Il était une fois… les chaussons du roi

Il était une fois, dans un lointain royaume, un jeune roi.
Il avait une particularité physique peu commode : il avait de (très) grands pieds.
Et il n’aimait pas (du tout) qu’on fasse des plaisanteries dessus.
Outre ses (très) grands pieds, il avait un caractère peu conciliant.
Le visage fermé, il affichait toujours un air grave, sérieux & strict.
On ne plaisantait pas avec lui.
Il n’était pas cruel pour autant, oh non !
C’était même un roi juste, mais il était simplement très respectueux des règles, des divers protocoles.
Il n’affichait jamais ses sentiments, ne riait jamais, et souriait très rarement.
On ne faisait jamais la fête dans son château.
Bref. La vie n’était pas très drôle.

Un jour, un jeune voyageur se présenta aux portes du château, et demanda à voir le roi.
Le roi accepta sa requête (en faisant bien attention à suivre le protocole de bienvenue des étrangers).
Après s’être présenté comme un explorateur venant d’une lointaine contrée, il lui tendit un paquet grossièrement emballé, et ficelé de fils d’argent & d’or.
Le Roi accepta ce cadeau (en suivant toujours le protocole à la lettre, et en prenant grand soin de n’afficher aucun signe de joie), et l’étranger prit congé. 

Une fois seul, le Roi ouvrit le paquet, et découvrit une tortue vivante.
Oh… Pas une tortue ordinaire.
Non, non.
Sa carapace était entièrement blanche, et de jolies arabesques d’or la sublimait.
Le Roi haussa un sourcil devant un cadeau si original : « Que ferais-je d’une tortue ? ».
Même originale, et plutôt jolie, il n’en voyait pas l’utilité.
Il demanda à ses jardiniers & ses majordomes de l’installer dans les grands jardins royaux du château, où elle pourrait se balader à sa guise.

Le matin suivant, lors d’une ballade dans ses jardins, le Roi croisa la tortue, et s’arrêta près d’elle pour l’observer.
La tortue blanche aux arabesques d’or tendit son loooooong cou vers le Roi, le regarda, cligna des yeux, et comme si de rien n’était, continua à mâchouiller & à brouter l’herbe qui se trouvait à hauteur de nez.
En se reflétant sur ses arabesques dorées, les rayons du soleil créaient une douce lumière quelque peu… étrange.
Jolie.
Un peu magique.
Le Roi resta là, plusieurs minutes, à regarder ses lumières féeriques dansantes.

Les jours passèrent, et le Roi continua à rendre visite à la tortue blanche aux arabesques dorées.
Il appréciait la regarder, l’observer… et apprécier laisser son esprit vagabonder en quelques rêveries.
Cela ne lui ressemblait pas.
Lui, si sérieux.

Puis, un jour, il sourit à la tortue.
Ses rêveries quotidiennes s’allongèrent, et semblèrent transformer le coeur de notre Roi.

Puis, un jour, il eut une idée. Une envie. Complètement folle.
Il rassembla son premier ministre, ses ministres, ses conseillers, et d’une voix grave, il dit : « J’ai décidé de faire passer une nouvelle loi. Une loi qui autorise quiconque à porter des chaussons, même la journée, même au travail, s’il le souhaite. C’est beaucoup plus confortable que des chaussures.« 

Agissant ainsi, le Roi libéra ses (très) grands pieds de chaussures étroites & peu confortables.
A partir de ce jour, le Roi fut plus souple, se montra plus patient, plus souriant, plus confiant, plus ouvert avec ses sujets.
Il se rendit compte qu’en agissant ainsi, qu’en vivant ainsi, qu’en étant ainsi, il était plus heureux.
Et, les autres, à son contact, souriaient plus, et semblaient, eux aussi, plus heureux.

Un matin, lors d’une de ses promenades journalières, il se dirigea vers sa tortue blanche aux arabesques dorées.
Alors qu’il venait tout juste d’arriver près d’elle, la tortue tendit son looooong cou vers le roi, le regarda, et… parla :
« Il t’en aura fallu du temps pour comprendre, et apprendre. »
Etonné d’entendre sa tortue lui adresser la parole, le Roi ne répondit rien, et haussa simplement les sourcils en guise d’interrogation.
La tortue reprit : « Que le rêve est nécessaire à la Vie. Ce que tu as appris à faire en posant le regard sur mes arabesques, et en t’accordant le droit de te laisser aller à des rêveries.

Et qu’il est plus intéressant de faire de ses rêves des réalités.

Et qu’en faisant cela, on devient plus heureux, et lorsque notre bonheur se reflète à l’extérieur, il finit par rebondir tout autour de nous… »

Nous voici dans la période de l’épiphanie.
Période que les gourmands adorent en se régalant avec la traditionnelle galette.
Je vous propose ici une galette des rois revisitée en une version plus saine, tout en conservant son côté gourmand.

