son ingestion pouvant provoquer certains désagréments, je préfère momentanément vous la déconseiller le temps que le fournisseur puisse nous apporter plus d’éléments.
Appréciant énormément Sol Semilla à titre personnel & travaillant avec eux (notamment par le biais du partenariat Pastel), ces mots m’ont été difficiles à formuler. Cependant, ma sincérité & ma transparence me liant à mes lecteurs (vous ♥) restent autant ma priorité qu’une ligne éditoriale de qualité & mise à jour régulièrement.

Edit du 24 septembre 2015
Sol Semilla m’a informée d’une mise à jour concernant leur chlorella : leur fabricant étant revenu à leur ancien système de production, leur qualité est revenue aux normes passées.
J’ai donc recommencé à travailler avec & la prendre personnellement.

Enregistrer

Enregistrer

Tags : Catégories :

De la magie, ici aussi : Patreon Pastel ♥

Des jolies choses exclusives + un groupe grandissant et rempli de bienveillence…
En savoir plus

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

69 commentaires

  1. Matthias Gergaud

    Bonjour, très bon article sur la chlorelle! Est-ce volontaire ou un oubli de ne pas évoquer la notion d’agriculture biologique?
    Excellente journée

    mardi 10, juillet 2018 à 9h21

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité.