Comment je crée mes vidéos

J’adore découvrir l’envers du décor du processus de création de certains créateurs que je suis : on se rend souvent compte à quel point il y a plein de détails qui comptent et qui sont invisibles.
Entre le résultat que l’on peut voir – qu’il s’agisse d’une musique, d’une peinture, d’une vidéo YouTube ou une photo – il y a toujours plein de petites choses qui font la différence, et qui rendent vivant une création.

L’envie de vous partager les coulisses de création d’une vidéo m’est venue, et je me suis dit qu’elle pourrait vous plaire, et vous être utile à la fois :
– peut-être pour vous inspirer pour votre propre blog, chaine YouTube ou compte Instagram… ou n’importe quel autre type de création ?
– peut-être encore pour vous donner des idées concernant l’organisation dans certains éléments de votre vie ?
– simplement par plaisir, pour vous détendre devant une vidéo toute douce.

 


 

Il me faut environ 6 à 12 heures pour chaque vidéo : ça peut donc être très variable. La moyenne étant de 8 heures.
La manière dont je créé et mon processus n’est certainement pas parfait – et est en continuellement changement depuis le début de mon blog. Ceci dit, mon processus actuel a très peu changé depuis un moment : je pense avoir trouvé un bon équilibre.

Essayez de garder à l’esprit, tout au long de la vidéo, que je suis une INFJ 1 : mon mode de fonctionnement, ma sensibilité et ma personnalité influencent forcément beaucoup mes outils et la manière dont je les utilise.
Bien évidemment, on peut créer autrement, et cet « autrement » peut être parfait pour vous !

(Et si vous ne savez pas que ce que « INFJ 1 » signifie : c’est mon typage en MBTI + Enéagramme)

 

 


 

Des idées

Il peut se passer plusieurs jours, semaines, mois voir années !
Je note toutes mes idées sur une note de mon ordinateur : certaines peuvent se concrétiser du jour au lendemain : c’est le cas de cette vidéo… j’en ai eu l’idée hier soir, alors que j’allais me coucher.
D’autres idées vont rester sur la note pendant près d’un an avant que je me sens prête et/ou que j’en ai envie (car c’est une histoire d’envie, aussi).
Certaines, finissent par avorter avant d’être nées : c’était leur destin, et c’est ok.
Je m’écoute toujours, et ne force jamais le processus de création.

 


 

Matérialiser l’idée à l’écrit

Documents de support + process

J’utilise deux documents « modèles » pour tout article et vidéo créé :

Une trame prête

Je n’écris pas directement WordPress… je procédais ainsi au début, et j’ai malheureusement perdu beaucoup de travail avec des bugs de connexion ou des rafraichissements de page sans sauvegarde, et autres problèmes techniques.
J’écris donc désormais sur un document de traitement de texte.

Sur sa première page, sont regroupés tous les éléments d’identité de l’article (blog) et de la vidéo (YT) : comme les catégories, les mots-clés, les photos que je dois faire, le code SEO, etc.

 

Document « process »

Il s’agit d’un document listant les différentes étapes de process pour la création d’une vidéo : de l’idée à la publication + communication, tout y est !
Cela me permet d’éviter des oublis, et ça me permet surtout de me décharger autant que possible de la charge mentale du process pour me focaliser sur la création.

 


 

Façonner le contenu

Maintenant qu’il y a l’idée, que je suis prête + inspirée, et que j’ai sous la main tous mes documents de support pour m’aider et me décharger mentalement de l’aspect technique… on passe à la partie de la création.

Chaque vidéo créé est une sorte de mini-accouchement créatif pour moi : je vais ressentir beaucoup de joie, ainnsi que de la difficulté. Bref : je « vis » chaque vidéo.

 

De l’idée à un plan, des directions

Pour cette première étape, je la réalise souvent sur papier : dans le désordre, je vais y noter tout ce qui me passe par la tête.qui soit en lien avec la thématique.
Une fois que j’y ai déversé tout ce qui m’habite, je vais entourer les mots, les expressions, les phrases notées par des cercles de couleur : chaque couleur représente une partie distincte. Je vais ainsi créer des parties.

Je passe ensuite à l’ordinateur : je remplis chaque partie en la détaillant.
Si besoin est, durant le processus d’écriture plus affiné, je peux les recomposer, et les affiner.

