Mes pulls doudou favoris // mode responsable

Après quelques jours au soleil où la moyenne en journée avoisinait 35°C (à l’ombre), le retour en France fut à la fois glacial… et délicieusement doux, aussi antithétique que cela puisse paraître.
Doux, car j’ai retrouvé Lotus, la chaleur d’un foyer, la magie rubis et dorée de l’automne…
… et, ai le plaisir de me ré-envelopper dans les fibres duveteuses de mes pulls d’hiver.

Après avoir abordé le sujet de ma vision et de mes priorités en termes de mode raisonnée (dans les Chroniques de septembre), voici mon article promis quant à mes pulls favoris du moment.
Toutes les marques évoquées sont françaises, de grande qualité et durables dans le temps, réalisent des vêtements avec des fibres naturelles – cachemire, laine, yak, coton – et ont des valeurs responsables en adéquation avec les miennes lorsqu’il s’agit du choix de la matière première.

 

 


 

 

L’Envers

 

Quelques mots pour faire connaissance… L’Envers est la marque dont je vous ai parlé dans le 3e volet de mes Chroniques de septembre.
Julie, la créatrice, a lancé sa marque spécialisée dans les mailles tricotées (mérinos, yak, alpaga et mohair) dans le but de créer des pièces qui soient durables et éthiques : les matières premières sont de filatures françaises, et ses ateliers de tricots – d’échelle familiale – sont situés en Espagne et au Portugal. Toutes ces pièces des coupes intemporelles : ainsi, notre vêtement s’étendra dans le temps, au-delà des effets de mode, souvent éphémères.

Mon avis, mon expérience : en août dernier, après 6 mois d’hésitation (vu le prix élevé), j’ai acquis le pull barbara, réalisé avec 40% de mohair (aussi appelé «angora»). Sa coupe est ample et longue : un vrai gros pull épais, doudou. J’ai été stupéfaite de sa chaleur : nettement supérieur à mes pulls les épais en cachemire chez Bompard (voir plus bas).
Le seul point négatif que je lui vois est qu’il perd quelques fils sur mes jeans : impossible de le porter avec ces derniers, et je suis donc plus limitée dans le choix de mes pantalons avec lesquels je peux le porter.
En termes d’entretien : contrairement au cachemire, le mohair n’aime pas être lavé, et se révèle au meilleur de sa beauté si l’on espace les lavages (plus d’informations sur le site de Julie ici).

Mes conseils pour choisir : après quelques échanges par e-mail avec Julie, il semblerait que seule la matière «mohair» (angora) avec laquelle est réalisé en grande partie mon pull barbara laisse ses poils sur les jeans, et que les trois autres matières que Julie utilise dans ses autres pulls – mérinos, yak, alpaga – n’auraient pas cet effet.
Quoi qu’il en soit : je suis très heureuse de mon pull barbara, ne regrette nullement mon achat, et ai même demandé un deuxième pull au Père Noël.
Plus d’informations sur l’éthique de la marque, et sur les matières utilisées.

 


 

 

Hircus

 

♦ Quelques mots pour faire connaissance… Hircus est une marque qui conçoit des vêtements (pulls, accessoires, manteaux) mêlant laine, cachemire et coton (pour les collections printemps / été), et dont certaines pièces sont faites exclusivement avec du cachemire.
Jean-Nicolas Payart et Louis-Erard Bataille en sont les créateurs : ils ont recherché pendant plus d’un an un fournisseur de fibres, et une usine qui puisse réaliser le tissage selon leur motivation commune : proposer des vêtements de qualité à un moindre coût, notamment en baissant limitant les intermédiaires, et en baissant leur propre marge.
Le site d’élevage des chèvres Capra Hircus qu’ils ont choisi se situe à Erdos, dans le désert de Gobi (Mongolie), et ont sélectionné le grade A de cachemire, correspondant aux poils les plus longs et les plus fins (le plus élevé d’un point de vue qualitatif).

