Courge spaghetti bolo (+ option VGL)

Si vous me suivez depuis longtemps, vous le savez forcément (je le dis tellement que j’ai l’impression d’être un vieux disque rayé) : ma saison préférée est l’automne : la saison des courges. Il y en a pour tous les goûts : rondes, ovales, allongées, plus ou moins sucrées, à texture fondante ou ferme.
Et… saviez-vous que la courge spaghetti est une variété qui se transforme (presque comme par magie) en spaghetti ? (D’où son nom)
Une fois cuite, lorsqu’on tente d’évide sa chaire en la raclant avec une fourchette… hop, des spaghettis se forment ! Si la cuisson est longue (une heure de patience), quel régal, servi avec une sauce bolognaise maison (ultra rapide) !

Ce plat est dans mon Top 5 de mes recettes favorites durant la saison froide
Je l’ai intégrée dans mon quatrième livre Énergie. En effet, comme elle a l’avantage d’être très digeste (il s’agit d’un plat dissocié) : c’est autant d’économie sur notre digestion… et d’énergie disponible pour nos autres systèmes (hormonal, nerveux, immunitaire, etc.).
Pour plus d’infos sur les repas dissociés, les économies d’énergie en lien avec notre digestion, je vous invite à vous (re)plonger dans mon livre Énergie, le guide anti-fatigues.

 

 


 

La recette

 

Commençons par la cuisson de la courgette spaghetti : c’est l’étape la seule étape longue de cette recette.
Personnellement, je la cuits au four : après l’avoir coupée en deux, évidée ses graines, badigeonnée sa chaire avec un peu d’huile d’olive, on enfourne 45 minutes à 1 heure (selon la taille de la courge).
Il existe d’autres manières de la cuire, plus rapides : à l’eau (20-30 minutes), à la cocotte-minute (10 minutes), au micro-ondes (8 minutes). Toutes les informations sur ces différentes cuisson se trouvent ici (c’est mon article le plus lu du blog depuis 11 ans !).
À chacun de voir selon ses goûts, son organisation, etc. !

Le reste de la préparation est d’une simplicité et rapidité enfantine : je vous glisse la recette telle que je la réalise moi-même depuis plusieurs années.

Cependant (et comme d’habitude sur mon blog), je vous glisse plusieurs idées de variantes pour tenter de répondre à tous les goûts, choix et habitudes alimentaires. Si dans ma version, j’utilise de la viande hachée, vous trouverez donc des variantes végétariennes et même végétaliennes !

 

INGRÉDIENTS (pour 2 à 3 parts)

  • 1 courge spaghetti de taille moyenne
  • 2 + 2 cas d’huile d’olive
  • 1 pot de purée de tomates (sauce tomate nature, sans aucun ajout – en magasin bio)
  • 1 cac d’herbes de provence séchés (ou 1 cas fraiches)
  • 200 à 250g de boeuf haché (deux variantes végétariennes sont proposées ci-dessous)
  • Optionnel : parmesan

 

PRÉPARATION

  • Couper la courge en deux dans le sens de la longueur.
  • Retirer les grains avec une cuillère.
  • Badigeonner la chair d’huile d’olive.
  • Cuire la courge (côté chaire vers le dessus) pendant environ 1 heure (surveiller la chaire) à 180°C.
  • Environ 15 min avant la fin de cuisson de la courge spaghetti, préparer la sauce :
  • Dans un petit casserole à fond épais, verser les 2 cuillères à soupe restantes d’huile d’olive, et allumer le feu.
  • Une fois que le fond de la casserole est chaude : disposer la viande hachée (ou les simili) et faites les revenir jusqu’à ce que la viande soit presque cuite.
  • Verser la purée de tomates et les herbes de provence.
    Laisser mijoter 15 minutes.
  • Une fois que la courge est prête : prélever sa chair à l’aide d’une fourchette.
  • Servir dans des assiettes en versant la sauce par dessus.
  • Parsemer de parmesan râpé.

 

 


 

Variantes

Voici quelques variantes :

  • Concernant les protéines : on peut remplacer le boeuf haché par des protéines de soja texturées pour une option végéta*ienne. Ce produit reste très industriel (transformé), et doit être utilisé de manière épisodique.
    On peut également opter pour du tofu (découpé en cube et mariné), plus saine et moins transformée !
    Des lentilles vertes ou noires déjà cuites, revenues à la poêle avec des herbes, du cumin, de l’ail et de l’huile d’olive fait une excellente alternative saine également.
  • On peut également réaliser sa propre sauce tomate en utilisant des tomates fraiches et de saison, que l’on met en bocal en verre durant l’été (en prévision pour des recettes, de temps à autre, en hiver).
    Personnellement, je trouve que des bocaux de purée de tomates nature sont un bon compromis entre la qualité et l’effort fourni pour produire un produit de base. J’évite les sauces en bocaux qui contiennent trop d’ingrédients (sel, additifs, etc.).
  • Le parmesan est un fromage affiné contenant donc très peu de lactose : sauf allergie importante, il est bien toléré par le plus grand nombre.
    Si vous préférez une option végétalienne : on peut utiliser de la levure de bière / maltée. Attention, ce produit a tendance à accentuer des fermentations digestives (à éviter donc si vos intestins sont déjà sensibles).

✤ ✤ ✤

D’autres articles à (re)découvrir :

Toutes mes recettes de plats complets
Toutes mes recettes, classées par catégories

Catégories : ,

Je souhaite recevoir ta Newsletter

0 commentaires

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité.