🎥💗 Beurre (ou purée) de noix: comment réaliser ses purées d’oléagineux maison ?

Cela fait 5 ans que j’habite à Paris.
J’ai eu de la difficulté à m’habituer à cette ville : la vie y découlant, son rythme, et au manque de nature, de verdure…
Petit à petit, j’ai appris à apprécier certains aspects de Paris.
Mais, je reste une femme qui se sent à sa place près de la Nature.
Qu’importe que ce soit la campagne, la forêt, la mer, ou la montage.
Je me sens bien lorsque je suis au sein de Dame Nature.

Aussi, je savoure chacun de mes séjours chez mon père, dans notre maison de campagne.
J’y suis bien.
Qu’importe la saison, la météo.
Je trouve la Nature toujours magnifique.

L’automne, notre jardin revêt une palette de couleurs absolument étonnante.
Étonnante de beauté.
Les feux de cheminée grondent, le bois craque.
Les chats s’endorment, emmitouflés dans leur bulle de chaleur.

L’automne, c’est aussi la saison des noix.
Notre noyer, c’est mon grand-père paternel qui l’a planté.
C’était en 1930.
Depuis, le noyer a grandi.
Il dépasse le toit de notre maison.
Chaque année, au moment de ramasser les noix, je pense à mon grand-père, que je n’ai pas eu la chance de connaitre.
Pour moi, le noyer, est le symbole de ma famille.
C’est beaucoup d’Amour.

Parfois, la Nature semble nous parler.
Semble nous dire des choses.
Simples.
Ce ne sont pas des mots, des paroles, des phrases, tel que l’Homme les cherche de nos jours.
C’est autre chose.
C’est plus subtil.
Des clins d’oeil.

La noix est extrêmement riche en un acide gras (lipide) bien spécifique : l’acide alpha linolénique.
Sous ce nom barbare se cachent beaucoup de choses.
Des jolies choses, essentielles pour notre Vie, pour notre corps.

L’acide alpha linolénique (ALA) est de la famille des omégas 3.
Peut-être vous en souvenez-vous, on en avait parlé avec le chanvre.
Les omégas 3 sont des acides gras (lipides, graisses) essentiels pour notre organisme.
Essentiels, car :
♦ notre corps ne peut pas les fabriquer lui-même (à l’inverse des acides gras oméga 9, ou saturés), et on doit donc les lui apporter, pour éviter toute carence
♦ ils jouent plusieurs rôles dans le bon fonctionnement de notre corps.
De très nombreux rôles.
À presque tous les niveaux de régulation de notre organisme…
Cellulaire, hormonal, nerveux, cardio-vasculaire, et immunitaire.
Rien que ça.

Un exemple.
La partie la plus grasse de notre corps est… notre cerveau.
Or, 70 % des graisses de notre cerveau sont des acides gras de type oméga 3.
Et, pas n’importe lesquels.
Ce ne sont pas des ALA, (présents dans les noix), mais des DHA (acide docosahexaénoïque, de son doux nom, bien poétique).
Notre cerveau a donc besoin, pour fonctionner correctement, des acides gras de type DHA.
Un système nerveux qui fonctionne correctement sera plus à même de gérer le stress, sera moins enclin aux déprimes saisonnières, aide à éviter les sautes d’humeur, et le sommeil est mieux régulé.

Il existe donc plusieurs types d’acides gras de type oméga 3 :
♦ les ALA sont principalement d’origine végétale.
On en trouve dans l’huile de lin, de noix, de chanvre, de colza, et de cameline notamment.
♦ les EPA
♦ … et les DHA sont principalement, tous deux, d’origine animale. Les poissons gras en contiennent en grande quantité (saumon, thon, sardines, maquereaux…).

Chacun est essentiel, et joue un rôle important, et différent dans notre corps.
Apporter à notre corps des ALA est important, et c’est une très bonne chose que de consommer des huiles bio, riches en oméga 3 (lin, chanvre, noix, colza, cameline…).
Comme les EPA & DHA sont aussi essentiels à notre corps, on doit également lui en apporter.
Les acides EPA & DHA peuvent être synthétisés (fabriqués) par notre corps à partir de l’ALA.
Pour les végéta*iens, c’est une bonne nouvelle.
Cela veut donc dire que l’on n’a pas besoin de manger de poissons gras, pour subvenir à nos besoins en EPA & DHA.


C’est, d’ailleurs, le discours que l’on retrouve très souvent.
Sauf que c’est un peu plus complexe que cela…

Cette opération magique de transformation (d’acides gras de type ALA en EPA & DHA) est effectuée, en partie, par notre foie.
Notre corps aura également besoin d’enzymes & de cofacteurs en quantité suffisante.

On peut visualiser notre foie comme un petit bijoutier.
Les ALA sont des pépites d’or (j’aime bien l’or… :-)).
Les enzymes & co-facteurs, comme des outils (marteaux, chauffe pour fondre l’or…).
Et, les EPA & DHA, comme des bijoux (j’adooore les bijoux…).
Voilà.
Donc, si on veut avoir de beaux bijoux, il faut avoir un petit bijoutier en forme, avec des outils en bon état.

Dans notre société actuelle, notre environnement & notre hygiène de vie mettent à rude épreuve notre foie.
Ainsi, on peut très bien fournir à notre corps énormément de bons acides gras oméga 3 d’origine végétale (ALA), et notre corps peut ne pas arriver à synthétiser (transformer) correctement en EPA & DHA.