Mon avis, mon expérience : j’ai acquis mon pull Hircus en soldes (le modèle n’est plus disponible) : cela faisait plusieurs années que je guettais un pull marinière en cachemire, et n’en trouvais pas dont la qualité me convienne.
J’ai découvert Hircus grâce à mon amie Carole qui m’en a parlé, sachant à quel point j’adorais les pulls doudou et le cachemire. J’ai tout de suite repéré leur pull marinière, et ai attendu un an afin qu’ils le soldent pour l’acquérir (je n’acquiers jamais un pull en cachemire à son prix normal, par principe).
Même si j’ai peu de recul pour le moment (je l’ai depuis 6 mois), j’en suis pour le moment très contente : sa coupe est près du corps, légère, et pourtant très chaude. J’aime le porter avec un jean taille haute en le rentrant.

Mes conseils pour choisir : si vous cherchez un vêtement chaud, pensez à regarder la composition des vêtements repérés. Certaines pièces sont réalisées avec du cachemire mélangé à de la laine (tout aussi chaud, mais moins doux) ou du coton (moins chaud).
Plus d’informations sur leur éthique, et sur leur choix de qualité de cachemire.

 


 

Ekyog

 

♦ Quelques mots pour faire connaissance… Ekyog est une entreprise concevant des vêtements depuis 2003 : elle propose des vêtements de maille, mais également des chaussures, des jeans, et d’autres vêtements.
Née d’une volonté de créer des collections alliant mode et éthique, Ekyog est respectueuse de la Nature (par son choix de fibres naturelles, biologiques ou recyclées, et à faible impact écologique) et des Hommes (par la rédaction de leur propre charte éthique afin de garantir le respect des hommes intervenant sur leurs filières).
Très sensible aux choix des matières (je n’achète aucun vêtement en fibre synthétique depuis 7 ans), j’ai particulièrement apprécié leur choix de leurs matières : coton biologique, lin, lyocell (fibre issue du bois d’eucalyptus) et modal (issue du bois d’hêtre) provenant d’exploitations forestières gérées de manière durable, fibres recyclées (dont le polyester), la soie, la laine (matière première naturelle, renouvelable et biodégradable), le cachemire, l’alpaga, le mohair, le cuir tanné par des procédés naturels (non polluants). Cela correspond exactement à mes propres valeurs : sans rechercher des matières vegan, je suis sensible à l’impact écologique de production des fibres (colorants, tannage, etc.), et préfère opter pour des fibres naturelles que synthétiques.

Mon avis, mon expérience : je connaissais Ekyog de nom depuis plusieurs années, mais n’avais encore jamais acheté (ni même essayé) aucun de leur vêtement jusqu’à il y a peu.
L’été dernier – certain(e)s d’entre vous me suivant sur Instagram s’en souviendront peut-être – je m’étais rendue dans une de leur boutique pour essayer leurs jeans, en quête de modèles qui conviennent à ma silhouette si particulière (évoquée ici). Malheureusement, je n’ai pas trouvé la perle rare dans leur collection (je vous parlerai dans un prochain article de ma quête de jeans), mais j’ai repéré un pull dont je suis immédiatement tombée amoureuse après l’avoir essayé : assez court et ample à la fois, c’est ma coupe favorite en termes de pull ♥
S’il parait peu épais, il est pourtant très chaud. J’ai eu un tel coup de cœur pour ce pull dont la coupe est rare que je me le suis pris en bleu et jaune (il existe aussi en bordeaux).
Seul point négatif (subjectif) est dû à une composition similaire à mon pull barbara («mohair» aussi appelé angora) : il peluche un peu sur mes jeans (mais beaucoup moins que mon pull L’Envers). Je le porte avec mes jeans, mais dois retirer quelques fibres en fin de journée avant de ranger mes jeans.

Mes conseils pour choisir : ayant acheté ses deux pulls depuis peu, je n’ai pas assez de recul quant à la durabilité de leurs pièces. En fonction de comment vieillissent mes deux pulls, je surveillerai leurs collections, car les valeurs d’Ekyog correspondent en tout point à mes propres valeurs (ce qui est assez rare, car, comme je le souligne dans mon introduction, il y a plusieurs critères pouvant désigner des vêtements responsables, et chacun a ses priorités).
Plus d’informations sur leurs engagements, sur leurs matières utilisées.

