Culottes menstruelles française sans nano-particules // Fempo

6,5 * : c’est le nombre existant de types de protections menstruelles.
Les plus connues sont les serviettes jetables et les tampons : ce sont ces deux options que j’avais à ma disposition lorsque j’ai eu mes premières règles. Avec ou sans ailettes (pour les serviettes), avec ou sans applicateurs (pour les tampons), ces deux protections se déclinent également en fonction du flux (faible, moyen ou abondant) que l’on a. Je les ai abandonnés depuis plusieurs années (et continuerai à les boycotter tant que les fabricants ne cesseront pas d’afficher clairement leur composition).
Depuis quelques années, les serviettes lavables et la coupe menstruelle ont fait leur apparition, et ont commencé à conquérir nos foyers. Moins connue, l’éponge menstruelle (http://www.eponge-menstruelle.fr/) a son concept proche de la coupe menstruelle
Préférant opter pour une protection externe, depuis quelque temps, je me suis tournée vers les serviettes lavables, et les «culottes de règles» qui rentrent dans la dernière catégorie de protections menstruelles. Ces sous-vêtements menstruels (culottes, shortys, strings, boxers…) sont le type de protection que je trouve la plus innovante et révolutionnaire.
(* Ah oui, le «0,5» des 6,5 recensant le nombre de protections menstruelles désigne le «flux instinctif libre» qui est un moyen de vivre ces règles, mais ne peut en aucun cas être défini comme une protection… dont le 0,5 :D )

Personnellement, depuis que j’ai lu ce livre (que toutes les femmes devraient lire) (les hommes aussi. Si, si), je parle librement des règles (lorsque l’occasion se présente, évidemment). Comme le dirait un certain personnage fictif : «la peur d’un mot ne fait qu’accroître la peur de ce qu’il désigne». Comme ce concept de peur peut, bien sûr, se juxtaposer à celui des tabous, le fait de parler plus librement de ce sujet on-ne-peut-plus-naturel (il concerne simplement près de la moitié de la population mondiale…) permettra, sur le long terme, de dépasser le tabou qui flotte parfois autour de la thématique du cycle menstruel.

Aujourd’hui, je vais donc vous faire part de mon avis concernant les culottes de règles : cet article retranscrira autant mon expérience – subjectif donc – que je vais enrichir par le fruit des recherches effectuées pour compléter cet article, et le rendre le plus objectif possible.

À l’international, plusieurs marques de disponibles : la plus connue est sans doute Thinx (américaine), et il existe également Dear Kate, PantyProp, Lunapanties, Anigan, Modibodi.
Un des inconvénients avec ces différentes marques (outre l’empreinte carbone élevée) se trouve dans les frais postaux : entre les frais de port qui sont eux-mêmes élevés, et les potentiels frais de douanes (l’automne dernier, lors de ma commande pour Thinx, j’ai dû payer 53€ de frais de douanes à la réception… ça fait mal).

Il y a quelques mois, est né «Fempo» : la première marque française de culotte menstruelle sans nano-particules, créée par Fanny Abes et Claudette Lovencin qui ont décidé d’agir à une grande échelle, suite au reportage diffusé sur France 5 au sujet des tampons (elles racontent leur histoire ici).

 

☽ Aucune des photos de cet article ont été retouchées #authenticité ☾

 

 


 

«La culotte à la loupe…»
{ Présentation }

Visuellement + au toucher

Visuellement, leurs sous-vêtements semblent être «normaux» : une culotte et un shorty basiques, incluant le fond de culotte auquel on pourrait s’attendre à être épais.
Au niveau esthétique, la culotte a une coupe classique et fonctionnelle.

Au toucher et à porter, c’est aussi confortable qu’une culotte normale. Là aussi, on ne peut suspecter une différence, fond de culotte inclus… et pour cause : plus fine qu’une serviette hygiénique, leur culotte a une épaisseur de moins de 2mm. À aucun moment, on a l’impression de porter une couche (comme pourraient le craindre certaines). Au cours de la journée, cette sensation de confort est renforcée par le fait que rien ne bouge (contrairement aux serviettes – jetables et lavables – que l’on doit parfois ré-ajuster.
On peut pratiquer tous les sports avec (endurance, cardio) : la culotte se fait vite oublier !

 

Les différentes couches (tissus) la composant

L’intérieur du shorty et de la culotte est composé de 3 tissus différents :
▸ Le premier est le tissu de la doublure (partie en contact avec la peau et les muqueuses) : il est en coton, et est aspirant : il permet au sang de ne pas rester en contact avec la peau, et donc d’éviter la désagréable sensation d’humidité.
▸ Le deuxième tissu est celui qui se trouve à l’intérieur de notre sous-vêtement : en bambou, c’est grâce à lui que le sang de notre flux est absorbé et maintenu à l’intérieur. Le bambou a des propriétés hyper-absorbantes, et serait naturellement anti-bactérien (ce qui limite le développement des odeurs).
▸ Le troisième tissu est celui de «l’extérieur» : imperméable, il est aussi respirant. Au toucher il ressemble à un maillot, et est fait de «pul» (aussi utilisé pour les couches lavables, PolyUréthane Laminé de son petit nom, est un enduit souple et respirant), et de polyester.

 

 

 

 

Différences entre les marques

Lorsque les culottes de règles ont commencé à se démocratiser, le magazine Cheek a publié un article très intéressant au sujet d’une controverse concernant la composition de la majorité des marques étrangères (dont la plus célèbre, Thinx) (l’article en question).
Pour résumer en quelques mots : afin que les sous-vêtements aient des propriétés anti-microbiennes et anti-odeurs, beaucoup de marques traitent le tissu de fond de culotte avec une application d’argent sous forme ionique, que l’on suspecte être des nanoparticules (plus petites que nos cellules, ces dernières peuvent traverser le corps et, potentiellement, se stocker dans notre organisme. Nous ignorons les conséquences que cela peut avoir sur le long terme sur notre homéostasie).

Fempo fait exception : en effet, contrairement à la majorité de ces marques étrangères, leur shorty et culotte ne contient pas de nanoparticules de métal : tous les textiles qui la composent sont certifiés OEKO-TEX® | STANDARD 100, le même que pour les nourrissons.

 

 


 

«Concrètement ?…»
{ Les Avantages / inconvénients }

 

Dans la vie, un grand nombre de caractéristiques peuvent être vues et appréhendées selon un angle différent… selon les goûts, l’histoire, la personnalité, les spécificités de chacun : certains critères seront les avantages de certains, et seront les inconvénients d’autres… Ainsi, pour cette partie, j’essaierai de partager mon point de vue, tout en restant le plus objective possible. À chacune de s’approprier chacun de ces critères selon ses valeurs, ses spécificités, ses priorités ♥

 

Confort

Personnellement, j’ai décidé d’acheter le shorty de Fempo (plutôt que la culotte) : j’ai effectué ce choix après avoir regardé la vidéo de Camille où la description commune d’Elise et Camille m’a permis de savoir que pour me rapprocher de mes propres préférences en termes de sous-vêtements, le modèle shorty aurait ma préférence. Mes bas de sous-vêtements, je les aime doux (au toucher), bien enveloppants (qu’ils couvrent la fesse entièrement), et taille haute ou mi-haute.
Et… pour la petite anecdote, c’est après avoir acheté et reçu leur shorty, que Fanny m’a contactée pour me demander si je souhaitais faire un partenariat avec elles (la vie fait bien les choses ♥).

Durant mes règles, le confort du port de leur shorty est identique en tout point à mes autres culottes (et est même plus agréable que certaines…). En comparaison avec les serviettes lavables (que je portais avant), le confort est supérieur, étant donné que je n’ai pas à ré-ajuster une serviette qui tenterait de se faire la malle !

Je réserve le port de mon shorty pour la journée : la nuit, pour dormir, je porte une culotte normale avec une de mes serviettes lavables. Cependant, pour celles qui se poseraient la question : la partie absorbante remonte jusqu’à mi-fesse à l’arrière (un peu plus bas si on a la fesse ronde, comme moi) et au-dessus de la naissance des lèvres, à l’avant. Donc, en théorie, on peut porter leurs sous-vêtements la nuit aussi, il n’y aurait pas de problème de fuite.

 

Variétés (couleurs, taille, etc.)

À l’heure actuelle, Fempo propose des tailles allant du 34 au 48, et elles prévoient de réaliser les tailles 50 et 52.
Personnellement, selon les marques et le type de vêtements, j’oscille entre un 38 et 40. Ayant une morphologie en poire particulièrement marquée (comprendre = avoir des fesses généreuses et une taille très fine :)), j’ai opté pour un 40 : c’était parfait.
Côté couleur, l’indémodable noir est l’unique disponible. D’ici quelques mois, Fanny et Claudette nous ont promis d’autres coloris (elles nous font même participer en nous permettant de voter sur leur page Facebook.

 

Absorption / contenance, selon notre flux

Flux faible à normal
Il existe deux modèles pour les flux faible à normaux : le shorty et la culotte.
Mes règles ont un flux très faible le premier jour, un peu plus abondant le deuxième et troisième jour (tout en restant dans la catégorie «faible»), et on clôture avec un quatrième (voir cinquième) jour très faible (comme le premier).
(Voilà, vous savez tout, presque plus de tabou entre nous ;-))
Avec mon flux et mon shorty : je n’ai pas eu d’impression d’humidité, et encore moins de saturation de la capacité d’absorption.

Flux abondants +++
Edit du 22 janvier 2019 : un modèle existe désormais pour les flux plus abondants.
Je l’ai reçu mi-janvier, et l’ai testé sur une journée de cycle où mon flux était au plus fort (2e jour) : je l’ai beaucoup apprécié. La coupe et le confort ressemble en tous points au modèle « shorty » du flux normal (que j’ai eu en premier). On peut percevoir une très légère différence au niveau de l’épaisseur, mais cela n’a en rien impacté sur le confort du shorty porté.
(PS : étant donné que mon flux reste « normal à faible », je serai ravie de recueillir le témoignage de certaines ayant un flux très abondant et l’ayant testé en commentaires : mettre en commun et partager sera forcément utile pour toutes).

Conseil
Lorsque vous essayez de porter un sous-vêtement menstruel pour la première fois, faites-le un jour de fin de semaine, ou un jour où vous êtes certaine d’être chez vous la majorité du temps. Ainsi, en cas de «débordements» , vous  pourrez vous changer sans essuyer de sueurs froides.

 

 

Entretien / Lavage

Le short et la culotte peuvent se porter environ 12 heures d’affilées. Personnellement, j’ai été jusqu’à 16 heures un jour, sans que cela pose problème.

Pour les nettoyer, il est conseillé de procéder en trois étapes :
❖ les faire tremper dans une petite bassine (ou votre évier) d’eau froide (surtout pas chaude : cela ferait «cuire» le sang).
❖ puis, de procéder au lavage : soit à la main, soit en machine, à froid ou à 30°C maximum (programme «linge délicat»), dans un petit pochon pour vêtements fragiles (j’avais acheté cet ensemble – il existe aussi un format unique, de taille parfaite pour les sous-vêtements).
❖ pour le séchage : suspendez-les simplement sur un étendoir. N’utilisez ni sèche-linge, ni à proximité d’une source de chaleur (radiateur ou fer à repasser), cela abimerait le tissu imperméable.
… L’entretien est donc identique à nos autres sous-vêtements !

 

 

 

 

Écologique, éthique… et notre santé ?

