Mélanie Dufey sélectionnée pour La Miss Bio 2016 - Mouvement Colibris

Lucuma, poudre de Baobab, farines de millet brun, souchet & pépins de raisins

Melanie-6088

Il est question de farines un brin magiques… ✩
La lucuma, la poudre de baobab, les farines de millet brun, souchet & pépins de raisins sont un brin magiques.

Un brin magique, car elles ne s’utilisent pas comme les farines « traditionnelles » (blé, avoine, petit épeautre, sarrasin, seigle, quinoa…) employées pour réaliser des pains, des fonds de tartes, des pâtisseries, des béchamels…
Un brin magique, car elles sont trop précieuses pour toutes ces réalisations.
Un brin magique, car elles contiennent une richesse nutritionnelle exceptionnelle plus concentrée que nos farines « traditionnelles ».

Je pourrai les comparer avec des aliments « traditionnels », pour vous en vanter les mérites.
Je pourrai vous dire, par exemple, que la farine de pépins de raisin contient 4,5 fois plus de vitamine C que les oranges.
Mais je ne le ferai pas.

Soyons logiques : comparons les nutriments des aliments en terme de proportion, et non de quantité.
Une orange se consomme rapidement, et s’intègre facilement au cours d’un repas, tandis que 100 gr de farine de pépins de raisin… ne se consomment pas d’un coup.
Leur concentration en nutriments doit être vue, et vécue autrement.
Leur consommation ne peut pas se substituer pas à un régime équilibré.

Elles servent à booster notre apport de nutriments, dans le cadre d’un régime alimentaire déjà équilibré.
Sur un « terrain » sain, et déjà équilibré, notre corps est plus réceptif à la richesse de leurs nutriments, du cadeau qu’elles peuvent nous apporter.

couverture

Il est plus intéressant (et même conseillé !) de prendre les superaliments en complément d’une bonne hygiène de vie.
Ainsi, une synergie entre les deux se met en place, et les bénéfices n’en seront que supérieurs.
Les superaliments potentialisent également l’assimilation des autres nutriments contenus dans le repas.
Même le meilleur complément alimentaire ne peut remplacer une bonne hygiène de vie.

La Nature nous a offert, à travers ses farines, et bien d’autres superaliments, une richesse absolument incroyable.
Les nutriments y sont naturellement présents, et concentrés, sans ajout, extraction, ou autre traitement.
Pour les obtenir, de simples procédés de lavage, séchage, broyage, et pressage sont effectués.

L’Homme a essayé de décortiquer, séparer, dissocier, isoler, et breveter des molécules.
La beauté, la richesse de Dame Nature est telle qu’elle ne peut être brevetée.
Dame Nature est généreuse.
Elle nous donne.
Encore, et encore.
Acceptons ses cadeaux.
Acceptons sa richesse.
Reconnectons-nous avec notre jolie Planète, qui nous porte.
Apprenons à vivre plus en adéquation avec des principes de Vie, plutôt que des principes de survie.

Le totum d’une plante est plus grand que la somme de ses parties : c’est une question d’interaction entre les différentes parties d’une globalité qui permet de faire naître quelque chose de plus ♡

Aujourd’hui, on va découvrir des farines bien spéciales donc.
Toutes les farines citées aujourd’hui sont sans gluten.
Toutes, sans exception.

L’une après l’autre, nous les découvrirons : leurs valeurs nutritionnelles, leur goût & texture, ainsi que plein de jolis conseils pour apprendre à les intégrer dans notre cuisine.

 

 Lucuma

Présentation
De toutes les farines surnaturelles que nous allons découvrir ensemble à travers ce post, c’est la lucuma pour qui j’ai le plus grand coup de cœur ♥
Si son profil nutritionnel n’est pas des plus riche & extraordinaire, c’est pour son goût, sa douceur, et… le symbolisme qu’elle véhicule qui me sont chers ♡

«Lucuma obotava» ou «putéria lucuma» est la dénomination botanique de la lucuma.
En plus poétique, nous avons «l’Or des Incas»… surnom qui nous donne un bref aperç de son importance, et de sa provenance.

La lucuma est un fruit qui pousse sur un arbre dans la Cordillère des Andes (dont le Pérou), à plus de 1000 mètres d’altitude.
Un unique arbre peut produire jusqu’à 500 fruits par an.
Les fruits sont d’une forme ovale, et font environ 5 à 8 cm de longueur.

