La cuisine japonaise kaiseki & shôjin à travers une belle rencontre

Un autre regard sur la cuisine japonaise

J’ai longtemps cru que je n’aimais pas la cuisine japonaise.
Comme beaucoup, j’ai découvert la gastronomie japonaise à travers les sushis & makis.
Une de mes meilleures amies étant une (très) grande fan du Japon, j’ai aussi découvert les ramens, onigiri, soba, et ce parmi les restaurants les plus réputés de Paris.
Rien n’y faisait : je n’accrochais pas à ces mets qui connaiss(ai)ent engouement dans les années 2000, et ont fait émerger des petites échoppes & chaines japonaises qui n’ont rien de japonais.

Puis, un jour, j’ai lu ce livre, conseillé par une amie, qui m’a permis de poser un regard plus authentique sur la culture gastronomique & culturelle familiale du Japon.
Un merveilleux livre dont le titre reflète mal la beauté de ce voyage intérieur & culturel de la richesse gourmande que contient le Japon…
Quelque temps plus tard, ma sœur m’a fait découvrir la magie des wagashis de Toraya en m’en apportant régulièrement (nous habitions le même immeuble, et elle m’en rapportait toujours de ses déjeuners nippons, attentionnée qu’elle était) : une adresse à laquelle je continue régulièrement de me rendre, véritable poésie de délicatesse sensorielle.

wagashi-double-toraya

À travers ces découvertes, j’ai compris que la cuisine traditionnelle japonaise contient des valeurs qui rejoignent les valeurs holistiques de la Naturopathie où chaque détail a un sens, où l’ensemble créé une cohésion merveilleuse.
Un repas traditionnel japonais doit comporter : 5 saveurs (acide, salé, sucré ou doux, amer, umami), 5 couleurs (le plus souvent issu des légumes), et être cuit avec 5 techniques différentes (vapeur, bouilli, fermenté ou saumure, grillé, et frit) en respectant le rythme des saisons. On retrouve certaines lignes communes de la cuisine Ayurvédique & Chinoise : chacune d’elles fait partie de médecines traditionnelles millénaires dont s’est inspirée la Naturopathie.
Au-delà de l’équilibre physique micro & macronutritionnel de notre microcosme (notre corps), et de notre macrocosme (notre planète par le respect de la fraicheur des produits & des saisons), une expérience récente a élargi ma vision de la cuisine japonaise : celle d’un dîner Shôjin auquel j’ai eu la chance d’assister fin mai, informée grâce à un petit encart paru dans Simple Things.
Ce fut une expérience sublime que j’ai hâte de pouvoir réitérer ♥

repas-shojin

La cuisine Shôjin – pratiquée par les moines bouddhistes – au-delà d’être composés selon les critères physiques énoncés précédemment, prennent en compte d’autres critères liés à la spiritualité (sans connotation religieuse) dont la pleine conscience pendant la préparation du repas ainsi que sa dégustation, ainsi que des valeurs éthiques en optant pour des repas végétaliens, et écologiques en respectant les saisons tout en limitant tout gâchis (les épluchures sont elles-aussi cuisinées, et non jetées).
Le cuisinier œuvre en pleine conscience & avec gratitude pendant la confection du repas : une ligne qui guidera ces gestes, imprégnera les ingrédients qu’il manie, et nourrira les personnes qui recevront ce repas.
Le résultat combine une merveilleuse synergie nourrissant nos 5 sens, et nous emplissant d’une énergie émotionnelle & spirituelle, tout aussi importantes pour notre bien-être holistique.

Par une heureuse «coïncidence», quasiment simultanément j’ai découvert l’univers de Clara Onuki, grâce à un commentaire qu’elle m’a déposé sur un des réseaux sociaux du Chaudron Pastel (je suis toujours attentive aux petits mots que vous me laissez. Bien que je reste silencieuse la majorité du temps, ne pouvant interagir avec tous, je vais bien souvent voir l’univers de ceux qui posent un petit mot).
De petits liens en petits liens lus & parcourus, ce que j’ai trouvé dans le monde de Clara m’a tellement parlé, et était en telle concordance avec ce que je venais d’expérimenter, et mon petit séjour en Provence, que je l’ai contactée pour échanger avec elle.
De ce premier e-mail envoyé, une belle rencontre a vu le jour ✩

Et parce que de si belles rencontres gagneraient à être partagées, un article Pastel pour que chacun puisse y puiser ce qu’il souhaite y picorer : graines de curiosité, germes de réflexion, pousse de futurs cours culinaires, idées de cadeaux, etc.

concombre-dans-plat-R

✤ ✤ ✤

Une rencontre humaine aux trésors nippons

Clara : une merveilleuse jeune femme au parcours riche & atypique
Clara habite à Aix-en-Provence, dans un joli petit appartement avec son compagnon d’origine japonaise.
Cette jolie brune aux yeux vert-émeraude est passionnée par la cuisine japonaise depuis près de 10 ans, un amour qui a germé lorsqu’elle a rencontré son amoureux (10 ans d’amour à leur actif : une belle histoire pour leur jeune âge).
Également passionnée par la cuisine saine, elle a été formée par Valérie Cupillard (♥) avant de travailler en tant que chef cuisinière dans un restaurant bio à Aix-en-Provence, et plusieurs années dans la chambre d’hôte tenue par sa belle-mère où elle a été immergée dans la culture & les valeurs japonaises.
Un road trip de 5 mois avec son amoureux au cœur du Japon lui a permis d’être encore plus imprégnée de cette culture, et de peaufiner à un degré supérieur ces connaissances.
Je l’ai appris à la fin du cours : Clara a 25 ans, un âge qui m’a énormément étonnée, car elle est dotée d’une sagesse d’une personne d’un âge beaucoup plus avancé.
Maintenant, Clara s’est installée à son compte, et son site «Joy» est né ♥
Chaque petite expérience passée semble être une précieuse pierre de l’édifice qu’elle a bâti avec amour : à travers son métier actuel, Clara s’épanouit comme un joli papillon, et enrichit toutes les personnes venant à elle de délices holistiques pointés de notes nipponnes dans lesquels il fait beau se plonger.

montage-preparation

 

Les valeurs de Clara…

…sont semblables aux miennes.
Tel un miroir différent, des points similaires se reflètent de l’univers de Clara dans le mien (ou vice-versa), et d’autres nouvelles couleurs apportées par Clara m’ont permis d’enrichir mes connaissances culinaires, culturelles & spirituelles (toujours sans connotation religieuse).

La vision de Clara de l’alimentation & de la vie est holistique : nous sommes un Tout, et si l’alimentation seule est un précieux & merveilleux outil pour notre bien-être, elle ne suffit pas à elle-même pour un équilibre global.
Clara a créé des cours combinant plusieurs critères selon les souhaits de chacun pour former une cuisine saine & gourmande où découle des gourmandises pouvant être nipponnes ou française, omnivore & végéta*ien, et où les intolérants peuvent aussi être rassurés.

1-plat-final-R

 

Le cours que j’ai choisi…

… est un Atelier Kaiseki.
Le mot kaiseki désigne un repas traditionnel composé de 14 plats et combinant toutes les techniques de préparation précédemment cités, préparé par les moines bouddhistes.
Apparu en 1560, ces repas ont sensiblement évolué le temps passant pour devenir un repas comptant plusieurs petits plats servis en même temps, comme une jolie mosaïque gustative.
Textures, couleurs & saveurs s’articulent en une poésie sensorielle unique que l’on est invité à déguster posément & respectueusement avec gratitude.

Durant l’Atelier Kaiseki de Clara, j’ai appris à élaborer un repas de saison composé de six petits plats : une soupe miso traditionnelle, des légumes en sunomono (vinaigrés & épicés), des légumes en nimono bouilli à feu doux), du riz japonais aux azukis, du tofu dengaku en yakimono (grillé), et un sakura mochi en dessert (un wagashi – pâtisserie japonaise).
À l’issue de l’Atelier, nous nous sommes installés autour de sa table pour déguster & partager le repas que nous venions de préparer. Ce merveilleux moment fût sublimé par une autre dimension : celle du cœur, découlant d’une belle amitié qui a commencé à se tisser au fil de notre conversation.
Parfois, sur notre chemin de vie, on fait des rencontres humaines là où on pensait cueillir des herbes précieuses pour enrichir d’autres plans de notre Être… ♡
Je suis repartie avec des petites fiches me permettant de refaire ces plats à la maison… chose que je prévois de temps à autre, pour des occasions spéciales ♥

pause-thé-avec-mochi-R

 

On peut retrouver Clara sur :

♦ Son instagram : @joyslowlife
♦ Son Facebook : joy.slowlifestyle
♦ Son site «Joy» : Joy lifestyle
♦ Sa page «à propos de» permet de la découvrir un peu plus

 

Des petits liens pour découvrir un peu plus la cuisine Kaiseki, et les repas Shôjin :

♦ Un article très complet sur la conception des repas Shôjin, écrit par un participant à un Atelier de cuisine créé par la même professionnelle ayant élaboré le repas Shôjin que j’ai pu dégsuter courant mai.
♦ Un autre article sur les repas Shôjin.
♦ Un article du blog Umamiam au sujet de la cuisine zen : Marco (l’auteur) décrit le repas auquel j’ai assisté en mai dernier, sous un autre angle : celui de la préparation en cuisine.
♦ Un beau reportage en vidéo décomposé en 3 morceaux sur les repas Shôjin : premier, deuxième & troisième.
(Il faut à chaque fois cliquer sur l’image de la vidéo, puis choisir sa langue)

3-plats-finaux-R

De fils en aiguilles,
D’année en année,
Des graines ont été semé.
Sur son chemin, sur le mien,
Dans ses outils culinaires nippons,, dans ma vision de la cuisine japonaise,
Pour faire germer sur le vôtre,
Des graines de curiosité,, de germes de réflexion, des pousses de futures rencontres.
Que chacun puisse y puiser ce qu’il y souhaite, pour enrichir sa vie de délices holistiques & humaines.

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

14 commentaires

  1. Christelle

    Bonjour Mély,
    Merci pour ce merveilleux texte qui donne de quoi faire rêver les papilles en attendant notre séjour à Paris!
    Les cours de Clara m’intéressent énormément et tu parles d’une chambre d’hôte tenue par sa belle mère, aurais-tu le nom de cette chambre d’hôte? Nous serions intéressé d’y passer une nuit!
    Belle et douce journée!

    lundi 20, juillet 2015 à 8h38
  2. Nath_veget

    Domo arigato gosaimasu pour cette belle découverte !
    La nourriture japonaise a toujours été d’un grand raffinement
    J’aime beaucoup aussi Toraya et ses desserts aux azukis

    lundi 20, juillet 2015 à 9h15
  3. fontan

    Bonjour Mély,
    merci pour cet article qui tombe à point nommé car je m’intéresse depuis peu à la cuisine japonaise si raffinée.
    Mon souhait serait de réaliser un repas pour mes amis et je pense qu’avec tes indications et le site de Joy, je pourrais essayer.
    Merci encore pour ces bons moments de lecture
    Momo

    lundi 20, juillet 2015 à 14h17
  4. Thalie

    Merci Mély pour ce magnifique article. On y sens si fort la profondeur de ton âme, te lire me donne de l’énergie. Tes partages sont toujours si beaux !
    J’ai pris grand plaisir à découvrir cette cuisine à travers tes mots. Je pense acheter le livre que tu cites.
    Que ta journée soit douce,

    lundi 20, juillet 2015 à 16h11
  5. Miss Blemish

    Ton article m’a fait prendre conscience d’à quel point la cuisine japonaise m’était encore étrangère malgré les plats que je connais d’elle. Je suis vraiment très curieuse d’en apprendre encore davantage. Merci pour ces petits liens et cette rencontre partagée, on sent beaucoup de douceur et de bienveillance dans ce rendez-vous qui vous a réunies pour apprendre.
    À bientôt !

    lundi 20, juillet 2015 à 19h20
  6. Carole

    Merci de me faire découvrir la cuisine japonaise ainsi.
    Je suis allée voir ce que faisait Clara, tout me fait envie !
    Je vais prendre plaisir à la découvrir.
    Carole

    lundi 20, juillet 2015 à 22h15
  7. Clémentine

    Merci pour la découverte, je connaissais un peu la cuisine japonaise mais pas sous cette forme…

    mardi 21, juillet 2015 à 12h37
  8. umamiam

    Bonjour Mély. Merci d’avoir cité mon article sur les ateliers et le dîner shojin Ryori du mois de mai. Pour ceux que ça intéresse, il devrait y avoir un autre dîner de cérémonie shojin ryori en septembre.

    mardi 21, juillet 2015 à 18h13
  9. Sarah

    Merci Mély pour ce magnifique article.
    En le lisant, j’ai eu des frissons.
    Ayant toujours eu un grand amour pour le Japon traditionnel, l’art culinaire, la spiritualité, le sens du détail et de l’esthétique, je suis comblée !
    Il est encore rare de découvrir cette merveilleuses synergie, en France.
    C’est pour cela que chaque rencontre et chaque partage est infiniment précieux pour ceux qui cheminent sur cette voie.
    Une autre personne propose aussi des cours de cuisine en conscience (non japonaise), cela pourra peut être intéresser: http://www.cuisine-et-conscience.fr/index.html
    Merci, Créatrice de douceurs (et d’une magnifique palette d’autres émotions).
    Belle nuit

    mardi 21, juillet 2015 à 23h01
  10. Sarah

    Bonsoir Mély !

    Suite à ton article, j’ai repris mes recherche sur le sujet et ai découvert le site Umamiam.
    Un article en particulier m’a attirait.
    « Les secrets de la cuisine zen ».
    Après lecture, il s’avère que ça raconte (en partie) l’aventure shojin de la Montagne sans sommet. Là ou tu as été.
    Je ne sais pas si tu avais connaissance de cet article mais en voici le lien.
    http://www.umamiam.fr/shojin-ryori-les-secrets-de-la-cuisine-zen/

    Belle soirée ☾

    jeudi 30, juillet 2015 à 22h13
  11. Mély

    @ Christelle : Bonjour ♪
    Désolée de ne pas avoir répondu plus tôt (!). Je ne prends habituellement pas autant de temps… un petit oubli de ma part.
    La belle-mère de Clara est partie en retraite, et a fermé sa maison d’hôtes (ce qui a pu donner naissance à l’envol professionnel de Clara… une petite fin pour un autre début ✩), j’en suis désolée.
    Si tu contactes Clara pour un cours : peut-être pourra-t-elle te renseigner sur de belles maisons d’hôtes où séjourner ?

    @ Sarah : Bonjour merveilleuse & jolie Sarah ♡
    Je ne connaissais pas cet article… si joliment illustré, bien construit, et très riche en informations !
    Je l’ai donc ajouté aux petits liens conseillés… mille mercis Sarah ♥

    vendredi 31, juillet 2015 à 7h33
  12. notre site web

    Toujours intéressant d’appronfondir le sujet !

    vendredi 31, juillet 2015 à 17h24
  13. sidika

    Les pays producteurs de saumon pour visiter leurs fermes et comparer les qualités d’élevage. Il rencontre Guy Denis, un spécialiste en la matière, et leur association se révèle rapidement efficace. L’approvisionnent des clients atteint 650 tonnes de saumon fumé par an, notamment à destination des compagnies aériennes françaises et du Palais de Monaco. Cyril de Lalagade dirige le restaurant la maison du caviar
    Un restaurant prestigieux pouvant servir du caviar à la carte. Une de ces grandes maisons parisiennes où l’on déguste la caviar sous différentes formes, avec pommes de terre tièdes, dans un plats et poissons ou à la louche. La clientèle ne s’y trompe pas et se fait plaisir. Situé à Paris, depuis sa création en 1956, l’établissement est une institution. Cependant Cyril de Lalagade a la bougeotte. En 1993, il crée à Miami sa propre entreprise, Platinum Services, proposant la distribution de caviar et de saumon .Sa clientèle est composée de célébrités dont il découvre la vie surréaliste.
    Voici le lien pour mieux y accèder. https://www.linkedin.com/in/cyril-de-lalagade-3a088027

    samedi 6, février 2016 à 9h19
  14. miotisoa

    Cyril de Lalagade est à la tête de l’entreprise d’import-export Caviar Volga, spécialiste du négoce de caviar et de poissons fumés. Commerçant voyageur dans l’âme Cyril de Lalagade se rend dans les pays producteurs de saumon pour visiter leurs fermes et comparer les qualités d’élevage. Il rencontre Guy Denis, un spécialiste en la matière, et leur association se révèle rapidement efficace. L’approvisionnent des clients atteint 650 tonnes de saumon fumé par an, notamment à destination des compagnies aériennes françaises et du Palais de Monaco. Cyril de Lalagade dirige le restaurant la maison du caviar
    Un restaurant prestigieux pouvant servir du caviar a la carte .Une de ces grandes maisons parisiennes où l’on déguste la caviar sous différentes formes, avec pommes de terre tièdes, dans un plats et poissons ou à la louche. La clientèle ne s’y trompe pas et se fait plaisir. Situé à Paris, depuis sa création en 1956, l’établissement est une institution. Cependant Cyril de Lalagade a la bougeotte. En 1993, il crée à Miami sa propre entreprise, Platinum Services, proposant la distribution de caviar et de saumon .Sa clientèle est composée de célébrités dont il découvre la vie surréaliste. voici le lien pour mieux y accéder. http://www.lamaisonducaviar.paris/maison-du-caviar-cyril-de-lalagade/

    lundi 15, février 2016 à 13h22

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?