Mes récentes lectures favorites ✧ 2

Un sauveur atypique, des fées oubliées de notre monde, ralentir pour savourer des sourires nés de souvenirs.
Voici les rencontres et les promesses issues de ces trois nouvelles lectures.

✩ ✩ ✩

Dans cette série, je vous fais part de mes récentes lectures favorites.
Après m’être interrogée sur le fait d’intégrer toutes mes lectures, incluant celles qui m’ont déçue, j’ai choisi de ne conserver que les lectures que j’ai particulièrement appréciées, en sachant que toutes mes lectures, incluant mes avis, sont disponibles sur mon profil LivrAddict.
Les livres sont pour moi une occasion de voyager, de vivre par procuration des histoires fantastiques, d’expérimenter par la pensée des situations que l’on pourrait difficilement vivre : que ce soit des histoires fantastiques, historiques ou tragiques telles que la guerre, nous n’aurons jamais d’une seule vie pour vivre ce que l’Humanité a connu. Les livres sont également un excellent moyen d’apprendre, de s’enrichir et de grandir.

J’espère que cette série vous permettra de découvrir de nouveaux titres, et vous donnera envie de (vous) en offrir.

 

♡ Le dernier article «livresque» : Mes lectures favorites 1
♡ Tous mes articles «livres» : ✩ Mes lectures ✩

 


 

Les Dames du Lac, de Marion Zimmer Bradley
(805 pages – sorti en 1982)

Arthur, Morgane la Fée, Genièvre, Merlin, Lancelot, Viviane la Fée : des noms qui ont inspiré des dizaines d’auteurs à travers le temps.
Le nombre d’œuvres contant les aventures des Chevaliers de la Table ronde est aussi grand que ses styles d’écriture variés, chacun épousant la plume de l’auteur. Certains choisissent de mettre l’accent sur un (ou plusieurs) personnage(s) en particulier, ou encore d’écrire cette légende selon un angle bien précis.
Jusqu’il y a peu, je n’avais jamais lu aucun roman arthurien (ce qui est étonnant lorsque l’on sait à quel point j’aime les livres féeriques). Avec le recul, je pense que l’épaisseur de la majorité des romans, et ma méconnaissance de la pluralité des œuvres ont suffi à m’en éloigner. Début septembre, voulant me lancer dans la lecture de mon premier roman arthurien, j’ai demandé conseil au groupe Facebook #clublectureMS. Les dames du lac est un des romans qui m’a été le plus conseillé, et si je l’ai retenu, c’est aussi parce qu’il a été rédigé de manière à mettre en valeur les personnages féminins.

De quoi ça parle ? La légende se déroule au Moyen-Âge, aborde l’amour, la royauté, la loyauté, les liens filiaux, la guerre, la religion en plein essor, le rapport qu’a l’Homme avec le sucré, la Nature.
Détail que j’ignorais avant de me plonger dans ce premier roman arthurien : la légende des Chevaliers de la Table ronde s’étale sur près d’un siècle. On voit ainsi naitre et disparaitre plusieurs générations.
Moi qui m’attache énormément, rapidement et facilement aux personnages (#hypersensible), sous la plume de Marion, on parvient à s’attacher aux personnages, et à créer une transition tout en douceur avec d’autres personnages qui deviennent le centre du roman, nous amenant à ne pas souffrir de la mort de ceux qui disparaissent.

Pourquoi je l’ai aimé : Ce livre est assurément une de mes plus belles lectures de 2017. Poignant, profond, triste, mélancolique, beau, symbolique, c’est un chef d’œuvre de littérature (il a d’ailleurs remporté le prix de Relay en 1986).
Je m’attendais à lire un roman contant une légende sur près de mille pages, avec des fées, de l’amour, des chevaliers héroïques. À travers la plume de Marion Bradley, j’ai découvert bien d’autres choses…
L’auteure choisit de réécrire la légende arthurienne centrée sur les personnages féminins (d’où le titre du livre), avec une nette métaphore filant l’entièreté de l’œuvre : une réflexion métaphorique sur l’Humain et son rapport à la nature, à la religion, à l’esprit cartésien.
J’ai été touchée, saisie par la lumière faite sur certains travers de notre société découlant d’un esprit trop cartésien au détriment de la Nature, par la peur de l’Homme retranché derrière l’enseignement de la religion qu’il confond avec l’Amour, la vérité et la justice. Tant de métaphores, de messages cachés, beaux, poignants et profonds sur l’Homme, la Nature, le patriarcat, l’inconscience et l’égarement de notre société.

Détail amusant : l’Île d’Avalon est l’île où les Fées (Morgane, Viviane et les prêtresses) sont élevées et pratiquent leur magie. Leur magie ne se définit pas par l’usage d’une baguette ou de boules de cristal, mais par l’usage des plantes, de la nourriture, d’un rythme calqué sur celui de la Nature, une vision holistique de l’Humain… À bien des passages, j’ai retrouvé des liens communs avec les médecines ancestrales (Naturopathie / Ayurvéda).
Bien que cette légende arthurienne soit fictive, j’ai eu la curiosité de faire des recherches, notamment sur les lieux géographiques des différents sites sur lesquels s’étend la légende. Concernant l’île d’Avalon, plusieurs hypothèses ont été avancées : la majorité situant dans le sud-ouest de l’Angleterre, d’autres évoquent les côtes françaises bretonnes, et notamment Pleumeur-Bodou… qui n’est autre que le petit village où ma mère est née, et a grandi…
Détail qui m’a stupéfaite, touchée, et laissée bien songeuse…

À qui je le conseille : Ceux qui n’ont jamais lu de romans arthuriens, et qui souhaitent plonger dans cet univers légendaire. Pour toutes les âmes aimant les fées, les légendes, la Bretagne, l’Angleterre, les récits se déroulant au Moyen-âge. À ceux qui apprécient les fictions brodant des leçons métaphoriques de notre société, nous amenant à des réflexions introspectives sur l’origine de certains faits.

✩ ✩ ✩

 

 

Sauveur et fils (tome 1), de Marie-Aude Murail
(329 pages – sorti en 2016)

Mi-octobre, j’étais en panne lecture depuis plus de 2 semaines : je n’arrivais à lire aucun livre dans ma PAL (Pile A Lire), et aucun livre dans ma Wishlist ne m’attirait.
Abonnée au blog de lecture de «Plouf qui lit» dont j’adore le style plein d’humour, une de ses chroniques a attisé ma curiosité.
Ce titre étant disponible en format numérique, j’ai téléchargé un extrait (un des avantages des liseuses est de pouvoir tester instantanément un livre en en téléchargent un extrait).
Dès les premières pages, j’ai su que c’est ce livre qui me sauverait de ma panne de lecture ♡

De quoi ça parle ? Sauveur Saint-Yves est un jeune père célibataire (veuf) le soir, et psychologue la journée.
Tout au long du livre, on suit les personnages qui viennent le consulter : des hommes, des femmes, des jeunes et des moins jeunes. Chacun cherche le bonheur, l’équilibre. Chacun a ses blessures, sa sensibilité incomprise ou cachée.
Et, tout au long du livre, on le suit également lui, en tant qu’homme, en tant que père.
Bien qu’il s’agisse d’un livre «jeunesse», ce roman s’adresse, à mon sens, autant aux enfants qu’aux adultes. Selon si l’on est enfant, adolescent, adulte sans ou avec enfant, chacun y récoltera beaucoup de tendresse, et de sagesse.

Pourquoi je l’ai aimé : Etant moi-même thérapeute, amoureuse de l’humain, de la psychologie, j’ai adoré ce roman rafraichissant, plein d’humour, d’amour, de tendresse, car chaque blessure, faiblesse, parmi ses patients, est traitée avec légèreté, et sans jamais émettre le moindre jugement. L’auteur aborde des sujets difficiles (enfance, adulte, amour, rupture, scarification…) avec une sensibilité et une intelligence extraordinairement douce.
Je me suis aussi sentie touchée et concernée par cette double facette de Monsieur Saint-Yves : sage, pondéré et semblant invincible devant ses patients, on découvre qu’au-delà du thérapeute qu’il est, il demeure avant tout un homme, avec ses blessures passées qui font de lui l’homme qu’il est aujourd’hui, on le découvre en tant que père essayant de faire du mieux qu’il peut pour son fils en faisant face tout seul à la parentalité et l’éducation d’un petit être grandissant.
Toute cette humanité, cette tendresse, cette approche bienveillante des failles et des blessures que l’on peut avoir ou croiser au cours de notre vie… fait de ce livre un bonbon pour l’âme.

À qui je le conseille : tous ceux qui souhaitent une lecture facile, fluide, douce et tendre.
Tous les thérapeutes, tous les parents séparés / divorcés, tous les adolescents écorchés.
Tous ceux qui aiment l’Humain.

✩ ✩ ✩

 

 

Surtout, ne rien faire, de Philippe Delerm
(102 pages – sorti en 1994)

Ma première lecture de Philippe Delerm fut un tel coup de cœur, que j’ai listé tous les romans de cet auteur pour poursuivre ma découverte de ses œuvres : Surtout, ne rien faire est donc le deuxième livre que je lis de Philippe Delerm.

De quoi ça parle ? Publié en 1994, il précède de 3 ans son livre à succès «La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules». Si le ton est similaire, et la trame du livre identique, l’écriture diffère légèrement : chaque chapitre nous fait replonger vers des souvenirs de la fin des années 80 / début 90. Au temps où il n’existait pas internet, les téléphones portables, les réseaux sociaux, la montre connectée. Au temps où les petits plaisirs étaient différents : ni meilleurs, ni inférieurs, ils étaient ceux de ces années passées, de celles de notre enfance / adolescence où l’on façonnait un volcan dans notre purée avec notre fourchette, où l’on achetait et guettait les sorties CD, où l’on étendait les soirées d’été sous les étoles à rêver, où le choix d’un parfum de glace oscille entre habitude et envie de nouveauté, où l’on pensait en francs et non en euros.

Pourquoi je l’ai aimé : Pour le voyage dans le temps qu’il propose. Pour ces souvenirs d’enfance, de la mienne, ou d’autres de cette même époque. Pour ce rappel de l’époque précédant celle où tout et tous sont connectés.
Pour cette nostalgique qui croustille, qui fond, sous cet élan du cœur rythmé par nos yeux qui virevoltent de ligne en ligne, et de page en page.

À qui je le conseille : à ceux qui ont grandi pendant les années 80 et 90. À ceux qui ont envie de se rappeler, de voyage dans cette époque révolue, mais qui restera toujours présente en nous. À toutes les âmes sensibles ♥

 

✤ ✤ ✤

Connaissiez-vous ces livres ?
Quel est votre dernier coup de cœur en termes de lecture ?

 

D’autres chouettes articles à (re)découvrir :

Mes récentes lectures favorites n°1
Les livres de cuisine qui m’ont tout appris
La saga «La Passe-Miroir» de Christelle Dabos

 

Cet article contient des liens affiliés d’Amazon : en commandant via ces liens, chacun de vous participe à soutenir l’activité de mon blog (voir ici pour plus de détails).
Libre à chacun d’agir selon ses priorités (pratique, financière, soutien, etc.), et de se fournir auprès de librairies locales / indépendantes, sur Amazon, ou d’autres sites. Dans tous les cas, MERCI pour votre soutien, votre présence ici ♥︎

Share on Facebook13Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest3

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

9 commentaires

  1. Ophélie

    Les dames du Lac et Surtout ne rien faire me donnent particulièrement envie. J’ai toujours adoré les légendes Arthuriennes, lorsque j’étais adolescente j’ai lu une saga absolument merveilleuse (que j’ai relu plusieurs fois depuis et qui est toujours aussi magique) : Le Cycle de Pendragon de Stephen Lawhead.
    J’aime ta façon de décrire les livres que tu lis, j’ai toujours cette sensation que tu réussis à lire l’histoire cachée derrière la vraie histoire, je ne sais pas si c’est clair ce que je dis :)
    Belle journée Mély !

