L’ostéopathie : doigts de fée insoupçonnés

Il y a deux ans de cela, j’étais convaincue (comme beaucoup – peut-être vous aussi ?) que l’ostéopathie était réservée aux personnes ayant des douleurs articulaires / musculaires.
Et, je dois avouer, entre kiné & ostéo, la frontière était un peu floue dans mon esprit (ça sert un peu à la même chose sauf que le premier est une version «officielle» ?). J’avais entendu parler de cette technique à plusieurs reprises – notamment pendant ma propre formation de Naturopathie – mais elle restait pour moi quelque chose d’assez obscur.

Bref : j’étais à des années-lumière d’imaginer à quel point un suivi ostéopathique régulier peut impacter & améliorer notre bien-être & notre équilibre. Et ce, indépendamment de douleurs articulaires ou musculaires.

Et puis.
Le «hasard» de la vie a mis un mon chemin une petite graine de croissance, de savoir.

 

♡ ♥ ♡

«Bombay, Inde, 1989.
Deux petites filles jouent ensemble.
L’une est rousse. L’autre est blonde. La couleur de leurs peaux respectives dénote avec le reste de la population locale : leurs parents respectifs sont venus pour vivre en tant qu’expatriés dans ce pays, berceau d’une des médecines ancestrales les plus vieilles au monde : l’Ayurvéda.
À cet âge de l’innocence, les deux petites filles tissent un lien fragile, fait de la naïveté de l’enfance, de légèreté, d’éclats de rire, de Petits Poneys, de peluches & de poupées.
Et puis, le temps passe.
Elles grandissent. Elles voyagent. Se perdent de vue. Un voile de silence & de distance se pose sur leur lien, l’opacifiant d’inconnues.
Vingt ans plus tard, grâce à ce fabuleux outil qu’est internet, elles retrouvent trace l’une de l’autre.
Elles se «suivent», de loin, sur la toile. Vingt ans, ça éloigne un poil tout de même.
L’une est devenue Naturopathe (et n’est plus blonde). Elle ne joue plus aux poupées (mais elle croit maintenant aux fées).
L’autre est devenue kinésithérapeute & ostéopathe (et est toujours rousse). Elle ne joue plus aux poupées (mais a des doigts de fée).
Les deux habitent à Paris.
Puis, un accident un peu bête (ils le sont toujours, bêtes, les accidents).
La première finit par atterrir un peu paniquée chez la seconde.
Une séance d’ostéopathie plus tard (qui apparait à la première plus de l’ordre de la magie qu’autre chose), l’accident est gommé, et tout redevient comme avant. Et même mieux qu’avant.»

♡ ♥ ♡

 

«J’ai rencontré mon Ostéopathe lorsque nous jouions aux Petits Poneys ensemble, à l’autre bout du monde.»
Je parie que c’est une phrase que peu peuvent se vanter de sortir. Pas vrai ?
J’ignore ce qui m’étonne le plus.
Que l’on se soit retrouvées par le «hasard» de la vie, vingt ans plus tard.
Ou que chacune de nous deux, après avoir commencé à grandir dans le berceau d’une des médecines ancestrales les plus anciennes au monde, œuvrons dorénavant avec des outils dont les racines s’inscrivent dans cette même vision holistique de la vie… comme si la sagesse de l’Orient avait déposé une graine magique à faire fleurir en Occident.

Après ce premier accident, Nathalie est devenue mon Ostéopathe, et je suis retournée la voir une bonne dizaine de fois.
C’est assez fou, car avant d’aller voir Nathalie pour la première fois, j’avais déjà vu un ostéopathe (un seul pour être précise).
Et, encore plus fou : depuis la première fois où j’ai été la voir, j’ai été voir d’autres ostéopathes (deux pour continuer à être précise – congé maternité de son côté en est le seul responsable).
Même si, chaque professionnel (de la santé ou autre : boulanger, avocat, instit’, etc.) a une manière «d’être» différent dont pourra découler un «feeling» plus ou moins bon / fort avec certaines personnes, j’avoue que je restais dubitative face aux nombreuses différences que j’ai pu expérimenter entre ces différentes expériences.
C’est donc plus par curiosité & volonté de comprendre ce «décalage» – de résultats ressentis dans mon corps, comme du déroulé même de la séance ! – qu’un jour, j’ai posé des questions à Nathalie au sujet de l’Ostéopathie. De fil en aiguille, j’ai compris beaucoup de choses, j’ai vu qu’il existait beaucoup de subtilités entre les différentes approches d’Ostéopathie.

Personnellement, j’ai eu recours aux séances d’Ostépathie de manière régulière du printemps 2015 à janvier 2016 – ce qui correspond à ma poussée du SII – et dans les moments où je ressentais le plus de souffrances physiques, Nathalie a été la seule & unique personne qui a pu faire cesser en quelques heures mes pires crises (bénie soit-elle).
Que l’on soit touché par le SII ou non, l’Ostépathie a un impact insoupçonné sur notre équilibre tant physique que psychique : il est bien dommage de parfois devoir vivre des expériences douloureuses pour découvrir la richesse de telles approches mêlant science, philosophie & art…

Maintenant que mon état s’est stabilisé (♥), je vais consulter Nathalie une à deux fois par an, pour une visite de «contrôle», tout comme je le fais pour d’autres sphères de mon petit corps : dentition, gynécologie, dermato (antécédents familiaux le requérant), ophtalmo, etc.

La découverte de l’Ostéopathie a eu un tel effet sur mon équilibre & certaines spécificités de l’Ostéopathie m’ont tellement fascinée, que j’ai eu envie de donner la parole à une personne qui vous en parlera bien mieux que moi…
Elle a des doigts de fée, elle est (toujours) rousse, et est infiniment douce.
Nathalie Ouechec a accepté de répondre à une poignée de questions sur l’Ostéopathie.
Et parce que l’on est gourmandes toutes les deux – et que je sais que vous aussi – j’ai glissé aussi des questions gourmandes & détente à l’issue ✩
À la fin de l’article, je vous ai glissé des conseils pour bien choisir votre Ostéopathe, ainsi qu’un carnet d’adresses utiles.

Belle découverte ♡

 

 

 


 

À la découverte de l’Ostéopathie…

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une approche par le diagnostic et la thérapeutique manuelle, qui a pour but de rééquilibrer le corps dans son ensemble, en corrigeant les dysfonctions de mobilité articulaires et tissulaires. 
L’ostéopathie fait partie des médecines dites « douces », et a été créée en 1874 par Andrew Taylor Still aux États-Unis, qu’il a basés sur 4 principes :
– le corps est une unité, biologique, émotionnelle, spirituelle : nous avons donc une vision très holistique.
– le corps a une fonction d’auto régulation et d’auto guérison : tant que la relation structure/fonction est respectée, le corps possède la capacité d’élaborer les substances nécessaires au maintien de la santé.
– la structure (ex: une articulation) gouverne la fonction (ex : la flexion), et inversement la structure dépend de la fonction (une immobilisation prolongée d’une articulation entraînera son raidissement et la modification des tissus périphériques)
– « l’artère est suprême » : il faut assurer la libre circulation des fluides (sang, liquide céphalo-rachidien…), qui permet notamment l’auto-guérison.
Ces principes en font à la fois une science, un art et une philosophie.

 

Y a-t-il plusieurs branches d’ostéopathie ?

La formation d’ostéopathe commence à être un peu plus réglementée. De nombreuses écoles ont été fermées pour cause d’heures de formation insuffisante ou de manque d’exercice clinique, suite aux derniers agréments.
La formation dure 5 ans. On peut se former soit après le bac à temps plein, soit à temps partiel lorsqu’on est déjà professionnel de santé comme kiné par exemple.
L’ostéopathie est une thérapie globale dont les traitements se font à plusieurs niveaux : crânien, viscéral, fascial et musculo-squelettique. Tout traitement ostéopathique doit être global : l’ostéopathe doit analyser et traiter chez son patient l’ensemble de ces niveaux

 

Quelle est la différence avec une séance de kiné ?

Je dirai qu’il y a 2 différences principales entre un traitement en kinésithérapie et en ostéopathie.
Une première différence qui sépare nettement les deux métiers est que la kinésithérapie nécessite une ordonnance médicale, alors que n’importe qui peut, sans être préalablement aller voir un médecin, consulter directement un ostéopathe. Les séances de kinésithérapie sont remboursées par la sécurité sociale (en partie, le complément étant éventuellement couvert par sa mutuelle). L’ ostéopathie n’est pas remboursée par la sécurité sociale : le patient pourra envoyer la facture que le thérapeute lui établira directement à sa mutuelle qui selon ses modalités, prendra en charge ou non le remboursement. Aujourd’hui de nombreuses mutuelles remboursent soit une partie soit tout le prix d’une séance. (Pour en savoir plus : cliquez ici)
Une deuxième différence – et la plus importante – est que le kiné s’astreindra à respecter l’ordonnance écrite par le médecin. Prenons un exemple : une rééducation de la cheville droite suite à une entorse. Le kiné ne s’occupera que de la cheville droite, avec pour objectifs de la faire dégonfler, de lui redonner de la mobilité et de lui permettre de retrouver sa force et sa proprioception (sa stabilité). Même si cette entorse a entraîné une boiterie et des compensations à d’autres niveaux  (hanche, bassin..), le kiné restera focalisé sur la cheville dont la rééducation est capitale. L’ostéopathe aura quant à lui une approche complémentaire (et non substitutive). Il fera un diagnostic global parallèle au diagnostic médical : même si le patient consulte pour sa cheville droite il parcourra le corps du patient des pieds au crâne, corrigera les adaptations afin de redonner une mobilité plus globale au corps, soulagera les douleurs liées à l’entorse et orientera le patient vers un kiné qui assurera la rééducation locale de la cheville.

 

En quoi s’inscrit l’ostéopathie dans une vision holistique de la vie ? 
Est-ce possible d’avoir des douleurs à un endroit… alors que le déséquilibre se situe à un autre endroit du corps ?

L’un des principes de l’ostéopathie est que le corps est une unité, ainsi, si une perturbation se produit dans une région du corps elle pourra se manifester autrement dans n’importe quelle autre région du corps. En allant à la recherche du souffle de la vie, d’une liberté interne de mobilité des tissus, on libère des énergies bloquées qui circulent alors sous la forme de chaleur ou de mouvement. Parfois c’est la parole associée qui aidera à libérer une tension et à faire un pas vers l’auto guérison.
D’autre part, à travers les fascias, « ce qui ne s’exprime pas s’imprime » : les fascias constituent une structure très chaotique, mais très fonctionnelle formée de tissu conjonctif, assurant une unité du corps grâce à une organisation en différents plans (superficiels, moyens et profonds). Ils ont un rôle de soutien par leur omniprésence tissulaire ininterrompue de la tête aux pieds, comme une longue étoffe entre les différents tissus (muscles, organes, systèmes liquidiens..), mais aussi de protection, et ils permettent les échanges (hormonaux, de neuromédiateurs…). Les fascias s’adaptent rapidement et en permanence aux changements de pression, de vibration, d’étirement, mais également d’émotion ! Un stress ou un traumatisme qu’il soit émotionnel ou physique figera les fibres de collagène des fascias. L’empreinte est d’autant plus importante que la charge émotive était forte au moment du traumatisme et qu’elle n’a pas pu s’exprimer.