 


 

Mister K

 

♦ Quelques mots pour faire connaissance… Mister K est une marque très spéciale à mes yeux. Le cancer ayant emporté ma mère et ma sœur à 7 mois d’intervalle, Mister K est, pour moi, plus qu’une marque : c’est un engagement, un message, une preuve d’alliance, d’amour.
Car, Mister K a été conçu par Charlotte, 30 ans, illustratrice et styliste free lance depuis 8 ans, mais pas seulement. Charlotte a rencontré sur son chemin de vie «Mister K», le nom qu’elle choisit de donner à son cancer. Après un an et demi de traitements (et tous les effets secondaires indésirables qui vont avec), elle est en rémission, et décide de lancé «Mister K», sa marque pour les personnes atteintes de cancer, pour les proches, aussi, et pour toutes personnes appréciant porter des vêtements aux messages positifs.
Les vêtements portent des messages positifs : des sweats où l’on affiche fièrement «Never Give Up», des jolies marinières avec «Happiness Therapy» brodé en fil doré dans le dos dont une partie sont reversés tous les mois à la recherche contre le cancer (Gustave Roussy).
Les créations de Charlotte ne se limitent pas qu’aux vêtements : elle créé des kits «bien-être» pour prendre soin de la peau asséchée par les traitements, des cheveux et des sourcils qui tombent, se pouponner jusqu’au bout des ongles et des orteils.
C’est important de parler du cancer, et c’est encore plus important de créer une ambiance positive, coconing autour de ceux qui sont atteints. J’aurais tellement aimé pouvoir offrir ce genre de kit à ma maman, à ma sœur pour adoucir un peu leur quotidien. Alors, voici, ces quelques mots pourront, je l’espère, apporter cette chance à d’autres, à vous, à vos proches.

Mon avis, mon expérience : j’ai découvert Charlotte et ses pulls affichant des messages positifs en écoutant ce Podcast de Siham. Le jour même, j’avais acheté ce sweat et cette petite marinièreLes deux sont faits en coton, et sont fabriqués au Portugal. Le sweat est tout doux à l’intérieur (on dirait du polaire) : je l’utilise comme pull-doudou chez moi, le soir.

Mes conseils pour choisir : concerné de près ou de loin par le cancer, on est forcément touché par les messages positifs qu’ils véhiculent, et par le fait qu’une partie est reversée à la recherche contre le cancer : outre le fait que ses pulls soient fabriqués en Europe (Portugal), c’est un engagement rare, et précieux.
Plus d’informations sur l’histoire de Charlotte, les interviews qu’elle réalise pour briser le silence, le tabou, et s’unir autour de la maladie.

 


 

Bompard

 

♦ Quelques mots pour faire connaissance… Bompard est une marque spécialiste du cachemire : ils ne font que des vêtements en cachemire, et ce depuis 1985.
On peut découper les modèles en deux groupes :
– les classiques que l’on retrouve saison après saison, année après année, avec peu (ou pas) de changements. Ce sont des valeurs sûres, intemporelles, que l’on pourra mettre 10 ans plus tard. Certains des modèles classiques ont un très grand choix de couleurs (exemple avec ce ras-du-cou classique)
– les saisonniers qui sont uniques à chaque collection, et que l’on ne retrouvera jamais. D’une année à l’autre, les coupes, motifs, couleurs diffèrent. De chez eux, j’ai un pull rayures à couleurs pastel, un pull rose avec un immense cœur rouge (que l’on voit ci-dessous)

La qualité du cachemire est au moins identique à celle d’Hircus : Bompard choisit la cachemire de grade A (les fils les plus fins, les plus longs de chèvre Capra Arbas, originaire des hauts et arides  plateaux du désert de Gobi en Mongolie).
En 2015, Bompard a été certifié Œko-Tex : il s’agit d’un label international garantissant qu’aucune substance dangereuse ou toxique pour l’homme et l’environnement n’a été utilisée durant les étapes de fabrication (16 laboratoires indépendants dans le monde sont habilités à le délivrer après des tests rigoureux portant sur 300 substances répertoriées).

Mon avis, mon expérience : parmi toutes les marques citées dans cet article, c’est la marque pour laquelle j’ai le plus de recul, car mon premier pull m’a été offert par ma mère en 2003 ou 2004 : cela fait donc près de 14 ans que je porte du Bompard. Ce même pull est en si bon état, qu’on pourrait croire que je l’ai acheté il y a 3 mois de cela. Petit clin d’œil de la vie, il s’agissait d’un pull issu de la collection saisonnière, et dessus est inscrit «Indémodable». C’est grâce à ce cadeau de Noël que ma mère m’a initiée au confort du cachemire, et ce bien avant que je m’intéresse à un mode de vie responsable. Le cachemire a l’avantage d’être chaud, doux, et léger.
Au cours de ces dernières, il y a eu un engouement certain autour du cachemire : plusieurs marques (non spécialisée dans la maille ou dans le cachemire) ont proposé quelques pièces à un prix plus bas que ceux de Bompard (qui, admettons-le, sont élevés). Personnellement, les deux premières années après avoir reçu mon premier pull en cadeau, alors que j’étais encore étudiante, j’ai acheté des pulls cachemire «bas de gamme»… qui m’ont fait une seule saison.
Ils boulochaient, se détendaient, la fibre se «cassait». Sur le long terme, ils m’ont donc coûté beaucoup plus cher (vu que leur durée de vie était ridiculement courte). J’ai tiré une leçon et ai allié une résolution : celle d’acheter une à trois pièces par an chez Bompard, mais attendre les soldes pour les acquérir.
Je suis réellement une grande amoureuse du cachemire : outre le fait que – si on le choisit bien en terme qualitatif – il dure très longtemps, il a l’avantage de pouvoir être porté toute l’année, printemps et journées fraiches d’été, car un des avantages du cachemire est d’être très léger.
Pour rallonger sa durée de vie, il est primordial d’adapter certains gestes : il faut le laver avec un programme laine, à froid, sans adoucissant, et ranger notre pull dans une pochette lavable (lien amazon) ou une taille d’oreille fermée avec un élastique (ça tient pas toujours). On le sèche à l’air libre, et sur une surface plate. Le cachemire est une matière qui adore être lavée : plus on le lave, plus il sera doux, moins il peluchera.

Mes conseils pour choisir : il y a plusieurs éléments à regarder lorsqu’on souhaite acquérir un pull Bompard :
• sa composition : la majorité des pulls sont 100% cachemire, mais il existe quelques modèles qui en contiennent 80% avec un mélange de 20% de soie.
• le nombre de fils : à ma connaissance, Bompard est la seule marque qui indique le nombre de fils. Plus le nombre est élevé, plus le pull sera chaud (et vice-versa : un 2 fils sera assez léger et moins chaud qu’un 6 fils).
• j’aurai tendance à vous déconseiller de choisir les pulls «ultra-fin» si vous souhaitez investir sur le long terme : ils sont très légers, et ont un rendu aérien (comme une plume), ce qui est très plaisant visuellement, mais leurs fibres sont plus fragiles.
• si vous n’avez pas de pull en cachemire, et que vous souhaitez vous offrir votre premier, je vous conseille d’opter pour un indémodable en choisissant une coupe et une couleur que vous êtes sûr(e) de pouvoir porter souvent, et qui va avec vos pantalons, jupes, etc.

Plus d’informations sur la qualité de leur cachemire, leur conception, ainsi que leurs points de tricot.

 

 

✤ ✤ ✤

Connaissiez-vous ces marques ?
Certaines vous font-elles envie ?

 

D’autres chouettes articles à (re)découvrir :
Les jupes de Prune
Mes choses favorites en automne
Cookies d’hiver
Ma crème de potimarron favorite

 

 

Share on Facebook28Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest21

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

9 commentaires

  1. Adeline

    J’ai été voir le site de L’Envers il est vraiment super , je trouve que les prix sont correct nous ont a des marques en Belgique qui sont super cher et la qualité n’y est pas d’ailleurs je n’y vais jamais dans ses magasins la .
    Je regarde aussi de +en + au matière noble je préfère avoir un bon pull mais de bonne qualité et qui dure des années que d’avoir un placard remplis et avoir des pulls boulochés. Personnellement quand on va en France la collection de certaines marques et différente encore de la Belgique on y trouve toujours notre bonheur et on regarde fabrication française en Belgique on en a très peu c’est dommage et quand il y’en a c’est vraiment le luxe hors de prix si tu vois même pas à nôtre bourse alors comment veut tu faire fonctionner la fabrication Belge. On a en quand même une et je dois dire qu’elle est de très bonne qualité mais c’est la seule.
    Pour ma part ici j’ai ressortis mais écharpes en pachmina qui tiennent super chaud .
    bonne journée