 

Titre + vignette

Parmi les éléments les plus importants pour « vendre » sa vidéo (donner envie) il y a :

  • le titre
  • la vignette

Pour le titre : je me suis toujours refuser à créer des titres « putaclic ». Je pourrai faire beaucoup plus de vues avec cela, mais je m’y refuse. Je trouve que ça manque d’authenticité, et certains putaclic ont une connotation négative, ou ont un effet « de choc », et pour toutes ces raisons, je m’y refuse.

Pour la vignette : je fais du mieux que je peux, mais j’ai encore beaucoup à apprendre.
J’utilise le plus souvent l’application « WordSwag » où l’on peut recadrer selon les dimensions demandées par YouTube (qui ne sont pas les mêmes que les réglages d’une photo), puis ajouter du texte avec plusieurs polices et couleurs.

 


 

La vidéo

Filmer

Lorsque j’ai créé le texte (parties + contenu des parties), je vais filmer plusieurs types de plans :
moi-même parlant. Généralement, j’ai le texte papier près de moi, et je vais suivre la trame, tout en improvisant parfois. C’est pour cela qu’une grande partie du texte de mes articles et ce que je dis dans les vidéos sont identiques à 80%.
– je vais filmer certains plans nécessaires à la vidéo. Par exemple, pour ma vidéo sur le ghee (beurre clarifié), l’écrasante majorité des plans faisaient partis de ce deuxième type. La vidéo où je vous raconte la conception et l’histoire de ma nouvelle bannière, il y a très peu de plans de ce type, etc.

Selon ce que je dois filmer, ça peut me demander plus ou moins de temps : je vais rechercher la bonne lumière, le bon cadrage, les bons props parfois (éléments décoratifs qui rentrent dans le cadre).

 


 

Montage

Cette étape me prend un temps considérable : 2 à 5 heures pour chaque vidéo.
Même pour une vidéo de 15 minutes, il faut bien compter 2 heures de montage.
De l’extérieur, pour ceux qui ne sont pas familiers du montage, on ne s’en rend pas forcément compte, mais c’est une partie remplie de créativité.
Au début, je n’ai que ce que l’on appelle des « rushs » : c’est à dire des morceaux de vidéos bruts.
Il faut que je les découpe, les assemble, que j’ajuste et améliore l’audio, que j’insère des transitions afin que la vidéo soit fluide et agréable, que je la ponctue avec des titres, et que j’y glisser un arrière-plan sonore avec une jolie musique.
À partir des mêmes rushs, on pourrait créer des dizaines, des centaines de vidéos différentes : la personnalité, sensibilité et le côté artistique du créateur imbibera la vidéo.

 

Logiciel FCPX

J’ai appris à me servir de ce logiciel, de manière auto-didacte en 2012, alors qu’un client (alimentation saine) m’avait proposée de réaliser des vidéos pour lui. 
J’ai pris des notes tout en visionnant des dizaines d’heures de tutoriels se trouvant ici.

 

Petits détails

Plein de détails dans la finition technique de la vidéo peuvent métamorphoser une vidéo :
– Les transition est une manière de rendre fluide des coupures, et de permettre de transitionner d’une partie à une autre.
– Les titres et sous-titres : afin de créer une certaine dynamique, et qu’une thématique abordée soit plus claire pour vous, je découpe généralement mes vidéos en plusieurs sécances.
– La musique : je peux passer une demi-heure à sélectionner la bonne musique pour telle vidéo. C’est difficile, car beaucoup de vidéos sont payantes maintenant, et les prix assez élevés (20$ pour les moins onéreuses – environ 100$ pour la moyenne). On doit faire très attention à utiliser des musiques libre de droit, sinon notre vidéo peut être supprimée ou démonétisée, notre compte limité ou bloquer dans les pires des cas.

 


 

Mise en ligne

Puis, il y a l’export de la vidéo, une phase qui peut prendre 5 à 30 minutes selon la longueur de la vidéo.
Une fois exportée, il faut que je l’importe sur YouTube, et que je remplisse sa « fiche d’identité » : son titre, sa playlist, le contenu de la barre d’infos, et d’autres détails pas forcément visibles de vous, mais important pour l’algorithme de la vidéo.

Puis… il y a vous.
Créer, même après 13 ans, me nourris toujours autant. Si cela me prend de l’énergie, et que cela entraine parfois de la difficulté, cela reste générateur d’énormément de joie.
Une fois le bouton « publier » enclenché, ce que j’ai créé passe entre vos mains, et vos retours sont des moteurs pour m’inciter à continuer, à m’améliorer.

