La Passe-Miroir de Christelle Dabos ✩ Plus qu’un coup de ♥…

La Passe-Miroir.
Tellement de choses à dire, tellement d’émotions mêlées, que je ne sais pas où commencer.

 

 

Pour moi.
Pour moi, La Passe-Miroir n’est ni une saga, ni une suite de livres, ni un monde extraordinairement bien construit, ou des personnages fascinants & attachants, ou encore une intrigue incroyable bien écrite & construire.
Non.
C’est tout cela… et infiniment plus.

 


 

La Passe-Miroir, ça a été des nuits qui s’étendent jusque tard. Me faisant repousser encore & encore l’heure du dodo, chose qui, chez moi, relève du miracle tant je suis réglée comme une horloge en ce qui concerne mon rythme de sommeil / éveil.
La Passe-Miroir, ça a été parcourir des rues de Paris marchant pour me rendre à des rendez-vous, ma liseuse à la main (je vis dangereusement). Afin de rester dans ce monde, pour éviter de le quitter ne serait-ce que quelques minutes.
La Passe-Miroir, ça a été des respirations contenues, des battements de cœur qui s’accélèrent. Puis qui s’arrêtent. Le cœur qui saigne, qui explose de joie, des sillons humides sur mes joues, parfois de tristesse, d’autres fois de joie.
La Passe-Miroir, ç’a été un voyage. Dans un autre monde, un monde imaginaire. À l’intérieur de moi, aussi. J’y ai trouvé des recoins de mon âme insoupçonnés. Les révéler m’a permis de me rappeler des rêves, m’a permis de me souvenir à quel point il est important de conserver ses joyaux qui font battre mon cœur, de rappeler à moi des choses disparues.

 

 

J’ai découvert la plume de Christelle Dabos, Les fiancés de l’hiver, 1e tome de la Passe-Miroir, en octobre 2015. Trois semaines après, le 2e tome sortait : j’ai donc eu peu de temps à attendre entre ces deux premiers tomes.
Le jour de la sortie du 2e tome, à minuit 01, il était sur ma liseuse, téléchargé.
Une poignée de mois plus tard, lorsque j’ai appris que Christelle Dabos venait à Paris pour une séance de dédicaces (je suis abonnée à son blog & à sa newsletter), j’ai racheté les deux premiers tomes dans leur version papier, et j’ai été la rencontrer pour me les faire dédicacer (oui, c’est à ce point là).
Je guettais la sortie du 3e tome depuis plusieurs mois : dès le mois de janvier, toutes les semaines, j’allais consulter Amazon pour voir si une date était annoncée pour les précommandes.
Je l’ai précommandé avant même que sa sortie officielle ait été révélée (étant auteure moi-même, je sais qu’Amazon affiche souvent avant l’annonce officielle les futures sorties).
Quatre tomes au total sont prévus. Aucune date n’a été donnée pour la sortie du 4e tome, mais il faudra être patient, car Christelle commencera à l’écrire début 2018 : sur son blog, elle nous a expliqué les raisons qui l’amène à devoir se reposer, et on la comprend amplement. Des jolies âmes créatrices comme elle doivent se préserver, et prendre tout le temps nécessaire pour se ressourcer ♡

J’ignore tout de la suite. Du 4ème tome, de la suite, de sa fin.
En revanche, je sais une chose.
Ce début, cette moitié de saga m’a tenue en haleine comme rarement un livre l’a fait.
J’aime tout. Tout, tout. TOUT ♥
L’univers, les personnages, leurs caractères, les symboles & métaphores de notre société, les non-dits tellement évidents, beaux, gros, poignants (je pense qu’il faut être introverti(e) pour comprendre certaines subtilités), les rebondissements, la magie, la plume de l’auteure.

Tous les goûts sont dans la nature : cette saga ne plaira peut être pas autant à vous tous qu’elle l’a fait pour moi (et c’est parfait ainsi).
Ceci dit, je tenais à vous dire «merci».
Suite à mes petits mots sur Instagram au sujet des trois tomes de la Passe-Miroir, vous avez été nombreuses à m’avoir glissé en commentaires ainsi que par des mots envoyés par mail (mon formulaire de contact) pour me dire combien vous aimez ces lectures faites après la découverte de mes posts.
J’ai été agréablement étonnée de voir que mes partages sur Instagram ont incité autant d’entre vous à la découvrir. Tant mieux. Christelle Dabos (et Ophélie) mérite(nt) d’être lues, découvertes & suivies.