    samedi 18, novembre 2017 à 10h41
  2. Françoise Schkion

    Bonsoir Mély,
    Merci pour ces commentaires de lecture qui me rappellent à quel point j’ai adoré la saga des Brumes d’Avalon! Je vais aller la relire, tiens, du coup. D’elle, j’ai beaucoup aimé aussi En Glenravenne (franchement fantasy féerique), ainsi que Troie ou la trahison des dieux (plus mythologique à réflexion profonde, sur des thèmes proches de ceux des Dames du Lac, puisque les derniers jours de sa cité sont racontés par la prêtresse Cassandre) : c’est vraiment une dé mes auteurs préférés!
    J’aime beaucoup Marie-Aude Murail, que je faisais lire à mes élèves avant de me lancer dans mon projet de reconversion/formation en Dien Chan/congé parental… Mon petit doigt me dit que tu apprécierais beaucoup le roman plein de magie : Ma vie a changé…
    Il ne me reste plus qu’a lire à présent Surtout, ne rien faire… 😜
    Belle fin de semaine à toi, à Lotus, et à tous les êtres chers qui t’entourent!
    Françoise alias Schkion

    samedi 18, novembre 2017 à 21h16
    1. Mély

      @ Françoise : Merci pour ces suggestions ! J’ai été regardé la fiche sur LivrAddict de Ma vie a changé : la couverture ainsi que le synopsis me plaisent particulièrement ♥
      J’ai vu qu’il s’agissait d’un livre pour enfant (Ecole des Loisirs), mais il m’attire d’autant plus en cette période de Noël ✩
      Je l’ai ajouté à ma wishlist… sans doute pour 2018 ✨
      Je regarderai aussi En Glenravenne (ce nom me dit quelque chose… ma mère, qui parlait breton, me l’a dit plusieurs fois).
      Merci jolie Françoise 💜

      dimanche 19, novembre 2017 à 7h31
  3. Eléonore

    Ah, les Dames du Lac! Une révélation pour moi il y a une vingtaine d’années …. Cette magie, la place des femmes, la possibilité d’une spiritualité où elles jouent un rôle central, la vision holistique de l’humain et le lien avec la nature (vision holistique du monde, du coup!). Merci pour ce partage, qui me donne envie de le relire 😊🙏

    dimanche 19, novembre 2017 à 10h07
  4. Laurelas

    Ah tu m’as beaucoup donné envie de lire les Dames du Lac et le livre de Delerm, je les note sur ma wishlist (déjà si grande!)
    Belle journée :)

    jeudi 23, novembre 2017 à 14h30
    1. Mély

      @ Laurelas : Bonjour ♡
      Hihi, tu verrais la mienne… longue comme le bras ! 🙈 📚✨
      Quel plaisir de plonger dans ces univers !

      dimanche 26, novembre 2017 à 16h59
  5. Carine

    Ah, Marion Zimmer Bradley et sa saga des Dames du Lac ! Je l’ai lue à l’adolescence et je peux dire aujourd’hui que c’est elle qui m’a ouvert les portes de la Fantasy.
    Glenravenne et La Faille entre les mondes de la même auteure m’ont conduit ensuite vers la Saga de Ténébreuses où la place faite aux femmes est également bien présente.
    Et si tu hésites encore sur ton lieu de transhumance, je ne doute pas un instant que Nantes saura t’accueillir les bras ouverts (et moi avec ;) ) avec tout l’univers et les racines de Jules Verne qui transparaissent dans de fabuleux manèges ou galeries.
    Belle réflexion à toi !

    mardi 28, novembre 2017 à 0h29
  6. Marion

    Bonjour Mely,

    Merci pour cet article inspirant 🌟.
    Ma question porte sur des posts que vous faites en instastory.
    Il me semble que vous avez apprécier un audiolivre sur le rangement (?) je suis justement à la recherche d’un bouquin sur ce terme.
    Pourriez-vous me rappeler le titre ?

    Merci par avance 💗

    mardi 28, novembre 2017 à 20h26
    1. Mély

      @ Marion : Bonjour ♡
      Le livre que j’ai évoqué sur Instagram est « La magie du rangement » (clic). Je l’ai beaucoup aimé, et l’ai ré-écouté à deux reprises (je l’ai « lu » en format audio).
      Ceci dit, il existe plusieurs livres qui traite du rangement, du minimalisme, et de vivre plus simplement (en revoyant notre lien aux objets) : tu peux regarder dans les suggestions des livres sur la même thématique (sur les propositions du lien amazon que j’ai mis ci-dessus). J’ai prévu d’en lire d’autres bientôt, notamment « Vivre heureux dans un petit espace » (clic) que je viens d’acquérir sur ma liseuse.
      Belles découvertes ✩

      jeudi 30, novembre 2017 à 9h28

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?