L’hypersensibilité

Écrire, mon refuge.
J’avais 15 ans. Lorsque j’ai écrit mon premier poème, dicté par mon cœur qui venait d’être arraché à ses racines, sa terre d’enfance.
Écrire m’a alors aidée à rester en vie.
Écrire a été ma thérapie.
Aujourd’hui, encore, j’écris. Par vagues d’émotions, par vagues d’inspiration, par vagues de joies.
Je n’ai jamais (ou si peu) partager mes écrits. Ni avec vous, ni avec mes proches. J’y songe. Un jour, peut-être ? Un rêve.
En attendant ce jour potentiel, parfois, comme aujourd’hui, je vous livre un poème en images, en son, en couleurs.
Pour encore plus de douceur, d’émotions, de transmission.
Que tous les cœurs (hyper)sensibles, rêveurs, idéalistes et poètes puissent s’en nourrir ♡

 

 


 

 

Hypersensible.
Je le suis.
Peut-être vous, aussi ?
Parfois, on me demande comment je fais. Pour le vivre. En harmonie.

Mon hypersensibilité, je la danse.
Elle m’enseigne, chaque jour, l’équilibre de la vie.
C’est une éclaboussure émotionnelle constante à faire jongler en une danse.

Aptitude naturelle ou pouvoir surnaturel ?
Intuition ou impulsion de l’âme à saisir l’insaisissable ?

Enfant, je voyais, je percevais.
Je sentais des choses que les Autres ne disaient pas.
Les Grands m’ont demandé de taire ces grains de folie.
L’inexplicable fait peur aux cartésiens.
L’insaisissable n’existe pas, dans notre monde occidental.
Alors, j’ai tu, j’ai occulté, j’ai oublié, j’ai tari ce don avant qu’il puisse grandir et fleurir.
Il est resté. En moi. Sans se faner, il s’est figé.
Comme nos dons à tous.
Ils ne meurent jamais. Ils attendent, en nous. Le jour où l’on sera prêt.

Et puis, il y a eu ce jour où je me suis réveillée à moi-même.
Ce jour où je me suis souvenue de qui j’étais.
Redevenue Fée, j’ai apprivoisé ce don.

L’hypersensibilité est mon plus grand don.
De don à malédiction, il n’y a qu’un pas.
Un pas de vie, un pas d’amour, un pas vers les Autres, un pas vers Soi.
Ce don, je l’apprivoise et le danse, chaque petit jour.
J’apprends, encore aujourd’hui, à faire de mon hypersensibilité, une alliée, une force.
Je sens. Je vois. Mille fois, l’intensité des Autres. La brillance des non-dits. Les couleurs des Vies.
C’est beau. De voir, de sentir, d’entendre tous ces murmures secrets.
C’est difficile, d’autres fois. Car parfois, elle m’explose le cœur, me fendille l’âme.
Je me relève, vivante.
Je fais alors appel à mon deuxième don.
Celui d’alchimiste.
Transformer les nuages en Lumière.
Jouer avec le gris, en faire une palette multicolore et pastel.

Mon hypersensibilité.
Joyau de cœur.
Cœur cristal, cœur diamant.
Fragile, forte.
Cœur qui accueille. Qui voit la pluralité de la richesse des autres, de leur univers étoilé. De leurs souffrances inconscientes et conscientes.
Cœur qui sent mille fois la réelle intensité de la vie.
Cœur qui brille, qui relâche, qui transmute le gris en étoiles colorées et pastel.

Accueillir les Autres. Leur vie, leurs peines, leurs doutes, leurs histoires.
Voire toujours en Eux leur Lumière, même lorsqu’ils broient du noir.
Voir leur potentiel, leur Être réel, alors qu’ils se sont oubliés.
Boire leurs paroles.
Les transformer en remède.
Les aider à accepter, avaler, digérer, assimiler ces larmes de vie, de tristesse, de joie transformée.

Certains, je le sais, m’envient. Ce sont ceux qui pensent que je porte tous les jours mon hypersensibilité en sourire, en éclat de rire.
Je vous offre une confidence : de secret, concernant mon hypersensibilité, je n’en ai pas.
Je danse, je vis, je ris, je pleure mon hypersensibilité.

Alors, «oui», c’est vrai. Peut-être que je porte un autre joyau à côté de mon cœur mi-cristal, mi-diamant.
Et que peu l’ont. Ou plutôt, que peu savent qu’ils l’ont.
Cet autre joyau, c’est d’être intimement et profondément convaincue que ce cœur mi-cristal mi-diamant est une des plus belles choses que la Vie m’ait donnée.
De ne jamais, jamais, Ô grand jamais, le voir comme une malédiction ou une faiblesse.
Alors «oui», c’est vrai. Parfois, certains jours, ce joli cœur se transforme en éclats de verre qui, implosant en plein vol, percute, entaille, et blesse mon âme.
Mais… n’est-ce pas là, l’essence même de la Vie ?
Sa beauté, sa Lumière, sa merveilleuse mélodie qui se transforme parfois en nuage, en pluie, en coup de tonnerre ?
Et, ensuite, qui refleurit grâce à cette pluie de vie.

L’hypersensibilité est un don.
Il est un peu de moi.
Peut-être de vous, aussi ?
Souvenons-nous que chaque don. Quelqu’il soit. Est parfois difficile à manier, à vivre, à danser.
Chaque don est parfait tel qu’il est.
À nous de le danser, d’apprendre, encore et encore, à le danser.

 

 


 

♫ Musique ♫

Better Days // bensounds.com

 

✩ Les petits liens utiles ✩

♦ Emy, l’artiste tatoueuse qui m’a créé ce tatouage personnalisé et me l’a tatoué : sa page Facebook + son Instagram,
Alexandra Banti, l’artiste, illustratrice et photographe qui a réalisé l’illustration que je lui ai acheté, et que l’on voit apparaitre dans la vidéo,
♦ Petit rappel : je suis une «INFJ», une des 16 personnalités MBTI qui sont très souvent hypersensibles.
Le sont aussi souvent (hypersensibles) : toutes les personnalités ayant du « N » et/ou du « F » ; pour découvrir le MBTI et votre personnalité, c’est ici.

 

✤ ✤ ✤

Que ces mots apaisent et nourrissent vos cœurs hypersensibles.
Qu’ils fassent germer vos dons, quelqu’ils soient

 

 D’autres articles à (re)découvrir :

Toutes mes vidéos «Plume poétique»
Tous mes tatouages
Conseils bonheur n°1

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

22 commentaires

  1. Beatrice

    Bonjour Mély
    Ce nouveau tatouage est absolument merveilleux! Et je vous y retrouve tellement de la petite fenetre aperçue!
    Je me suis enfin décidée à sortir mon profil et je suis INFP-T… pourquoi ne suis-je pas surprise? Cela fait écho à beaucoup de choses cachées consciencieusement en moi 💖
    Merci de ce doux moment

    samedi 9, juin 2018 à 13h28
    1. Mély

      @ Béatrice : Je trouve qu’INFP vous va comme un gant… 💚
      Sensible, créatrice, attentive aux autres, utopiste… ✨

      dimanche 10, juin 2018 à 8h59
  2. Nathalie

    Mille merci Mély d’avoir partager ce poème sur l’hypersensibilité. Tes mots sont doux et forts à la fois, je les savoure. Ta vidéo est juste magnifique 💫
    C’est drôle, tu me connais, un peu, puisque tu m’as suivi quelques temps en naturopathie, je suis tout ce que tu fais sur insta, ton blog, et pour moi, dans mon cœur tu es comme une amie, quelqu’un de précieux pour moi.
    Merci d’être là 🌸🌸

