La merveilleuse fusion d’un nuage vert

couverture

Quand j’étais enfant, et que l’on me demandait ce que je voulais faire lorsque je serai plus grande, mes réponses variaient au fil des années.
Tour à tour, j’ai voulu être fermière (pour m’occuper des animaux), paléontologue (pour dénicher des fabuleux trésors & squelettes des dinosaures – mes aventures dans les jolis déserts du Moyen-Orient devaient y être pour quelque chose), coiffeuse (période qui correspond au temps où j’ai beaucoup joué à la poupée, et adoré les coiffer), maitresse d’école (coiffer mes poupées ne me suffisait plus : je les alignais en rang, et jouais à leur faire classe devant un tableau blanc avec mes feutres multicolores).

Parmi toutes ces envies naissantes, je me souviens extrêmement bien de celle qui m’a animée durant le temps d’un été.
Été 1993.
Je voulais devenir… écrivaine.

Je m’en souviens particulièrement bien, car cette idée faisait sourire tout mon monde.
Parents, camarades de classe, et surtout mon maitre d’école.
Oh. Ils ne se moquaient pas. À 10 ans, ces envies sont généralement prises à la légère.
L’idée que je devienne écrivaine les amusait donc simplement.
Pour la bonne raison que j’étais nulle en français. Nulle.
J’étais parmi les dernières de la classe dans cette matière. Je collectionnais les zéros en dictée, et mes notes de grammaire et conjugaison devaient avoisiner une moyenne de 4 à 6 sur 20. Mes notes de rédaction frôlaient les 5 sur 20.
Et ces notes ont perduré pendant un long moment.
Tout le primaire, le collège, et le lycée, j’étais connue, reconnue comme ayant un sérieux problème en français.
C’est curieux. Car, dans toutes les autres matières, je m’en sortais, ou j’excellais.
Seul le français restait, pour moi, une matière nébuleuse.

Et, me voici, quelques années plus tard.
Je ne suis pas devenue écrivaine.
Je ne le pourrai pas, je pense.
Car, autre chose m’aspire.
Une autre chose me fait vibrer.
Être là. Pour les Autres.

Donner aux Autres.
De la douceur, de l’Amour, de la Lumière.
Les aider à se révéler, à être plus eux, à s’épanouir.
Ce besoin, cet appel est plus fort que l’écriture.
Je ressens, dans chaque parcelle de mon corps, au creux de mon Âme, cette aspiration, ce besoin.
À chaque rencontre, à chaque personne venant à moi, je vois.
En elles.
Ce que leur cœur contient. Tel un trésor.
Mon Âme de thérapeute va à l’encontre du leur.
Comme si, attiré par deux aimants, cela était plus fort que tout.

Donc, oui, je ne suis pas devenue écrivaine.
Mais, il faut bien se rendre à l’évidence.
J’écris.
Beaucoup.
L’écriture se taille une jolie part (de gâteau) dans mon métier, ici, sur ma Bulle Pastel.
On dit de ma plume qu’elle est spéciale.
Peut-être.
Mais… alors… Que s’est-il donc passé ?
Comment suis-je passée de la dernière de la classe en français, à mes textes d’aujourd’hui ?

bleuets-chlorella

Ce changement ne s’est pas fait graduellement.
Il s’est fait soudainement.
Oui.
Quasiment, du jour au lendemain.

Un été.
Il y a plusieurs années de cela.
J’ai vécu un choc émotionnel.
Pas de ceux qui sont des plus roses & heureux.
Plutôt ceux qui sont gris, et éveillent une tempête intérieure (avec des éclairs, du tonnerre, et une pluie de grêle).
La douleur était telle, que je ne pouvais plus la contenir.
Il fallait que je la sorte.
J’avais envie de hurler.
En fait, en y repensant, je n’avais pas envie de hurler.
C’est mon Âme, mon Cœur qui voulait hurler.
Qui avait besoin de hurler.
Pour ne pas exploser.
Alors.
Pour la première fois de ma vie, j’ai écrit.
Des mots.
Mes mots.
Les mots de mon Âme.
Les mots de mon Cœur.
Qui ne pouvaient plus contenir toutes ces émotions.
Qui avaient besoin de les sortir, de les exploser sur le papier.

Ce jour-là, je n’ai rien écrit, rien inventé, rien créé.
C’est mon Âme, mon Cœur qui guidaient mes doigts.
Et, mes doigts se contentaient de courir sur le clavier.
Au fur et à mesure que mes doigts pianotaient le clavier blanc de l’ordinateur, les larmes coulaient sur mes joues.
J’écrivais vite.
Mes pensées fusaient.
Et mes doigts suivaient aussi vite qu’il leur était possible physiquement.
Une fois que j’ai eu «vidé» toute cette énergie sur mon papier, je me suis sentie, vidée moi-même.
Je me souviens avoir arrêté d’écrire. Presque en sueur. Mes joues baignant de larmes.
Et avoir regardé l’écran de mon ordinateur.
Avoir relu ce que je venais de faire.
Et. Avoir été étonnée.
«C’est moi qui ai écrit ça
Pour la toute première fois de ma vie, j’ai trouvé un texte que j’avais écrit beau.

Je suis une personne incapable d’écrire si la passion n’est pas là.
Je suis une personne incapable d’écrire si mon Âme et mon Cœur ne sont pas là, présents, en mes mots.

Lorsque j’écris.
Ici.
Pour vous, pour moi.
Je me connecte à mon Âme.
Je suis mon Cœur.
Je me connecte à ce à quoi j’aspire. Faire du bien.
Je me connecte à l’énergie de la thérapeute que je suis.
Mes mots sont, deviennent, l’étincelle du reflet de ce que je livre à ceux qui viennent à moi.
C’est mon essence, celle de mon Cœur, qui prend le relais.
Je m’ouvre.
Tout grand.
Je donne.
Une parcelle, un morceau, de mon énergie, de mon Âme.
A découvert, j’apparais.

En guise de plaisanterie, mes amis disent que ce sont les fées qui m’insufflent mes articles, mes idées.
Cela m’a toujours fait sourire.
Mais…
Qui sait ?

citation-marsha-norman

Lorsque nous sommes à l’écoute de notre Être, de notre Âme, de notre Cœur, nous sommes plus forts.
Nous permettons à notre Âme de s’exprimer.
Nous permettons à notre Âme de nous indiquer ce qui va, et ce qui ne va pas.
Pour mieux accueillir l’ensemble de toutes les énergies qui nous habitent.
Et, ensuite, de travailler avec elles.

Écouter ce qui nous habite.
Ne pas refouler.
Savoir accueillir.
Pour être plus unis. À nous-mêmes.
Et, ainsi, se permettre de devenir plus fort, plus beau, plus grand… à l’image de qui on est vraiment.

Peu de gens le font.
Dans notre société actuelle, il faut cacher ses faiblesses.
Dans notre société actuelle, il faut taire ses défauts.
Dans notre société actuelle, les sentiments ne sont pas des choses à exposer (voyons !).
Et, paradoxalement, dans notre société actuelle, il faut éviter de «trop» briller. On passerait pour une personne prétentieuse.
Il faut briller, mais juste un peu. Juste assez pour être considéré comme «fort».
Dans notre société actuelle, il ne faut jamais faillir.
Toujours être grand. Toujours avoir la tête sur les épaules.
Tirés à 4 épingles.
Se montrer parfait.

Des masques.
Juste des masques.

Mais… Au-delà de ces masques.
En dessous de ces masques.
Une autre beauté peut être révélée…

La beauté de la sincérité.
La beauté de notre véritable Soi.
De qui on est véritablement.
Sans ce masque, sans nos propres barrières, sans nos peurs.

On est beau.
On est tous beaux.
Brillants telle la plus belle de toutes les pierres précieuses de notre jolie Terre, on a cette capacité, en nous.
Mais, on doute de soi.
Constamment.
On s’empêche, quelque part, de briller soi-même.

Se reconnecter à notre essence.
Notre beauté.
Apprendre. À se reconnecter à son Âme.
Apprendre. À regarder ce que notre Cœur contient.

C’est beau, c’est merveilleux, et la synergie qui nait en nous est magique.
Oh oui.

Cette belle synergie ne peut-être révélée, découverte, naitre, qu’à un certain moment.
Celui où on accepte.
De s’ouvrir.
À soi.
Entièrement.

Qu’au moment où l’on se permet.
De fusionner à notre Être.

De cette jolie synergie née une belle magie.
Comme ici.

IMG_7274

Idéalement, pour une bonne santé & équilibre physique, on devrait consommer tous les jours des protéines & des acides gras (lipides).
Et ce, quel que soit nos habitudes alimentaires (omnivores, végétariens, végétaliens), notre âge, sexe, constitution…

Consommer des protéines de qualité est une nécessité vitale, et permet d’assurer à notre corps de nombreux rôles (immunitaire, hormonal, reconstitution cellulaire, synthèse d’enzymes, rôle de transporteurs…).
Consommer des acides gras (lipides ou graisses) est un facteur précieux pour notre santé physique (hormonale, régulation du système nerveux, lutte contre les antioxydants, cardiovasculaire, échange cellulaire, et je pourrai continuer longtemps tellement la liste des rôles des bons acides gras est longue).

Chacun d’eux peut être adapté à notre profil Naturopathique (constitution de base, âge, sexe, habitudes & choix alimentaires, rythme de vie…).

En plus de nourrir physiquement notre corps, de lui apporter des nutriments pour son bon fonctionnement, leur qualité, propre à chaque profil, leur permet d’optimiser divers paramètres auxquels on ne pense pas forcément.
Accorder son choix de consommation de protéines & acides gras sur son profil peut aider à un meilleur équilibre hormonal, à une meilleure régulation de notre système nerveux (gestion du stress, sommeil, capacité à lutter contre la déprime saisonnière, processus inflammatoires…).

Et…
Au-delà de cela
Allier les deux, ensembles, dans une belle synergie, a un impact encore plus fort.

La synergie des deux, la synergie des protéines & des lipides est une synergie qui a quelque chose de magique.
Au fond, la Vie fait bien les choses.
Car, cette synergie est naturellement présente dans la nature.
On retrouve naturellement, dans la nature, une présence, plus ou moins importante, de protéines dans les acides gras :
♦ Tous les oléagineux, en plus de contenir des acides gras de bonne qualité, contiennent aussi des protéines (végétales donc incomplètes).
♦ Les graines de chanvre sont une source de protéine complète, et de bons acides gras essentiels.
♦ Le soja (préférez les formes lactofermentées) allie également des protéines complètes, et des bons acides gras.

La beauté de cette synergie est simple.
Les deux (protéines & lipides) agissent de concert, dans notre fabuleux petit corps.
Dans de nombreux systèmes (hormonal, cutané, nerveux, musculaire…), c’est main dans la main qu’ils travaillent, et veillent au bon fonctionnement de notre organisme.
Un peu comme deux amis qui s’entraideraient dans leur travail, et leurs tâches quotidiennes.

Ainsi, consommer les deux, ensembles, de la meilleure qualité qui soit pour nous, permet d’optimiser leurs rôles, et leurs impacts.

Allons un peu plus loin…

IMG_7237

Vue d’ensemble
Notre corps est constitué d’un ensemble de cellules.
Comme une grande, et géante réunion d’amis (comme la fête qui prend peu à peu forme pour mes 30 ans, début juillet).
Chaque cellule communique avec d’autres cellules (sinon, c’est triste, et on s’ennuie vite).
Pour simplifier (beaucoup), chacune de nos petites cellules est fait d’un noyau ou cœur (c’est mignon), et d’une enveloppe.
Cette enveloppe, appelée «membrane plasmatique» (c’est moins mignon) est constituée de protéines (50 à 70%) et de lipides (25%).
Le rôle de nos cellules diffère selon sa nature (vous imaginez un boulanger faire le travail d’un avocat ?), mais un point commun les relie tous : elles sont toutes en contact les unes avec les autres.
Continuellement, elles échangent des messages, s’avertissent les unes les autres (de leurs besoins, les potentiels dangers…).
Tous leurs messages proviennent de leurs petits cœurs, et doivent traverser leur enveloppe (pour partir en balade, et aller rencontre les autres cellules).
Et… Leurs enveloppes peuvent être plus ou moins rigides (difficile à traverser pour le petit message), ou toutes douces (comme un petit nuage tout blanc & cotonneux).

Or, la qualité des protéines & des lipides consommés impacte la nature même de leur enveloppe, et donc de leur capacité à bien communiquer, et bien se protéger (des agressions extérieures).
Une mauvaise qualité d’acides gras (saturés, par exemple) tend à rigidifier l’enveloppe (membrane) des cellules, et ses échanges (avec les autres cellules) et sa communication s’en trouvent altérés.

Il est aussi important de noter que leur sensibilité aux toxines (extérieures ou intérieures) s’accroisse lorsqu’on n’apporte pas les protéines et les lipides dans de bonnes proportions (ratio), qui diffère légèrement d’un individu à l’autre.

D’un peu plus près…
On pourrait parler du système musculaire (intéressant pour les sportifs & ceux désireux de construire un peu plus de muscles), nerveux (pour la gestion du stress, optimiser notre sommeil, alternance repos / activité…), mais pour illustrer cette partie, j’ai choisi notre système hormonal.

Les hormones sont en grande partie issues de protéines.
Il existe aussi les hormones fabriquées à partir du cholestérol (hormones stéroïdes).
Les acides gras essentiels (oméga 3, et 6) sont des précurseurs des prostaglandines (substances chimiques que les cellules produisent pour communiquer entre elles).

Ainsi, une belle synergie faite de protéines et de lipides de qualité & adaptée à nous, est un atout précieux pour le bon fonctionnement de notre système hormonal.

 IMG_7253

Alors voilà.
Aujourd’hui, je vous propose un concentré de cette belle synergie.
Une recette qui allie illustre à la perfection la richesse qui peut découler d’une jolie fusion.

Une recette que l’on peut consommer avec tout :
Tartinée sur du pain.
♦ En dip, on pourra plonger des bâtonnets de légumes.
♦ Elle fera une merveilleuse sauce crémeuse pour les pâtes, le riz, les pommes de terre et toutes les autres céréales.
On peut même la manger à la petite cuillère, tellement elle est délicieuse.

On peut aussi la personnaliser.
Selon vos goûts. Vos envies.

Les acides gras
Les
bons acides gras sont apportés grâce à l’avocat et l’huile de chanvre.
Nous l’avons vu (et revu), l’huile de chanvre est la meilleure huile qui soit, et qui convienne à tous.
Elle contient de précieux acides gras essentiels, avec un ratio idéal, et contient même des acides gras GLA, très rares dans les huiles (lien).
L’avocat donne une texture onctueuse, épaisse, crémeuse (miam), et de bons acides gras de type mono-insaturés.

Les protéines
Les protéines sont apportées par la chlorella.

On peut aussi utiliser de la spiruline, ou de la poudre protéinée de chanvre : ces deux variantes auront des qualités nutritionnelles hautement similaires à celle de la chlorella.
J’ai choisi la chlorella, parce que, bon. Le fait que je l’adore n’est plus un secret.
Ces 3 poudres contiennent des protéines complètes (avec les 8 Acides Aminés).
Elles sont également extrêmement digestes (notre corps a besoin de fournir très peu d’effort pour les ….), et hautement biodisponibles (la quasi-totalité de leurs protéines est assimilée par notre corps, contrairement à d’autres sources de protéines, animales et végétales).

trio

Parfumons
J’ai parfumé cette recette avec de l’ail des ours, et de la coriandre.

D’une, parce que j’aime bien leur goût. Puis, de deux, souvenez-vous : leur présence, au côté de la jolie chlorella, permet d’optimiser le processus d’évacuation des métaux lourds.
On peut bien sûr, adapter ces notes gustatives à nos goûts en variant selon nos envies, et pourquoi même, en fonction de nos potentiels déséquilibres en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC).
Gustativement, voici quelques notes qui se marient particulièrement bien avec cette recette : graines de fenouil, fenugrec, sel bleu de Perse, gingembre, cardamome, zeste de citron, zeste d’orange, thym, sarriette, ciboulette, aneth, anis.

Oh…
Mon amour des Fées y a glissé des fleurs de bleuets (que l’on peut trouver dans certains magasins bio, au rayon des tisanes).
Cet ingrédient est totalement facultatif.
Il est avant tout décoratif.

IMG_7311

Ingrédients :

IMG_7257

Préparation :

  1. Dans une assiette creuse, déposez votre chlorella (ou spiruline ou poudre protéinée de chanvre).
  2. Découpez votre avocat, évidez-le, et déposez le dans l’assiette creuse (attention, délicatement, la chlorella est très volatile !).
  3. Versez l’huile de chanvre par dessus.
  4. Ajoutez l’ail des ours et la coriandre en poudre.
  5. Écrasez le tout à la fourchette, et mélangez jusqu’à obtenir un mélange homogène.
  6. Versez dans un petit ramequin.
  7. Parsemez de petits bleuets (facultatif).

Belle, douce synergie.

Douce, par son côté onctueux, crémeux.
Douce, par le respect de la Vie.

Belle, de par la magie qui s’en dégage.
Belle, de par la magie, permise, et créée par l’ouverture de son cœur.

IMG_7224

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

19 commentaires

  1. Anne

    Moi aussi quand j’étais petite je voulais être écrivain !
    Tu ne l’es peut-être pas devenue, mais en tout cas tu régales tes lecteurs avec tes mots… (et tes divines recettes !)

    Mardi 18, juin 2013 à 20h30
  2. Cél

    Oh, quel bel article! Dans ma dernière commande chez Nutrinaturel, j’ai fait venir de la Spiruline… Mais j’ai beaucoup beaucoup de mal à apprécier son goût. Je la mange le matin dans un tout petit ramequin mélangée à du jus de fruit, mais je l’avale comme un médicament parce que ce n’est pas top…
    Du coup, ta recette me tente bien! J’y vois une occasion de tenter d’apprivoiser cette saveur.
    Merci pour ces belles photos!

    Mardi 18, juin 2013 à 23h16
  3. Béatrice

    Bonjour,
    J’aime beaucoup ton écriture et merci de partager ta joie de vivre, ton bonheur, ta sérénité…
    C’est toujours avec un grand plaisir que je te lis.
    Bonne journée
    Béa

    Mercredi 19, juin 2013 à 6h05
  4. chris06

    Merci douce Amie pour cette belle recette.
    J’ai de la spiruline séchée, mais pas d’huile de chanvre.
    Le goût est-il prononcé ? Est-il désagréable ?
    Dans mon bio, je trouve pas mal de choses, donc une visite s’impose aujourd’hui.
    Est-ce que la pitchounette est toujours aussi sage ?
    Bien affectueusement Chris 06

    Mercredi 19, juin 2013 à 8h56
  5. Maiwenn

    Merci Mély,
    Quel bonheur de te lire ! Ça résonne et moi et j’en frissonne. Cette énergie que tu donnes par tes mots me fait l’effet d’un souffle d’air dans le dos qui m’encourage à poursuivre sur le chemin de la connaissance de mon Etre. C’est parfois si difficile d’ôter les résistances intérieures.
    Merci d’être là, belle luciole !

    Mercredi 19, juin 2013 à 10h33
  6. Mély

    Merci pour vos petits mots (tout doux) ♡

    @ Cél : Bonjour,
    Hum… Le goût de la spiruline varie énormément d’une marque à l’autre.
    A ce jour, j’ai goûté à 7 spirulines différentes, et c’est assez impressionnant de voir la différence entre certaines.
    Les facteurs impactant sur les différences gustatives sont :
    - la provenance (pays)
    - la récolte elle-même (comme les fruits & légumes, le goût peut varier d’une saison à l’autre)
    - mode de culture
    - méthode de séchage
    Après, il faut aussi garder à l’esprit que les goûts de chacun sont bien différents.
    Ainsi, certains aimeront la spiruline (ou certaines sources), et d’autres non :)
    Oh… Et, je suppose que tu le sais, et que le terme choisi de « médicament » était une simple comparaison, mais il me semble important de souligner que la spiruline n’est pas un médicament :)

    @ Chris 06 : Bonjour :)
    Dans mon article sur le chanvre, j’essaie d’y décrire le goût de son huile. Tu peux retrouver l’article ici (clic).
    J’attire ton attention sur le fait que d’une marque à l’autre, le goût peut beaucoup changer.
    Comme je le dis ici (clic), j’ai pu goûter à plusieurs marques, et la différence est notable entre certaines.
    Tu peux également lire ici (clic) l’avis de Véronique, une lectrice, sur celle des Noces de K.na.
    De quelle pitchoune parles-tu (la fin de ton commentaire m’a fait sourire & m’a intriguée :)).