    jeudi 16, novembre 2017 à 8h29
  2. Ophélie

    J’adore ton pull blanc l’envers, on dirait que tu portes un cocon de neige !
    Il est si beau !
    J’ai une chance incroyable de mon côté car mon père et ma mère tricotent, et me font des pulls juste sublimes (en laine ou en coton selon la saison).
    D’ailleurs mon père est actuellement en train de me faire un pull irlandais loose blanc que j’attends avec tellement d’impatience ! Mais cela prend du temps (des semaines voir des mois) et je trouve que ce processus est magnifique; ils ont pris le temps de créer quelque chose pour moi, que je porterai au quotidien.
    Ce sont des pièces qui durent dans le temps et j’aime pouvoir me dire que je les aurais jusqu’à la fin de mes jours, qu’ils m’accompagneront dans ma vie…
    Des pulls remplis d’amour de mes parents :)
    Belle journée Mély :)

    jeudi 16, novembre 2017 à 8h40
  3. Marionette

    Bonjour,
    Article totalement de circonstance ! J’ai de mon côté une trés Longue veste Ekyog depuis une dizaine d’années. Elle est en laine recyclée, (je l´avais achetée en solde moi aussi)…elle n’a quasiment pas bougée.
    Je suis très intéressée par Mister -K aussi (sujet très présent comme chez beaucoup), chouette découverte.
    Très belle fin de semaine.

    jeudi 16, novembre 2017 à 20h37
  4. Marionette

    Bonjour,
    Je me permet de rajouter quelques mots à mon commentaire: je me rends compte que j’ai 4 autres « pièces » Ekyog: un tee-shirt trés doux en coton bio avec 8% d’élastane…il devait faire partie d’une collection yoga…il est resté infiniment doux et cocon…il est un peu court, et je ne le porte plus qu’à l’intérieur mais c’est lié à ma perception de mon corps, le tee-shirt en lui même n’a pas bougé. J’ai une autre tunique dans une matière proche mais un peu plus légère qui est restée parfaite aussi: merveilleux compromis entre confort et féminité. J’ai récemment ressorti un pull trés féminin en lin aussi, qui n’a pas bougé…Ma seule pièce qui a un peu « bougé » c’est une tunique trés longue en coton léger dont la couleur a passé par endroit…c’est aussi celle que j’ai le pus portée…et peut-être du à ma peau.
    Tous ces hauts ont une dizaine d’année…et pourraient encore durer une autre dizaine je pense! (exception faite de cette trés longue tunique que j’aurais peut-être envie de teindre un jour?)…
    Si je ne peux plus m’offrir de vêtements de cette marque aujourd’hui, je n’en reste pas moins extrêmement satisfaite. J’ai depuis hier été faire un tour sur le site de Mister K…trés touchant. merci pour toutes ces belles découvertes. trés douce fin de semaine

    vendredi 17, novembre 2017 à 10h22
    1. Mély

      @ Marionette : Bonjour ♡
      Merci pour ton commentaire ✨
      C’est toujours rassurant de voir des témoignages de personnes ayant acheté et utilisé des marques de vêtements pour voir l’usure dans le temps : parfois, le prix et/ou une éthique irréprochable ne sont pas garants de qualité et de durabilité !
      Ekyog marque un petit point en plus de mon côté, je continuerai à surveiller leur newsletter (je m’y suis abonnée !) 💚

      mercredi 22, novembre 2017 à 8h36
  5. Louise

    Merci pour ces bonnes références et cet article tout doux.
    Les pulls Bompard me tentent bien, d’autant qu’il y a du choix au niveau des cols en V. Ce sont ceux que je préfèrent car j’aime avoir la peau dégager à ce niveau là et c’est de plus en plus difficile à trouver je trouve.
    J’essaye d’éviter les matières synthétiques aussi, notamment au niveau des hauts (synthétique et transpiration ne font pas bon ménage).

    dimanche 19, novembre 2017 à 12h55
  6. Zoé

    Coucou Mély !
    Pour ma part, j’adore Bompard. Je les achète de seconde main, mon budget étudiant ne me permettant pas trop d’acheter neuf et à chaque fois… ils sont comme neufs. J’ai toujours été sidérée par la qualité. Pas de peluche, aucune déformation, aucun signe d’usure du temps. Personnellement, je ne les lave pas souvent… je dois le faire une fois par an, à la main. Je les aère dehors une journée quand j’en ressens le besoin. Aucune odeur. C’est un bonheur quotidien. Bref, je suis heureuse de le voir dans ton article modes responsables. Depuis mon retour, je me pose beaucoup de question sur la mode et ses enjeux. J’ai fait un énorme tri, mais tous les jours je me trouve à encore me dire « tu pourrais donner ça aussi ». Je crois que je suis à un tournant de ma vie, où le minimalisme (du moins ma conception) va entrer en scène haha !
    Autrement, Ekyog est une superbe marque, j’ai deux pièces en soie d’eux et elles n’ont pas bougées depuis cinq ans. Ma maman possède pas mal de pièces et elle en est ravie ! Surtout que leur éthique envers les animaux, notamment l’alpaga et la mohair, est tout à fait louable. Je trouve que leur prix n’est pas si élevé quand on connait leurs idées et quand on s’y reconnait.
    Je suis tombée amoureuse de L’ENVERS, mais j’attendrais les soldes pour fourrer mon nez un peu plus loin, hahaha !
    Merci beaucoup pour cet article, très touchant.
    Des bisous et très belle journée à toi !
    Zoé.

    vendredi 1, décembre 2017 à 12h00
    1. Mély

      @ Zoé : Bonjour ♡

      Quel bonheur de lire ton commentaire si long, si enjoué !
      Les Bompards d’occasion : où les trouves-tu ? J’ai déjà tenté d’en chercher sur LeBonCoin et eBay, mais tous ceux que j’ai trouvé n’était pas à la bonne taille ou était en soie mélangé, ou la coupe ne me plaisait guère (ou la couleur)… 🙈

      Visiblement, je pense que l’on vit une période similaire : depuis février (après la lecture de La Magie du rangement de Marie Kondo), j’ai eu une grosse prise de conscience, et ai commencé un réel travail de fond au sujet de mes affaires (vêtements et autres objets m’appartenant). J’ai énormément trié, donné, jeté au fil des mois depuis mars (et beaucoup pendant mon déménagement en octobre et novembre !).
      J’ai l’impression de muer, et de me reconnecter plus à moi-même à travers cette étape.

      Tes mots et ton retour sur Ekyog est vraiment très encourageant : tu es la 3e lectrice à me faire des retours très positifs sur le long terme de leurs vêtements… !
      Lorsque je découvre une nouvelle marque, j’ai toujours peur de la qualité et la durabilité de leurs pièces (c’est pour cela qu’en général, lorsque je « trouve » une marque qui me convienne en tous critères, je leur suis très fidèle !).
      Je guetterai les soldes (avec raison !) 😋

      Pour L’Envers : je suis quasiment sûre qu’elle n’effectue pas de soldes (c’est le cas de beaucoup de petites entreprises françaises comme Les jupes de Prune, French Appeal, etc.).

      Belle soirée / journée Zoé 💙🍂

      lundi 4, décembre 2017 à 19h32
  7. Zoé

    Mély !

    Alors, j’achète les miens via Vinted, c’est carrément la bonne planque ce site. On y trouve des merveilles à prix doux. Je n’ai jamais eu aucun problème sur ce site (où alors j’ai été entièrement remboursée, et la vendeuse très adorable). Après, il faut chercher et/ou attendre un peu, tu peux aussi négocier le prix. Bref, c’est vraiment la plateforme où je vends et j’achète, quand j’en ai besoin. Ca me permet aussi d’avoir un portemonnaie chez eux et donc ne pas dépenser sur mon propre compte bancaire. Une différence folle !

    Tu as probablement raison pour l’Envers, maintenant que tu l’écris : ça parait presque trop logique. Je verrais bien alors, je le garde (chaleureusement) dans un coin de ma tête. Je n’ai pas besoin de pull actuellement, hop minimalisme en action ! Comme tu l’as si bien écrit, ça me permet de me recentrer sur moi même. Aussi, j’aime l’idée de ne posséder que des habits que j’adore et que je sais me mettre en valeur, où du moins me sentir belle dedans. J’avais tellement de choses que j’aimais bien, mais pour « de temps à autre ».

    Je te fais des bisous,
    très belle soirée / journée à toi également.

    lundi 4, décembre 2017 à 23h18

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?