    samedi 9, juin 2018 à 14h03
  3. Luciole

    En tant qu’INFJ aussi, je me reconnaîs tellement…tellement dans cet article. J’ai 22 ans, et encore beaucoup de mal à gérer cette hypersensibilité au quotidien. J’ai compris il y a peu que c’était une énorme force, un dont, comme tu le décris si bien. Pendant de longues années j’ai voulu enfouir toutes ces émotions, les pensant « anormales » ou « trop différentes » de la plupart des gens. C’est terrible mais à l’adolescence, il y a eu une période où je souhaitais juste ne plus rien ressentir, enfouir tout ces sentiments à jamais. Mais j’ai à present compris que grâce à toutes ces émotions, je ressens certes la douleur (des autres et de moi-même) de façon décuplée mais la joie et le bonheur aussi. Je capte les messages, les signes, les symboles, les regards, le moindre geste de autres, ressens tout..tout. J’apprends, comme toi, à en faire ma plus grande force.
    Ton article est magnifique Mély 🌸

    samedi 9, juin 2018 à 18h21
  4. Abigail

    Des mots tissés si sincèrement, sagement, magnifiquement. Maintenant, notre faisceau de cœurs sensibles! <3

    samedi 9, juin 2018 à 18h48
  5. Lorène

    Oh Mély quel beau poème !

    Il résonne si fort en moi… Tu as le don de réussir à exprimer et libérer les émotions dans tes mots (comme je trouve qu’Angélique le fait à travers ses peintures).

    Il y a quelques jours à peine, mon coeur débordait, encore. J’ai eu besoin d’écrire pour me décharger. Je voulais le partager mais j’ai préféré le garder pour moi, un secret bienfaisant.

    Merci pour ce moment d’apaisement. Je relirai ce poème, le revisionnerai, les jours où je sentirai cette sensibilité m’écraser de nouveau.

    Belle soirée,

    Lorène

    Ps : ton dernier tatouage est une merveille. Si représentatif de ce que tu es. Unique.

    samedi 9, juin 2018 à 19h07
    1. Mély

      @ Lorène : Oh, Lorène… Ton message me touche tellement 💖
      Merci, merci de me l’avoir écrit… 💛⭐
      Même après 11 ans à « écrire » et partager ici, je suis toujours très touchée lorsqu’on me dit que ce que je créé sert aux autres (dont toi !), surtout lorsque c’est sur le plan émotionnel 💚💜
      D’avoir pu créer une ressource à laquelle d’autres reviendront, lorsqu’ils en auront besoin (et donc, quelque part, une source « récurrente »), me touche d’autant plus 💖

      Et… j’en profite pour te remercier de créer, ⭐toi aussi⭐ du contenu inspirant pour un monde plus doux, conscient et bienveillant 🌍💫

      dimanche 10, juin 2018 à 9h05
  6. Pauline H.

    Bonjour Mély,
    Merci pour ce doux partage, pour ces belles images, ces magnifiques couleurs et ces mots si justes !
    Cet univers je le connais bien, je le partage au plus profond de moi. A fleur de peau depuis toujours, la Fée qui vit en moi se révèle seulement depuis peu… L’année 2018 m’a fait découvrir mon thème de cristal atypique et rare, m’a révélée la beauté et la force de mon hypersensibilité, et la Vie m’offre chaque jour la chance d’apprivoiser ce don si particulier.
    J’ai compris que l’Univers ne m’a pas guidé vers ton univers pastel pour rien, et je comprends désormais pourquoi je l’ai de suite aimé, il y a déjà des mois de cela ! Quelque chose m’appelait, quelque chose m’y attendait !
    Chaque nouvelle publication est une petite bénédiction, une fenêtre ouverte, une parenthèse enchantée que je me délecte de lire à chaque fois.
    Alors encore une fois MERCI Mély pour cette bulle que tu offres, que tu m’offres, à chaque visite sur ton merveilleux chaudron pastel… ! <3
    Sensiblement et affecteusement,
    Pauline

    samedi 9, juin 2018 à 20h17
  7. Mélanie

    Merci pour ce partage.
    Quand je suis fatiguée, cet hypersensibilité s’accentue encore plus et je me sens encore plus mal. Je vis les choses à fond, peut être trop.
    Je vis assez difficilement le fait d’etre Hypersensible, écouter ta vidéo m’a fait beaucoup de bien.

    samedi 9, juin 2018 à 21h48
  8. Gabrielle - Plume Curieuse

    Quelle meilleure manière de commencer un dimanche qu’en regardant ta vidéo et en me délectant de tes doux mots ? Tes paroles mêlées aux images si douces et féériques m’ont transportée.

    Il y a des années, j’ai enfoui mon hypersensibilité au fond de mon être, en espérant ne plus souffrir. Je me suis détachée de mes émotions mais aussi de qui j’étais. J’essaie maintenant de soulever, couche par couche, la poussière qui entoure mon coeur, parfois enchantée, parfois terrifiée à l’idée de retrouver cette partie de moi si sensible. Merci pour cette vidéo magique et tes mots puissants qui m’aident dans ce processus.

    Et ton tatouage aussi est si magique. Il te représente tout à fait : douce, lumineuse, à l’écoute de ton coeur et de celui des autres.

    Doux dimanche,

    Gabrielle

    dimanche 10, juin 2018 à 13h32
    1. Mély

      @ Gabrielle : Merci… 💛💚✨
      Je l’ai connu, moi aussi. Cette phase de « glace », sous laquelle je m’étais enfouie, tentant d’anesthésier cette explosion constante d’émotions intensifiées par l’hypersensibilité.
      Un long (et joli) chemin que d’apprivoiser ce merveilleux don 💖
      Et… toujours, toujours, comme chaque trait de caractère en chacun de nous (hypersensible ou non), ce chemin de croissance, ce chemin de réalisation de nous-mêmes… est éternel 💫

      lundi 11, juin 2018 à 8h02
  9. Capucine

    Bonjour Mély :)

    Je te suis ardemment depuis plusieurs années déjà, peut-être depuis le commencement de ton blog, mais c’est la première fois que je me manifeste dans un commentaire pour te dire que j’existe haha XD

    Pourquoi aujourd’hui ? Peut-être à cause de cet article sous lequel j’écris ou tu parle de ton hypersensibilité… Chose que je comprends tout à fait, étant moi-même hypersensible de nature (I’m an INFP of course ! ;)
    Et tout le monde ne comprend pas toujours cette facette là de moi… Ce florilège d’émotions puissantes qui m’emporte souvent, trop souvent et qui parfois me fait me sentir en insécurité.
    Je me suis reconnue dans ton article, comme dans beaucoup de tes autres articles d’ailleurs ^^
    Il était donc temps pour moi d’apparaître et de te faire savoir que tu as plus d’abonnés que tu ne crois !

    J’aime ce que tu fais ! Avec toi, je rêve, je pleure, je me réjouis et je ris.
    Je souhaite que cette grande aventure que tu partages avec nous dure pendant de très nombreuses années :D

    Je te souhaite une bonne journée et t’envoie toute mon affection !
    Capucine

    PS : Je suis également une femme tatouée et je dois dire que le dernier dessin que tu as encré dans ta peau me fait rêver *.*

    dimanche 10, juin 2018 à 14h04
  10. Maria

    Douce Mély,

    Merci pour ce joli texte. Il me parle tellement !

    Je suis moi-même INFJ et ce n’est pas toujours très simple de composer avec ça, même si je suis reconnaissante à la vie d’être qui je suis.

    Il m’arrive tout de même, quelque fois de me poser des questions curieuses. Est-ce qu’un{e} hypersensible peut avoir un côté très dure ?
    Avec les autres, mais dure avec elle également?
    Peut être pour cacher ce côté {trop} sensible ?
    Se « carapacer » pour ne pas laisser entrer d’autres gens dans une harmonie que l’on met tant de temps à construire ?
    C’est curieux pour moi d’avoir ces deux facettes… tellement inabordable parce que très en retrait et pourtant tellement dans le besoin d’amour.

    L’envie d’être tranquille et l’envie d’aller vers les autres.

    De nos jours en entend dans les conversations de plus en plus de gens parler d’empathie, de bienveillance, de compassion, des mots qu’ils sortent sans arrêt, comme un besoin viscéral de classer les « sympas » des « moins sympas ». Ce sont des mots que j’avoue ne pas tout à fait comprendre aujourd’hui. Je ne sais pas où je me situe au milieu de tout ça, parce que parfois j’ai un tel besoin d’être seule {longtemps} pour me ressourcer que je suis un peu larguée ;-)

    Encore merci pour tous ces jolis mots Mély, moi aussi cela m’a fait un bien fou tant de douceur.

    dimanche 10, juin 2018 à 16h22
    1. Mély

      @ Maria : La bienveillance, la compassion, et l’empathie ne sont pas antithétiques avec l’introversion, ni l’hypersensibilité, ni le besoin de se retrouver seul(e) ⭐

      lundi 11, juin 2018 à 8h03
  11. Maëlle

    Bonsoir Mélanie,

    Je fais partie de ton public la plupart du temps silencieux, même si je te suis toujours aussi régulièrement depuis… fort longtemps !

    Un petit mot donc pour te remercier pour ce partage qui vient résonner au bon moment pour moi.

    Mon coeur est profondément ému à l’écoute de ta vidéo, dans une phase où j’ai oublié de voir mon hypersensibilité comme un précieux cadeau.

    Merci ❣

    dimanche 10, juin 2018 à 22h21
  12. Oféelys

    Il y a des choses qui me touchent profondément.
    Une peinture, un geste, le vent qui joue avec les feuilles, et puis il y a cette vidéo.

    Elle m’a attrapé le cœur, pas trop fort, mais suffisamment pour que les larmes coulent.
    Comme à chaque article, chaque vidéo que tu fais, une petite voix me glisse à l’oreille des mots doux et me fait grandir un petit peu à chaque fois…

    Merci Mély

    lundi 11, juin 2018 à 11h01
  13. Lehla

    Je salue l’artiste, artiste dans les mots, artiste dans les images. Mise en scène merveilleuse, mots qui le sont encore plus, j’ai beaucoup aimé !
    Moi aussi j’ai un don (comme tout le monde !), c’est la logique. J’ai, semble-t-il, une facilité déconcertante à comprendre les phénomènes complexes et même à savoir les restituer simplement. On m’a souvent dit que j’étais brillante, enviée pour ce don. Mais ceux qui m’enviaient ne savaient pas que j’aurais alors troqué tout ce que je possédais pour enlever la « malédiction » qui va avec : je ne comprenais pas les gens. Les humains, pour moi, étaient illogiques. J’aurais alors échangé mon don les yeux fermés contre des amis. Être comme toutes les autres petites filles.
    Et en grandissant, j’ai appris. A utiliser ma force. A ne pas subir ma malédiction. Comprendre. Comprendre que l’on est tous logiques d’une certaine façon, qu’il n’y a pas une logique mais pleins. Comprendre que je pouvais comprendre les personnes, me faire des amis. Que d’autres aussi étaient comme moi. Que je pouvais m’épanouir dans des relations et pas qu’avec des livres, des ordinateurs, des jeux solitaires.
    En jouer également. S’entourer de gens qui m’aiment pour ce que je suis et malgré ce que je suis. Je fais pleins d’efforts mais je ne serai jamais une personne qui sentira les choses. Mes amis en rigolent, disent que je suis « brute de décoffrage », « maladroite » et ne se formalisent plus lorsque je mets les deux pieds dans le plat ou reste plantée comme un piquet mal à l’aise lorsque je suis confrontée à des larmes en face de moi.
    On a tous, je suis sure, ces dualités dons/malédictions, merci pour ces mots si justes 😍

    mardi 12, juin 2018 à 10h02
  14. Paulina

    Très chère Mélanie,
    j’ai découvert Chaudron Pastel par hasard, et depuis je te suis avec joie.
    Cette article me touche particulièrement, car je suis moi même une « hypersensible » et pendant longtemps j’ai voulu faire taire cette particularité pas toujours facile à vivre. Inutile de te préciser que cela n’a servi à rien.
    Depuis peu je l’Accepte et je l’AIME.
    De lire ta poésie me fait du bien et me réconforte dans le fait d’en faire une force et non une faiblesse.
    Chère Mélanie pardonne moi de te tutoyer c’est la première fois que je fais cela et je m’étonne moi même. Il n’y aucun manque de respect de ma part.
    Merci pour tous tes posts aussi doux et réconfortants.
    J’attend avec gourmandise les prochains.
    Bien amicalement
    Paulina

    jeudi 14, juin 2018 à 16h43
  15. Stephanie

    Bonsoir Mely
    Je suis sensible à ton univers, à ta poésie et à la douceur de tes mots. Je me reconnais dans cette hypersensibilité depuis l’enfance. J’ai moi souffert du syndrome de l’intestin irritable et je relie cette souffrance à cette sensibilité longtemps réprimée refoulée oubliée. J’avais le don de l’écriture et je sentais des choses invisibles mais l’expression de mes émotions était interdite. J’ai enfin pu retrouver ma nature profonde, mon hypersensibilité que je chéris tant et qui me donne tellement de joie. Elle est source d’intuition et de créativité. J’ecris et je me fais confiance car ce sixième sens est précieux. Il nous relie à une dimension spirituelle. C’est un cadeau de la vie pour aimer le présent et être utile aux autres. Mon désir est de partager cette expérience riche qui peut servir à d’autres. Plus on développe cette richesse plus la vie nous envoie de belles surprises.

    vendredi 15, juin 2018 à 22h23
  16. Caro

    Bonjour Mely
    Merci pour tout ce que tu donnes.
    Je te suis depuis un an deja et grace à toi j’ai appris à vivre et revivre avec mon SII. Et aujourd’hui je découvre et comprend que je suis hypersensible.
    Il me reste à accepter qui je suis.
    J’ai nié pendant 40 ans, et aujourd’hui j’ai déclenché un SII et peut être d’autres douleurs aux articulations.
    La douceur de tes mots dans ton blog et ton livre me donnent de l’espoir de l’énergie et de merveilleuses solutions pour guérir et grandir.
    Encore mille merci

    dimanche 17, juin 2018 à 20h18
  17. Lehla

    Je découvre que je suis la seule à avoir laissé un message sans être moi-même hypersensible. Je suis même l’opposé. Et sachez que l’on vit très mal avec l’inverse. Ne pas/peu avoir d’empathie peut sembler plus facile à vivre. Mais qui aime vivre rejeté car « bizarre », « pas normal(e) » ? Qui aime se voir reprocher à chaque nouvelle tentative de lien, qu’on ne comprend pas l’autre, qu’on est un robot qui ne ressent rien ? (Sachant que c’est faux, on est blessés, meurtris, heureux comme les autres et par les autres, juste différemment)
    Quoi qu’on soit au départ, on vit très mal avec ce que l’on est tant qu’on a pas compris à s’accepter soi-même, à s’aimer pour ce que l’on est, à utiliser ses défauts/malédictions pour en faire quelque chose de bien, une force dont on est fiers.
    J’ai par exemple découvert que je pouvais servir de pilier, « un roc dans les épreuves » comme disent ma mère et ma sœur, clairement hypersensibles l’une et l’autre, que j’ai passé la moitié de ma vie à envier leur super empathie magique pour découvrir qu’elles enviaient ma capacité de recul face aux sensations d’autruit.
    C’est en réalité la transmutation le plus difficile je pense…
    Je pense d’ailleurs ne pas l’avoir complètement achevée… car sinon je ne ressentirais pas cette blessure d’agacement profonde lorsque je vois des gens réagir de façon émotionnellement exacerbée à une situation. C’est que je suis toujours blessée d’être différente et jalouse d’une certaine façon …

    mardi 19, juin 2018 à 17h18

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité.