Croquettes muées en une mosaïque des 5 éléments

Les souvenirs que j’ai de mon enfance ressemblent à ceux d’un livre.
Un livre un peu fantastique, magique, avec de fabuleuses histoires d’aventures, mêlées à la douceur, la tendresse de l’Amour de mes parents, le tout saupoudré de beaucoup d’exotisme.
Je suis rentrée en France à l’âge de 15 ans, et depuis je n’ai cessé de chérir chacun de ces souvenirs comme des trésors. Je me suis toujours rendu compte de la chance, du privilège que j’ai eu.
Parmi ces nombreux souvenirs, il y en a un tout simple.
Simple, mais étonnamment précieux.
Précieux de par l’Amour qui s’en dégage.
Précieux de par la simplicité qui en émane.

À l’âge de 6 ans, j’étais en Inde, à Bombay.
Les week-ends, ma mère & moi allions souvent passer la journée près de la mer.
Nous avions alors un rituel immuable, presque sacré entre nous : nous commandions des beignets de poulets,  des «chicken in the basket» comme nous les nommions là-bas, et nous les mangions avec les doigts, près de la mer.

enfance

Lorsque je repense à ces moments partagés avec ma mère, à partager des «chickens in the basket», c’est un sentiment de bonheur qui me revient.
Bonheur simple de la vie.
D’être là, juste là.
Avec un être que l’on aime, qui nous aime.
Être bien, simplement en étant là, face à la mer.
Plus le plat lui-même, c’est aussi & surtout l’énergie entourant ce moment qui me parait précieux.
L’amour d’une mère.
La beauté de la mer.
La chaleur du soleil.
L’innocence de l’enfance.

Des années se sont écoulées.
Ma mère n’est plus, et pourtant, je la sens parfois, près de moi, différemment.
Repenser à elle ne me rend pas triste. Oh, bien sûr, je souhaiterai qu’elle soit encore là, mais son souvenir m’emplit de joie. Les souvenirs qui me restent sont des joyaux. Tous beaux, tous emplis d’Amour. Amour avec un grand «A». Et ça, ça n’a pas de prix.

Des années se sont écoulées.
J’ai troqué la beauté de la mer contre Paris.
Paris, j’ai appris à y vivre. J’ai appris à la dompter.
Étant une Âme de la Nature, la grande ville grise me faisait peur à mon arrivée.
J’ai appris à la transformer, à la voir autrement.
Maintenant, j’y ai déniché quelques richesses.
Et, ses aspects négatifs ne m’atteignent plus. Je m’en suis protégée.

Des années se sont écoulées.
La chaleur du soleil a fait place à une météo plus frileuse, plus grise, plus humide.
C’est peut-être pour cela qu’à chaque flocon de neige, je ressens une excitation presqu’enfantine : la neige, pour moi, est presque surnaturelle, après avoir vécu les 15 premières années de ma vie dans des pays où la chaleur règne.
J’ai appris à aimer des plaisirs qui m’avaient été inconnus jusqu’alors : la chaleur d’un feu cheminée crépitant, le réconfort dans une purée de légumes, écouter la pluie tambouriner à la fenêtre en étant à l’abri…

Des années se sont écoulées.
L’innocence de l’enfance s’est muée en une âme de femme enchanteresse, évolution d’une âme d’enfant gardée précieusement, tel un trésor, qui se serait ouvert, et épanoui, comme une jolie rose.

Le temps a façonné la Vie.
Il ne l’a pas rendue plus terne, plus triste, ou plus belle, plus lumineuse.
Il l’a simplement façonnée, fait évoluer.
Toutes les choses évoluent, changent.
Plutôt que d’opposer une résistance quelconque, j’ai emprunté le chemin que la Vie m’ouvrait, en posant un regard innocent, bienveillant, sur les événements qu’elle m’offre.
Oh. Je n’aurai pas la prétention de dire que je suis parfaite.
Que je n’ai jamais failli.
Que je ne me suis jamais écroulée.
Je suis humaine.
Mais.
À chaque fois que je suis tombée, je me suis relevée.
Encore plus forte.
Le sourire ornant mes lèvres encore plus grand.
L’étincelle en mon coeur encore plus vive.
Prête à continuer.
Ce chemin de la Vie.
Au fond. Si beau & magique.
Toujours.

Le temps a façonné la Vie.
Le temps passe.
Le décor, le monde, les choses autour de nous évoluent.
Et, nous aussi, nous évoluons.
On grandit, on change.
Nous aussi, la Vie nous façonne.
Nos goûts suivent le mouvement, et évoluent aussi.
C’est avec bienveillance, douceur, et Amour que je resonge à ces «chicken in the basket».
Je suis heureuse d’avoir extrait le contenu du contenant.
Je suis heureuse d’avoir extrait les sentiments que j’y rattache (l’Amour, et la magie de ces moments) pour mettre de côté leur contenant (les beignets de poulet) qui, lui, ne m’apportait rien d’extraordinaire, au fond.

Au fil des années, je me suis laissée bercer par cette passion, née il y a quelque huit années.
Passion d’une cuisine saine & gourmande.
Découverte de la naturopathie. Aussi.
Les deux se fondant en mon coeur, en mon Âme, d’une manière tellement évidente, que quelque part, j’ai le sentiment qu’elles ont toujours été en moi.
Un peu comme si j’y étais destinée.
Elles m’apparaissent comme une évidence.

La cuisine…
Ma cuisine… est une extension de moi-même.
Poésie du Coeur, notes de mon Âme, guidée par mes ressentis, je prépare.

Du plaisir à préparer, élaborer, créer, confectionner, à manger, à tester, à goûter.
Partager avec les autres, préparer pour les autres : qu’ils soient loin & inconnus (oui, je parle de vous là), ou ceux qui nous sont physiquement proches, que l’on connait, qui nous aiment, que l’on aime, qui nous entourent. Mes amis, ma famille.
Pour soi aussi, c’est important de faire de jolies choses pour soi.
Parce qu’on le mérite, parce qu’on est précieux.
Parce qu’aussi, c’est une manière de prendre soin de soi, que de se préparer des mets délicieux, autant pour notre corps, que pour notre âme, et notre coeur.

IMG_6413

Composition d’une synergie avec les 5 éléments

Beignets, nuggets, croquettes, ou boulettes.
Des petites choses que l’on peut manger avec les mains.
L’évolution de nos goûts.
Apprendre à découvrir, encore & toujours.
Avide de s’enrichir de choses qui nous nourrissent, nous embellissent, nous transforment pour mieux nous permettre de nous rapprocher de notre véritable essence.

Au-delà d’une nourriture qui soit saine pour le corps, apprenons.
Apprenons à toucher du doigt.
Une nourriture qui nous nourrit d’autres manières.
Une nourriture qui nourrit nos autres plans de l’Être.
Mêlés, entremêlés, les aliments véhiculent plus qu’une chimie qui leur est propre.
Amour.
Souvenirs.
Énergie.

IMG_6410

Avec ces croquettes, j’ai choisi de créer un hommage à la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) en prenant soin de les façonner avec les 5 éléments, en gardant une dominance avec l’énergie Terre.
L’énergie Terre est celle qui se trouve au centre des 5 éléments. La Terre n’est rattachée pas rattachée à une saison : elle est intemporelle, toujours présente.
C’est l’énergie qui nous aide à nous équilibrer, à nous adapter à chaque changement.
L’énergie Terre est rattachée à l’estomac & à la rate.
La saveur dominante est le sucré, le doux.
Le sarrasin, les lentilles & les pois chiches constituent les fondations de ces croquettes.

En MTC, l’Eau est rattachée à notre vessie & nos reins (ainsi qu’à nos organes sexuels), et est en lien avec la saison de l’Hiver.
L’hiver, période de latence, où l’énergie est faible, comme endormie.
L’énergie se prépare à rejaillir pour le printemps.
La saveur dominante est le salé.
Il existe une grande variété de sels (clic) : le rose, le gris, le noir, le bleu.
 Le sel noir d’Hawaï est un sel qui contient également de l’énergie Feu.
Dans mes croquettes, j’y ai glissé des lentilles a des pois chiches : tous deux appartiennent à l’énergie Eau (un aliment peut appartenir à deux éléments). Les protéines animales appartiennent toutes à l’énergie Eau, mais les protéines végétales appartiennent aussi à l’énergie Terre (leur goût légèrement «doux» leur permet de faire ce lien).
J’ai enrichi ces croquettes de légumineuses, car même si le quinoa & le sarrasin (ainsi que le petit épeautre, et l’amarante) contiennent les 8 AAE, leur facteur limitant empêche un apport de protéines complètes sur le long terme. 
Les protéines (ainsi que les légumineuses) nourrissent & rechargent beaucoup la loge Eau. En MTC, les thérapeutes peuvent conseiller à leurs clients en vide de «reins» de mettre l’accent sur les protéines. 
La protéine végétale la plus forte en énergie Eau est l’haricot azuki. Encore plus fort, et plus puissant : l’haricot noir.
Le mode de cuisson au four est une manière de renforcer la loge Eau.

Le Bois est lié à la saison du Printemps qui est rattaché à notre foie & notre vésicule biliaire.
Le printemps… La saison où l’énergie revient, jaillit. C’est la fonte des glaces, la croissance qui débute, le renouveau.
C’est la saison où l’on a naturellement plus envie de crudités, de légumes verts, de choses croquantes.
Le goût acidulé est caractéristique de l’énergie Bois.
Le quinoa, est une pseudocéréale contenant les 8 Acides Aminés Essentiels : c’est donc une source de protéines végétales intéressante de par cette caractéristique nutritionnelle rare.
 Selon la MTC, le quinoa blond appartient à l’énergie Bois, alors que le quinoa noir tend vers l’énergie Feu : l’énergie de l’Été.

legumineuses-cereales

Le Feu, c’est la saison de l’Été. Une saison rattachée à notre coeur, et notre intestin grêle.
L’été, la saison où l’énergie est brûlante, à son maximum d’ouverture.
Sa saveur est celle de l’amer (cacao brut, endives, radis, thé, café).
Dans ces croquettes, elle est présente par petites touches, grâce au quinoa noir, et au sel noir.
En cuisant les croquettes au grill (ou comme des beignets), au lieu d’opter pour une cuisson au four, on aurait renforcé la loge Feu.

Le Métal.
Élément de l’Automne.
L’énergie des poumons, et du gros intestin.
C’est un moment idéal pour aller au fond de nous. Pour réfléchir, faire le point, décider.
Sa note gustative est le piquant, les épices.
Dans ces croquettes, j’y ai glissé quelques épices : baies roses, cumin, coriandre

IMG_6375

Ces croquettes se marient parfaitement avec une salade, ou des crudités qui appartiennent à l’énergie Bois.
Je les ai accompagnées avec une salade à laquelle j’ai ajouté des lamelles de poires, et des rondelles de radis.
Les poires mêlent l’énergie Bois à l’énergie Terre, de par leur douceur, et leur saveur sucrée.

IMG_6383

L’équilibre des 5 éléments dans l’alimentation ?
Selon la MTC, une personne en parfaite santé & équilibrée doit tendre à intégrer les 5 éléments (saveurs) dans son alimentation. Les 5 éléments doivent être équilibrés, en ayant toujours l’énergie Terre qui prédomine légèrement (comme vu ci-dessus).

Lors de déséquilibres, on doit généralement modifier l’apport de deux éléments (saveurs).
Les saveurs permettent non seulement d’agir sur un potentiel déséquilibre propre à une personne, mais aident également à nous harmoniser à chaque changement de saison. On doit toujours veiller à travailler d’abord sur l’équilibre propre à la personne, avant d’agir sur la saison dans laquelle on se trouve.
Les quantités ont aussi un rôle important. Par exemple : un peu de sel (Hiver / Eau) tonifie & relance l’énergie des reins, mais trop de sel affaiblit l’énergie des reins : tout est une question d’équilibre, et surtout, de déterminer au plus juste ce dont nous avons besoin. La MTC est un sujet complexe, beau, et extrêmement enrichissant.

Voici.
Des croquettes.
Où les 5 éléments sont présents, parfaitement équilibrés.

Ainsi.
Né.
Une synergie.
Une symbiose.
Des cinq énergies.
Aucune est supérieure, ou meilleure qu’une autre.
Elles se suivent.
Elles fusionnent.
Ensemble.
Pour créer un tout.

Un tout en mouvement.
Un tout qui nous entraine.
Peu à peu.
Pour nous transporter. Là où l’on souhaite aller. Là où l’on décide d’aller.
Avoir confiance.
En la Vie.
Elle sait.

croquettes-macro

Ingrédients : (pour 8 croquettes)

  • 2 cas de quinoa noir
  • 80 gr de lentilles vertes (pré-trempées pendant 6 heures minimum)
  • 2 cas bombées de farine de sarrasin
  • 1 cas de farine de pois chiche
  • 1 pincée de sel noir d’Hawaï
  • 1 cac d’HV de coco ou d’olive (pour la cuisson)
  • épices entières (1 cas d’un mélange des 3) : baies roses, cumin, coriandre

preparation

Préparation :

  1. Rincez soigneusement les lentilles à l’eau claire, et mettez les à cuire dans 3 volumes d’eau avec un morceau d’algue kombu pendant 1 heure (« Comment rendre les légumineuses digestes, et les préparer au mieux » ici).
  2. Pendant ce temps, faites cuire le quinoa noir dans 2 fois son volume d’eau.
  3. Une fois cuites les lentilles & le quinoa noir cuits : égouttez-les si besoin.
  4. Dans un grand récipient, mélangez les lentilles, le quinoa, la farine de sarrasin, de pois chiches, les épices & le sel noir.
    Mélangez à la main, jusqu’à obtenir un mélange homogène.
  5. Façonnez à la main des croquettes de la taille que vous souhaitez (environ la paume de ma main pour moi).
  6. Faites chauffer une poêle à feu moyen.
    Une fois que la poêle est bien chaude : versez-y l’huile de coco (ou d’olive si vous n’êtes pas végétarien ou végétalien).
  7. Disposez vos croquettes dans la poêle, et recouvrez avec le couvercle (afin de garder la chaleur un maximum, et d’accélérer la cuisson).
  8. Lorsque la première face est cuite : retournez vos croquettes.
    La première face est cuite lorsqu’elle se détache aisément de la poêle. Si vos croquettes se déchirent : elles ne sont pas prêtes à être retournées, attendez encore quelques minutes / secondes.
  9. Pour la salade : lavez la laitue, égouttez-la.
    Découpez vos poires en de fines lamelles.
    Découpez vos radis en rondelles.
    Mélangez ces 3 ingrédients dans un saladier, en y ajoutant un filet de jus de citron, avec une bonne huile (chanvre, olive, colza…).

Ces croquettes sont à la fois croquantes à l’extérieur, légèrement tendres de l’intérieur.
Leur goût salé, légèrement & subtilement épicé est caractéristique des lentilles, note dominante.
Servies chaudes, sur une salade fraiche, croquante, légèrement amère, se marient parfaitement avec la note sucrée des poires qui apportent un équilibre parfait.

Si les «chicken in the basket» me semblent bien loin, l’essence, l’Amour, la magie, les entourant sont toujours là.
Toujours là, et plus vibrants, plus présents, plus puissants, chacun d’eux.
Comme si, chacun d’eux, s’étaient développés, avaient pris de l’ampleur, au fil du temps, et à l’aide d’une nourriture qui permet de nourrir tous nos plans, tous les aspects de notre Être.

Je viens tout juste d’arriver dans la maison de campagne de ma famille pour y passer deux ou trois jours.
Pour m’y ressourcer.
Pour passer du temps avec mon père, aussi.
Je compte me balader dans la forêt environnante.

Lorsque je viens y séjourner, ma famille me sollicite pour que ce soit moi qui prépare les repas, toujours avides de découvrir de nouvelles choses, des synergies rares, précieuses, respectueuses de Dame Nature. Leur enthousiasme fait toujours plaisir à voir au moment de servir le repas : on dirait des enfants découvrant un trésor, et voulant tout savoir, tout comprendre, tout découvrir.

Je vous laisse avec une photo de la table qui accueillera notre diner ce soir.

_MG_3332

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

14 commentaires

  1. Lulu

    Mmmmhh.. douceur de la plongée dans ton enfance Mély… puis dans celle de tes croquettes, qui me font saliver… C’est sûr que je les essayerai, une fois sortie de ma ronde des jus ! L’énergie Bois est décidément celle qui me ressemble le plus depuis un petit bout de temps.
    Et oui, je prends aussi conscience de la distance entre un aliment (aussi adoré soit-il) de notre passé, et la charge affective qu’on y a placée… ou comment garder le Précieux de nos souvenirs, sans garder ce qui pollue notre corps…
    Merci pour la délicatesse et la tendresse qui perlent dans ton article.
    Je t’embrasse fort !

    vendredi 5, avril 2013 à 2h08
  2. Laurence

    Je t’ai lu et j’ai adoré de découvrir un peu plus encore.
    Tes croquettes sont très belles, très appétissantes et je les gouterai bien avec toi.
    Je te souhaite de passer de très bons moments avec les tiens. C’est tellement précieux. Ta table invite au bonheur et à la chaleur.
    A très bientôt Mély. Des bises gourmandes **

    vendredi 5, avril 2013 à 6h59
  3. Thalie

    Tes mots posés sont chargés de beauté, d’amour. Cette douce enfance t’a fait devenir la merveilleuse fée que tu es aujourd’hui, et oui cela est trés précieux. Tu en parles si bien !!
    Tes photos sont magnifiques !! Tes croquettes, Miam, je ne tarderai pas à les tester.
    Des bises, merci de nous faire partager un bout de toi

    vendredi 5, avril 2013 à 8h21
  4. mayacook

    Quelque chose me dit que cette synergie ne tardera pas à se retrouver sur notre table!

    vendredi 5, avril 2013 à 9h59
  5. eilane

    Toujours aussi agréable à lire… Merci pour ce partage Mély et profite bien des tiens !

    vendredi 5, avril 2013 à 13h39
  6. Antigone XXI

    Oh mon Dieu, tu étais tellement tchoupi quand tu étais petite, Mély !
    J’admire ta relation au souvenir, il est beau de ne plus être en peine mais d’avoir le sourire aux lèvres quand on évoque des proches disparus. Il faut beaucoup de force et de sagesse pour cela, bravo à toi Mély.
    Pourquoi dis-tu qu’on peut substituer l’huile de coco par de l’huile d’olive si l’on n’est pas végéta*ien ? Mais c’est vrai que l’huile de coco est un petit plaisir que je ne souhaiterais peut-être même pas partager avec les vilains mangeurs de viande ! ^^
    Très jolie recette en tout cas, très complète comme le montrent tes développements sur la MTC, que je verrais bien dans mon assiette !
    Merci à toi, Mély !

    vendredi 5, avril 2013 à 14h22
  7. Coralie

    Merci pour toutes ces informations sur la médecine traditionnelle chinoise ! J’ai commencé à m’intéresser à la cuisine aryurvédique mais je ne connaissais pas du tout les liens entre les aliments et les concepts de la mtc. Ta recette ultra-saine et équilibrée m’a l’air en plus ultra savoureuse ! Bon w-e à la campagne !

    samedi 6, avril 2013 à 10h28
  8. Sweet Faery

    Joli témoignage. Nos souvenirs d’enfance sont précieux, tu as bien raison ! Je te souhaite un doux séjour de ressourcement et de repos… Bises féériques ! ;-)

    samedi 6, avril 2013 à 14h20
  9. Elisa Boelle: Beauté, Santé et Cuisine bio

    Ce n’est pas tant ton assiette qu’on a envie de croquer mes biens toi petite !! Quelle ADORABLE petite fille aux yeux étoilés !!! Ta maman avait l’air MERVEILLEUSE !!! Très belle assiette !! Une œuvre d’art et d’amour :) Bisous

    samedi 6, avril 2013 à 18h41
  10. mamapasta

    Toujours aussi sublimes tes photos, Mely!
    Je me demandais exactement la même chose qu’Antigone vis à vis de l’huile de coco… Les mangeurs de boeuf ont ils déjà plus que leurs besoins en AG saturés ?
    Ces croquettes doivent être délicieuses, surtout avec le contraste du quinoa noir qui reste un peu croustillant sous la dent et les lentilles totalement tendres après une heure de cuisson.

    dimanche 7, avril 2013 à 18h44
  11. Cél

    Oooh, quelle belle recette! C’est alléchant! Et quel joli texte…Merci de ce partage!
    Tu sais que grâce à toi j’ai fait une commande chez Nutrinaturel, c’est formidable ce site! ;-)

    lundi 8, avril 2013 à 14h56
  12. Mély

    @ tous : Merci pour vos petits mots ♡
    Comme avant, je continue de le lire, et ils continuent à me faire plaisir, et me vont toujours autant droit au coeur… sans doute autant que mes textes vous touchent (vraiment).

    @ Ophélie (Antigone) et Mamapasta : dans mon article sur la noix de coco, il y a un paragraphe au sujet de la consommation de cette huile, selon nos habitudes alimentaires.
    Voici un extrait :
    « Nous venons donc de voir qu’il existe différents types d’acides gras saturés (AGS) : ils sont métabolisés différemment par notre organisme, et leurs propriétés nutritionnelles sont différentes.
    Or, même si les différents types d’AGS ne sont pas tous dommageables à un même degré pour la santé cardiovasculaire, leur remplacement par des acides gras insaturés (mono-insaturés et polyinsaturés) est tout de même souhaitable (dans une très grande majorité des cas) puisqu’il a été démontré que cela permettait de diminuer le risque de maladies coronariennes.
    D’autre part, il est également important de prendre en compte les habitudes alimentaires de chacun.
    Dans le cadre d’un régime végéta*ien équilibré & sain (clic), la consommation de noix de coco (en beurre ou huile) pourra être supérieure, et n’aura pas le même impact sur notre organisme que si l’on a l’habitude de consommer régulièrement des produits tout prêts (plat, biscuit, céréale…), ou que l’on est omnivore.
    En revanche, remplacer dans notre cuisine les autres graisses riches en acides gras saturées (beurre, saindoux, margarines…) par l’huile de coco est plus que souhaitable. »
    Pour plus de détails, voici le lien de l’article (clic).

    L’huile de coco a un goût particulier : délicatement parfumée, elle se marie à merveille avec certaines préparations. En sucré comme en salé, elle peut apporter une touche à un plat, et en sublimer le goût (je pense notamment à la purée chocolatée/panais, la mousseline rayonnante de vie ou la purée d’Ellen ici).
    Pour les recettes où sa présence apporte vraiment une différence : il est bon de s’y donner, d’y plonger, et de s’accorder ce plaisir, omnivores inclus :)
    L’important est de connaitre ces détails pour pouvoir, ensuite, faire ses choix de consommation en conscience.

    mardi 9, avril 2013 à 7h37
  13. Smooth

    Oh tu es trooooop mignonne sur les photos !
    Quels beaux souvenirs, tu as raison de les chérir, et je t’admire toujours autant pour ce beau regard que tu portes sur la vie (passée, présente et future).

    Et elles ont l’air super miam les croquettes. :)

    dimanche 14, avril 2013 à 22h56
  14. Mary

    mmm, réalisées ce midi avec du quinoa rouge et des lentilles corail…So Delicious (on m’en redemande !) et une petite salade aux graines
    ***MeRcI***

    dimanche 24, novembre 2013 à 13h13

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?