Chaque créateur est différent : de par son style, sa personnalité, sa manière de fonctionner.
Que l’on dessine, que l’on fasse des vidéos, que l’on écrive, chante ou danse : il est toujours important de trouver son équilibre, et d’accepter qu’il soit en mouvance quasi-constante. C’est ainsi qu’en tant qu’artiste, créateur, on avance.

 



 

Que cet aperçu des coulisses vous apportent inspirer et vous détende

 

D’autres chouettes articles à (re)découvrir :

L’histoire de ma nouvelle bannière
Comment, pourquoi et quand j’ai crée le Chaudron Pastel

Je souhaite recevoir ta Newsletter

Vous aimerez peut-être

3 commentaires

  1. Sosobio

    Bonsoir,
    Merci pour toutes ces explications. Je regarde peu de vidéos car je trouve cela très chronophage.
    Bonne soirée !

    lundi 14, septembre 2020 à 21h08
  2. Anne H.

    Bonjour Mélanie,

    Quel bonheur cette vidéo! J’en avais grand besoin. Pour ma part je cherche justement à gagner en efficacité dans mon processus créatif sur YouTube car ça me prend énormément de temps… 8h c’est le temps (minimum) que me prends la partie montage seulement… Après ça dépend du type de contenu mais par exemple la dernière vidéo que j’ai sorti, j’ai fait du montage (+ thumbnail + préparer les détails avant de publier officiellement) pendant 3 jours et 3 soirées. Autant dire que j’étais épuisée après ça et j’ai mis 2 semaines à m’en remettre.

    Je vais repasser au peigne fin ta vidéo afin de piocher 2 ou 3 conseils qui me correspondraient le mieux mais en tout cas MERCI BEAUCOUP d’avoir fait une vidéo sur le sujet! Je me sens tellement noyée dans mes projets créatifs, avec en plus l’indécision de mon côté ennagramme type 4 + les idées qui partent dans tous les sens et changent constamment avec mon côté INFP et aussi type 4, j’ai vraiment besoin de me trouver un système sinon je finis par tout lâcher et ne rien produire.

    Ce serait sympa une vidéo similaire où tu parles de ton processus mais pour Instagram si le cœur t’en dit :)

    lundi 14, septembre 2020 à 21h24
    1. Mély

      @ Anne : Bonjour ♡
      Alors… j’ignore complètement si cela pourra te rassurer (j’espère que oui – même un peu) : lorsque j’ai débuté YouTube, le montage me prenait beaucoup (beaucoup !) plus de temps.
      J’ai fini par trouver des marques, des repères, et vais plus vite maintenant 😊
      En revanche, j’aimerai apprendre à intégrer des petits détails « doodles » + savoir mieux faire mes vignettes. Je l’ai vu chez certaines créatrices (bestdressed ou lanasonge)… le problème, c’est que je ne sais pas comment faire (logiciel ou outil utiliser), et ne peux donc pas m’entrainer 😌
      Et concernant mon blog : à ses tout débuts, une fois l’article publié, j’étais aussi complètement vidée (et j’avais besoin d’au moins 4-5 jours pour m’en remettre). Là aussi, avec le temps, j’ai trouvé un meilleur équilibre ⭐
      Mon amie Angélique (la peintre – que tu connais peut-être ?) est aussi INFP 4 : pour la connaitre, et avoir longuement parlé avec elle de sa gestion de temps + organisation, je compatis 💫
      Je pense que la clé réside dans le fait de trouver son point fort, et de l’utiliser à fond, de le peaufiner comme un outil.
      Te concernant, c’est peut-être ta sensibilité, et ton côté artistique 🌿 Que tu dois apprendre à contrebalancer avec ton énergie ✨
      Pour Instagram : ah… là en revanche, aucun protocole, ni aucune organisation 😊 C’est vraiment à l’instinct, quand j’en ai envie (et ça fait du bien en tant que perfectionniste !).
      Je retouche (juste la luminosité et les couleurs) avec Lightroom pour smartphone. J’écris un petit texte en fonction de mon inspiration, et voilà ⭐
      Merci beaucoup d’être passée par là 💕

      mardi 15, septembre 2020 à 9h07

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité.