L’histoire de ma nouvelle bannière

Le confinement a été une période où, même si cela a nullement impacté mon travail, le fait d’être contraints de ne pas bouger, de faire moins, ça m’a donnée un espace où j’ai pu réfléchir à beaucoup de choses dans ma vie, perso et pro.

C’est durant le confinement que j’ai réussi à trouver le courage de commencer à travailler sur mon témoignage concernant mon aménorrhée et mes TCA, après que l’envie soit née 6 mois auparavant.

Et parallèlement, c’est aussi durant le confinement que je me suis rendue compte à quel point ce moment dans ma vie était un moment charnière. Comme si un nouveau chapitre s’ouvrait, et je devrai même dire : « un nouveau tome ».

Étant donné que Le Chaudron Pastel a toujours été un espace où je créé et partage une continuité de mes passions, de mes réflexions et de mon propre cheminement, j’ai ressenti le besoin d’y inscrire cette nouvelle étape.

Je n’ai pas souhaité toucher au nom « Le Chaudron Pastel » : car celui-ci est comme mon identité où l’on me connait sur la sphère virtuelle qu’est internet : un peu comme mon prénom et nom dans la vraie vie.
Le Chaudron Pastel symbolise un espace un peu magique et féerique (chaudron, instrument qu’utilise les sorcières) pour concocter différents contenus.

Je ressentais le besoin d’inscrire ce changement par une nouvelle bannière.
La bannière précédente a été créé à l’automne 2014 : un nuage tout doux rayonnant. Il symbolisait ma capacité à transmuter les choses difficiles en lumière. Notre capacité à tous de le faire.
Autant dans ma vie personnelle (SII, TCA, aménorhée) que professionnelle : aider les gens à se sentir mieux.

Ce symbole reste présent dans ma vie. Et il le restera jusqu’à la fin de mes jours.
Il est profondément inscrit en moi : j’ai une Foi extrêmement forte en ce qui est. En notre capacité à accueillir et grandir de tout ce que l’on vit de difficile.
Mais je n’ai plus besoin de ce symbole. Il ne symbolise plus une sorte d’aide, un porte-bonheur que j’aurai besoin d’avoir à mes côtés.

J’ignore si découvrir les symboles et surtout l’histoire de cette nouvelle bannière est important pour vous ? Je me suis longtemps demander si j’allais faire une vidéo ou un article pour expliquer ? Ou simplement la mettre en place sans expliquer ?
J’ai toutefois eu envie de raconter. Car son histoire est belle, et je trouve ça beau de la partager.

Peut-être que cette nouvelle bannière ne plaira pas à tous, et c’est certainement le cas, car on ne peut pas plaire à tout le monde. Mais, sur cet espace, je veux être moi avant tout.

Alors… voici l’histoire de ma nouvelle bannière.

 

 


 

Ma nouvelle bannière, son histoire

 

Quand j’ai ressenti le besoin de changer ma bannière, je me suis demandée « Quoi changer ? Quoi mettre ? ».
Et, par extension : « Qu’est-ce qui pourrait me symboliser, me refléter, retranscrire la personne que je suis ? »
Au moment même où je me suis posée la question, quelque chose m’est venue spontanément, comme une évidence étrange : « Petite Chérie » de Goutal, le parfum que je porte depuis plus de quinze ans.
Si ça vous parait étrange, de penser à un parfum : je vous comprends. Vraiment. À moi aussi, ça m’a paru une idée farfelue.
Cependant, je crois à une certaine spontanéité des choses, et il s’avère que cela est aussi étrange que magique et authentique… vous allez voir, vous allez comprendre.

 

Les parfums…

Avant de connaitre la Naturopathie, et d’entamer ma reconversion, j’ai eu d’anciennes passions.
Notamment les chats (de race et les chats en général), ainsi que les parfums (mais pas n’importe lesquels).
Si vous connaissez un peu mon univers, vous savez que lorsque je m’intéresse à un sujet, je creuse en profondeur le dit sujet. Ainsi, pour les chats, j’en étais arrivée à connaître la génétique des couleurs de leur robe.
Pour en revenir au sujet qui nous intéresse ici, les parfums, je me suis surtout intéressée aux parfums dits « de niche ».

 

« Qu’est-ce qu’un parfum de niche ? »

L’écrasante majorité des parfums commercialisés sont produits par des marques qui :

  • ne font pas QUE des parfums (Chanel, YSL, Hugo Boss, Dior, etc.),
  • dont la création de l’odeur représente moins de 10% du budget alloué à sa création (et, bien souvent, moins de 5%),
  • l’aspect marketing (positionnement, couleurs, affiches, etc.) a été établi AVANT l’odeur elle-même.

Bref, c’est une industrie peu authentique, pas du tout artisanale, sans vraiment de sens, de vie.

Les parfums de niche sont des histoires, des créations artistiques olfactives.
Ce sont des marques qui ne font QUE cela, et dont l’histoire de la senteur va se retranscrire dans sa recherche.
Il y a beaucoup moins de dépenses marketing.
Ce ne sont pas des parfums qu’on va retrouver dans les grandes enseignes comme « Sephora » ou Marionnaud : ils ont leurs propres boutiques.

Parmi quelques maisons : Annick Goutal, Maitre Parfumeur et Gantier, Iunx, Lutens, L’Artisan Parfumeur, Montale, Nez à Nez, et bien d’autres.
Lors de mes week-ends, j’allais découvrir les nouveautés créées. Je connaissais toutes les notes par coeur : de fond, de tête et de coeur.

Annick Goutal, c’est ma soeur qui me l’a fait découvrir il y a plus de quinze ans.
Mais à vrai dire, je connaissais déjà la maison, et ceci petits flacons si significatifs, pour les avoir vus longtemps. Car, en effet, ma soeur a porté « Eau de charlotte » toute sa vie. D’ailleurs, quand je vais chez Goutal, et que je sens ce parfum, les souvenirs de ma soeur me reviennent.
C’est mon père qui m’a appris à sentir les vins depuis que j’ai environ 11-12 ans, et ainsi à développer mon « nez ». Aussi, même si je ne bois pas d’alcool (vin, champagne, etc), j’adore sentir les vins, et trouver leurs notes. Ça étonne souvent les gens de voir mon analyse.

Malgré ma passion et mon intérêt pour le monde des parfums, je n’ai jamais pu porter autre chose que « Petite Chérie » de Goutal. C’est un peu de moi. C’est une odeur cocooning, réconfortante, fraiche, vivante, vibrante.
Sa date est symbolique, aussi : 1998, sa date de création correspond à l’année où je suis rentrée en France après mes 15 premières années de vie d’expatriée. Même si mon retour fut un choc, je me souviens encore de l’odeur de l’herbe fraiche coupée.

Il y a des gens qui portent des parfums, et d’autres non.
Parmi ceux qui en portent, la majorité change souvent de parfums : en fonction de ce qu’on leur offre, des modes, des sorties de nouveaux parfums, etc.
C’est quelque chose que je n’ai jamais pu faire. Malgré le fait que j’étais fascinée par les parfums de niche, que j’en connaissais des centaines, et que j’en aimais près d’une dizaine, dès que je mettais un autre parfum que Petite Chérie de Goutal, j’avais mal au crâne, des nausées ou autre.
Alors je n’ai jamais porté autre chose que ce parfum.
Je pense aussi que c’est lié à mon hypersensibilité : la science a effectivement mis en évidence un lien entre les odeurs et nos émotions, nos souvenirs.
Un changement qui était sans doute trop violent, émotionnellement, pour moi.

Parmi ceux qui n’en portent pas, il y a des personnes qui n’en voient pas l’utilité, qui n’y pensent pas. Ainsi que des personnes qui préfèrent ne pas en porter par « conviction ». Ça a d’ailleurs été mon cas : en Naturopathie, on déconseille de porter des parfums de synthèse pour diverses raisons (que je ne détaillerai pas ici, n’étant pas l’objet de la vidéo). Pendant environ 3-4 ans, j’ai arrêté de porter des parfums.
Puis, j’ai re
commencé à en porter. Je me suis rendue compte que le fait de m’astreindre, m’attristait. Chaque jour, je m’empêchais un petit geste que j’affectionnais beaucoup, qui me faisait du bien. Or… à quoi rime d’empêcher de faire quelque chose sous prétexte que ce n’est « pas bon », alors que le fait de s’en empêcher semble apporter encore plus de mauvais ?
C’est donc le cœur en joie et paix que j’ai recommencé ce petit geste quotidien.

 


 

Les symboles : une révélation

Poire

J’ai une morphologie dite « en poire » (aussi appelée « morphologie A »).
Accepté cette morphologie et mes courbes généreuses a été un long chemin (j’en ai parlé dans mes deux vidéos de témoignage).
Symbolisé ce nouvel amour et cette paix enfin trouvée avec moi-même m’a semblé être un beau clin d’oeil.

 

Pêche

Faisant écho au précédent: dans le langage « émoji », la pêche symbolise des fesses généreuses.
Voilà qui parfaire ce nouveau chapitre sur ce plan-là.

Rose

Dans l’inconscient collectif, la rose symbolise la féminité.
Mes règles retrouvées, elle y a toute sa place.

 

Vanille

La majorité des gens sont plutôt attirés par le chocolat dans les dessert.
Tandis que moi, et depuis toute petite, c’est la volupté de la vanille qui me fait fondre.
Son odeur, réconfortante, enveloppante et légère me plait énormément aussi.

 

Herbe coupée

Au Moyen-Orient (où j’ai grandi), l’odeur d’herbe coupée n’existait pas : ce pays merveilleux ne comptait pas de nature, pas de fleurs, pas de pelouse.
L’odeur de l’herbe coupée est, pour moi, très liée à mes grandes vacances enfant : on rentrait alors pour 2 mois en France, et j’y sentais la nature estivale.
Symbole d’innocence, de légèreté.

 


 

Concrétisation avec ma graphiste

À ma graphiste, j’ai racontée l’histoire, tous les symboles, et tout ce qui me semblait important afin qu’elle comprenne.
Les graphistes ont le don de retranscrire visuellement des histoires, des symboles chargés de sens (comme peuvent le faire des musiciens, chanteurs, des photographes, etc.).
Et ça me semble donc important, pour moi, qu’elle puisse y capter la magie contenue.

Le processus dans son entièreté a été long : nous avons mis environ un mois à peaufiner les détails, et obtenir ce qui me convenait.

(Pour voir toutes les étapes visuellement : hop, petit saut dans la vidéo ci-dessous à partir de 27 min 40 sec).

 


 

J’imagine que certains se demandent si cet article, cette vidéo, ce changement d’identité est sponsorisé.
La réponse est bien évidemment « non » !

Si Annick Goutal fait partie des marques avec lesquelles je rêverai de travailler, j’aurai refusé de travailler avec n’importe quelle marque pour créer mon identité visuelle. Cette dernière m’appartient, je l’ai crée et imaginée selon ce qui m’a parlée, appelée, et en y imbriquant des symboles voulus.

J’espère que cette histoire vous aura fait voyager… 

 



 

D’autres chouettes articles à (re)découvrir :

Tous mes articles « personnels »
Tous mes articles « Émotions »
Le Syndrome de l’Intestin Irritable : mon parcours et mes conseils
Aménorrhée et TCA : mon parcours

Tags : Catégories :

Je souhaite recevoir ta Newsletter

Vous aimerez peut-être

5 commentaires

  1. Raphaelle M.

    Chère Mély,

    je n’avais pas eu l’occasion de venir sur ton site avant que celui-ci ne change de bannière et j’ai donc écouter ta vidéo en premier, jusqu’au bout, avant de venir y découvrir le résultat final.

    J’ai été particulièrement touchée car je me suis reconnue dans bien des aspects que tu as évoqué, entre autre par le fait que je porte le même parfum depuis une 15aine d’année moi aussi, il m’est impossible d’en changer tant j’y suis attachée et tant je le trouve « moi », mais aussi parce que, comme toi, porter une nouvelle odeur sur moi peut vite m’être inconfortable (étant migraineuse, cela est d’autant plus un souci !)

    Aussi, étant moi-même graphiste illustratrice, et ô combien amoureuse des fleurs, je ne peux qu’être touchée par cette nouvelle facette, tout en délicatesse et en subtilité, chargée de symboles à qui saura les voir, lire entre les lignes, rêver entre les pétales.

    Un plaisir donc, de découvrir l’essence et le parfum de ces bijoux associés à toi et ton fabuleux travail :)

    lundi 7, septembre 2020 à 20h39
    1. Mély

      @ Raphaëlle : Merci du fond du cœur. Connaissant ta sensibilité, ta « magie », ça me touche d’autant plus 💖
      Tout ce que tu as dit sur l’illustration, le parfum… ces échos me font sourire ✨

      mardi 8, septembre 2020 à 10h10
  2. Marion

    Très jolie bannière qui a une belle histoire et symbolique derrière. Félicitations à toi et à ta graphiste! Je trouve que les fleurs reflètent bien ton épanouissement.

    mardi 8, septembre 2020 à 5h30
    1. Mély

      @ Marion : Merci beaucoup 💖
      Oui, effectivement, un autre petit symbole non évoqué : celui qu’une fleur naissant et s’épanouissant reflète mon sentiment actuel 🌸💫

      mardi 8, septembre 2020 à 10h11
  3. Solenn

    J’adore, elle est superbe, bravo et merci pour cette jolie histoire :-)

    mardi 8, septembre 2020 à 10h34

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?

J’ai lu et accepte la politique de confidentialité.