 

Y a-t-il des moments-clés de notre vie où il est particulièrement recommandé de consulter ? 
À quelle fréquence doit-on aller voir un ostéopathe ?

Quelques jours après la naissance si l’accouchement a été particulièrement difficile, c’est très bénéfique pour le bébé comme pour la maman. Nos accouchements sont tellement médicalisés (position, déclenchement chimiques..) que même pour un accouchement sans trop de complications on apportera un mieux-être. Puis quelques semaines après, on effectue la vérification d’un certain nombre de points chez le nouveau-né qui pourrait nécessiter un suivi dans les six premiers mois relatifs à une plagiocéphalie (asymétrie du crâne ou tête plate) ou des problèmes de reflux par exemple.
On le revoit vers 2 ans, 7 ans, à la puberté, en accompagnement d’un traitement orthodontique, pour des otites/rhinites à répétition, certains problèmes de vertiges ou migraines…
Adulte, si tout va bien, on se voit aux changements de saison (surtout au début du printemps et de l’automne), ce sont de bonnes périodes où le corps passe par une phase de transition.  Ceci rejoint des principes de la médecine traditionnelle chinoise.
Les patients consultent aussi quand ils en ressentent le besoin sans forcément identifier un problème ou parvenir à le localiser (« j’ai mal partout », « mes batteries sont à plat »), après un traumatisme physique ou émotionnel, ou encore au cours d’une période difficile de leur vie, une phase de transition, de changements personnels
Concernant la fréquence des séances quant à un souci donné, l’ostéopathe l’adaptera à son diagnostic et à la réponse au traitement.

 

Peut-on consulter un ostéopathe si « tout va bien » ?

Absolument : car on trouvera toujours un déséquilibre quelque part. Nos petits stress de la vie quotidienne font que le corps imprime intérieurement et de différentes façons les événements : on dit bien « digérer » une mauvaise nouvelle, « rester en travers de la gorge », « en avoir plein le dos », ce ne sont pas que des expressions ! Il arrive souvent de ne rien ressentir alors qu’un déséquilibre est déjà là, alors qu’en réalité on l’a intégré dans notre norme quotidienne.

 

Comment se déroule une séance d’ostéopathie ?

Lorsque c’est la première fois qu’on voit un patient, on débute par un interrogatoire (10-15 minutes) pour faire connaissance et connaître son motif de consultation. On posera des questions pour en savoir plus sur l’historique de sa ou ses douleurs, ainsi que sur ses antécédents afin d’en savoir le plus possible sur son passé médical et personnel. Même si parfois le patient peut avoir l’impression qu’on s’éloigne du problème, on a besoin de cette vision globale qui nous permet déjà de faire des liens. Puis on passe à la pratique : on teste, on diagnostique, on corrige, on re teste. On laisse les tissus s’adapter. De la présence, de l’attention et de l’intention sont les clefs pour un bon traitement !

 


 

Quelques notes gourmandes…

Ton rêve de petite fille… ? Et ton rêve de femme d’aujourd’hui ?

Des voyages et encore des voyages.. Et aujourd’hui encore ! Vive l’évasion à travers les voyages.

 

Ton petit-déjeuner ressemble à quoi ?

C’est par période, au gré de mes envies !
Parfois chaud, parfois froid.. un « Petit déjeuner de fée » (type porridge avec des superaliments, et des fruits secs), ou du pain que je trempe dans de l’huile d’olive et du « zaatar » (du thym, c’est le petit déjeuner typique libanais, comme mes origines), ou encore un fruit et un reste de cake ou scone maison avec un bon thé.

 

Une adresse gourmande à partager sur Paris ?

Une seule ? Pour la gourmande que je suis, impossible de trancher ! Une Libanaise ? Chez Fares (rue Blomet, dans le 15e) ou version snack « Chez le libanais » (rue Saint-André-des-arts, dans le 6e) pour de délicieuses man’ouchés à emporter.
Sinon j’habite à quelques mètres de deux excellents restaurants de Boulogne Billancourt : la Plantxa (type bistronome) et Shiki (véritable cuisine traditionnelle japonaise).

 

Quelle est ta madeleine de Proust gustative ?

Le poulet à la moutarde de mon père !

 


 

Conseils & carnet d’adresses

✩ 3 conseils pour choisir son ostéopathe ✩

♦ S’informer sur l’école où a été formée le praticien (la liste des écoles reconnues en France depuis que cette pratique a été reconnue & réglementée en France en 2015).
♦ Selon l’approche du praticien, certains se limiter à faire « craquer« , et d’autres œuvrent avec des techniques douces biotissulaires (permettant d’aller plus en profondeur, tout en étant plus respectueux de l’ensemble du corps) : si l’on connait une personne ayant été consulter le praticien, on peut lui demander s’il se souvient si durant la séance, le thérapeute a fait craquer ces articulations.
À éviter à tout prix : les thérapeutes-médecins manipulant pendant 5-10 minutes à la suite d’un court entretien médical.
♦ Avoir un diplôme de kinésithérapeute est un plus, même si cela n’est en rien obligatoire.

 

Quelques adresses utiles

♦ Le ROF (Registre des Ostéopathes de France) : l’association à but non lucratif qui regroupe les praticiens français ;
Liste des écoles d’Ostéopathie en France qui ont été agréées : n’hésitez pas à demander à votre praticien ;
♦ Les mutuelles qui prennent en charge (partie ou intégralement) une consultation en ostéopathie.

 

Nos ostéopathes de confiance en France

Trouver de bons thérapeutes est toujours délicat : j’ai donc songé qu’il serait utile & pratique pour tous que je laisse les cordonnées de thérapeutes dans lesquels vous avez confiance : des thérapeutes que vous connaissez & avez été voir à plusieurs reprises.

Je mettrai donc en lien les ostéopathes dont vous me donnerez les cordonnées en commentaires : sentez-vous libre, bien sûr, de mettre les cordonnées de toute région / ville en France !
Je mettrai un () en face de ceux que j’ai été consultés personnellement & ai été satisfaite.

Cabinet de Nathalie Ouechec
37 rue Escudier 92100 Boulogne-Billancourt
Le petit lien pour prendre rendez-vous avec elle : – clic

Eric Hollier Larousse – Rennes – conseillé par Maela – clic

Grégory Landurier, à la Polyclinique Saint Laurent, 9 route de Corbeil, 91360 Villemoisson sur Orge – conseillé par Audrey Luna

Olivier Darmont – 8 rue Pierre Le Grand 75008 PARIS – 01 73 71 19 79 – conseillé par Juliette – clic

Oliviers SAMSON – 24 boulevard Alsace Lorraine – Pau – conseillé par Marion

Catherine Desnoux – lieu-dit Esset 79400 AUGE – 05 49 09 02 94 – conseillé par Emmanuelle

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

10 commentaires

  1. Oféelit

    Merci beaucoup pour cet article très utile ! Je me demandais si je pouvais y aller pour un « simple » mal de dos, je pense prendre rdv très bientôt, tu m’as totalement convaincue ! Merci Mély, tes articles sont des pépites d’or ! Douce journée !

    lundi 6, février 2017 à 8h59
  2. Marie Kleber

    Merci pour cet intéressant partage – j’ai découvert énormément de choses sur l’ostéopathie, discipline que je ne connaissais pas du tout. Cela donne des pistes.
    J’aime lire les origines de votre histoire commune – la vie est merveilleusement faite Mély.

    lundi 6, février 2017 à 16h44
  3. Maela

    Quel univers passionnant .. :-)

    Je veux bien partager une de mes découvertes marquantes de l’année 2015 : Eric Hollier Larousse, à Rennes (35).

    Il est vraiment génial… Non seulement, il prend vraiment son temps (le temps de la séance s’adapte en fonction de nos besoins, je suis parfois restée plus d’1h…), il est très doux dans ses manipulations, il explique tout ce qu’il fait, mais surtout il est apaisant (dans ses conseils et dans l’énergie qu’il dégage).
    Enfin (parce que c’est quand même important) ses manipulations ont toujours été efficaces sur moi.

    C’est un des thérapeutes que je recommanderais à tout le monde les yeux fermés…
    Merci Mély, très belle soirée…

    lundi 6, février 2017 à 21h08
  4. Audrey Luna

    Merci Mély pour cet article très intéressant.

    J’ai moi aussi un super ostéo à conseiller en région parisienne.

    Grégory Landurier, à la Polyclinique Saint Laurent, 9 route de Corbeil, 91360 Villemoisson sur Orge.

    Il est génial !!! Très doux, à l’écoute. Il prend le temps qui faut. Et surtout, il explique tout ce qu’il fait, le pourquoi de telle manipulation, ce que ça va faire, etc. Vraiment très pro !

    Bonne fin de journée !

    mardi 7, février 2017 à 17h03
    1. Mély

      @ Audrey : Merci 😊 Fait-il « craquer » ?

      mardi 7, février 2017 à 17h28
  5. Audrey Luna

    Oui et non, selon les besoins :) J’ai eu droit aux 2 !

    mardi 7, février 2017 à 18h12
  6. juliette

    L’ostéopathie fait partie de ma vie depuis longtemps déjà grâce à ma mère qui a toujours était fidéle à cette médecine. Elle m’apporte tellement de bien et me soulage beaucoup lors de mes moments de stress et pression. Depuis peu à Paris j’ai découvert un osthéopathe que j’apprécie énormément, il « fait craquer » mais travaille aussi en profondeur avec des techniques douces. Voici ses coordonnées :

    >Olivier Darmont
    http://www.osteopathe-darmont.com/contact.php
    01 73 71 19 79
    8 rue Pierre Le Grand
    75008 PARIS

    mercredi 8, février 2017 à 10h13
  7. Marionette

    Je lis cet article un sourire aux lèvres…De bonheur de voir cette profession mise en avant tant mon ostéopathe est une personne clé sur mon chemin…
    Des coïncidences aussi: je suis couchée le dos complètement bloqué et je rêve de ce magicien qui est à 3000 km de mon hiver.
    Donc, je recommande sans hésiter une seule seconde: Oliviers SAMSON, 24 boulevard Alsace Lorraine à Pau.
    Je fais la route depuis Toulouse quand j’y suis au moins 2 ou 3 fois par an…tout le monde trouve ça excessif, mais ses doigts d’or, son approche énergétique et sa bienveillance m’aident toujours sur le plan physique, émotionnel et sur une réflexion avec plus long terme…il ne fait pas craquer, effleure plutôt.

    samedi 11, février 2017 à 13h27
  8. Emmanuelle

    Bonjour Mély !

    Merci pour cet article très intéressant. J’ai moi aussi une ostéopathe fabuleuse à conseiller dans les Deux-Sèvres.
    Elle a été diplômée avant 2002, donc avant la réforme des programmes des écoles d’ostéopathie, elle possède donc des notions de terrain et bien d’autres choses. Elle ne fait jamais craquer les articulations, elle travaille en profondeur mais en douceur, et elle est merveilleuse avec les bébés et les jeunes mamans !

    Catherine Desnoux
    lieu-dit Esset, 79400 AUGE
    tél : 05 49 09 02 94

    lundi 13, février 2017 à 14h08
  9. gillet

    Bonjour, je suis une adepte le l’ostéopathie depuis les années 1900… si vous pouvez joindre l’ostéopathie à la kinésiologie que je viens de découvrir et qui se complètent entre elles… vous serez merveilleusement bien dans votre corps et votre tête…

    bonne soirée.

    lundi 13, février 2017 à 19h26

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?