Ça a été le cas d’une de mes clientes.
Étant soumis au secret professionnel, c’est avec son autorisation que j’expose son exemple.
Végétarienne depuis 9 mois, elle a une hygiène alimentaire tout à fait correcte.
Elle avait l’habitude de consommer de l’huile de lin (la plus riche en oméga 3 de type ALA), tous les jours, à raison d’une à 2 cuillère(s) à soupe.
Pour diverses raisons, j’ai suspecté qu’elle était en carence d’EPA & DHA, malgré sa consommation d’huile de lin.
Je l’ai donc redirigée vers un laboratoire afin qu’elle effectue des analyses.
Analyses qui ont effectivement montré qu’elle était carencée en acides gras de type EPA & DHA, alors même que son taux d’ALA était supérieur à la norme.
Ses analyses :

Ainsi, si l’on n’est pas végéta*ien : consommer 2 à 3 fois par semaine des poissons gras (saumon, thon, sardines, maquereau), cuits à une température douce (vapeur, ou poché, les oméga 3 étant sensibles à une trop forte température), peut-être une bonne solution.
Cependant, consommer des poissons, va de pair avec le risque d’augmenter sa consommation de métaux lourds. Des études ont mis en évidence que les poissons d’élevage contiennent moins de métaux lourds, mais… également moins d’oméga 3 (casse-tête du jour, bonjour).
Consommer du poisson, c’est aussi puiser dans les ressources de notre jolie Planète Bleue.
Peut-être l’Homme devrait-il mieux prendre soin de l’Eau, source première de toute vie…

Mon but, ici, n’est pas de critiquer le régime végétarien.
Je rappelle que je suis moi-même végétarienne (et ne consomme donc pas de poisson).
Mon but, ici, n’est pas, non plus, de condamner la consommation de poisson (gras ou non).
Je souhaite simplement livrer des faits.
Pour que chacun puisse avoir connaissance de ces faits.
Et, faire ses propres choix, en fonction de son éthique, sa philosophie de vie, ses goûts…
Chacun est libre.
Chacun doit essayer, et tendre à trouver son équilibre.
Un équilibre qui est propre & différent à tous.

Pour en revenir à nos précieux acides gras EPA & DHA
Que faut-il donc faire ?
Pour éviter une carence en ces précieux acides gras (EPA & DHA), si l’on est végéta*ien ?

Déjà, paniquer, stresser, ou s’inquiéter ne sert à rien (si ce n’est, vous stressez encore plus, ce qui ne fera pas trop avancer les choses).
Ensuite.
Se demander où puiser, où chercher, quoi prendre, quoi manger, sont autant de questions légitimes qui peuvent venir à l’esprit.
Mais, selon moi, on fait fausse route.

On ne devrait pas essayer de trouver quoi prendre.
On ne devrait pas essayer de savoir où puiser.

On devrait se respecter soi.
La beauté de la Vie.
L’intelligence de Dame Nature.
Et, essayer de comprendre pourquoi notre corps ne peut plus effectuer cette transformation d’ALA en EPA & DHA

S’assurer qu’une carence est bien présente avant d’effectuer toute autre démarche me parait logique.
Pour cela, vous pouvez vous entourer de médecin/nutritionniste/diététicien/naturopathe spécialisé en alimentation saine (le sujet est assez pointu, donc n’hésitez pas à vous renseigner avant de prendre rendez-vous).
Ils pourront vous accompagner, et vous conseiller du début à la fin (analyses, solutions variées, conseils alimentaires…).
Essayer de comprendre.
La cause de la cause.
Plutôt que de gommer les symptômes.
C’est un des fondements de la naturopathie.

Selon moi, c’est la solution la plus respectueuse, et la plus en adéquation avec la Vie.
L’éventail de solutions s’offrant à nous reste vaste.
Plusieurs jolies portes ouvrant sur des possibilités, toutes différentes.
D’autres ne souhaiteront peut-être pas effectuer ce travail (cette recherche), et chercheront à se compléter avec des suppléments d’EPA DHA d’origine végétale.
C’est plus simple, plus rapide.
Chacun est libre de choisir la solution qui soit le plus en accord possible avec sa vie.

La Vie est si parfaite.
Merveilleuse.
Ouvrons-nous à elle.
Écoutons la.
Essayons de la comprendre, de percevoir ses messages.

Si notre corps ne peut (plus) effectuer cette transformation de bijoutier…
C’est que, peut-être, il essaie de nous dire quelque chose.
Que, quelque part, un petit caillou s’est glissé parmi les jolies pépites d’or, de diamants, et de pierres précieuses.
Un petit caillou qui n’a pas sa place dans la beauté de la Vie.
Et, qui bloque le tout.
Peut-être cela nous rendra plus beaux, de pulvériser ce petit caillou.
Plus nous.

La solution ne se trouve pas dans un aliment.
Ni un complément alimentaire.
Elle se trouve dans la Vie ♡

Les «beurres» d’oléagineux sont aussi appelés «purées».
Ce sont tout simplement des oléagineux que l’on mixe.
Tout d’abord, on obtient une poudre d’une granulométrie assez épaisse (comme de la poudre d’amandes), puis, en continuant à mixer, la texture se transforme peu à peu en un aspect «purée»… d’où le nom.

Quelles noix ? Quels oléagineux ?
En magasin bio, en France, on trouve facilement de la purée de noisettes, la purée de noix de cajou, la purée de cacahuètes, la purée de sésame (blanche, demi-complète ou complète), la purée de purée d’amande blanche (sans leur petite peau brune),et de la purée la purée d’amandes complètes (avec la petite peau brune).

On peut aussi trouver de la purée de tournesol (chez Graines d’Alma), ou de courge (chez Moulin des Moines, sur commande).
Grâce à Laurent, on peut maintenant trouver de la purée de chanvre sur internet (NutriNaturel).
À l’étranger (Angleterre, États-Unis, Canada…), il existe aussi de la purée d’amandons d’abricots (c’est super yummy, une amie m’en a ramenée d’Angleterre), de macadamia, et de noix de Grenoble.
D’ailleurs, Market Veg propose plusieurs de ces purées.
Donc, en théorie, on peut utiliser tous les oléagineux.

Avec quelle machine ?
J’ai réalisé mon premier «beurre» d’oléagineux il y a 5 mois, en me choisissant de réaliser une purée de sésame.
Réaliser des purées d’oléagineux est plus ou moins long & fastidieux.
✿ Si l’on a un blender assez puissant (type Vitamixdécouvrez ici ce fabuleux blender), la chose se révèle aisée, et relativement rapide (5 à 15 minutes, avec des petites pauses, selon l’oléagineux choisi).
Cela fait 2 ans que j’ai ce blender (un des 2 meilleurs investissements culinaires que j’ai faits), et j’ai testé de réaliser ma purée de noix avec le bol «aliments humides», et le bol «ingrédients secs» : on peut tout à fait réaliser un beurre avec les deux, mais j’ai vu une nette différence entre les deux. Avec le bol «ingrédients secs», on obtient un beurre plus rapidement, facilement, et le beurre subit donc moins de chauffe (ce qui peut altérer ses nutriments).
(Edit du 11/11/2015 : le contenant « aliments secs » n’existe plus ! Comme je l’ai mentionné précédemment : le contenant normal suffit amplement :-))
✿ Si l’on a un blender «normal», on peut  aussi réaliser ses purées maison. Ça sera plus long, car on devra réaliser des pauses plus fréquemment, et de durée plus longue, afin d’éviter toute surchauffe de la machine (et du beurre, pour ne pas altérer les nutriments).
Virginie d’Absolute Green explique, étape par étape comment réaliser un beurre maison avec un blender normal.

✿ Certains extracteurs de jus peuvent aussi réaliser du beurre de noix, avec un embout spécial.

Trucs & astuces
✿ Certains choisissent de faire tremper leurs noix avant de réaliser leur beurre maison.
Cette étape permet de supprimer les facteurs antinutritionnels (qui s’opposent à la digestion des nutriments en neutralisant l’effet des enzymes), et de multiplier certains nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments), en amorçant un processus de germination.
C’est donc des points nutritionnels intéressants, mais cette astuce raccourcit grandement la durée de conservation du beurre (même au frigo).
Le beurre obtenu est donc plus digeste, plus nutritif, mais est plus périssable.
✿ Pour rehausser le goût du beurre, on peut faire griller les noix à sec, rapidement (2 à 3 min suffisent), dans une poële, en remuant régulièrement à l’aide d’une cuillère en bois.
Plus l’oléagineux choisi sera pauvre en oméga 3 (amandes, cajou, noisettes), et moins les acides gras seront altérés (les omégas 9 et saturés étant plus résistants à la chaleur).
Pour les noix contenant beaucoup d’oméga 3, on peut trouver un compromis en faisant griller un tiers, ou un quart des noix.
Le goût du beurre sera plus prononcé, plus goûteux… (miam)
✿ Ajouter une pincée de sel (rose d’Himalaya ou autre) permet de rehausser très légèrement le goût des noix, et aidera à augmenter légèrement son temps de conservation. Mais, cette pincée de sel ne peut suffire à elle seule comme agent conservateur sur un long terme : elle servira simplement de mini coup de pouce.
✿ Pour faciliter la réalisation du beurre maison (surtout si l’on a un blender peu puissant), on peut y ajouter 2 à 4 cuillères à soupe d’une huile (noisettes, tournesol…). À noter que l’huile de tournesol contenant beaucoup de vitamine E servira aussi à préserver le beurre plus longtemps.

Côté conservation : les beurres de noix maison se conservent de la même manière que les beurres (purées) du commerce :
– à température ambiante, dans des pots en verre, les beurres les moins fragiles (amandes, noisettes, sésame, cajou, cacahuètes), se garderont près d’un an
– toujours dans des contenants en verre, mais placés au frigo, on pourra conserver les beurres de noix de Grenoble, de macadamia, de courge, de chanvre, et de noix du Brésil qui sont plus fragiles.

On le personnalise ?
Ce sont des lectrices qui m’ont donné cette idée, lorsque j’ai partagé la réalisation de mon premier beurre de noix, sur facebook (merci ♥).
Et si…
On profitait de faire son beurre maison pour le personnaliser ?
✿ On peut faire un mélange de noix : cajou + sésame, macadamia + cajou, ou encore noisettes + macadamia.
✿ On peut aussi y ajouter une farine surnaturelle : macadamia avec de la lucuma, c’est à tomber à la renverse…
✿ ainsi que des épices : le cumin avec le sésame est délicieux, et la cannelle avec la noisette, ou l’amande complète, c’est… tellement bon.
✿ les aromates séchés mélangés à de la courge, ou du chanvre forme un beau mariage.

On en fait quoi, après, de notre beurre maison ?
On le savoure, bien sûr.
✿ Dégusté à la petite cuillère (quoique pour la petite cuillère, j’ai un gros penchant pour le beurre de coco – toujours addict).
Tartiné sur du pain. Mes chouchous pour ce mariage : amandes complètes, noisette, sésame, et… noix de Grenoble.
✿ En pâtisserie, ils font merveille pour remplacer le beurre. Non seulement ils apportent autant de crémeux & d’onctuosité, mais ils permettent d’éviter la consommation des acides gras saturés du beurre, et d’apporter de bons acides gras, en plus des minéraux & oligoéléments.
Pâte à tarte, appareil à gâteau, mais aussi appareil à flan, pâte à crumble… TOUTE.
Rendre la pâtisserie plus saine, c’est tentant…
Et lorsqu’en plus, on peut même y ajouter une note gourmande (la noisette apporte un côté praliné…), on se demande pourquoi utiliser encore le beurre.

✿ En salé, on peut les glisser dans des sauces (type béchamel), des tartinades, des appareils à cakes salés…
✿ On peut aussi en faire un lait d’oléagineux maison, rapidement en mélangeant une purée choisie (noisettes, amandes…), et en y ajoutant de l’eau (1 cac de purée pour 300 à 500 ml, selon la consistance souhaitée).
✿ Dans des petits déjeuners maison (un petit porridge frangipane, ou une crème à la banane).
✿ Dans les smoothies, ils apportent onctuosité, et un goût pralinée (pour la noisette ou l’amande complète), ou légèrement vanillée (pour la noix de cajou).

Deux petits livres que j’ai particulièrement aimés pour apprendre à cuisiner les oléagineux sous toutes leurs formes : « Du lait d’amandes à la purée de noisettes« , et « Noix, noisettes, amandes, sésame ».
Dans chacun, on découvre plusieurs oléagineux d’une manière pédagogique & vraiment abordable par tous, même les plus débutants en cuisine bio.
Ensuite, on découvre les différentes formes qu’ils peuvent prendre (noix entières, purée/beurre, lait, crème liquide, farine…), et à la fin de chaque, des petites recettes toutes simples sont proposées.

J’utilise souvent les beurres d’oléagineux.
Quasiment tous les jours.
En fonction de mes envies du jour, je me tourne vers l’un ou l’autre…
Je m’écoute.
Mon appétit.
L’attirance.
Vers l’un, ou vers l’autre.
Que l’on peut avoir.
Change.
En fonction des saisons.
Présentement, c’est la saison des noix.
Profitons-en.

Ingrédients : (pour 1 pot de 350 gr)

  • 350 gr de noix de Grenoble
  • 1 pincée de sel rose d’Himalaya
  • autres : herbes, épices… (facultatif)

Préparation (avec le Vitamix (clic) – si vous avez un blender classique, suivez les explications de Virginie) :

  1. Versez les noix dans votre blender, et allumez votre blender.
  2. Augmentez progressivement la vitesse, et allumez le turbo.
  3. A l’aide du pilon, poussez les noix vers le fond du blender.
  4. Continuez jusqu’à obtenir une texture plus ou moins mixée, à votre convenance (j’aime bien lorsqu’elle n’est pas totalement liquide).

Anlayser.
Décortiquer.
Calculer.
Démontrer.
Isoler.

Se reconnecter.
A l’ensemble de ce qui fait la Vie.Suivre.
Son coeur.
Sa Foi.
Ce qu’essaie de nous dire notre jolie, belle & puissante Dame Nature…
Car, c’est elle qui est source de toutes choses.
Elle a tout créé pour une raison.
Tout.
Ainsi.
Peut-être.
Qu’en plantant ce noyer…
Mon grand-père ne savait pas, qu’un jour, sa petite fille en écrirait un article.
Mais.
En le faisant…
Il l’a fait par Amour.
De ses enfants.
De sa famille.
Symboliquement.
Pour les nourrir.
Plus qu’une nourriture physique, ce noyer contient une essence.
Celle de l’Amour.

A mon tour, à mon échelle, je fais le Voeu.
De continuer.
Encore.
Et encore.
A pulvériser.
A saupoudrer.
De l’Amour.
Autour de moi.
Dans le monde entier…

Merci à vous.
Qui y êtes si sensible.
Merci d’y participer.
A votre tour.
En sachant l’accueillir.

♥ 

✤ ✤ ✤

Montrez-moi vos beurres de noix sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-magique (hashtag) : #chaudronpastel
Vos clins d’œil me font toujours plaisir

Enregistrer

Enregistrer

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

62 commentaires

  1. Sweet Faery

    J’ai quitté la région parisienne il y a 6 ans pour l’Alsace. Déjà la notion de ville y est différente. Quand en plus comme moi on habite à la campagne, c’est juste un rêve devenu réalité. Je te souhaite de pouvoir bientôt retrouver ce cadre de vie qui est le tien. Belles fêtes, Mély :-)

    dimanche 23, décembre 2012 à 19h09
  2. Lehla

    Je me suis jetée à l’eau pour faire un beurre de … noix du brésil (avec un blender en promo de noël à 29€ :)
    Ca marche impeccable : j’ai mis moins de 15 min par petits coups) !
    Sans faire tremper, sans ajout de quoi que ce soit, seulement les noix.

    Je te raconte même pas à quel point c’est délicieux …
    Dans un fromage blanc avec simplement un peu de miel … Ces noix sont décidément mes préférées !!

    C’est dingue comme en te lisant on découvre une nouvelle façon de voir les aliments !

    mercredi 26, décembre 2012 à 14h09
  3. Lulu

    Alors voilà.. j’ai essayé mon nouveau bol sec du Vitamix, et… je l’aime !
    Ça va très bien pour faire les beurres de noix en effet, c’est vraiment rapide !
    Je n’ai pas comparé avec le bol humide, mais je te fais toute confiance Mély vu la rigueur de tes recherches…

    Quatre tests pour l’instant (j’ai pas fini !) :
    1. Le beurre de macadamia, très (très !) doux, et pas exactement dans mes goûts. J’imagine qu’il plairait beaucoup à ceux qui aiment le chocolat blanc (ce qui n’est pas mon cas…). Alors je le garde pour des préparations (dont ta crème de potimarron, Mély, je le trouve parfait dedans).
    2. Un mélange macadamia-noisette, déjà plus à mon goût, mais la noisette est trop subtile, j’en ai mis assez peu. Je pourrai en rajouter un peu pour faire des desserts (crus :)).
    3. Beurre d’arachides. Pas mal du tout à mon goût, surtout avec des petits morceaux de croquant laissés dedans… Mais la prochaine fois, j’enlèverai les petites peaux brunes autour, pour avoir un goût plus doux.
    4. Beurre de sésame. Facile facile ! Ça va tout seul… j’ai essayé version grains écalés (c’est fondant et ça fait de merveilleuses sauces salade)..et grain entier (un peu plus « dur » au goût). Pour l’hummus, les deux se fondent bien dans ma recette !

    Voilà !… au programme pour la suite : le beurre d’amandes !

    PS : c’est mignon tout plein les petits flocons de neige sur ton site !

    jeudi 27, décembre 2012 à 17h47
  4. Mély

    @ Smooth : Oh ! Je n’y ai vu que du feu, à Soya, pour la betterave…!
    Un petit secret ? Je ne suis pas fana (du tout) de betterave. J’ai essayé en chips, en salade, en soupe, tartinade, cuite : non… Je n’ai pas (encore) trouvé de recette qui me fait aimer la betterave, moi aussi :-)

    Merci pour toutes ces comparaisons & toutes les précisions que tu as apporté à CorOllule ❀
    (Je suis sûre que cela intéressera d’autres lectrices, et moi compris !)

    @ Marie // 100% Végétal : merci Marie !
    J’ai aimé faire cette vidéo, je me suis délectée à imaginer tous les petits détails, et la mettre en scène, même si, oui, ça m’a demandée beaucoup de temps :-)

    @ Sweet Faery : merci :-)
    Je te souhaite aussi de douces fêtes ☆

    @ Lulu : La neige qui tombe… C’est une petite surprise que m’a faite mon webmaster (maintenant ami), Nicolas de Rvola.
    C’est chou, hein ?
    C’est son petit cadeau, pour mon Chaudron tout doux ♡
    Je ne vous parle pas souvent de Nicolas, mais il m’aide BEAUCOUP. C’est un ange… !
    Je remercie Miss Crumble (sa magnifique femme) de me l’avoir fait connaitre.

    Oh… Merci de me (nous) confier toutes tes expériences…
    Ca fait envie, dis moi !
    Pour l’instant, je me suis simplement essayé au beurre de sésame, et de noix.
    Je rêve de tester la macadamia (mais, en France, elle coûte vraiment chère… Et comme, pour faire un beurre, il en faut une certaine quantité…).
    Ton petit commentaire me donne aussi envie de faire des mélanges.
    Je testerai noisettes / macadamia…
    Tiens.
    Tu sais quoi ?
    Je vais la tester dès demain :-)

    vendredi 28, décembre 2012 à 13h13
  5. Lulu

    Coucou Mély !

    Et alors, ça donne quoi ton petit test… tu aimes ?
    oui les macadamias coûtent plus cher que les autres, mais en vrac ça l’est déjà moins.. et puis je n’en utilise pas souvent non plus.

    Pour la suite de mes tests, j’ai fait un beurre d’amandes complètes. En les faisant tremper puis déshydrater auparavant. Résultat : une texture très agréable, souple et toute douce. Du côté goût, je suis déçue car il a beaucoup le goût d’amande (logique, tu diras !), tu sais celui de la pâte d’amandes, que je n’aime pas vraiment. Et bizarrement, le beurre du commerce (qu’il soit cuit ou cru) n’a pas ce goût-là du tout ! Est-ce que tu y comprends quelque chose, à cette différence de goût ?
    Aussi, tu suggères de marier le goût avec une épice, mais je n’aime pas beaucoup la cannelle… as-tu une autre idée par hasard ?
    Merci Mély, et très belle fin de journée !

    lundi 21, janvier 2013 à 19h26
  6. Mély

    @ Lulu : Bonjour Lulu ✿
    Ca y est, je l’ai testé… Un petit mélange 3/4 (voir 2/3) macadamia + 1/3 noisettes.
    Alors… J’ai été déçue.
    On sentait beaucoup trop la noisette, à mon goût (que j’aime beaucoup, mais elle écrasait complètement la douceur de la macadamia que j’aurai voulu découvrir pleinement).
    Il faudra que je recommence en faisant 100% macadamia (pas pour tout de suite, vu le prix de ces petites noix en France !).

    Ton idée (tremper, puis déshydrater) est superbe niveau nutritionnel, pour ton beurre d’amandes :-)
    Ainsi, tu as pu te débarraser de toutes les substances anti-nutritionnelles, et bénéficier de tous les merveilleux nutriments de l’amande ♡
    Mais, oh… Je suis désolée que le goût ne soit pas au rendez-vous, du coup…
    Pour le goût, on aurait pu rajouter de la vanille (en poudre), de la lucuma, de la mesquite (caroube du Pérou), de l’açaï, de la cardamome, ou du cacao cru… C’est vraiment selon tes goûts :-)

    En ce qui concerne la différence de goût : cela peut provenir de plusieurs facteurs combinés :
    – la provenance : comme le vin (ou n’importe quel fruit ou légume), le terroir fait beaucoup. Alain Passard, par exemple, fait des tests gustatifs, en son restaurant, où il teste 3 terroirs différents (les 3 lui appartiennent) pour le même légume.
    – la qualité des amandes (si elles ont été un peu abimées… Ne serait-ce qu’une ou deux oxydée(s) peut impacter sur le goût du pot entier !)
    – …

    Bise & belle journée à toi ☼

    mercredi 23, janvier 2013 à 7h42
  7. Lulu

    Merci Mély pour ta réponse !
    Je suis désolée pour le mélange macadamia-noisettes…
    En ce qui concerne mes amandes, je suspecte en effet que ce serait une question de terroir, avec ce que tu me dis… car mes amandes croquées crues ont ce goût que je n’aime pas particulièrement… j’essayerai une autre variété lors d’une future commande !
    Bises et doux sommeil…

    jeudi 24, janvier 2013 à 3h24
  8. Pouni

    Je viens de faire une purée de noix de grenoble avec un mixeur plongeant. La purée est bien lisse et se dilue très bien pour faire du lait. J’en suis ravie ! Merci.

    vendredi 26, avril 2013 à 15h56
  9. Alexia

    Coucou Mély, ces beurres-maison se conservent combien de temps? Doit-on les laisser au frigo ou à température ambiante?
    (je sais que tu a donné la réponse dans ton article mais j’ai jamais acheté de beurre du commerce)

    dimanche 4, août 2013 à 18h49
  10. Mély

    @ Alexia : Bonjour :)
    Mmmh… Les purées d’oléagineux sont des petites merveilles au palais !
    Pour commencer à les découvrir, je te conseillerai d’acheter en premier la purée d’amandes complètes et/ou la noix de cajou :)
    En ce qui concerne ta question (sur la conservation) : comme tu le soulignes si justement, je traite de ce petit point (important, tu as bien raison de t’en soucier) dans l’article. Et, il est vrai, que je l’aborde à plusieurs reprises. Comme l’article est assez long, je me dis que tu as peut être zappé la partie qui répond très précisement à ta question ?
    Je te remets donc un copier-coller du paragraphe, en espérant qu’il t’aidera.
    Si la réponse n’est pas claire, et t’est incomplète : peut-être ai-je mal compris ta question ? Tu peux donc essayer de me la reformuler :)

    Côté conservation : les beurres de noix maison se conservent de la même manière que les beurres (purées) du commerce :
    – à température ambiante, dans des pots en verre, les beurres les moins fragiles (amandes, noisettes, sésame, cajou, cacahuètes), se garderont près d’un an
    – toujours dans des contenants en verre, mais placés au frigo, on pourra conserver les beurres de noix de Grenoble, de macadamia, de courge, de chanvre, et de noix du Brésil qui sont plus fragiles.

    lundi 5, août 2013 à 8h38
  11. CMOI

    Coucou!
    Tu as utilisé le bol pour aliments secs?
    La forme du grand bol me gêne vraiment.
    Aux US ils ont différents modèles, je les envie!

    lundi 12, août 2013 à 15h24
  12. Laure

    Coucou!!

    J’ai enfin pu faire ce beurre de noix, et je ne suis pas du tout déçue. C’est délicieusement féerique! J’adore je suis accro à ce produit. J’ai testé également le beurre de coco et j’ai eu la même réaction. C’est du plaisir à l’état pur.

    Merci beaucoup pour toutes ces délicieuse recette :)

    Bonne journée.

    Laure

    vendredi 28, février 2014 à 9h12
  13. Cece

    Peut on faire une grande quantité de beurre et congeler le reste ?

    vendredi 2, mai 2014 à 23h25
  14. Mély

    @ Cece : Bonjour :)
    Je n’ai jamais essayé, mais si tu réalises le test… c’est avec plaisir que je lirai ton retour ♥

    samedi 3, mai 2014 à 9h29
  15. cindy

    Bonjour Mély, j’ai réalisé ce beurre de noix, vraiment c’est parfait, j’ai aussi fait mon beurre de coco ! c’est génial ! En plus je fais ça avec un très vieux blender, c’est ma grand mère qui me l’a donné c’est le blender Steca ! Est ce que pour les autre purées d’oléagineux, c’est la même chose qu’il faut faire ? Je ne sais pas si ça revient moins cher de les faire soi-même mais en tout cas c’est un plaisir à réaliser ! Merci Mély !

    dimanche 27, juillet 2014 à 19h34
  16. Jean-Paul

    Vous êtes très belle !

    vendredi 8, août 2014 à 13h07
  17. Hinata

    Cela fait du bien de sentir que l’on est pas seuls… Pas trop… Il y 2 ans, j’ai quitté ma petite Belgique et sa douceur de vivre pour suivre l’amour, à Paris, mais j’ai du mal à m’y faire. Pareillement, j’essaie de trouver des endroits où le rythme est moins infernal, des parenthèses reposantes…
    Ton blog en est une (j’ai encore du mal à me lancer dans certaines recettes, difficile de changer d’alimentation avec toutes ces tentations partout, mais j’y travaille).
    Merci d’être là, sur la toile.

    dimanche 30, novembre 2014 à 13h06
  18. Carole

    Bonjour,

    J’ai fait une purée d’amande, mais elle n est pas bonne du tout, comme amère…
    A quoi cela peut-il être du? Ont elles trop chauffées? Sont elles de mauvaises qualité (bio pourtant) ?

    Merci d avance!!

    vendredi 8, mai 2015 à 23h03
  19. Mély

    @ Carole : Bonjour ♪

    Heureuse que tu te sois lancée dans la confection des purées d’oléagineux ♥
    C’est assez délicat de te répondre sans avoir certains éléments, car cela peut-être du à plusieurs choses.
    Peut-être peux-tu m’aider à essayer de comprendre (afin que je t’aide en retour) ? Répondre à ces questions devraient me donner des précieux éléments :
    1/ As-tu l’habitude de consommer des purées d’oléagineux (amande ou autre) ?
    2/ Si oui : quelles sont celles que tu as déjà goûtées, et quelles marques ?
    3/ Quel type d’appareil (blender) as-tu ?
    4/ Comment as-tu procéder (temps, pause, ingrédients ajoutés, etc.) ?
    5/ As-tu utilisé des amandes mondées ou émondées (blanches ou avec leurs peaux) ?

    A bientôt Carole ✩

    samedi 9, mai 2015 à 8h34
  20. Eiko

    Bonjour Mélanie,

    J’ai essayé le beurre de noix, j’en ai fait une bonne quantité (420grs décortiquées).
    Normalement elles étaient bien conservées dans leur coque jusqu’à hier soir, mais le beurre a un arrière gout amer qui, je trouve gâche un peu tout…
    Sais tu à quoi c’est du ? Je pense que ce sont les peaux.
    J’ai voulu les faire tremper puis sécher, mais par manque de temps j’ai renoncé.
    Que me conseilles tu pour utiliser ce beurre tout en masquant un peu l’amertume ?