Pour les Incas, ce fruit était un de leurs symboles de fertilité & de création.
Amusante coïncidence, car pour leur forme n’est pas sans rappeler la forme des poitrines féminines
Une autre coïncidence amusante ? Sa richesse en zinc (plus de détails ci-dessous, dans la partie «Propriétés»), précieux oligo-élément pour l’équilibre de notre système hormonal.

La haute productivité de cet arbre, ainsi que ses conditions de production faciles étaient des précieux atouts qui expliquent notamment l’adoration que portait le peuple Inca pour ce fruit.
Lorsque les conquistadors européens arrivèrent, ils n’apprécièrent pas la chair de ce fruit qu’ils jugeaient trop farineuse (ils lui préféraient des fruits plus juteux & colorés), car la lucuma a bel & bien une chair farineuse d’une jolie couleur blanche / dorée (alors que sa peau est verte / dorée).

De nos jours, elle est principalement consommée au Pérou & au Chili où elle est plus populaire que le chocolat et la fraise comme parfum glacée !

Propriétés
♦ La lucuma est riche en fer, ainsi qu’en vitamine C.
La vitamine C sert de cofacteur au fer ; autrement dit : le fer est mieux absorbé & assimilé par notre organisme s’il est pris avec une source de vitamine C.
Voyez un peu comme si le fer était un précieux trésor devant être transporté d’une fouille en plein désert, à Paris, pour être examiné & mis dans un joli musée. Pour cela, un avion sera utile, et permettra un voyage rapide. Dans cet exemple, la vitamine C est le petit avion.
Comme le fer a un impact direct sur notre taux d’hémoglobine sanguine, elle est donc utile contre l’anémie.
♦ Grâce à sa richesse en vitamine B3 (niacine) elle joue un rôle dans le bon fonctionnement du système nerveux (comme la grande majorité des vitamines du groupe B).
♦ Symbole de la fertilité chez les Incas, notre jolie lucuma contient du zinc : un précieux oligo-élément ayant un rôle important dans la régulation & l’équilibre de notre système hormonal.
Ce nutriment sert notamment de co-facteur à de nombreux réactions biologiques dans notre corps, et permet aussi de soutenir notre système immunitaire.
♦ La lucuma contient du bêta-carotène.
La bêta-carotène est la vitamine A sous sa forme inactivée.
Sous cette forme, on la trouve dans des sources végétales (tandis que la vitamine A active, appelée aussi «rétinol» se trouve dans les sources animales).
Notre corps devra l’activer pour pouvoir l’utiliser en tant que source de vitamine A, et c’est en partie notre foie qui réalise ce travail de transformation.
Ce qui est à retenir est que la bêta-carotène est un puissant anti-oxydant : il agit donc activement dans la lutte contre les radicaux libres (responsable, entre autres du processus de vieillissement).
♦ Des études récentes mettent en évidence qu’elle aide également à réduire le niveau de cholestérol et de triglycérides dans le sang.
♦ Du calcium se trouve en petite quantité dans la lucuma. Sa quantité reste vraiment faible, mais on notera toutefois sa présence.
 C’est dans une optique de synergie (avec d’autres sources de calcium telles que les amandes, sésame…) que ce petit apport est intéressant.
♦ La lucuma est également riche en phosphore, un minéral jouant un rôle de cofacteur dans de nombreux rôles (métabolisme des lipides & glucides, transmission nerveuse, croissance & entretien de nos os, dents, tissus & cerveau).
♦ La lucuma a un Indice Glycémique (IG) faible, information utile pour tous ceux qui font attention à leur consommation en glucides.

En cuisine
Pour obtenir la farine, on extrait la pulpe du fruit, puis on la déshydrate, et on la réduit en poudre… et hop, on obtient la farine.
Cette petite farine est de couleur blanche, légèrement dorée.

Au niveau des papilles
Son goût et sa texture ?
De la douceur à l’état pur (vous comprenez maintenant pourquoi je l’aime tant) ♥
On pourrait imaginer une combinaison subtile & délicate d’une substance lactée, vanillée, crémeuse, ronde, subtile & délicatement sucrée.
Oui… tout ça à la fois.
Je ne connais personne qui n’a pas aimé son petit goût, même les novices, et mes amis réticents à la cuisine bio !

Utilisation
On peut l’utiliser dans la confection de glace, smoothie, jus (fruits ou légumes), crème dessert (style panna cotta, ou en version express), dans notre petit déjeuner (à saupoudrer sur nos céréales, ou dans notre porridge), mais aussi à mélanger dans une salade de fruits, un yaourt…
Bref : cette farine peut se glisser un peu partout !