La frangipane traditionnelle est faite de sucre, de beurre, d’amandes (réduites en poudre), et d’œufs.
Aujourd’hui, je vous propose une recette plus saine grâce à la présence de purée d’amandes complètes & d’amandes blanches qui font office de beurre végétale.
Contrairement au beurre qui contient principalement des acides gras saturés, ces 2 purées apportent des bons acides gras, ainsi que de nombreux minéraux & oligo-éléments.
En cuisine, elle permettent d’apporter de l’onctuosité, ainsi que le parfum si caractéristique de la frangipane.

La farine de lupin additionnée d’un peu de lait de riz joue un rôle d’émulsifiant, et remplace donc les œufs.
Vous pouvez remplacer la farine de lupin par une autre farine (blé…), même si la farine de lupin est reconnue pour son rôle liant & substitutif dans les recettes de pâtisserie.
Pour la touche finale, je dore sa surface avec un mélange de sirop de riz / lait de riz qui fonctionne très très bien.
Vous pouvez remplacer le sirop de riz par du miel liquide (acacia).

Pour rester dans la thématique de la rêverie, et des jolies histoires qui nous font nous évader… J’ai choisi d’utiliser de parfumer mes chaussons avec une huile essentielle. Pour mes chaussons, j’ai opté pour de l’huile essentielle d’orange douce bio. L’huile essentielle de rose, de pamplemousse conviennent également.
Attention : les huiles essentielles doivent être utilisées avec beaucoup de précaution : je vous invite à lire l’article de Valérie Cupillard à cet effet ici (clic).

Concernant la pâte feuilletée : j’ai choisi d’en prendre une bio, déjà prête.

Ingrédients : (pour 2 à 4 chaussons)

  • 1 pâte feuilletée
  • 40 gr de sucre de fleur de coco (ou de canne)
  • 50 gr de purée d’amandes complètes
  • 40 gr de poudre d’amandes
  • 10 gr de farine de lupin
  • 3 gouttes d’HE d’orange douce (facultatif)
  • 10 gr de purée d’amandes blanches
  • 10 ml de lait de riz
  • pour le glaçage : 1 cas de sirop de riz (ou de miel) + 1 cas de lait de riz

Préparation :

  1. Dans un bol, versez le sucre, la purée d’amandes complètes, la poudre d’amandes, la farine de lupin et l’HE d’orange douce.
  2. Mélangez jusqu’à ce que le mélange devienne homogène.
    Vous obtenez alors un mélange assez sec et de texture ressemblant à de la semoule fine.
  3. Ajoutez la purée d’amandes blanches & le lait de riz.
  4. Mélangez à la main jusqu’à obtenir un mélange qui se détache de la paroi du bol.
    Réservez.
  5. Etalez votre pâte feuilletée sur une feuille de papier cuisson, et découpez 2 à 4 ronds (en fonction de la taille que vous souhaitez obtenir) à l’aide d’un couteau.
     
  6. Déposez sur chaque bord d’un rond un peu de pâte frangipane.
    Etalez le mélange de manière à ce qu’il reste dans une des 2 moitiés du rond, et veillez à garder au moins 1/2 cm sur le bord (pour pouvoir fermer le chausson), et déposez la fève dans l’un des chaussons.
     
  7. Pliez le chausson en 2, et soudez bien les bords (en les pinçant légèrement).
  8. A l’aide d’une fourchette, piquez les chaussons à 2 ou 3 reprises.
  9. Faites cuire dans un four préchauffé à 180°C pendant 30 min.
  10. Retirez les chaussons du four, et décollez les de la feuille de cuisson (afin qu’ils ne collent pas).
  11. Dans une petite casserole, faites chauffer (feu doux) le sirop de riz & le lait de riz (afin de ramollir le sirop de riz qui est assez épais, surtout si on le garde au frigo).
  12. Badigeonnez les chaussons de ce mélange.
  13. Laissez sécher.

J’ai eu un réel coup de cœur pour ces petits chaussons.
L’épaisseur du fourrage à la frangipane est généreux & épais (c’est toujours si frustrant de découvrir un fourrage épais de quelques millimètres, non ?).

Sa texture est relativement dense : c’est le seul point négatif que j’ai trouvé. Personnellement, il ne m’a pas dérangée, mais je préfère le noter, pour ne pas que vous soyez surpris, si vous réalisez la recette. Elle n’est pas bourrative pour autant.

Le goût de l’amande est très présent, beaucoup plus que dans une traditionnelle frangipane.
L’huile essentielle d’orange douce apporte une note… surprenante, car elle est bien présente, tout en étant discrète. On retrouve plus une note de fraicheur, de légèreté que d’acidité de l’orange.
L’ensemble est beaucoup plus digeste qu’une galette traditionnelle.

Le tout forme un ensemble parfait.
Gourmand, généreux, avec une pointe de je-ne-sais-quoi qui fait toute la différence.

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

20 commentaires

  1. Le chant des cerises agitées

    Oh que c’est jouli! J’ai adoré ce petit conte! J’adore les contes (et chhhuut il faut pas le dire mais ma maman est conteuse)… Et je m’aprêtais à écrire mon article sur ma galette saine (bah vi les grands esprits se rencontrent comme on dit) et je suis ravie d’avoir vu ta bonne idée! ça me donne envie d’essayer depuis le temps que je veux acheter de la farine de lupin, je ne savais pas qu’elle avait ce rôle! archi chouette!

    jeudi 5, janvier 2012 à 22h27
  2. Audalacuisine

    J’adore tout ce que tu as mis dedans !! Superbe idée !

    jeudi 5, janvier 2012 à 23h01
  3. CoCO

    Belle histoire (tiens ça tombe bien vais aller me coucher …)
    J’aurais aimé me réveiller avec une odeur de petits chaussons tout chauds (pas ceux du roi, mais les tiens, aux amandes ;p) qui vienne me chatouiller le nez …

    ;)

    jeudi 5, janvier 2012 à 23h08
  4. Catherine

    Ton conte semble inspiré des mille et une nuits, que j’ai adoré lire ! C’est très instructif, les contes…

    jeudi 5, janvier 2012 à 23h27
  5. Catherine Brochu

    Ooooh ! Je n’avais pas vu la petite tortue sur la photo ! Le verre de lait m’ayant distraite un peu – je ne savais pas que vous en buviez, en France, mais avec un dessert très sucré c’est un incontournable pour bien des Québécois.

    Quant à la petite tortue…. elle n’a pas l’air ordinaire !

    jeudi 5, janvier 2012 à 23h32
  6. coriandre-et-cie

    de si bon matin …. l’histoire fait du bien …
    et puis ta recette … une petite gourmandise à essayer
    merci Mély

    vendredi 6, janvier 2012 à 7h56
  7. argone

    Merci pour cette alternative, et la fève est très jolie !
    bizzz

    vendredi 6, janvier 2012 à 9h38
  8. LadyMilonguera

    Une idée sympathique que ces chaussons de l’Epiphanie.

    vendredi 6, janvier 2012 à 10h15
  9. Karen (cuisine saine)

    J’ai du mal à changer de la galette traditionnelle, il faut dire que mes proches me réclament la version traditionnelle, c’est presque une institution maintenant ;D

    vendredi 6, janvier 2012 à 10h50
  10. moum007

    j’adore tes petits chaussons façons galettes des rois (et la petite histoire qui va avec!

    vendredi 6, janvier 2012 à 11h15
  11. Laurent

    Et la princesse avait perdu un soulier… Les rois aussi risquent maintenant d’être déchaussés… Bonne année à toi, Mély ! :)

    vendredi 6, janvier 2012 à 19h08
  12. Laurence RENOUX

    J’adore.
    Le joli conte … La sublime recette … Ton blog du  » manger bien  » …
    A très bientôt. Bises gourmandes et bon WE a toi.

    samedi 7, janvier 2012 à 8h27
  13. IRIS

    Hum, MIAM MIAM !
    J’aime aussi beaucoup le thème de ton blog !
    Des bisous doux
    IRIS

    samedi 7, janvier 2012 à 11h53
  14. CrispX

    Très bel article, que je me suis surprise à lire jusqu’au bout :) Ton blog est un petit coin de rêverie, et je n’ai jamais osée poster de commentaires, honte à moi. Aujourd’hui c’est chose faite.

    Mille bisous :)

    samedi 7, janvier 2012 à 13h19
  15. mamapasta

    oh un joli conte bien allégorique….mettons nous tous bien vite des chaussons confortable sur nos contraintes inutiles….Et une recette avec de la farine de lupin c’est parfait pour moi ( et quelle est cette marque inconnue, je vais faire des recherches)…..je vais sans doute gouter ta farce, j’ai tout sous la main

    samedi 7, janvier 2012 à 14h22
  16. Cita

    Wow! un petit blog comme je les aime …original,plein d’humour ,de rêve et de légéreté dans son ton, plein de bons ingrédients bio et alternatifs dans ses recettes…j’adore

    samedi 7, janvier 2012 à 14h37
  17. La fourmi

    Haha, quand je lis « farine de lupin » je pense tout de suite à mamapasta :-D
    Très sympa tes jolis chaussons, ça me tente ! Moi j’attend toujours que Monsieur Fourmi s’occupe de la galette (j’attend, j’attend, j’ai faim !)

    samedi 7, janvier 2012 à 21h41
  18. Macaronette

    Une belle version, j’aime beaucoup l’orange dans la frangipane, et ces petits chaussons sont à croquer.

    dimanche 8, janvier 2012 à 1h14
  19. Françoise

    Ton conte me parle … Ta recette me plait aussi bc car j’apprécie énormément la purée d’amande et l’he d’orange douce. Tu réussis là une version alternative de la galette qui me fait bien envie. Je te souhaite une belle et lumineuse année qui exauce tes rêves les plus secrets ! Françoise

    dimanche 8, janvier 2012 à 22h48
  20. Mlle M.

    Merci mély pour ce petit lien
    J’ai adoré ce conte, je pique un petit soulier et je te fais une bise

    mardi 10, janvier 2012 à 21h56

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?