    Merci d’avance !

    lundi 6, juillet 2015 à 10h27
  21. Mély

    @ Eiko : Bonjour ♪
    Mmmh… Le beurre de noix de Grenoble est vraiment un de mes favoris ♡
    J’ignore si c’est la 1e fois que tu le réalises ? Son petit goût peut effectivement surprendre, car il y a une (mini) pointe d’amertume (un peu comme l’amande amère, ou les amandons d’abricots que commercialise Keimling).
    Après, il faut que cela reste léger, bien sûr ♥
    D’après ce que tu dis, les noix étaient fraiches (pas trop anciennes ?), et bien conservées jusqu’à la veille (dans leurs coques), et il ne devrait donc y avoir aucun soucis de fraicheur ✩
    J’espère que cela t’aidera / te rassurera ?
    Bise ensoleillée de Provence ♪

    jeudi 9, juillet 2015 à 18h12
  22. Odile

    Bonjour Mély.
    Jolies recettes et jolis échanges. Je passe là par hasard et je lis que tu n’aimes pas la betterave. Alors voilà : tu mixes la betterave cuite avec la même quantité de framboises (je crois, j’ai fait au pif), un peu de jus de pommes ou orange selon tes goûts pour liquéfier pour mixer, et du sucre. Tu fais prendre au congelo en touillant de temps en temps ou bien en sorbetière.
    Et tu m’en dis des nouvelles ! La betterave donne aux framboises un petit goût de terre qui va bien !
    Et la couleur est magnifique…

    jeudi 10, septembre 2015 à 14h03
  23. pauline

    Bonjour ! J’ai essayé d’en faire une aux graines de lin mais ça n’a pas marché, ça restera l’état de poudre. Dois-je rajouter un peu d’eau ou d’huile dans mon blender selon toi ?
    Merci d’avance!
    Ps: j’adore ton blog et le visite très régulièrement!

    vendredi 29, janvier 2016 à 9h08
  24. Mély

    @ Pauline : Bonjour,
    Je déconseille de réaliser du beurre / purée de graines de lin, celles-ci étant très fragiles (ce sont les graines les plus riches en oméga 3) : la moindre hausse de température impacte leur qualité nutritionnelle.
    De plus, même si on pouvait en faire un beurre sans les chauffer, celui-ci ne sera conservable que 2 à 4 jours !

    vendredi 29, janvier 2016 à 11h49
  25. pauline

    Je te remercie de ta réponse je n’en ai fait qu’une petite quantité par chance. Tant pis ! Les autres fruits a écal et oléagineux sont suffisament bon pour moi ;)
    Encore bravo pour ce blog!

    vendredi 29, janvier 2016 à 14h14
  26. Lionel Rosière

    J’ai testé le beurre de noix maison : un bon moyen d’écoulé mon stock de noix, par contre je trouve le goût un peu amer, est ce normal ?

    Sinon je viens de faire un Noixtella : comme on peut le comprendre, il s’agit d’un beurre de noix au chocolat, une sorte d’imitation du nutella mais sans huile de palme et avec de la noix à la place de la noisette, là aussi c’est un peu amer, je trouve. Mais mieux qu’avec du tournesol que je n’ai pas aimé.

    lundi 16, mai 2016 à 16h42
    1. Mély

      @ Lionel : Bonjour,
      Certaines noix pouvant être un peu plus amères (que les amandes, cajou, etc.), leur beurre peut effectivement avoir une note légèrement plus amère que les beurres d’autres noix. Cependant, cela doit rester très léger & ne pas être dérangeant… dans le cas contraire : il est probable qu’une certaine quantité de noix soient rances, et que le beurre obtenu est un goût peu agréable.

      lundi 16, mai 2016 à 18h42
  27. Sophie

    Bonjour Douce Fée Mély,

    J’aimerais réaliser un beurre de noix de Macadamia + farine de Lucuma pour mon père, pour lui offrir à l’occasion de la fête des pères.
    Mais j’avoue que je suis un peu perdue dans tout ce qui est écrit, avec les nombreux et intéressants commentaires en prime. :-)

    Pour plus de goût, dois-je les faire torréfier au préalable au four à 120° pendant 10 min (pour les amandes, le résultat est fabuleux!)?
    Ensuite, est-ce qu’il faut que je mette mes noix de macadamia à tremper avant de faire la purée, ou non ? Si je les mets à tremper, dois-je les mettre à sécher avant de faire la purée ? Faut-il les mettre au déshydrateur pour les sécher ou simplement les laisser à l’air libre quelques heures ?

    Enfin, je suppose que la farine de lucuma doit être ajoutée à la fin après avoir moulu les noix, mais il faut mixer la farine avec l’appareil ? ou l’ajouter à la cuillère et bien mélanger ?
    Quelle proportion de Lucuma serait-il commode de mettre ..?

    Pardon pour toutes ces questions, je souhaiterais que cette purée soit une réussite ! Merci..
    Sophie

    mardi 7, juin 2016 à 17h13
    1. Mély

      @ Sophie : Bonjour

      J’ai bien conscience que ma réponse vient tardivement, mais… « mieux vaut tard que jamais » comme le dit un célèbre dicton… peut-être pourrez-vous offrir ce petit présent à votre père (ou peut-être l’avez-vous déjà fait par vous-même ?).
      (J’étais en congés sans ordinateur, et même si notre retour date d’il y a 10 jours, il fut assez mouvementé…)

      Ma réponse en plusieurs points :
      1/ Nul besoin de tremper les noix de macadamia. On peut les faire légèrement rôtir pour accentuer leur goût.
      2/ Mixez les noix de macadamia au Vitamix avec la lucuma (afin qu’elle soit bien mélangée de manière homogène, car il sera plus difficile de l’incorporer par la suite, la purée de macadamia étant assez dense).
      Ajoutez 2 à 3 cas d’huile de noisette (ou mieux : de macadamia) si besoin est.

      Délicieuse dégustation *

      lundi 4, juillet 2016 à 8h59
  28. Zoé

    Bonjour Mély,

    Je m’apprêtais a commander un vitamix mais un détail m’a chagriné. En effet le vitamix est mon rêve depuis longtemps, notamment pour réaliser des purées d’oléagineux (étant une grosse fane et en consommant tous les jours). Or le contenant pour aliments secs a l’air plus adapté pour faire cela, d’après tous ce que j’ai pu lire… sauf que ce dernier n’a plus l’air d’être commercialisé en France (étrange car sur le site US oui).
    Je voulais ainsi te demander ton avis sur ce point : penses-tu que l’achat d’un vitamix (le classique 5200 mais sans le contenant en question du coup) vaille le coup pour réaliser des beurres d’oléagineux..?
    Le contenant pour aliments humides fait-il des beurres bien homogènes et suffisamment « liquides », comme ceux achetés dans le commerce ?

    J’aimerai être sure et certaine avant de me lancer dans cet achat qui est tout de même un investissement pour moi.
    Je te remercie de ton aide :)

    mercredi 20, juillet 2016 à 18h48
    1. Mély

      @ Zoé : Bonjour ✩

      Vu le prix du Vitamix, tu as raison de te poser la question, et je suis heureuse que tu sois venue vers moi pour en discuter : merci pour ta confiance ♥
      Pour répondre à tes questions, j’essaierai d’être le plus objective possible, en disséminant mon avis parfois (et toujours en le mentionnant afin d’éviter de t’influencer), et répondrai en plusieurs petits points :
      – Le bol « aliments secs », comme son nom l’indique, il est surtout pratique pour les aliments « secs » & durs tels que les céréales (en faire des farines), les oléagineux (pour en faire des purées).
      Sa particularité vient de (1) sa contenance plus petite (une plus petite dose d’aliments peuvent ainsi être moulues tout en ce que les lames aient moins besoin d’aller « chercher » les aliments) (2) les dispositions de deux de ses 4 lames.
      – Personnellement, j’ai le Vitamix depuis septembre 2010, et m’en sers toujours autant.
      A l’époque, j’ai pu avoir le bol « aliments secs », celui-ci étant distribué en France, mais ne l’ai cependant quasiment jamais utilisé (maximum 3-4 fois en toute sincérité), car (1) pour la bonne raison que si le bol « humide » est toujours sur mon Vitamix (donc à porter de mains) tandis que le plus petit est rangé en hauteur (2) le bol « aliments secs » fait… exactement le même travail parfaitement (je veille simplement à y insérer une quantité suffisante d’aliments… particularité sur laquelle on doit veiller que l’on mixe des aliments « humides » ou « secs ».
      – Des astuces pour réaliser les purées d’oléagineux (fonctionne donc autant avec le bol « secs » ou « humides ») :
      1°) certaines graines s’oxydent plus rapidement que d’autres (c’est-à-dire que les nutriments subissent des altérations plus rapidement), c’est le cas de toutes les noix qui sont riches en oméga 3 et/ou 6. Pour celles-ci, on devra faire des temps de pause plus souvent qu’avec les autres noix.
      2°) certaines noix se mixent plus facilement & rapidement que d’autres (je pense notamment à la noisette, et aux amandes).
      Le vitamix aura donc moins tendance à chauffer, car la purée sera prête plus rapidement.
      3°) pour celles qui sont plus fragiles (point 1) ou qui demandent un temps de mixage plus long (point 2), on peut rajouter 2 cuillères à soupe d’huile de cette graine.
      Exemple : pour les graines de sésame, on peut ajouter 2 cuillères à soupe d’huile de sésame, avant de verser les graines de sésame dans le vitamix, et commencer à mixer.
      4°) il faut mettre suffisamment de graines dans le vitamix de manière à ce que le contenant soit assez rempli (comme je le disais précédemment), pour pouvoir utiliser le pilon, et pousser les graines vers les lames.
      5°) le vitamix s’arrête automatiquement en cas de surchauffe du moteur.
      Attention : il s’arrête en cas de surchauffe du moteur, ce qui induit que c’est un risque pour le moteur de l’appareil.
      En revanche, il continue à mixer, même s’il est chaud (très chaud), mais que le moteur ne risque rien.
      En d’autres termes : il peut atteindre une température bien supérieure à 42°C (qualité crue), et même 80°C, et tenir bon.
      – Enfin, pour répondre à ta dernière question : la texture des purées maison dépend énormément de l’oléagineux / noix elle-même. Ainsi, certaines donneront des textures semblables aux purées du commerce, et d’autres non (comme les noix de Grenoble – voir la vidéo de cet article), ceci complètement indépendamment du bol utilisé (en l’occurence, pour la vidéo, j’avais utilisé le bol « secs »).
      Si l’on souhaite jouer sur la texture, on peut ajouter un peu d’huile correspondante à la noix (voir point 3°).

      J’espère que ces informations t’aideront à prendre la décision la plus juste pour toi.
      Très belle journée Zoé ♡

      jeudi 21, juillet 2016 à 9h35
  29. MONIQUE ARRIBAS

    je ne peux pas m’empêcher de laisser un commentaire sur les magnifiques photos de noix sous les noyers… mais quelle est donc cette variété qui porte des noix « nues », sans les bogues!? ce doit être bien pratique!!

    jeudi 11, août 2016 à 13h14

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?