Ma playlist musicale du moment 2 ♫

Il y a quelques jours, à la recherche de nouvelles musiques à écouter, je vous ai demandé vos conseils sur Instagram : j’ai reçu beaucoup de réponses (merci de tout cœur), et après avoir listé et écouté toutes vos suggestions, j’ai créé une nouvelle Playlist avec mes morceaux préférés, playlist que j’écoute en boucle depuis.

Après le premier opus, vous l’aurez probablement compris : je suis très sensible à la musique, et chaque chapitre de ma vie est rattaché à des morceaux précis. J’avais besoin de nouveautés pour ancrer ce nouveau chapitre de vie que j’apprends peu à peu à apprécier et construire.

M’étant récemment mise à utiliser la plateforme Spotify, j’y ai conçu cette Playlist afin de la partager avec ceux qui l’utilise aussi.
Elle est disponible ici : 
Playlist Pastel #2
Si vous n’utilisez pas Spotify : j’ai inséré dans le titre de chacun des morceaux un lien vers YouTube afin que vous puissiez l’écouter ♥

 

✭ Merci à toutes celles qui m’ont suggéré leurs favoris du moment sur Instagram et qui m’ont inspiré pour cet article ✭
@delabouchealoreille – @cochleaasvincere @mariebap2009 – @laurabea.c – @6feet2sourires – @helolamessine – @coconvert – @corinnecadouin – @fannyindiana – @la.naturosphere – @marycastella – @gwendolyndebeaulieu – @wonderpigiste – @joanie_sweet_emotion – @deedeen.bird – @veritablegarden – @n.ourse

 


 

Ma playlist musicale♫ 2

The Paper Kites : Woodland (album)

Que ce soit la jaquette, le titre, ou la musique, tout nous transporte dans une ambiance automnale, au cœur de la forêt.
J’ai beaucoup aimé l’album dans son intégralité (ce qui est rare chez moi, il y a toujours un ou deux morceaux pour lesquels je n’accroche pas). Son rythme à la fois lent, entrainant, joyeux et mélancolique est – à mon sens – parfait pour l’automne, et nos soirées cosy à venir.

 

RY X : Shortline (morceau)

Ce morceau m’évoque une journée d’hiver, où le ciel est gris, lourd, écrasant… puis finit par éclater pour nous offrir la magie des flocons de neige étincelant, dansant dans leur chute céleste.
Sublime, mélancolique, puissant et magique.

 

Marina Kaye : Explicit (album) ○

Ni chanteuse ni artiste, Marine Kaye est infiniment plus que cela.
J’ignore quel mot, quelle expression seraient le plus justes pour décrire ce qu’elle est, ce qu’elle crée. Je n’en ai trouvé aucun qui puisse le refléter avec justesse.
Si sa voix, sa musique m’ont plu, plonger dans son univers, et avoir découvert son parcours, ce qui transparait dans ses prises de paroles m’a touchée, bouleversée.
Marina est française, et ne chante pourtant sans aucun accent, avec une voix extraordinaire qu’elle n’a ni travaillée avec des cours de chants ou de solfège. Incroyable (ou destinée…), tout semble s’être articulé pour l’amener là où elle est : une voix innée sublime, un besoin de créer, d’écrire, une amie l’ayant inscrite à un concours (ici sa première prestation à l’antenne alors qu’elle avait 13 ans…), le choix de s’effacer du monde de la scène pendant plusieurs années pour mûrir et se délester de son titre de gagnante, et revenir sous un pseudonyme afin qu’elle se fasse son nom.
Aujourd’hui, à seulement 19 ans, elle vient de sortir il y a peu son deuxième album.
Si vous avez envie de pousser la porte de son univers, je vous conseille de regarder / écouter dans cet ordre : cette interview télévisée (elle a alors 17 ans) où transparaisse une maturité et une sagesse étonnantes pour son âge, puis d’enchainer avec ce clip (mettez-le en plein écran).

 

Indochine : La nuit des fées (morceau) ○

J’ai beaucoup écouté Indochine plus jeune, et sans être une fan de ce groupe, j’accroche à la majorité de leurs morceaux. Et… pourtant, je ne connaissais pas ce morceau dont le nom, pourtant, aurait dû m’attirer il y a longtemps.
Passages lents et rythmés s’enchainent sur d’autres, plus précipités, formant un morceau hypnotique, enivrant, et dynamique.

 

○ Angus & Julia Stone : Snow + Chateau (morceaux) ○

Je me souviens de l’effet d’un de leur titre, de l’un de leurs clips, sur moi, en 2011. Ce morceau avait réussi à faire remonter de mon inconscient des émotions enterrées, sans doute refoulées que je croyais oubliées.
Mon souvenir est si vif et vivant, que je me souviens de l’époque de l’année (c’était aussi l’automne), et même où je me trouvais (dans ma chambre, allongée sur mon lit, les yeux rivés sur mon écran, retenant mon souffle).
Angus & Julia Stone ont ce pouvoir sur moi : de plonger en moi, d’élever des émotions pour les pacifier, les transmuter en tendresse, en sourire.

 

Passenger : Anywhere (morceau) ○

J’ai découvert cet artiste à l’occasion de mes 30 ans : j’avais organisé une fête, et demandé à chacun de mes amis de contribuer selon ce qu’ils avaient envie de faire. Mon amie Carole a créé une playlist sur mesure (une attention qui m’a beaucoup touchée), avec notamment deux morceaux de Passenger.
C’est la suggestion de l’une d’entre vous qui m’a rappelé l’existence de cet artiste, et notamment cet album sorti en 2016. Le morceau Anywhere m’évoque une ballade en fin de journée au bord de la plage, entre amis, où les délires et des fou-rires ponctueraient ce moment de vacances, suspendu.

 

Raphaël : Anticyclone (album) ○

Le talent de Raphaël ne laisse jamais indifférent : on aime, ou l’on déteste.
Me concernant, j’ai longtemps adoré la majorité de ses créations (le seul album pour lequel j’ai moins accroché est La Réalité).
Avec la sortie du nouvel album de Raphaël (22 septembre), j’ai eu un tel coup de cœur, que j’ai passé une vitesse supérieure : je me suis intéressée à l’artiste lui-même afin de découvrir son parcours, sa personnalité (ce qu’il accepte de livrer), etc. Pour ce faire, j’ai notamment regardé plusieurs heures (!) d’interviews. Sa personnalité – il l’avoue lui-même – tourmentée, parfois perdue, immature m’a intriguée, mais ce qui m’a le plus touchée est le fait qu’il le reconnaisse, ne s’en cache pas, et n’en ai nullement honte. Rares sont les créateurs (chanteurs, écrivains, acteurs, peintres…) ayant une âme tourmentée et qui ne lutte pas contre elle. D’une manière générale, notre société actuelle exigeant de nous une perfection constante, nous ressentons souvent de la culpabilité, de la peur ou même de la honte face à des émotions «tourmentées». Vous l’aurez peut-être deviné à travers mes partages, je pense ne pas faire partie de ces gens-là (mais je comprends ce fonctionnement, c’est si difficile de s’en détacher – #empathie #compassion). Je trouve simplement beaux les gens qui arrivent à accepter leurs zones d’ombre ♥
Mes morceaux préférés de ce nouvel album : Les gens, Je fume, Je ne pense plus voyager (que j’ai écouté 78 fois selon le compteur d’iTunes…).

 

✤ ✤ ✤

Connaissiez-vous certains de ces titres ?
Lesquels avez-vous aimés ?

 

D’autres chouettes articles à (re)découvrir :

Mes Podcasts favoris
Mes lectures

 

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest6

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

1 commentaire

  1. Coconvert

    Oh super tu es sur Spotify <3 J'écoute grâce en toi depuis en boucle je ne pense plus voyager , mon fils et moi l'adorons <3 Tu peux me suivre je crée mes playlist par saison depuis quelques années déja marinelaugier06 :) Merci

    jeudi 2, novembre 2017 à 13h15

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?