Réaliser son cottage cheese maison (3 ingrédients & 10 minutes)

couverture-finale-IMG_1375

♫ ♪ Mots écrits & inspirés au son des notes mélodieuses de The Runaways De la Romance ♪ ♫

Le cottage cheese, c’est un peu ma madeleine de Proust.
J’en ai des souvenirs précis.
Où la saveur délicieuse & fraiche de ce fromage…
Se mêle à l’histoire & l’amour qui se cachent derrière ses souvenirs.

Un souvenir qui remonte à mon enfance.
où j’ai grandi.
Dans ce pays si joli, des mille & une nuits.
Dans cet écrin étincelant de trésors cachés dans le désert, de reflets dorés, au ciel bleu éternel.

Dans ce pays exotique du Moyen-Orient, les expatriés français, ne trouvant pas de produits de la gastronomie française, n’en consommaient pas.
On retrouvait avec joie & délice ces grands classiques, si chers à notre culture gastronomique, tels que le pain, le fromage, le vin, et la charcuterie, le temps des étés, lorsque l’on rentrait en France pour les grandes vacances.
Et, durant l’année scolaire, on apprenait à découvrir de nouvelles saveurs, à élargir l’éventail de nos notes gustatives.
Les produits alimentaires que l’on trouvait mêlaient à la fois de délicates notes épicées, orientales, pimentées, et raffinées, reflet de leur propre culture arabe, avec des produits plus industriels qu’ils faisaient venir des États-Unis.
Mélange subtil & intéressant de 2 cultures que tout oppose.
Ce décalage m’amusait.
Il pouvait en découler des alliances étonnantes, surprenantes.
Si elles pouvaient être décevantes quelques fois, elles étaient le plus souvent savoureuses.

C’est d’ailleurs d’une de ces alliances que mon premier souvenir de cottage cheese découle.

Je venais de passer plusieurs heures, dehors, à jouer, à m’imaginer, tour à tour, princesse, fée (oui, déjà), sirène, chevauchant des licornes pastel (oui, déjà aussi), brandissant des baguettes magiques improvisées par des longues & fines branches trouvées dans les jardins.
J’avais des bijoux magiques aux mille pierres étincelantes dotés de pouvoirs surnaturels (aussi).
Je refaisais le monde.
Je le modifiais. Déjà.
J’aspirais à mettre plus de magie tout autour.
C’est épuisant de refaire le monde.
Pour une enfant de 8 ans.

Mes pauses goûter étaient un moment où je reprenais des forces.
Lorsque mes batteries magiques étaient à plat, je m’engouffrais en courant dans notre jolie & grande maison d’une blancheur immaculée.
La fraicheur de la maison, en totale opposition avec la chaleur caniculaire de l’extérieur, offrait elle-même un temps de repos pour mon petit corps.

Dans la cuisine, pieds nus sur le carrelage frais, en débardeur, je me tartinais de grandes galettes plates de pain arabe avec du labneh, ou me découpais quelques tranches de fromage halloum que j’enroulais dans mes galettes.

Ma version préférée restait celle, et de très loin, tartinée de cottage cheese ♥

chlorella romarin_m-IMG_1310

Ce fromage frais & granuleux à l’allure quelque peu grossière, mais au goût délicat était importé d’Amérique du Nord où il y est (très) connu & répandu. Autant que l’est notre camembert dans notre douce contrée.
On en trouve du nature, ainsi que des versions aromatisées, en sucrée ou salée.
Mais, ses racines, ses vraies… la douce origine de ce fromage frais qu’est le cottage cheese est britannique.
Un vrai melting pot.

Voyage dans le temps.
Voyage dans le monde.

couv-nuage-portrait-IMG_1394

Lorsque mes parents & moi sommes rentrés en France, en 1998, le cottage cheese n’avait pas (encore) conquis notre douce France.
Durant les premières années, je me suis simplement tournée vers les autres créations fromagères françaises, si nombreuses.

Quelques années sont passées, et un week-end, ma sœur habitant alors à Paris, est venue nous rendre visite pour 2 petits jours.
Et, dans sa valise, une surprise (elle m’en apportait toujours une petite).
Deux grands pots de… cottage cheese.
Paris venait d’accueillir les premiers pots de ce fromage frais en les important directement de Grande-Bretagne avec la marque Longley Farm.
C’est le sourire aux lèvres (et le cœur plein de souvenirs), qu’on a partagé ces deux pots de souvenirs passés.
Cette (re)découverte m’ayant rappelé les délices d’un de mes fromages favoris, et après quelques rapides recherches sur internet, j’ai découvert que réaliser son cottage cheese soi-même était tout simple.
Si simple, que sa réalisation nécessitait seulement 3 ingrédients.
Si simple, qu’en moins de 10 minutes, c’était prêt (et sans baguette magique).
Depuis ce jour-là, j’en ai fait régulièrement.
J’aimais réaliser des tests, aussi.
Je me suis amusée à tester plusieurs laits : vache (écrémé, demi-écrémé, entier), brebis, chèvre.
La version au lait de chèvre était celle que j’affectionne le plus.
C’était la plus douce de toutes.

Puis, le temps passant, mon chemin de vie m’a fait évoluer. J’ai appris & compris certaines choses du décor de l’industrie agro-alimentaire de masse. Mes goûts ont aussi beaucoup évolué.
J’ai donc, peu à peu & en adéquation avec mon propre rythme, réalisé de moins en moins de cottage cheese maison.

À certaines occasions, en vacances dans des petits villages de France, nichés au cœur de la Nature, je trouvais sur les marchés locaux des petits fermiers, éleveurs, artisans, passionnés par leurs métiers… vendant du lait.
Du vrai.
Vous savez, celui qui se fait (trop) rare.
Celui qui vient de vaches heureuses.
Qui peuvent se nourrir d’herbes & de foin.
Qui vivent dans des grands espaces.
Dont la Vie est respectée.
Que l’on traite en conscience.
Que l’on élève pour en tirer des denrées alimentaires, certes, mais que l’on traite comme un Être vivant.
Et non comme une marchandise.
Dont le lait est tiré, et vendu dans la journée.
Il est pur, et n’a pas été impacté par des processus de transformation, si nombreux & malheureusement devenus (beaucoup trop) importants pour des questions d’hygiène, elles-mêmes conséquences découlant de folies des Hommes, et impactant l’essence même d’un produit si simple, si bon, lorsqu’il est naturel.
Bref.
Ce type de lait étant introuvable sur Paris, et mes papilles ayant trouvé leur bonheur dans d’autres trésors & découvertes gustatives, j’avais fini par délaisser le cottage cheese.

Jusqu’à ce que…
Il y a quelques jours…
Lors d’un dîner avec un Ami (très très cher) & sa jolie compagne, nous avons parlé de produits du terroir, de fromages, et de voyages.
Assez rapidement, et naturellement, j’en suis arrivée à leur parler du cottage cheese.
Et des liens de mon enfance. Et de mes essais, expérimentations, réalisations, et délaissement.
Et, c’est le plus naturellement du monde que cet Ami m’a demandée : «Et, n’as-tu jamais eu la curiosité de le réaliser avec du lait de soja ?»

L’espace d’un instant, mon cerveau s’est arrêté, mon cœur a manqué un battement, et j’ai cessé de respirer.
(Oui, tout ça)
J’ai souri.
Non, je n’y avais jamais songé.
L’idée ne m’avait jamais effleurée.
Sans doute, tout simplement, car j’ai fini par délaisser ce fromage frais de manière progressive, et qu’aucune frustration n’a jamais découlé de ce délaissement mêlant à la fois conviction éthique & évolution gustative.

Mais…
Comme beaucoup de mets, de nourriture, de plats, de recettes…
Ce fromage frais contenait un trésor.
Un trésor émotionnel, des souvenirs d’enfance, des histoires féeriques, des aventures magiques, des liens doux.

nuage autre-IMG_1417

Cette idée, glissée par cet Ami, a résonné en mon cœur, si sensible.
Le lendemain matin, j’ai essayé.
J’ai obtenu un résultat qui a dépassé toutes les (nombreuses) espérances que j’ai nourries en quelques heures (et lorsque mon imagination créatrice est en marche, leur nombre peut être relativement impressionnant…).

Au fil des jours qui ont suivi, j’en ai réalisé d’autres.
J’ai essayé d’associer cette base simple & neutre à des notes subtiles, délicates & variées.
Elles étaient bonnes.
Toutes.

Alors…
J’ai eu envie de vous livrer tout ça.
Cette histoire.
Ce bout de moi.
Cette recette.
Toutes mes astuces pour la réaliser.
Des idées pour l’agrémenter, l’enrichir, la faire votre.

J’ai eu envie de vous livrer tout ça.
Parce que le partage, c’est plus doux, savouré ensemble.
Parce que le partage, c’est magique.

on-y-va-IMG_1423

Ingrédients :

  • 1 litre de lait de soja
  • 30 ml de vinaigre (cidre, alcool, balsamique, noix… comme vous voulez !)
  • 60 ml d’eau de source

Matériel :

  • 1 casserole (et son couvercle)
  • 1 thermomètre de cuisine (comme celui-ci)
  • 1 passoire
  • 1 torchon de cuisine propre

Préparation :

  1. Versez le lait dans une casserole.
  2. Couvrez la casserole avec un couvercle, et allumez le feu (maximum).
    Pendant que le lait chauffe : mélangez le vinaigre & l’eau (dans un petit bol ou verre).
  3. Dès l’apparition des petites bulles de l’ébullition : versez le mélange vinaigre/eau dans la casserole, et éteignez le feu.
  4. Mélangez avec une cuillère, doucement, pendant quelques secondes.
    Le lait va « cailler » : il va garder un aspect liquide, mais progressivement, 2 liquides se formeront, on dit que «le lait caillé se détache du petit lait» :
    – le petit lait est un liquide jaunâtre
    – le lait caillé est… le cottage cheese, tout simplement !
  5. Laissez au minimum 5 minutes le temps que ce processus de séparation se forme (important !).
    Pendant ce temps là : préparer votre passoire en disposant un torchon propre dedans (il servira à récolter les petits grains de cottage cheese), et placez la passoire dans un grand saladier.
  6. Versez le contenu de la casserole (petit lait & lait caillé) dans la passoire.
  7. C’est tout… !
    Il n’y a plus qu’à patienter environ 15 à 20 minutes, et l’on peut ainsi récupérer son cottage cheese à l’aide d’une cuillère.

preparation-1

preparation-2

Astuces :

Concernant le type de lait
Le lait de soja est le seul lait végétal avec lequel on puisse obtenir du cottage cheese, car c’est le seul qui puisse cailler facilement, et sans ajout d’épaississant ou de gélifiant.
On peut utiliser du lait de soja nature ou aromatisé (vanille ou chocolat) : les 2 fonctionnent.
Tous les laits animaux (chèvre, brebis, vache entier, écrémé ou demi-écrémé) fonctionnent aussi (retrouvez ici le comparatif gustatif que j’avais réalisé – *sourire en me relisant*).
Concernant le type de vinaigre
On peut utiliser tous les vinaigres (alcool, blanc, balsamique, cidre, de noix…
) : il faut simplement veiller à ce que le vinaigre ait au moins 6° d’acidité (le vinaigre de riz est donc exclu).
On peut aussi utiliser du jus de citron.
Le choix du vinaigre (ou citron) impacte sur le goût du cottage cheese, mais cela reste très subtil.
Concernant la température
Le lait doit absolument atteindre un minimum de 85°C.
C’est très important, sinon, il ne caillera pas. (on trouve sur Amazon des thermomètres de cuisson à des petits prix).
Plus on augmentera la température atteinte, et plus on obtiendra un cottage cheese sec.
♦ Quelques conseils pour que le lait bout plus rapidement et éviter qu’il ne brûle :
– avant de verser le lait dans la casserole : rincer rapidement l’intérieur de la casserole à l’eau, et ne pas l’essuyer avant de verser le lait de soja.
– veiller à mettre le feu au maximum dès le départ
.
disposer un couvercle sur la casserole (pour que la chaleur s’échappe le moins possible).
♦ Se conserve 48 heures à 72 heures au réfrigérateur, dans un récipient hermétique.

 

Personnaliser son cottage cheese

J’aime ce genre de recettes.
Ces recettes qui ont une base.
Et que l’on peut personnaliser à l’infini.
Pour mieux laisser place à sa personne, à ses goûts, bien à soi.
C’est important de s’écouter, de se respecter.

Cette infinie liberté, on la retrouve dans la douceur du cottage cheese.
C’est d’ailleurs un des points que j’aime chez lui.
Il nous laisse la place de s’exprimer.
Au fil de jours, des semaines, des mois, des saisons.
On peut le décliner en salé, en sucré.

Voici quelques idées gourmandes pour créer votre propre petit nuage de douceur :

Version salée
des herbes aromatiques : ciboulette, basilic, persil (plat ou frisé), origan, romarin, marjolaine, sarriette… Elles lui vont toutes. Les aromates frais seront plus délicieux que leur version séchée, mais les deux sont possibles.
des épices : cumin, paprika, curcuma, gingembre, muscade, piment doux, curry (traditionnel ou le tout doux – mon préféré : en «coco»), garam masala, za’atar…
des oléagineux & des petites graines : des minuscules graines de pavot plus décoratives qu’autre chose, aux plus rares & précieuses (pistaches ou pignon de pin), en passant par les classiques & délicieuses (Grenoble, tournesol, courge, sésame, chanvre…), elles apportent une petite touche de croquant en plus de leur propre goût.
Si on n’a pas utilisé d’autres touches gustatives (aromates ou épices), sous peine de surcharger & brouiller le goût du cottage cheese, on peut réaliser un mariage simple & délicieux, une valeur avec laquelle on ne pourra pas se tromper : on assemble un oléagineux de son choix avec 1 à 2 cuillères à café de son huile.
Par exemple : quelques graines de chanvre décortiquées avec 2 petites cuillères d’huile de chanvre, ou encore quelques graines de courge avec son huile, …

l’utilisation de superaliments est également possible, mais on ne devra pas en abuser, car leur goût étant prononcé, ils risquent ici d’écraser la délicatesse du cottage cheese.
La spiruline & la chlorella sont celles qui se marient le mieux avec notre fromage frais. Un léger filet de jus de citron avec une touche d’une herbe aromatique de notre choix reste une valeur sûre.
On peut aussi utiliser avec parcimonie de l’açaï en poudre, ou du cacao cru plutôt en sucré pour ce dernier (plus de détails ci-dessous).

associations-salees

Version sucrée
Place au sucré.
Mmmmh… Que le cottage se marie parfaitement avec cette note.
Pendant longtemps, je l’ai associé avant tout à des notes salées, mais et ce n’est que plus tard que j’ai appris à le savourer en sucré.
Un vrai petit moment de douceur cotonneux

En épices, la cannelle et la vanille rehaussent la note sucrée que l’on aura choisie (parmi les suivantes).
La cardamome est aussi intéressante, notamment avec les pistaches, les fruits rouges, les poires sucrées & justeuses, et les agrumes.
L’açaï apporte une petite note pralinée & une touche d’anti-oxydants très intéressante.
Des petits dés de fruits permettent de mêler la rondeur du fromage à une touche plus fruité de ces petits trésors végétaux que sont les fruits.
Parmi ceux s’accordant particulièrement bien, nous avons la pomme, poire, pêche, abricot, framboise, fraise, mirabelle, prune, kaki)

Un filet d’un sucrant liquide est à la fois une manière toute simple & naturelle de réaliser un petit dessert au cottage cheese. On peut utiliser celui de son choix parmi ce large éventail que nous propose Dame Nature : sirop d’érable, sirop d’agave, miel, sirop de riz ou d’orge, sève de kitul…
Mes versions préférées sont celui au sirop de riz ou au miel pour une note plus douce & se mariant bien avec les fruits d’été & la vanille, ainsi que le sirop d’orge ou la sève de kitul pour une note plus corsée, rappelant le caramel & se mariant particulièrement bien avec les fruits d’hiver & la cannelle.

J’aime glisser des notes florales dans mes mets.
Que ce soit pour le goût, ou pour la décoration, je me suis rendu compte que je les utilise plus souvent.
J’ai peu à peu agrandi les différentes possibilités de formes sous lesquelles je les utilise (séchée, hydrolat, huile essentielle, condiment…).
Au fil du temps, et par de nombreux heureux «hasards», j’ai découvert aussi plusieurs marques, petits producteurs, et passionnés proposant des petits trésors poétiques culinaires.
C’est une manière bien à moi d’apporter plus de douceur, de poésie, et de nature dans mon quotidien gourmand.
J’utilise les fleurs sous 2 formes avec le cottage cheese : 1 petite cuillère à café d’hydrolat de rose, ou de fleur d’oranger apportent une note divine & subtile avec un trait de miel (ou autre sucrant pour les végétaliens).
On peut aussi s’en servir en décoration en optant pour leur forme séchée (on en trouve dans quelques magasins bio) : pétales de roses, violette cristallisée, bleuet, lavande, mélange de poudre de fleurs…

associations-sucre

 

 

Mes préférés

Salé
Chlorella & romarin
Temps des jolis jours.
Des jours plus doux, où le soleil se fait plus présent, plus intense.
Temps idéal pour faire un travail sur le foie.
Mais avec douceur.
Surtout.
Car, contrairement au flot incessant & répétitif nous atteignant chaque année par tous les innombrables biais (médias, revues, internet…) aux environs du printemps, ne jamais réaliser un travail de détoxification sur le foie en première intention.
Car, si un foie est surchargé (on utilise aussi en Naturopathie le terme «engorgé»), c’est justement parce qu’il n’arrive plus à réaliser un de ses (très) nombreux rôles, qu’est le travail de détoxification.
Ainsi, s’il est engorgé ou qu’il peine à réaliser cette tâche de filtrage & d’évacuation, c’est qu’il est peine à réaliser une de ses tâches de base.
Il existe alors plusieurs étapes & plusieurs manières de réaliser un travail sur notre foie, toujours en douceur & respect de la Vie, de notre petit corps.
En Naturopathie, on personnalise ces différentes manières & les durées de ce travail en fonction de la personne, et de sa constitution, tempérament, âge, sexe, et autres potentiels troubles ou déséquilibres.

La jolie poudre d’émeraude qu’est la chlorella fait partie de mon quotidien.
Elle convient très bien à mon profil Naturopathique depuis plusieurs mois, et je la prends donc régulièrement.
J’ai essayé de l’utiliser en association avec le cottage cheese, en suivant mon inspiration du moment.
S’en est découlé une alliance atypique, étonnante, et délicieuse.
En plus, le romarin & la chlorella ayant des propriétés intéressantes pour le foie (tous deux agissant différemment), ce mariage est venu compléter le travail que j’ai réalisé pour mon petit foie.
Merveilleux

chlorella romarin_G-IMG_1294

Pour cette version printanière, j’ai utilisé : le jus d’un quart de citron, quelques brins de romarins (réduits en poudre dans un petit mortier), et un soupçon de chlorella (moins de 0,5 g, car la chlorella est à consommer avec une extrême parcimonie).
Une petite information au sujet de la chlorella : depuis le mois d’octobre 2013, Sol Semilla propose de la chlorella française.
À ma connaissance, ils sont les seuls sur le marché à en proposer (les autres marques proposant de la chlorella allemande, chinoise ou thaïlandaise).
La première fois que Charles m’en a fait goûter, j’ai d’ailleurs été étonnée de la différence gustative notable entre la chinoise & la française : elles sont réellement différentes.
La française rappelle plus les herbes aromatiques & la chlorophylle que celle venant de Chine.

Noix & za’atar
J’ai réalisé cette association, un soir, alors que je préparais mon diner.
Je l’ai faite instinctivement, sans trop y penser.
J’avais envie de noix de Grenoble, et la tiédeur de la soirée m’a donné envie d’épices orientales.
Je les ai mêlées toutes les deux ainsi, avec un filet d’huile d’olive.

noix zaatar_G-IMG_1269

Ce n’est qu’en passant à table quelques minutes plus tard que je me suis rendue compte d’une chose.
Une chose qui m’a fait sourire.
Jolie coïncidence ou heureux hasard, je ne saurai le dire…
Mais cette association mêle à la fois des notes se faisant écho en moi…
Le za’atar, mélange traditionnel d’épices du Moyen-Orient, berceau de mon enfance.
Les noix de Grenoble, symbole de famille & d’amour pour des raisons précises (déjà évoquées ici ou ).
Cette composition, à la fois simple, épicée & douce, m’offrait une synergie intense en symboles.
Nourriture de mon petit corps.
Nourriture de mon petit cœur.

Sucré
Miel & rose
Cette association m’est venue le plus naturellement du monde.
Spontanément.
C’est aussi la toute première que j’ai faite.
Un dimanche matin. Il faisait beau. Il faisait doux.
Dehors, le silence.
Juste le chant d’un couple de tourterelles tout près de ma fenêtre. J’ai la chance d’avoir une de mes fenêtres donnant sur une minuscule petite cour intérieure… parenthèse dans le tumulte de la ville grise de Paris.
J’avais envie de douceur. De légèreté.

rose miel_G-IMG_1242

De notes florales, printanières. D’une touche délicate & sucrée. De poésie.
D’un peu tout ça à la fois.
J’ai donc pris un soupçon d’hydrolat de rose pour donner une note gustative florale.
J’y ai aussi glissé un filet de miel de forêt.
Le plus doux des miels que j’ai pu goûter jusqu’alors, déniché chez un minuscule apiculteur se trouvant dans le village voisin de ma maison de famille.

Cette alliance m’a comblée.
De douceur.
De ce besoin intense & insatiable de poésie.
A enveloppé ce petit morceau de moi (beaucoup trop) sensible.
A renforcé cette partie de moi (étonnamment) forte.

Subtile alliance.
Mariage réussi.

Vanille, sirop d’orge ou sève de kitul & fleurs séchées en poudre
Une composition inspirée de la première.
Je voulais conserver des notes florales, mais je voulais un goût plus corsé, plus «rond» aussi.
Une composition idéale pour un petit goûter léger, délicat & poétique.
Parfait avec quelques biscuits sablés, et un bon thé noir (vanille ou fleurs).

fleur v kitul_G-IMG_1330

Un mélange de fleurs séchées en poudre a permis de conserver une note florale, moins subtile que la présence unique de la rose, mais très agréable.
Pour apporter une note un peu plus corsée, j’ai choisi d’utiliser un sucrant aux notes moins neutres, tendant vers le caramel : le sirop de sève de kitul est parfait (le sirop d’orge donne un résultat semblable, mais le sirop d’agave sera trop neutre, et le sirop d’érable trop sucré).
La présence de la vanille a donné une note ronde à l’ensemble.

nouveautes-annoncees

Il y a une jolie chose que je souhaite vous dire.
Une décision découlant d’envies, d’inspirations, d’élan de cœur.
Une décision dont découlera des mots. Doux. Pour vous.
Je prendrai ma plume plus régulièrement.
Pour vous écrire, pour écrire des jolies lettres.
Pour rendre la vie plus jolie, plus légère, plus douce.
De natures diverses, elles ont toutes leur importance, chacune à leur façon.

Trésors de la vie, révélations, partage de la douceur & magie de la Naturopathie s’envoleront vers vous à travers mes Newsletters (vous pouvez vous inscrire ici, si vous ne l’êtes pas déjà).
Je continuerai (bien sûr ♥) à écrire, et publier sur mon Chaudron Pastel, mais… je réserve des choses précieuses que je ne communiquerai uniquement via des e-mails Pastel ✩

Dedans…
Se glisseront des petits trésors

Dedans, j’y glisserai des astuces de Naturopathie pour adoucir la vie.

Dedans, j’y disséminerai des jolies découvertes que j’ai envie de partager avec vous.
Pour partager ces petites choses de la Vie qui la rendent plus douce.
Au-delà du monde culinaire.
Voyez-vous, j’adore glisser dans mon quotidien des petites choses.
Qui rendent la vie plus douce, plus jolie, plus magique.
Jusqu’à présent, je les partageais sur Facebook, mais je me sens limitée sur cette plateforme (sans parler du fait que je sais que plusieurs d’entre vous n’y sont pas, et d’autres encore aspirent à y passer moins de temps !… tout comme moi).
Les lettres, c’est plus doux, plus extensibles, plus faciles, pour moi, à écrire, pour y glisser tous les éléments permettant un partage plus beau & soigné possible : vous savez à quel point je suis soigneuse, et j’aspire à créer du contenu de qualité ♥
Oh… Je me fais une réelle joie de prendre ma plume (virtuelle) pour écrire ces premières lettres.
En songeant que cela disséminera en les cœurs de tous un peu de légèreté, et posera sans doute un sourire sur beaucoup de visages ♥

Dedans, je vous informerai des événements Pastel qui mijotent doucement… et pointeront le bout de leur nez au fil des prochains mois.
Des événements de différentes natures, qui naîtront dans divers endroits dans le monde.
Des jolis événements Pastel qui fleuriront à Paris, là où je réside présentement, ainsi qu’à Montréal, New-York (oui, c’est un peu fou, et c’est magique à la fois… Et c’est en partie grâce à vous ✭).
Aucune autre localisation n’est prévue de manière certaine & définitive pour le moment, mais je laisse la Vie me guider, et je sais qu’il y aura d’autres événements Pastel qui verront le jour dans d’autres endroits.

Pour ceux qui se poseraient la question au sujet de la régularité de ces envois Pastel : je souhaite apporter un contenu de qualité, doux, intense & puissant à la fois.
Je prendrai ma plume au gré de mon envie & de mes inspirations, et je me refuse donc à instaurer une quelconque contrainte de temps, ou de rythme.
Cela me permettra d’écrire chaque e-mail avec cœur, conscience, et le plus de soin possible.
Le rythme pourra donc varier d’une Newsletter par semaine, à une par mois

fleur v kitul_m-IMG_1343

Le cottage cheese est une de mes petites madeleines de Proust.
Écho de mille choses délicates en mon cœur.
De détails bien réels, de petites choses plus subtiles.
Appartenant à un temps passé, lointain…
Celui de l’enfance, d’un autre monde…
Plein de magie, de féerie, de légèreté, d’insouciance, d’innocence.

Aujourd’hui.
Le Temps m’a changée, m’a modelée.
J’ai grandi. J’ai compris des choses.
Je grandis encore. J’ai encore (des milliers) de choses à apprendre, à comprendre.

En revanche.
Une chose est restée inchangée.
Parmi les différentes expériences vécues, aucune n’a eu le pouvoir de m’enlever la magie habitant au creux de mon cœur.
Oh… Bien sûr…
J’ai été amenée, comme vous, comme tous, à traverser des zones de turbulences.
Et, bien sûr, j’en traverse encore de temps à autre.
Et, il me parait évident que j’en aurai encore à traverser.
Nous en aurons tous, à en traverser, encore.

Parmi toutes ces expériences vécues, beaucoup ont failli briser mes ailes.
Certaines, emplis de (très gros) nuages (très) gris, ont failli exploser en éclats cette magie, si fragile & si forte, en moi.
Mais, aucune n’a réussi.
Et, aucune ne réussira.
Aucune.
Jamais.
Cette étincelle si subtile, si fragile, si magique, n’a fait que se renforcer au fil des années…
Rien, ni personne, jamais, jamais ne pourra détruire cette magie en moi.

À jamais, elle demeurera en moi.
Et, pour toujours, je fais le choix, la promesse, le vœu magique & féerique, d’œuvrer, pour la répandre dans le monde.
Toujours plus loin.
Dépasser les frontières, transmuter les possibles, s’élever encore.
Pour rendre le monde plus doux. Plus joli.

Et, vous aussi. Nous aussi. Tous ensemble.
Vous aussi, vous pouvez voir en les zones de turbulence que vous traversez, en vos nuages gris.
Un possible arc-en-ciel, promesse de métamorphose, de changements, d’approche de nuage tout blanc, cotonneux.
Tous ensemble, unis les uns aux autres, nous pouvons rendre ce monde, nos liens, nos échanges, plus doux.
Nous encourager, nous porter, nous apporter plus d’Amour, de sourires, de joie, d’outils pour avancer.
Ensemble, l’envolée de bels oiseaux.
Oiseaux magiques.
Tels des phénix, renaître de cendres.
Oiseaux magiques.
Bleus & scintillants, s’envoler vers d’autres cieux.

Les petits nuages, dans nos ciels, nous pouvons choisir de les voir doux.
Pour atterrir dans de la douceur, lorsque l’on tombe.

Les petits nuages, dans nos ciels, nous pouvons choisir de les voir doux.
Pour mieux rebondir, et toucher du doigt les étoiles, flirter avec les arc-en-ciel.

Les petits nuages, dans nos ciels, tendent, tous, à être doux, cotonneux, légers, blancs, immaculés.
Comme ses petits grains de cottage cheese.

conclusion

Et parce que le partage est doux :

ig-cottage

 

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

41 commentaires

  1. Mély

    @ Anaïs : Bonjour :)
    Je n’en ai pas personnellement, mais je pense que vous pourrez trouver des idées grâce à la magie de Google ✩
    Délicieuse recherche à vous… ! Et si vous testez des choses que vous appréciez, je serai heureuse & curieuse de les lire ici Anaïs ❀
    A bientôt peut-être ♥

    mercredi 10, septembre 2014 à 19h27
  2. Rose

    @ Anaïs : Bonjour,
    Vous pouvez utiliser votre petit lait à la place de l’eau pour réaliser du pain… Autre astuce, donnée par une amie (mais pas encore testée) : faites doucement chauffer le petit-lait dans une casserole, sans le faire bouillir, et récupérez l’écume qui se forme à la surface : vous obtenez ainsi de la ricotta !

    @ Mély : Bonjour :)
    Je profite de cette réponse à Anaïs pour vous passer un petit coucou : je suis votre blog depuis quelque temps déjà sans avoir jamais commenté, mais voici l’occasion de vous exprimer à quel point j’apprécie la douceur et la sérénité qui sans dégage… Merci pour vos partages !

    vendredi 12, septembre 2014 à 17h36
  3. thibault sandrine

    @ Anaïs:

    on peut utiliser le petit lait de soja
    – pour faire des pancakes ou crumpets à la place de l’eau ou du lait animal ou végétal. C’est ce que je faisais avec le lait de vache et j’ai essayé avec le petit lait de soja récupéré l’autre fois : les pancakes sont identiques.
    – pour faire du pain
    – pour faire des galettes végétales

    lundi 22, septembre 2014 à 16h45
  4. KSIOP07

    Merci pour ce partage .
    Ravie moi aussi de pouvoir retrouver des souvenirs gustatifs que je pensais perdus à jamais…

    vendredi 26, septembre 2014 à 18h36
  5. Alain

    Bonjour,
    Très bel écrit, bien illustré et bien rédigé !

    J’en ai déjà fait souvent mais en appelant ça simplement du tofu (qui peut être pressé/fermé, soyeux, granuleux…). J’ignorais même le terme de « cottage ».
    Mais je cherche souvent plus la texture soyeuse/crémeuse que granuleuse.

    Quand j’en fais avec du vinaigre, je ne chauffe pas le lait de soja, je laisse agir à température ambiante. Et je n’ajoute pas d’eau non plus. (en général à peine plus d’1 CàS de vinaigre pour 1 demi litre de lait… bref le moins possible et j’ajoute un peu s’il faut.).
    Avec le nigari, là je chauffe vers 80°c. Je prévu prochainement d’essayer avec du chlorure de calcium, il paraît que ça marque moins le goût.

    Concernant l’utilisation du petit lait, j’ai fait dernièrement quelques essais de mousse en le fouettant avec de la gomme de guar ou de xanthane : https://vegeweb.org/post462627.html#p462607

    Alain

    dimanche 21, décembre 2014 à 12h33
  6. Sophie

    Bonjour Mély,

    En faisant des recherches sur le cottage cheese j’ai trouvé votre blog : quel plaisir de vous lire (et d’admirer vos photos si poétiques et rafraîchissantes), un vrai moment de douceur « sur un petit nuage » ! :-)

    Je vais tester la fabrication du ‘cottage cheese maison’ cette semaine, merci !

    Bien chaleureusement à vous.

    dimanche 3, mai 2015 à 10h30
  7. MadTea&Glory

    Merci Mély de résonner dans notre coeur <3 Il me presse d'essayer le cottage cheese, mais je suis toujours freinée par la peur de ne pas disposer des bons éléments : le torchon doit-il être très fin; une feuille de papier absorbant peut-elle faire l'affaire?
    Et aussi, je n'ai malheureusement pas Instagram, donc je ne peux pas suivre tes évolutions : je me demandais où en étais ta bible des superaliments? Peut-être as – tu déja mis le lien ou des indications sur sa disponibilité?
    Merci, merci….
    https://madteaandglory.wordpress.com/

    lundi 18, mai 2015 à 13h26
  8. Mély

    @ MadTea&Glory : Bonjour,
    ♦ Le tissu doit avoir une certaine épaisseur, et une feuille de papier absorbante ne suffit pas.
    ♦ Sans avoir Instagram, tu peux suivre l’avancée avec ce petit lien : clic.
    Douce journée ❀

    lundi 18, mai 2015 à 14h38
  9. Sarah

    De très belles choses ont déjà était écrite ici, je suis en accord avec beaucoup.
    Pourtant, ce soir, je ne songe à commenter que sur la recette.

    Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci !!!

    Cela faisait longtemps que je souhaitais expérimenter ce cottage cheese (depuis sa publication, en fait….) et ce soir, j’ai enfin passé le pas !
    Ce fut… un tsunami (rien que ça), un engouement des papilles, une révélation.

    Ce fut l’élément phare de mon diner avec plusieurs variations:

    Cottage cheese, cumin & huile de sesame avec une pointe de fleur de sel
    Cottage cheese, aux épices « curry indien » avec une pointe de fleur de sel
    Cottage cheese, basilic & huile avec un peu de sel aux herbes et de poivre
    Cottage cheese, graines de courges et de tournesols avec un peu de sel aux herbes et de poivre plus un filet d’huile d’olive
    Cottage cheese, spiruline avec une pointe de fleur de sel qui m’a beaucoup rappelé ce que je faisais dans le sud lorsque j’avais du bon (très bon) fromage de chèvre frais que je mélangeais à de la spirulne fraîche (miam).

    Sur du pain essénien grillé et accompagnée de jeunes carottes crues, si
    douces et sucrés.

    Puis en dessert, une tartine de cottage cheese avec de la confiture de mûres (maison et du jour avec ses fruits entiers qui croquent sous la dent) comme faisait ma grand-mère quand j’étais enfant.

    Un délice, me rappelant de nombreux et merveilleux souvenirs tout en restant bien présente à ma dégustation dans un cadre de campagne Bretonne avec les oiseaux qui chantaient la fin de journée, les chats qui profitaient des derniers rayons de soleil et les insecte qui jouaient leurs concert du soir.

    Alors Mély, un immense Merci.

    jeudi 20, août 2015 à 22h03
  10. TEXIER Laidia

    Bonjour Melly,

    Je viens de découvrir votre site enchanté, plein de douceurs c’est exactement ce qui me faut en ce moment où ma vie prends un autre tournant et je me disais qu’il fallait que je m’entoure de douceurs et d’amour et voilà que je tombe sur votre site, quelle merveille de synchronicité !

    J’ai fait le cottage cheese avec du lait de soja c’est délicieux moi j’ai mis des herbes fraîches et un peu de piment d’espelette et un soupçon d’huile d’olive un régal.

    Au plaisir de vous lire et bonne continuation
    Laidia

    vendredi 16, octobre 2015 à 9h11
  11. Minaretta

    Quelle belle personne tu es! Merci de ton magnifique récit et de tous ce que tu apporte au monde afin qu’il soit meilleur! <3

    samedi 23, janvier 2016 à 20h02

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?