    Mercredi 19, juin 2013 à 11h14
  7. Karen (cuisine saine)

    Pour moi aussi le français était quelque chose de nébuleux :)) Et finalement comme toi j’écris beaucoup aujourd’hui, je repense en souriant à tous les profs qui m’ont dégoutée de cette matière…

    Tu sais à 10 ans en fait c’est le meilleur moment pour écouter les enfants sur leurs projets professionnels. Ils ont souvent des idées très lucides sur ce qui est fait pour eux à cet age là. :)

    Mercredi 19, juin 2013 à 11h40
  8. poupougnette

    Bonsoir Mély,
    Je m’empresse de noter ta recette, ça m’a l’air tout simplement extra! Merci.
    Belle soirée

    Mercredi 19, juin 2013 à 20h18
  9. Cél

    Oui, je disais simplement « médicament » pour insister sur le fait que je la mange moins pour son goût que pour le toutes les richesses qu’elle procure… Et j’aime bien quand les deux sont liés!
    Cela dit, c’est peut-être une question d’habitude, je me souviens qu’au premier achat, je détestais les algues en paillettes, alors que désormais, je les mange avec délice juste saupoudrés comme ça sur du pain et de la purée d’amande…
    Ma spiruline en poudre fine est de la marque Green Origins.
    Je continue les expériences avec elle!
    Merci de ta réponse!

    Jeudi 20, juin 2013 à 9h42
  10. emilie

    C’est toujours avec un grand plaisir que je lis tes posts… merci de nous faire partager tout ça ;-)
    Bises

    Jeudi 20, juin 2013 à 10h39
  11. elisa

    Bonsoir, pour la spiruline, l’idéal c’est de l’acheter fraîche et prête à cuisiner. Elle est souvent dans les marchés, et s’utilise tout simplement en tartines avec du miel, avec de la confiture, avec de la tapenade… Elle n’a pratiquement aucun goût et est donc facile à utiliser de cette manière…
    Bonne soirée

    Jeudi 20, juin 2013 à 20h17
  12. Lulu

    Quel beau courriel touchant qui me va droit au cœur !
    Merci pour ta grande délicatesse Mély…
    Et sais-tu que le jour de la St-Jean, c’est la fête nationale des québécois ? Une grande fête pour nous…

    Mmm ta recette, je m’en lèche les babines.. que des ingrédients que j’aime utiliser (à part l’ail des ours, que je ne connais pas encore… on peut remplacer en attendant par de l’ail ?).
    Et quel magnifique bleu, ces fleurs ! Régal pour les yeux et baume pour le Cœur.
    Je t’embrasse douce Mély !

    Vendredi 21, juin 2013 à 2h44
  13. Véronique

    Oh mais tu aurais très bien réussi dans la voie de l’écriture et nous aurions profité de tes oeuvres avec délice, j’en suis bien persuadée !!!! Mais nous serions passés à côté de tous ces délicieux articles, conseils très riches et ces douceurs dont tu nous gâtes tant à chaque billet !!!!
    Alors tant pis si je fais preuve d’égoïsme mais je suis bien heureuse que tu te sois consacrée à un autre métier/passion !!
    Si un jour j’ai la chance d’aller en consultation chez toi, je te réitèrerai encore davantage ces propos !!!
    Et donc merci encore pour cet article !
    Bon, moi, je n’ai pas franchi le pas avec la chlorella car je la prendrai où tu me conseilleras de l’acheter !!!
    J’ai tellement vu la différence entre 2 huiles de chanvre que ça vaut vraiment la peine de prendre son temps et ne pas se tromper !
    Mais j’ai réalisé cette recette sans chlorella et nous nous sommes déjà régalés grâce à mon excellente huile de chanvre et mon ail des ours commandé aussi chez noces de k’na !! Ah oui, on la déguste à la petite cuillère par gourmandise !
    Peut-on consommer sans problème la chlorella et même en donner aux enfants ?
    Merci pour le temps que nous consacres et tes précieux conseils que j’essaie de suivre avidement !!
    Passe un bon week-end joli fée !! Je t’embrasse

    Vendredi 21, juin 2013 à 14h05
  14. Bulles de Gourmandises

    Et bien pour quelqu’un qui avait des difficultés en français tu t’es bien rattrapée depuis car te lire est un enchantement… tout ce que tu dis me touche et c’est normal puisque cela vient du cœur…
    Merci pour cette recette toute douce et fleurie, elle met mes petites cellules en joie!
    A bientôt… j’ai hâte.
    Bisous de Sissi… la plus vieille des Bulles :)

    Vendredi 21, juin 2013 à 14h43
  15. Mély

    @ Cél : Les goûts changent énormément au fil du temps…
    Nos goût sont aussi le reflet de nos liens affectifs ou non avec notre alimentation (souvenirs d’enfance, habitudes), et nos potentiels déséquilibres en MTC. La saison (et le temps) joue aussi beaucoup !
    En hiver, on est plus attiré par des plats chauds & bien nourrissants, tandis que lorsque le soleil brille, et qu’il fait bon, on a plus envie de légèreté :)

    @ Lulu : Bonjour :)
    J’ignorais que c’était votre fête nationale !
    Vous avez choisi un jour merveilleux pour cela :)
    Dis-moi, quelles traditions (je pense notamment aux plats), avez-vous l’habitude de suivre pour cette fête ?
    L’ail des ours est une herbe (si tu cliques sur le lien dans l’article, tu pourras le découvrir), et cette petite herbe au goût raffiné est bien différent de l’ail en gousse. Mais rien ne t’empêche d’y glisser un peu d’ail, bien sûr dans cette petite sauce / tartinade / guacamole !

    @ Véronique : Hum… Ton « égoïsme » me plait aussi beaucoup :)
    Et, après tout, cela a débouché sur quelque chose qui est tout à l’opposé de l’égoïsme : la Naturopathie, c’est apporter beaucoup aux autres… ♡
    Pour la chlorella : j’achète la mienne à Sol Semilla.
    Pour les enfants : cela dépend grandement de leur âge, et également de plusieurs critères (pourquoi souhaite-on en donner / dans quel but, dose, problèmes particulier de santé…), mais il n’y a pas de contre-indications pour eux :)

    @ Bulles de Gourmandise : à très bientôt :)

    Samedi 22, juin 2013 à 13h17
  16. Lulu

    Euh… côté traditions culinaires, c’est plutôt hot dogs, bière et barbecues ! Sinon, c’est surtout des spectacles, le feu de la St-Jean et l’occasion pour fêter dehors entre amis…
    Je ne savais pas à mon tour que c’était fêté dans certaines contrées en France.

    Grosses bises Mély, alors bonne St-Jean !

    Dimanche 23, juin 2013 à 12h48
  17. Mély

    @ Lulu : Hihi, c’est pas des plus raffinés, mais l’esprit de la fête est plus important dans ces cas-là.
    Si, si, en France, dans certains (petits) villages, on le fête aussi : on fait un grand (graaaaand) feu, et on danse toute la nuit autour :)

    Dimanche 23, juin 2013 à 13h28
  18. Clematite

    C’est merveilleux!
    Heureusement que tu n étais pas douée en français!!
    Te lire c’est comme lire un roman poétisée!
    Et en plus on apprend plein de choses
    De mon côté il m’arrive des choses extra côté lecture,
    J aie toujours été nulle en composition française et depuis quelques années j’aie la chance de lire des personnes qui expriment exactement mes pensées!!
    Et chaque fois je suis agréablement surprise
    Merci pour tes mails
    J’aime bien cette façon de nous accueillir comme des amies
    Merci
    Et avec retard joyeux anniversaire

    Mercredi 26, juin 2013 à 15h17
  19. Aurelie

    Moi Aussi j’étais nulle en dictée. Lol
    Je viens de découvrir ton site et j adore. Merci de partager ton savoir

    Dimanche 29, décembre 2013 à 18h33

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?