On veillera simplement à privilégier une consommation crue (on ne la cuira pas).
Si l’on veut l’utiliser dans un met chaud (un porridge, par exemple), on l’ajoutera à la fin de la cuisson.

De par sa grande douceur, et sa texture crémeuse, son utilisation permet d’alléger la quantité de sucrant dans les recettes.

 

Millet brun

Présentation
Le millet est une céréale, et fait partie des plantes de la famille des Poacées (graminées).
Il fait partie des plus anciennes plantes cultivées, et était déjà récolté il y a plus de 2 000 ans avant JC.
Son origine proviendrait d’Asie (Inde & Chine).

Il existe plusieurs variétés de millet :
– le millet «commun», que l’on trouve généralement dans nos magasins bio
– le millet brun qui est une variété sauvage, beaucoup moins connue, et peu cultivée en Europe.
– et bien d’autres, mais ne nous éloignons pas de notre sujet :-)

Dans nos magasins bio, on trouve du millet de couleur jaune : c’est le millet dit «commun». Sa cosse (la petite enveloppe qui l’entoure) n’est pas comestible, et on doit donc le décortiquer pour le consommer.
Cette étape de fabrication lui fait perdre une grande partie de ses nutriments.

Or, l’écorce du millet brun est digeste, et peut donc être consommée… ce qui permet de garder l’intégralité de ses nutriments.
Pour préparer la farine de millet brun, on moud le millet brun (sous sa forme entière donc).
Cette farine est beaucoup plus connue & consommée en Allemagne & en Autriche.

Propriétés
De toutes les céréales, le millet est la céréale qui contient le plus de minéraux.

♦ Sa principale richesse est sa haute teneur en silicium (acide silicique)
Le silicium est un oligoélément.
Les oligoéléments sont des nutriments qui sont présents à l’état de trace (en très faible quantité) dans notre corps, mais leur présence reste indispensable au bon fonctionnement de notre organisme.
En effet, ils jouent un rôle de catalyseurs dans de nombreuses réactions chimiques de notre organisme. En d’autres termes : leur présence aide, participe & permet d’accélérer un processus.

Le silicium est l’oligoélément le plus présent quantitativement, dans notre organisme.
Il est notamment présent dans notre peau, nos artères, nos cheveux, nos dents, ainsi que nos ongles ; et peut être comparé à une «charpente».
En vieillissant, notre taux de silicium diminue (en fin de vie, notre taux de silicium a diminué de plus de 80).
Cette perte de silicium explique, en partie, la fragilité croissante de nos os & artères, et la perte d’élasticité de notre peau (avec les rides qui, bien sûr, ne sont pas causées uniquement à cause d’une baisse de silicium !).
Il joue un rôle constitutif important avec le calcium (qu’il aide à fixer) notamment. Il joue aussi un rôle dans l’élasticité (de notre peau, et de nos artères).
Il potentialise également l’action du zinc.
Bref : ces rôles de catalyseurs sont nombreux.

A ce jour, aucun apport journalier recommandé (AJR) n’a été défini.

♦ La farine de millet brun contient également du soufre, phosphore, potassium, zinc, calcium (données non chiffrées par les fabricants).
♦ Du côté des vitamines, elle est particulièrement riche en vitamines du groupe B (qui jouent, entre autre, un rôle important pour dans la régulation de notre système nerveux), ainsi que de la vitamine E qui a un pouvoir antioxydant.

En cuisine
La farine de millet brun est de couleur beige / marron clair, et est mouchetée.

Au niveau des papilles
Elle a un goût légèrement fade & âpre.
Bref, elle n’est pas spécialement «yummy» (comme d’autres de cet article), mais son goût reste discret, et est largement compensé si on l’associe avec une autre farine (lucuma, souchet, coco…), ou mélangée à un met (voir paragraphe suivant).

Utilisation
On peut la saupoudrer sur notre muesli, une salade composée, une soupe (en fin de cuisson, juste avant de servir), ou la mélanger à un lait végétal (riz, amande, soja, avoine…), une compote, un yaourt.

Une petite idée d’entrée : râper une pomme, et la mélanger avec 1 cuillère à soupe de farine de millet brun.
Une petite idée de tartinade maison express : en la mélangeant à de l’huile de noisette (ou de noix), avec un filet de sirop de riz (ou de miel), on obtient une pâte à tartiner bien gourmande…

N’hésitez pas à la glisser dans d’autres mets : cette farine se glisse aisément partout (smoothie, jus, petit déjeuner, yaourt, salade…).

On privilégiera une consommation crue (on ne la cuira pas).
Si l’on veut l’utiliser dans un met chaud (un porridge, par exemple), on l’ajoutera à la fin de la cuisson.

Les personnes la consommant pour sa richesse en silicium, veilleront à consommer un minimum 4 cuillères à café par jour.

 

Pépins de raisins ✩

Présentation
Le raisin est un fruit connu de tous, surtout dans notre doux pays de France où le vin fait partie de notre patrimoine gastronomique.
Un peu moins connue, à partir des pépins de raisins, on fabrique de l’huile qui est très riche en oméga 6.
Encore moins connue est la farine. On l’obtient à partir des tourteaux des pépins de raisins utilisés pour la fabrication de l’huile (résidus solides restant après l’extraction de l’huile).

Ce n’est qu’en 1996 que la farine de pépins de raisin fut analysée pour la 1er fois par le centre de recherche de Weihenstephan (Allemagne).

Propriétés
♦ Cette farine est exceptionnellement riche en fibres : pour 100 gr de produit, nous avons en moyenne 50 gr de fibres.
♦ La farine de pépins de raisins a une très haute teneur en antioxydants.
Elle est d’ailleurs utilisée dans la formule de certains cosmétiques, dans le but de lutter contre le stress oxydatif, et dans certaines formules pour prévenir le vieillissement cutané.
Il existe une grande quantité de substances antioxydantes.
Ceux présents dans cette farine sont l’OPC (appelé aussi «procyanidine», issu de la famille des polyphénols), ainsi que de la catéchine & l’épicatéchine (tous deux des flavonols).

Son action antioxydante équivaut à 50 fois celle de la vitamine E, et 18,4 fois celle de la vitamine C.
Sa valeur ORAC* est de 1748 unités (par comparaison, celle de l’orange est de 750) .

* La valeur ORAC mesure la capacité d’un aliment à agir comme un anti-oxydant ou à protéger contre l’attaque des radicaux libres. Elle mesure la « capacité anti-oxydante totale » en prenant en compte tous les types d’anti-oxydants (vitamines, OE, enzymes, …).
Elle se mesure en µmol de TE par gramme ou par litre.

En cuisine
On remarquera sa couleur atypique : elle est sombre, et tire vers le violet.
Rien que par sa couleur, elle m’amuse (oui, en cuisine, il ne me faut pas grand-chose).

Au niveau des papilles
Moins «yummy» que la farine de lucuma, de souchet, de coco, ou de baobab, son goût est un peu âpre.
A petite dose, elle se fond très bien lorsqu’on la mélange à d’autres farines.

Utilisation
On mélangera cette farine seule, ou avec d’autres farines dans nos préparations alimentaires : muesli, yaourt, compote, salade (fruit ou légume), crêpe, ainsi que dans nos pâtes à pain, et à pizza.

Quantitativement, on peut consommer une cuillère à 3 café par jour, selon le profil & les besoins de chacun.
Contrairement à d’autres (lucuma, millet brun…), la farine de pépins de raisins peut être intégrée dans des préparations cuites.
Une étude a été réalisée par le Dr Dieter Treutter à l’Université de Weihenstephan : elle porte sur l’analyse comparative de la teneur en antioxydants du pain fabriqué avec 7.5% de farine de pépins de raisin, comparé à un pain traditionnel de farine de blé.
L’étude montre une présence d’épicatechine d’une teneur de 65mg/kg dans le pain enrichi avec la farine de pépins de raisins, contre 0.06mg de catéchine et d’épicatéchine dans le pain de blé.
L’analyse a également trouvé de procyanidine B2 (97 mg), ainsi que d’autres procyanidine (195 mg au total), et des polyphénols (432 mg / kilo), alors que le pain à la farine de blé en était dépourvu.
Cette étude démontre entre autres que les antioxydants de la farine de pépins de raisins sont bien préservés dans les préparations alimentaires cuites.

 

Souchet

Présentation
Le souchet est un tubercule comestible (au même titre que les pommes de terre, les carottes, le panais, la patate douce, les crosnes, le topinambour, la betterave..).
C’est l’herbe nommée «chufa» qui donne ce tubercule. L’herbe atteint une hauteur moyenne de 30 cm, et ressemble à une mauvaise herbe. Elle ne fleurit pas.

Originaire de Méditerranée, qui est consommée depuis des millénaires par les Hommes, car les Egyptiens la consommaient déjà il y a plus de 4 000 ans.
A l’heure actuelle, le souchet est cultivé un peu partout dans le monde, mais la majorité de sa production se fait en Afrique, ainsi qu’en Espagne (on en fait d’ailleurs une boisson qui ressemble un peu à un lait d’amandes sucré, que l’on nomme «horchata de chufa»).

De forme ronde, il mesure environ 1 cm, et ressemble un peu à une noisette cabossée striée de noir.
C’est sa forme & sa couleur qui lui valent ces autres surnoms : «amande de terre», et «noix tigrée».

Pour être consommés, les tubercules doivent être séchés.
On peut les consommer tels quels, grillés, ou sous forme d’huile, de boisson, ou encore… de farine :-)
Petite anecdote : on se sert même du souchet en parfumerie.

Propriétés
♦ La farine de souchet est très riche en fibres insolubles.
Il existe deux groupes de fibres : les solubles, et les insolubles.
Les insolubles (présents en majorité dans la farine de souchet) ont le pouvoir d’accélérer le transit : ce sont celles que l’on privilégiera en cas de constipation, ou de transit ralenti.
Cette caractéristique entraine donc un temps amoindri de l’exposition de la nourriture dans l’intestin (et donc, aux produits contenus à l’intérieur, qui pourrait être néfaste pour notre santé), et entraine ainsi, un effet de protection contre le cancer du côlon & du rectum.
Elles n’ont pas d’impact sur le taux de cholestérol.
Les fibres insolubles se trouvent dans une grande partie des fruits & légumes, ainsi que dans les grains entiers (blé, kamut, avoine, petit épeautre…), et les oléagineux.
En revanche, les produits animaux n’en contiennent pas.

Ceux qui ont les intestins sensibles (colitique, maladie coeliaque, syndrome de l’intestin irritable…) devront faire attention à en consommer en toute petite quantité, voir à s’abstenir. En effet, les fibres insolubles stimulent tellement le transit, que lorsque les intestins sont fragilisés, les fibres insolubles peuvent aggraver les symptômes.

♦ La farine de souchet contient également des enzymes, utiles pour faciliter & améliorer notre digestion.
♦ Le souchet a une teneur élevé en protéines (26 gr pour 100 gr), ce qui peut être intéressant pour les végétariens, végétaliens, ainsi que pour certains sportifs.
♦ La farine de souchet contient de la rutine (un flavonoïde), un antioxydant.
♦ Il contient également des minéraux, tels que le fer, le potassium, le calcium, le magnésium, et le phosphore.
♦ Il est riche en acides gras dont la composition se rapproche de celle de l’huile d’olive.
D’ailleurs, le souchet peut aussi être transformé en huile. Cette huile, de couleur jaune d’or, est utilisée en cosmétique, notamment dans les formulations pour prévenir le vieillissement de la peau.
♦ Contrairement à d’autres farines, sa teneur en glucides est moindre que beaucoup d’autres farines, un point important pour les diabétiques.

En cuisine
Visuellement, elle ressemble beaucoup à la farine de millet brun, car elle est aussi est de couleur beige / marron clair, et est mouchetée. Elle est toutefois un poil plus clair que celle au millet brun.
Sa texture (granulométrie) ressemble un peu à de la poudre d’amandes ou de noisettes.

Au niveau des papilles
D’une saveur douce, discrète, et légèrement sucrée.

Utilisation
A saupoudrer un peu partout (muesli, compote, yaourt, salade de fruits ou de légumes), cette farine, contrairement à d’autres (lucuma ou millet brun), peut être cuite.
On pourra donc la mélanger à des pâtes à pains, ainsi que dans des gâteaux & des pâtisseries où sa saveur douce s’accordera parfaitement, tout en restant discrète.
Elle se marie très bien aussi avec les saveurs fruitées.

Une consommation de 2 cuillères à café par jour suffit.

 

Poudre de baobab

Présentation
Le baobab (Adansonia digitata de son petit nom) est un arbre d’Afrique.
Parmi ses autres petits noms (un peu plus amusants & poétiques), il y a «arbre à l’envers» qui donne une idée de ce à quoi il peut ressembler : ses branches semblent être des racines. D’ailleurs, une légende raconte qu’une divinité, sous le coup de la colère, aurait déraciné un baobab, et l’aurait replanté à l’envers.
Il porte aussi le surnom d’«arbre bouteille», car le bois de son tronc est convexe, mou & gorgé d’eau.

Il vit généralement très vieux (entre 500 à 1 000 ans, dont certains spécimens atteignent les 2 000 ans).
Grand par sa taille (il peut atteindre 25 mètres de haut et plus de 12m de diamètre), il est également grand par toutes ces caractéristiques qui font de lui un spécimen vraiment exceptionnel…
Il est d’ailleurs considéré comme un sacrilège de le couper, et c’est même l’emblème du Sénégal.

Son nom signifie, en arabe «fruit à nombreuses graines», car le baobab est un arbre généreux : chaque fruit (de forme ovale) donne des centaines de graines.
Sur un continent, où la faim fréquente, cette générosité de Dame Nature est perçue comme souveraine, surtout que l’on consomme tout du baobab, que ce soit en cuisine, ou à des fins thérapeutiques (le baobab fait partie de la pharmacopée africaine pour contrer certains problèmes digestifs, et pour ses vertus anti-inflammatoires)
– ses graines se consomment grillées (comme on le fait avec les graines de café), et on en extrait également une huile alimentaire.
– ses feuilles (appelées «Lalo») se consomment fraîches ou séchées (alors réduites en poudre), sont utilisées & mélangées aux plats (sous forme de sauce, avec les légumes, les céréales…)
– ses racines et jeunes pousses de jeunes plans appelées « Turion » sont consommées comme les asperges.
– les graines sont enrobées d’une pulpe (celle qui nous intéresse ici), appelée «Bouye» au Sénégal.
Elle est de couleur blanchâtre, tirant sur le jaune, ou le rose.
 On en fait une poudre, que l’on utilise dans les cocktails, ou que l’on mélange avec de l’eau…
Son goût plaît aux singes, ce qui lui vaut le petit surnom (encore un !) de «pain de singe».

Propriétés
♦ La poudre de baobab est très riche en fibres : 44 gr pour 100 gr de poudre, dont la moitié (22 gr pour 100 gr) sont des fibres solubles.
Les fibres solubles contribuent à faire baisser notre taux de cholestérol sanguin, de ralentir l’absorption du glucose dans le sang (car elles modèrent la sécrétion d’insuline produite par notre pancréas en présence trop élevée de sucre).
Ce sont les fibres solubles qui sont à privilégier (plus que les fibres insolubles) aux personnes atteintes de diabète de type II, d’obésité, et celles touchées par différentes maladies cardiovasculaires.
Les pectines, gommes, mucilages, et les fibres présentes dans les algues sont toutes des fibres solubles.
On en trouve dans les graines de lin, de psyllium, de chia, le son d’avoine, certains fruits (poire, pomme, prune, figue, pruneaux)…

Les personnes ayant les intestins sensibles (colitique, maladie coeliaque, syndrome de l’intestin irritable…) peuvent consommer ce type de fibres.

♦ Une des richesses de la poudre de baobab est sa quantité extrêmement concentrée en potassium. C’est un minéral important, surtout pour les personnes ayant la main lourde sur le sel, car elle joue un rôle important d’équilibre hydrique avec le sodium. En d’autres termes : lorsqu’on consomme trop de sel (et donc de sodium), on a tendance à retenir trop d’eau (et donc à faire de la rétention d’eau, un des facteurs qui peut jouer sur l’hypertension). Le potassium permet de contrebalancer la quantité de sodium.
♦ La poudre de baobab contient une grande quantité de calcium (300 mg pour 100 gr).
♦ Au niveau des vitamines, elle est contient des vitamines du groupe B (importantes dans la régulation de notre système nerveux), et est exceptionnellement riche en vitamine C (295 mg pour 100 gr) qui a, entre autre, un rôle antioxydant.
♦ Elle contient aussi une quantité intéressante de manganèse.
♦ La poudre de baobab contient une quantité infime de protéines (3 gr pour 100 gr), mais les 8 acides aminés y sont présents (cliquez ici pour (re)découvrir ce que sont les 8 acides aminés).

En cuisine
Au niveau des papilles
La poudre de baobab a un côté acidulé qui peut déplaire à certains.
Personnellement, j’aime beaucoup cette petite note acidulée. Pourtant, je ne suis pas attirée naturellement vers le goût des aliments acides.
Mais cette note est adoucie par un côté «doux».
En fait, on pourrait la décrire comme une douceur acidulée, même s’il peut sembler étrange d’associer ces deux termes.

Utilisation
On consommera la poudre de baobab uniquement crue, et on ne la fera jamais cuire.
Contrairement à toutes les farines précédemment présentées, la poudre de baobab se consomme plutôt seule (que mélangée à d’autres aliments). On peut tout de même la mélanger (type smoothie ou lait végétal) à un smoothie, un verre de lait végétal, ou la glisser dans un yaourt ou une compote.

Les fabricants & distributeurs donnent le conseil suivant : mélanger la poudre de baobab avec de l’eau (environ 1 petit verre). Elle se mélange assez mal, donc on touille un peu avec une petite cuillère, ou une fourchette !).
Mais, personnellement, je fais autrement : je prend un tout petit ramequin dans lequel je vers ma poudre de baobab, puis je verse 2 à 4 cuillères à soupe de lait végétal (de riz souvent), et je touille. Ca fait une espèce de petite crème dessert express. Bien sûr, sous cette version, il faut aimer le goût :)
Si on apprécie peu sa note acidulée, on la diluera plus.

Au niveau de la quantité : on peut consommer deux à quatre cuillères à café par jour.

Tableau récapitulatif

Où en trouver ?

En magasin bio
Ces produits sont encore peu connus en France.
Pensez à regarder le rayon des produits « sans gluten », plutôt que celui des farines bio.
Les farines de millet brun, de pépins de raisin, et de souchet sont les plus faciles à trouver.
La poudre de baobab, ainsi que la lucuma sont plus rares.
Sol Semilla (Paris) propose de la farine de lucuma, et le magasin Retour à la Terre propose les farines de millet brun, souchet, et pépins de raisin.

N’hésitez pas à demander à votre magasin bio d’ajouter ces références.

Sur internet
♦ La farine de millet brun se trouve sur le site de Nutrinaturel à 5,40 € / 500 gr, ou le site de PetiteTomate à 5,50 € / 500 gr, et le site BienManger à 6,75 € / 500 gr
♦ La farine de pépins de raisin se trouve sur le site de Nutrinaturel à 7,30 € / 400 gr, ou le site de PetiteTomate à 8 € / 400 gr.
Le site ApresVin propose plusieurs variétés de farine de pépins de raisins, un peu comme les crus en vin !
On a le choix entre du Chardonnay, Merlot, Riesling & Cabernet Sauvignon.
Je ne les ai pas goûtées, mais le fabricant les décrit ainsi : le Chardonnay a un goût légèrement beurré, tel un biscuit sablé, alors que le Merlot a une note cacaotée.
♦ La farine de souchet se trouve sur le site de Nutrinaturel à 6,95 € / 400 gr, ou le site PetiteTomate à 8 € / 400 gr, le site de BienManger à 9,90 € / 400 gr
♦ La poudre de baobab se trouve sur le site de Nutrinaturel à 9,95 € / 150 gr ou à 21,95 € / 400 gr, le site de Keimling à 19,90€ / 200g, le site PetiteTomate à 10,25 € / 150 gr, et le site BienManger à 8,80 € / 100 gr ou 22,60 € / 250 gr.
♦ La lucuma se trouve sur le site de Sol Semilla à 14 € / 250 gr, le site de NutriNaturel en propose plusieurs, le site de Keimling à 19,90€ / 300g, et sur certains salons bio où l’on peut trouver la marque Suisse Saldac qui en propose (mais leur site ne le référence pas, étrangement).

En résumé, le site Nutrinaturel est le seul qui propose les 5 farines / poudres. D’autre part, leurs prix semblent être les plus doux.
Cerise sur le gâteau, ils vendent également de la poudre de cacao cru (pour faire du chocolat cru, comme ici – clic), ainsi que les farines de mesquite & de caroube dont j’ai déjà parlé ici – clic).
(NB : non, je ne tire aucun avantage à leur faire de la publicité. Aucun bénéfice financier ou nature.
J’ai déjà commandé à plusieurs reprises, à titre privé sur leur site, et j’en ai toujours été très satisfaite.
Or… Les bons plans yummy & sains, j’aime à les partager avec vous ❀ )

Sources : Ecoidées  – Biosagesse, PetiteTomate, OmbelleNature, Lucumabio.com, apresvin.com, mes connaissances acquises durant ma formation.

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

39 commentaires

  1. Lehla

    Hé bien j’ai essayé ce matin. L’association Caroube & Cannelle est vraiment intéressante et j’ai trouvé ça pas mal.
    Bon, c’est loin d’être ma boisson préféré, il reste un côté terreux dont je suis moyennement fan mais le goût de poussière n’est plus présent du tout !
    J’avais choisi le lait de noisettes, j’adore les noisettes :)
    Je remarque aussi que le goût dépend de ce qu’on mange avec. Ce matin, quand je l’ai bu la première fois j’ai trouvé ça très bon. J’ai bu la moitié de mon verre en petite gorgées, j’aimais bien la mousse sur le dessus apparue parce que j’ai mixé tout ça.
    Et puis j’ai commencé à manger. J’avais fait une sorte de riz au lait d’amande avec du miel d’acacia et une cuillerée de purée d’amande complète (avec des petits copeaux d’amandes dessus, miam !), à ce riz au lait j’ai intégré une banane écrasée. Au final, c’était tout rond de douceur, j’ai adoré.
    Mais voilà, après la première bouchée de ce petit déjeuner, si doux, si crémeux grâce à la banane, la boisson m’a parue vraiment terreuse.
    Un peu quand j’étais petite et que je pensais qu’en mettant de la craie blanche écrasée dans de l’eau on pouvait faire du lait :)

    Je garde l’idée mais à ne pas boire n’importe quand !

    Merci à toi :)

    Vendredi 14, décembre 2012 à 16h58
  2. Mély

    @ Lehla : Effectivement, ce avec quoi on mange quelque chose influence beaucoup… Tout autant, d’ailleurs, que l’état d’esprit avec lequel on mange notre repas (avec des amis, ou sur le pouce, énervé, ou heureux, calme / excité…).
    La nourriture est tellement plus que des simples aliments… ❀

    Vendredi 14, décembre 2012 à 20h42
  3. Lulu

    Salut Mély,
    Ça y est, j’ai fini par trouver la farine de souchet, que je trouve vraiment délicieuse.
    Et aussi la farine de millet brun, qui en effet n’a pas un goût renversant, mais vu ses qualités nutritives… du silicium, j’en redemande !
    J’ai trouvé aussi du souchet entier (noix tigrées, ils appellent ça…), j’aime beaucoup le goût, même si elles sont dures à croquer, mais j’adore ce qui est croquant :)
    Et puis la lucuma et la mesquite : elles ont déjà leur place dans mon alimentation depuis quelques temps, je les adore.
    Impossible de trouver la farine de pépins de raisins, ni celle de baobab.
    Avec Nutrinaturel (merci pour la référence !), ça fait beaucoup trop cher car les frais de port sont payés au poids… Ça sera pour mon prochain voyage en France !

    Samedi 15, décembre 2012 à 3h11
  4. Catherine

    Merci Mély pour cet article vraiment complet ! Mon petit déjeuner contient presque tout sauf des céréales, çà va me permettre de l’enrichir. Biz

    Samedi 6, avril 2013 à 10h59
  5. Sylvain

    Recette pâte à tartiner :

    2 Cs huile de noix
    2 Cs Miel
    2 Cs de farine de millet
    1 Cs de farine de Souchet
    1 Cs de farine de pépin de raisins
    1 Cs de farine de coco.
    1cc de Curcuma
    Un peu de lait
    et voilà !

    Vendredi 12, avril 2013 à 15h02
  6. Marianne

    Bonjour Mély,

    Merci beaucoup pour toutes ces infos !
    Comment et combien de temps ces farines se conservent-elles une fois ouverte ?

    Si la DLU est limité est-il possible de consommer les 400g dans un délais assez court (surtout si on achète plusieurs farines différentes à la fois) ?

    Cordialement

    Jeudi 24, octobre 2013 à 17h52
  7. Mély

    @ Marianne : Bonjour,
    Cela dépend des farines / poudres, mais elles ont globalement une DLU que l’on peut étaler sur plusieurs mois, sans problème.
    Il suffit de le conserver à l’abri de la lumière.
    Certains superaliments (non cités dans cet article) doivent être conservés au frigo (açaï, acérola…).
    Bonne découverte & dégustation !

    Jeudi 24, octobre 2013 à 20h27
  8. palou

    Sublime article !! C’est ainsi que j’ai découvert ce beau blog…
    (en cherchant des infos sur la farine de souchet…)
    Je les veux toutes dans mon placard ! :))
    Merci

    Lundi 31, mars 2014 à 21h13
  9. La grande

    J’ai pu trouver la farine de souchet ainsi que celle de pépins de raisin au rayon alimentaire bio de la jardinerie BOTANIC. Je les consomme surtout crues.

    Mardi 1, décembre 2015 à 11h38

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?