 

 

 

 

La Passe-Miroir en quelques mots

 

Le monde, les habitants, un univers incroyable

Avec des «arches» en guise de mondes. Chaque arche a sa culture, son climat, ses traditions.
Sur chaque «arche», un esprit de famille duquel découlent tous les habitants de ladite arche.
Des pouvoirs magiques sont offerts à un grand nombre d’habitants.
Des pouvoirs magiques psychiques, physiques, intellectuels, ou un joli méli-mélo de plusieurs natures : «lire» la vie de l’objet avec ses mains, griffer & mutiler à distance par le simple pouvoir de l’esprit, une mémoire millénaire, illusionner le monde, deviner le futur, etc.

Cette richesse extraordinaire peut paraitre complexe, mais Christelle Dabos nous y invite avec un rythme parfait, un enchainement qui nous laisse le temps de regarder, observer, savourer, de rêver chaque détail.

 

 

Les 3 volets

1e tome • Les fiancés de l’hiver

Tout commence avec Ophélie, jeune fille introvertie (mais pas timide), un peu gauche, qui habite sur l’Arche Anima.
Afin de créer une alliance diplomatique, on la fiance à Thorn – un homme qui semble être un croisement entre un iceberg & un bunker que l’on aurait mis sous haute-tension, et qui nous vient de l’Arche la plus au nord, le Pôle.
Ophélie n’a pas le choix, elle doit partir : quitter sa famille, son arche (son monde), son travail qu’elle aime tant (conservatrice de musée).
Elle apprend à vivre sur son Arche qui est désormais la sienne : le Pôle. Tout y apparait d’abord comme froid & austère… puis, en quelques tours de magie, tout est recouvert par une couche d’or, de pierres précieuses, de belles façades, de fanfreluches, de sourires forcés. Les hommes & les femmes de cette Arche sont calculateurs, hypocrites, et nous apparaissent comme méchants.
Petit à petit, au fil du roman, on comprend que derrière tous ces faux-semblants, il y a des histoires, des écorchés vifs, des drames, des deuils, des déceptions, des cœurs brisés, des âmes perdues.
Mais, on comprend aussi qu’à travers tout ceci, il y a de l’Amour, des sensibilités, une recherche de la vérité, de la justice.
Fascinante métaphore du vrai monde, où les apparences sont quotidiennes, où les masques sont (trop) nombreux, et où, au-delà de tous ces faux-semblants, on a tous une âme d’enfant (parfois écorchée), un cœur (un peu blessé).

Ophélie surprend : tout le monde la pensait gauche & empotée, et l’on se rend compte qu’elle avait été simplement mal jugée, mal comprise.
Courageuse, authentique & affirmée, elle fait fondre les cœurs les plus durs… Thorn compris… ?

 

 

2e tome • Les disparus du Clairedelune

À bout de souffle. Voilà comment j’ai fini ce volet.
À bout de souffle, le sourire aux lèvres, émerveillée, médusée devant la naissance de la pluralité & l’intensité d’émotions qu’a su faire naitre Christelle Dabos en 500 pages.

Une enquête policière s’invite dans ce volet. Des disparus que l’on doit retrouver.
Un complot que l’on doit démêler. Qui utilise qui comme pantin ? Qui se fait prendre à son propre piège…?
Des sentiments à affronter, à reconnaitre, à accepter, à gérer.
Des âmes grandes, fortes & belles qui jusqu’alors protégeaient tout le monde… à protéger à son tour.
Des masques qui s’envolent, des identités que l’on redécouvre, qui étonnent. On finit par toutes les aimer, tellement les sont attachantes, intrigantes. Celles qui révoltent nous fascinent, car l’on sent bien qu’à travers des masques de méchancetés, de calculs, d’oublis & d’absences, il n’y a que des âmes d’hommes & de femmes qui ont traversé des choses difficiles, qui ont laissé trop de marques pour rester de marbre.

 

3e tome La mémoire de Babel

Je ne mentirai pas.
Des 3 tomes, c’est celui que j’ai le moins aimé.
Mais bon, relativisons : je lui ai mis 17/20 sur LivrAddict.
(J’ai mis 19 pour le tome 2, et 18 pour le tome 1 – notons au passage que la note la plus élevée que j’ai mise sur les 130 autres livres qui composent mon profil sur LivrAddict, est 15. Donc, relativisons, relativisons !)

J’ai mis beaucoup de temps à me mettre dedans (comparé aux deux premiers) : j’ai commencé à accrocher à 60% du tome (je l’ai lu sur ma liseuse – j’ai aussi acheté la version papier, car je suis addict au point de souhaiter essayer avoir les quatre tomes dédicacés ♥).

Je n’arrivais pas à avancer, je grippais sur les mots. C’était long, c’était difficile, voir presque pénible.

Vers la moitié du livre, j’ai compris pourquoi j’avais tant de difficulté à accrocher : les débuts m’ont beaucoup trop rappelé le monde de 1984 de Georges Orwell, un monde en apparence tout joli, parfait, immaculé, tiré à quatre épingles… mais qui est en réalité un concentré de mensonges, de manipulations pour déguiser une vérité que l’on ne veut pas voir. 1984, roman que j’ai détesté.

En parallèle de cela, tous mes repères ont volé en éclats : mis à part Ophélie, tout est nouveau. Les personnages, le monde (nouvelle Arche), on ne suit (quasiment) plus les anciens personnages (auquel je m’étais attachée). Il y a trop de «pouvoirs de famille» (les fameux pouvoirs magiques) que j’ai trouvé trop mal / peu expliqués.

Vers 65%, tout s’est débloqué.

Une étape clé a fait basculer l’intrigue.
Puis, quelques dizaines pages plus tard, nouveau revirement, qui a accentué les nouvelles (belles) couleurs que prenait ce tome.
Et, ensuite, un enchainement de revirements. Un véritable effet domino qui m’a tenue en haleine comme aucun autre des deux précédents tomes.

Je ne pouvais plus m’arrêter, j’ai veillé tard, j’ai retenu mon souffle, j’ai même dû arrêter de lire à un moment pour assimiler un passage où tout a basculé.

L’intrigue


Superbe. Étonnante, renversante.

À partir de 65%, on nous tient en haleine jusqu’à la fin, avec des rebondissements qui s’enchainent sans que nous perdre.

L’intrigue est tout simplement à tomber à la renverse.
Mon cœur a enchainé les montagnes russes d’émotions agréables à ressentir, c’était merveilleux, fantastique, magique. Jamais, jamais aucun livre ne m’a fait vivre une telle chose (*) ✩

(* J’y inclus le Petit Prince, Harry Potter, Tobbie Lolness et tous les autres livres que j’ai lu dans ma vie)

Les personnages


Mis à part Ophélie que l’on retrouve, tous les anciens s’éclipsent, des nouveaux (peu attachants) apparaissent : on doit s’y habituer, mais… on a du mal.
Ils sont effleurés en surface, on ne perçoit rien d’eux qu’une coquille vide.

Il y a bien 2-3 nouveaux personnages que j’ai aimé à découvrir (Victoire & Octavio), les trouvant fascinants dans leur originalité, leur sensibilité, et leur authenticité, mais globalement, ce n’est pas le tome que j’ai préféré pour ses personnages.

Des révélations au sujet d’Ophélie, de Thorn et des Esprits de famille ont grandement contribué à rehausser en couleurs cette partie du livre (Oh my God !).

La plume (l’écriture)


Si l’écriture est toujours superbe, j’ai cependant trouvé que cet opus est vraiment divisé en deux parties : la première (60% – avant ce revirement évoqué précédemment) est plus lent & brouillon comparé aux deux premiers tomes, tandis que le reste de l’ouvrage surpasse largement les deux premiers tomes (toujours selon moi).

La fin du tome, merveilleusement bien écrite rivalise en beauté, en rythme et en merveilles, et m’a laissée dans un état émotionnel proche du deuil : j’ai eu l’impression d’être forcée de quitter un monde qui était le mien, que l’on coupait des fils émotionnels, que des personnages à qui je m’étais attachée (et que j’aimaise) s’étaient coupés de moi.
Le retour à la réalité fut vécu comme une grande claque brutale : j’ai mis plusieurs journées à accepter & vivre ce deuil, et à réussir à toucher à nouveau un livre.

 


 

La suite ?

Sur son blog, Christelle nous a dit à plusieurs reprises avoir besoin de temps.
Introvertie de nature, toute la préparation en amont de la sortie de ce 3e volet, et la promotion (qui va perdurer pendant quelques mois) lui coûte une énergie folle.
Plus que la comprendre, j’aimerai lui dire (oserai-je rêver qu’elle pose les yeux sur cet article ?) que ce qui compte, ce n’est pas la suite, ce n’est pas le quatrième tome, ni même les séances de dédicaces, de tournées, ou de lire ou de répondre à tous les messages qu’elle reçoit, d’animer sa page Facebook (*).
(* Christelle a – pendant longtemps – tenu à lire et à répondre à chacune des questions qu’on lui posait sur son blog ou sa page Facebook… après la sortie du 2e tome, trop submergée, plutôt qu’écrire individuellement, elle regroupait les questions les plus courantes, et nous parlait grâce à ses FAQs régulières sur son blog)
Ce qui compte réellement, c’est elle, son bonheur, sa santé.
Tout le reste est optionnel, et un «bonus».
Que Christelle mette 2 ans, 5 ans, 10 ans, 20 ans à écrire ce 4e et dernier tome (ou qu’elle ne l’écrive jamais pour des raisons de santé ou autre) n’a pas d’importance. Des âmes si magiques & précieuses qu’elles doivent avant tout se préserver, ne pas s’oublier. Ce n’est qu’ainsi que la magie de la naissance du 4e tome pourra refleurir en elle, pour elle, avant tout… et potentiellement voir le jour dans ce monde.

Pour Christelle, je souhaite le meilleur. Pour elle, pour son bien-être, son bonheur.
Pour vous, je vous souhaite d’ouvrir le 1e tome de cette saga. Vous ferez un voyage inoubliable.
Pour tous, je vous souhaite plein de douceur, de sourires, de bonheur.
Prenez soin de vous, vous êtes tous si précieux ♥

✤ ✤ ✤

Quelques interviews de Christelle Dabos :
7 juillet 2017 – Libération : « Par ici les sortilèges »
31 mai 2017 – blog Les petits mots de Saefiel

 

Avez-vous La Passe-Miroir ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

D’autres chouettes articles à (re)découvrir :

Les livres qui ont (réellement) changé ma vie ♡

Ma collection des livres de féerie
Livre / La voleuse de livre de Markus Zusak

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Share on Facebook16Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest46

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

9 commentaires

  1. Maite DM

    Tout est dit <3 tu exprimes à merveille le déchirement connu à la fin du tome 3. J'ai mis plusieurs jours à m'en remettre, tellement il m'a touché. Je n'avais pas fait le lien avec le fait d'être introverti mais tu as raison! Bises

    mercredi 21, juin 2017 à 12h44
  2. mathilde

    Je suis justement en train de le lire, il me reste une bonne centaine de pages mais je suis partagée entre l’envie de continuer qui est forcément très grande et celle d’en garder un peu car la suite ne va pas venir tout de suite …
    le dilemme ! ;)
    Je n’avais pas lu de livres me donnant autant de suivre les nouveaux tomes depuis HP.
    Et elle est française !

    mercredi 21, juin 2017 à 18h54
  3. Ohfeelit

    Superbe article 💫
    J’ai lu le T1 et j’ai beaucoup aimé. C’est un univers très particulier qui m’a fait beaucoup réfléchir ✨
    C’est grâce à toi que je l’ai lu ! Merci pour cette belle découverte 🤗🌸
    Belle journee !

    jeudi 22, juin 2017 à 15h36
  4. Melodie

    Oh qu’est ce que j’ai hâte de lire le second tome! Merci encore pour cette jolie découverte!

    jeudi 6, juillet 2017 à 8h43
  5. heleneM

    Coucou Mely !

    Je poste un petit commentaire sous cet article qui commence à dater… pour te dire un grand merci. En effet j’avais depuis longtemps vu ces livres dans les librairies mais n’y avais pas prêté plus d’attention que cela car je ne suis pas du tout attirée par ce genre de littérature habituellement (je n’ai jamais lu aucun des Harry Potter). Puis, j’ai notamment vu ton post instagram et cela m’a décidé à franchir le pas. Après quelques pages où j’ai eu un peu de mal à y entrer, j’ai été happée par cette histoire et suis surtout tombée amoureuse de ces personnages si attachant. Ce sont probablement les livres qui m’ont procuré le plus de plaisir depuis…10 ans…. voire plus. Tu en parles très très bien dans ton post. Comme toi, j’ai eu mal quand j’ai lu les dernières lignes du tome 3 et voulais tout de suite les relire tous les 3 intégralement. Puis je me suis raisonnée et ai voulu garder ce plaisir pour un peu plus tard. Il m’a été difficile d’ouvrir un autre livre aussi et j’ai délibérément cliqué sur un livre radicalement différent sur ma liseuse (mais ça m’a fait mal !) Comme toi, j’avais les livres sur ma liseuse, mais ai déjà acheté le tome 1 (grand format !) et compte acheter les 2 (3!) autres et pourquoi pas ? aller à une des dédicaces.
    Voilà… encore merci !
    Hélène (une des collègues de R. ;-))

    mardi 12, septembre 2017 à 12h53
    1. Mély

      @ Hélène : Merci Hélène pour cet adorable message ♡ (en plus de la « boule-hérisson-pastel » et du marque-page fabriqué & offert 😊)
      Je suis vraiment très contente à chaque retour de lectrice (du Chaudron Pastel) me disant avoir découvert la Passe-Miroir « grâce à moi » (mes articles / partages Instagram)… car Christelle Dabos mérite tellement d’être lue, reconnue ♥
      C’est une pépite littéraire qui va avoir un effet retentissant dans les mois et années à venir 🌟
      En juin (ou juillet) dernier, elle nous a annoncé (sur son blog) que ses romans seront traduits en anglais… 🌍💫
      Je m’apprête à aller la voir samedi prochain en dédicaces à Amiens (j’aurai ainsi les 3 premiers tomes dédicacés, et espère très fort avec les 4 dédicacés d’ici quelques mois / années !).
      Merci encore pour ton mot 💚

      mercredi 13, septembre 2017 à 8h15
  6. heleneM

    Ah je ne savais pas pour la traduction, c’est une super nouvelle, j’aimerais vraiment que le monde entier puisse découvrir cette histoire, avec pourquoi pas une adaptation film / dessin animé / bande dessinée.
    A ce sujet, je t’invite à aller voir les dessins de la passe muraille de Paticia Lyfoung, je les trouve exceptionnels, ils retranscrivent très bien l’image que je me faisais des personnages : https://patricialyfoung.tumblr.com/
    Quelle chance tu as d’aller voir Christelle Dabos ce WE, j’espère quant à moi arriver à aller la voir lors de son prochain passage à Paris mais j’ai peur qu’il y ai trop de monde…(en décembre si j’ai tout suivi)
    J’espère avoir un jour l’occasion de te rencontrer et en attendant, je vais jeter un coup d’oeil à tes autres conseils lectures (le livre sur les éléphants me tente bien, j’adore ces animaux)
    Bonne journée !

    mercredi 13, septembre 2017 à 14h18
  7. Jenni la Liseuse

    Merci pour ce bel article.
    Je viens de finir les 3 tomes de la saga, et je suis totalement retournée, je n’arrive pas à accepter le fait qu’il faille attendre la suite, j’ai dévorée ces 3 livres à une vitesse folle, et je ressens également le deuil que tu as pu ressentir.
    aurais-tu des recommandations de livres un peu similaires ?
    Mille merci.
    Prends soin de toi.
    Tu es merveilleuse <3

    vendredi 15, septembre 2017 à 9h59
    1. Mély

      @ Jenni : Bonjour,
      Oh, merci pour ton adorable mot (la fin était toute douce à lire) ♡
      As-tu découvert la Passe-Miroir grâce à mon article ?

      Christelle Dabos, grâce aux échanges qu’elle maintient avec ses lecteurs sur son blog, nous a dit avoir commencé à travailler sur le tome 4. On peut peut-être espérer (avec de la chance ?) qu’elle le finisse courant 2018 (début, milieu ou fin selon son rythme), et qu’il sera publié dans les 4-6 mois après qu’elle en remette le manuscrit à son éditeur (relectures, corrections, etc.)… et donc l’espérer pour fin 2018 / début 2019… il faudra effectivement patienter un peu, mais la découverte du 4e tome n’en sera que plus extraordinaire (et je compte bien relire les 3 premiers tomes avant la sortie du 4e !).

      Lorsque j’ai terminé de lire le 3e tome (comme tu l’as peut-être vu), j’étais vraiment dans un état proche du deuil.
      J’ai rarement (jamais ?) ressenti cela à un degré aussi fort avec un livre. Je me souviens très bien de ce jour-là : il faisait incroyablement beau, et j’ai tourné l’après-midi les plans de cette vidéo (clic) que l’on voit dans un petit jardin de Paris. J’avais tellement envie de me glisser dans mes tomes de la Passe-Miroir à ce moment là…
      Après avoir terminé le 3e tome, j’ai rapidement compris que je devais laisser du temps avant de retoucher un livre. Ma première impulsion fut de retrouver un nouveau livre, tout de suite. Cette 1e impulsion passée (elle n’a duré que quelques heures), j’ai compris que je devais vivre pleinement ce sentiment nostalgique étrange, et me laisser le vivre… et qu’ensuite, la lecture qui serait la plus juste pour moi serait de trouver un livre d’un autre genre : goûter à d’autres choses.
      (Ceci n’est que mon propre vécu, nous avons tous une manière de vivre la fin d’un livre que l’on a aimé ♥)

      J’ignore si tu l’as vu / lu, je te glisse l’article que j’ai écrit sur mes dernières lectures favorites : ici – clic.
      Tu trouveras peut-être chaussure à ton pied ?

      samedi 16, septembre 2017 à 8h08

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?