Depuis environ deux ans, je suis attentive aux valeurs des marques de prêt-à-porter. Comme mentionné dans cette vidéo, il existe différents critères et valeurs : chacun a les siens, ses priorités, et peut cheminer à son rythme (fabrication nationale ou européen, écologique, santé, type de matières utilisées pour raison de confort et/ou d’écologie, etc.).
Si l’on reprend les différentes valeurs pouvant être incluses, voici donc un aperçu des différentes valeurs de l’engagement responsable qu’engendre l’utilisation de ce type de sous-vêtements :
⁍ { Santé } Étant donné que les sous-vêtements sont fabriqués dans des matières naturelles, sans nano-particules, et que ce sont des protections externes, il n’y a ni risque de choc toxique, ni risque d’irritation.
⁍ 
{ Écologique } Comme elles sont ré-utilisables sur plusieurs cycles et plusieurs années (leur durée de vie est estimée à 5-7 ans), leur durabilité, couplée à leurs matières, limite notre production de déchets (contrairement aux serviettes jetables ou aux tampons).
⁍ 
{ Éthique – lieu/conditions de production } Fempo est une marque française (le siège, les bureaux de Fanny et Claudette, est basé à Paris). Elles travaillent avec une modéliste et une monteuse basée en France. Les différents tissus proviennent de France et d’Italie. Les ateliers de productions se trouvent en France, en Tunisie et au Portugal (elles détaillent chacun de ces sites de production ici).

 

 

Où peut-on acheter des culottes menstruelles ?

Deux modèles sont disponibles chez Fempo : le shorty à 32€ et la culotte à 30€.
Si l’on souhaite porter une culotte de règles durant toute la période de nos règles, on devra songer à investir dans plusieurs culottes (deux, trois ou quatre selon la durée de nos règles, et la manière dont on gère leur rotation : porter-laver-sécher) : cela représente, certes, un certain coût, mais celui-ci est amorti au bout de quelques mois.
J’ai demandé à Fanny et Claudette de mettre en place un code promo pour que vous puissiez adoucir l’achat du shorty ou de la culotte avec -10% de réduction sur votre première commande» :

 FEMPOPASTEL ✭

Pour les découvrir un peu plus : Leur FAQ ; leur Facebook ; et leur Instagram.

Parce que je suis un peu curieuse, je serai ravie de vous lire : connaissiez-vous ce type de protection ? L’aviez-vous testé ? Quel est votre type de protection menstruel ? De mon côté, je suis contente d’avoir trouvé la méthode de protection menstruelle qui me corresponde et combine mes exigences en termes de confort, mon flux, mes valeurs éthiques (marque française, sans nano-particules, se rapprochant du zéro-déchet) ♥

 

✤ ✤ ✤

Que la découverte de ces culottes, adoucissent vos journées menstruelles 

D’autres chouettes articles à (re)découvrir :
Mon visage : ma routine soins naturelle ♡
Mes cheveux : ma routine naturelle
Syndrome de l’intestin irritable : mon histoire, mon parcours, mon équilibre

Article sponsorisé
• Plus d’informations quant à mon rapport aux marques ici : clic •
• Conformément à mon engagement, j’ai écrit cet article en étant totalement libre de mon expression •

Je souhaite recevoir ta Newsletter

Vous aimerez peut-être

53 commentaires

  1. ln22

    merci beaucoup, beaucoup pour ta réponse si détaillée. Bonne journée

    jeudi 28, février 2019 à 7h52
  2. Virginie N

    Perso, j’ai testé la version flux ++ sur mon dernier cycle.
    Premièrement je l’ai trouvé quand même un peu épaisse. Peut être parce que depuis 4 ans je n’utilisais que la cup, qui sait…
    Deuxièmement, gros hic pour moi, ayant les fesses vraiment rondes, ça ne remonte pas assez derrière. Ni devant d’ailleurs. La nuit je dors sur le ventre et le dos… (Oui je bouge beaucoup) et la femco n’a pas pu suivre. Ça a débordé devant derrière et sur les côtés. Donc la nuit ça va être culotte et cup les 2ème et 3ème jour de mon cycle.
    Troisièmement, c’est quand même un achat que je ne regrette pas. Elle est confortable. En journée, ça a été super agréable même si il a fallu m’habituer à la sensation du sang qui coule.

    vendredi 12, avril 2019 à 15h38
    1. Mély

      @ Virginie : Bonjour ♡

      Merci beaucoup pour ton retour ! Je trouve toujours intéressant de lire les impressions des autres… notamment car on ne pense pas forcément à TOUS les détails (et pourtant, j’essaie fort lorsque j’écris mes articles, pour vous) 💭✨
      Par exemple, pour moi, l’épaisseur ne m’a pas dérangé (même si j’ai bien vu la différence avec leur modèle « normal »… tout simplement car depuis plus de 12 ans, je mets quotidiennement des protèges-slips lavables (coton) : ce qui fait déjà une légère épaisseur (qui m’a donc habituée).

      Je suis entièrement d’accord avec toi sur la coupe : perso, ce n’est pas la marque de protection française que j’ai trouvé la plus « englobante » au niveau du fessier (et j’ai une belle paire de fesse moi aussi) 😋
      Je suis en train d’essayer de toutes les comparer (j’ai déjà quatre autres marques)… j’essaie de vous concoter un joli comparatif bien complet d’ici quelques temps 💛

      Belle fin de semaine 🌷

      vendredi 12, avril 2019 à 16h08
  3. Merly

    Je n’ai pas testé la culotte menstruelle de la marque fempo!!! Mais je peux vous dire que la culotte menstruelle de la marque Plim est Top !!!!!! Il y a des nouvelles marque qui se développent et qui sont super:

    – La marque Elia lingerie avec leur sublimes culottes ( tanga pour flux léger , culotte pour flux moyen, shorty pour flux abondant qui vaut 4 tampons )

    – La marque Blooming rocks avec leur culotte et shorty en coton pour enfants et adultes du 10 ans au 14 ans et du 36 jusqu’au 52, culotte dentelle polyamide extérieur , culotte taille très haute polyamide extérieur et culotte basique en polyamide ( intérieur coton bio pour 3 tampons) Voilà 😁

    samedi 13, avril 2019 à 0h50
  4. Lea

    Super article.
    Merci !
    La marque Elia Lingerie est sublime et engagée.
    En plus c’est du 100% français !

    lundi 22, avril 2019 à 11h31
  5. Carole

    Bonjour, je viens de tester la culotte Fempo power ++ que j’ai découverte grâce a Mélanie de chaudron pastel. Déjà merci car je ne savais pas que cela existé.
    J’ai acheté un pack de 3 directement.

    Je suis habitué au coup donc effectivement il faut s’habituer a la sensation du sang qui coule.

    Oui la culotte a une légère épaisseur rien a voir avec une serviette hygiénique et cela ne se ressent pas. Il est normal qu’il faille quelques choses pour récupérer le sang.

    Malheureusement alors que je suis au jour 1 j’ai eu une fuite! Je l’ai porté pile 12h. Elle devait être pleine. C’est difficile de se rendre compte à quel moment on doit l’a changer.

    Je suis quand même satisfaite de mon achat, j’adore l’idée. J’ai déjà fait de la pub à 2 copines avant d’avoir tester.

    Pour cette nuit je double cup+ culotte :)

    Voilou pour mon témoignage

    Carole

    jeudi 25, avril 2019 à 21h18
  6. Francoise

    Bonjour,
    J’aurai aimé savoir si on peut utiliser ces culottes hors menstruations. J’aimerai ne plus porter de protege-slips que je suis obligée de porter car j’ai toujours eu des pertes blanches plus ou moins abondantes. J’ai 55 ans.
    Merci et bonne journée.

    mardi 14, mai 2019 à 14h23
    1. Mély

      @ Françoise : Bonjour,
      Oui, bien sûr ! Sans aucun souci 😊

      mercredi 15, mai 2019 à 9h45
  7. younan

    Ton article a une belle écriture et vraiment pédagogique. Cependant, je ne suis pas d’accord avec toi concernant les nanoparticules d’argent, je t’invite à te renseigner sur l’argent colloïdale ;)

    vendredi 17, mai 2019 à 2h14
    1. Mély

      @ Younan : Bonjour ♡
      1/ Il y a plusieurs types de nano-particules, et nous ne connaissons pas le retour sur tous.
      2/ Argent colloïdal : oui, je sais (j’avais écrit ce post sur Instagram – clic).
      3/ Voir aussi l’article que j’ai mis en lien dans mon article (ici) : je ne voulais pas me répéter, car il me paraissait déjà complet et bien fait.

      vendredi 17, mai 2019 à 7h07

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité.