Il était une fois… des Voyages Pastel ♥

♫ ♪ Mots écrits & inspirés au son des notes mélodieuses de The Runaways de De La Romance ♪ ♫

Aujourd’hui.
Le Chaudron Pastel inaugure une nouvelle rubrique.
Les «Voyages Pastel» ouvriront une porte.
Une porte sur le monde.
Une porte pour tous, pour vous, pour moi.

Une porte par laquelle véhiculeront des partages.
De vous à moi.

Accrocher sur la toile des patchworks d’humanité,
Décorer l’imagination de tous de jolies histoires.
Partager, envoyer des rêves, des bouts de la Terre.
De ma plume à vos écrans.

En chaque article de cette nouvelle rubrique, plein de choses.
Du rêve, des images, des histoires, des adresses à découvrir, des coups de cœur, partager ces choses merveilleuses à faire absolument, dans une ville de notre doux pays, dans le pays voisin, ou à l’autre bout du monde.

Les Voyages Pastel seront des notes.
Écrits pour noter précieusement pour mieux se souvenir, ces différences entre les Hommes.
Ces merveilleuses différences.
Récoltées au gré de voyages.

couverture-inauguration-voyages pastel

Avant de vous en dire plus…
Une histoire.
Une histoire jolie, douce, profonde, et intime…

✤ ✤ ✤

Il était une fois…
Un autre Temps,
Des bouts de la Planète lointains,
À la croisée du Temps & de ces morceaux de Terres, se niche en leur sein, l’enfance d’une Fée.

Née sur le sol français, ses premières & minuscules étincelles de Vie se firent dans un pays bien loin de la France…
Au creux d’un désert, dans le berceau de l’Humanité, dans le pays des Mille & une nuits, là où Le Petit Prince a atterri.
Ses premiers pas, elle les fit dans ce désert.
Ses premières aubes dorées, elle les vit là-bas.

À 4 ans, elle foula un autre continent.
Imbibé de la sagesse Ayurvédique,
Mille couleurs vinrent nourrir son regard d’enfant.
Terre d’une richesse culturelle inouïe, vestiges de temples, de lieux surnaturels,
Se mêle une des plus grandes de pauvretés matérielles… contrebalancée par une des plus grandes richesses émotionnelles & spirituelles de la Terre.
Ils la nourrirent, semèrent en son cœur une bribe de magie… d’une autre culture, un autre temps, une autre dimension humaine.

À 7 ans, elle repartit dans le berceau de l’Humanité, qui fut aussi le sien.
Des aventures extraordinaires ponctuèrent un quotidien simple & riche à la fois.
Simple, car aucune fioriture matérielle ou émotionnelle ne vint lui embrumer le cœur.
Riche, car elle fut nourrie par la lumière & la chaleur du soleil, écho parfait de la culture, des échanges humains qui se tissaient dans cette communauté d’expatriés du monde entier.
Des liens de famille, d’amis pour la Vie, venus des 4 coins du globe, enrichis par mille différences, et liés par dix mille similitudes.
La nuit, chaque nuit, toutes les nuits, elle regardait les étoiles, rêvant, créant & imaginant mille mondes intérieurs.
Cette vaste voûte céleste nourrit ses rêves d’enfant.
Qui étaient si simples, si purs… et si fantastiques à la fois.
Une pointe d’Amour, des rires & des sourires, du soleil (toujours), regarder, observer, apporter à l’Autre, échanger, essayer de comprendre.
Jouer à la vie.

Tout ceci.
Ces Terres, ces couleurs, ces valeurs, ces liens, ces premiers pas de Vie.
Combinés, mêlés, la nourrirent.
Tout ceci.
Lui insuffla une graine de magie.
Une graine qui se nicha en son cœur.
Qui est toujours là.
Le restera.
Jusqu’à son tout dernier souffle.
Rien, personne, ne lui enlèvera ses souvenirs, son bout d’elle-même.
Qu’elle a laissé, là-bas. Loin.
Fragments de son Être,
Au creux d’un beau désert,
Au milieu d’une Terre de sagesse.

_MG_0661 (1)

Tout ceci.
Son enfance, cette magie d’un autre Temps, d’autres Terres.
Sema en elle une graine de magie en son cœur, en son âme.

En dormance, cette graine resta.
Durant de longues années… ces années de douceur, de chaleur, d’altruisme.
Puis.
Un jour.
Elle rentra. Définitivement. Sur la Terre de ces ancêtres.
Elle foula le sol de ce pays qui était officiellement le sien, le 21 juin 1998.
Elle atterrit à l’aube.
L’aube… écho de ce tournant de sa vie.
Son cœur saignait, son âme hurlait d’une douleur sourde & puissante à la fois.
Une douleur si vive… Si puissante… cinglait son Être entier.
C’est d’ailleurs à ce moment extrêmement précis de sa vie qu’elle commença à écrire.
Ses larmes du cœur se muant en cascade de mots sur son clavier.
C’est à partir de cette période de sa Vie qu’elle apprit à utiliser les mots pour écrire, formuler, dire des choses que contenait son Être.
Elle apprit à écrire en laissant ses doigts être guidés par son cœur.

Ces premiers mois, les toutes premières années…
Furent colorées de couleurs tour à tour claires & sombres.
Plus que sombres que claires.
Jour après jour, mois après mois, elle découvrit que la culture qui était soi-disant la sienne… lui était étrangère.
Complètement.
Elle n’en comprenait pas les codes.
Elle ne comprenait pas cet individualisme, l’indifférence, le fait de se limiter à donner, la froideur apparente des Autres.
Pourquoi ?
Elle qui avait grandi en apprenant à tant donner, à ne pas juger, à cultiver les différences qui étaient perçues comme des joyaux, à l’entraide, à la chaleur du soleil sur sa peau, au calme & la sérénité, à l’Amour inconditionnel de ses parents, de ses pairs, de ses voisins, de cette société si altruiste.
Ses ailes de Fée furent mirent à rude épreuve.
Le froid, le gris… de la météo simple écho de la société elle-même.
Elle donna, s’ouvrit, essaya de rester elle-même.
Elle fut abusée, trahit, rejetée, moquée.
Ailes de Fées entaillées, froissées.
Larmes du cœur, hurlement de l’âme.
Mille fois elle eut le réflexe de se refermer, d’arrêter de croire, d’avoir Foi.
Mille fois, elle se releva, continua à croire en l’Autre, à se dire qu’à travers ses murailles humaines se cachait autre chose.
Un ultime tremblement la jeta à terre, et la laissa pour morte… en suspension… en survie.
Une période plus froide que la glace, plus sombre qu’une nuit sans étoiles & de nouvelle lune s’annonça.
Elle fut longue.
Puis…

..
.
La magie.
De cette graine.
Cette graine d’un autre Temps, d’autres Terres.
Cette graine de magie, nichée en son cœur, en son âme durant les premières années de sa vie.
Un jour, un été, la ramena à la Vie.
Inexplicable par la dimension psychologique de l’humain, elle la sentit.
Vraiment.
Réellement.
Cette étincelle, cette flamme.
En son cœur.
La ranima.

De là, commença une autre Vie.
Jamais, elle n’avait perdu Foi.
Mais… mille fois, elle avait douté.
De ce jour, aucun doute, jamais, jamais, ponctua son quotidien.
Elle avait compris.
Elle sentait.
Un nouveau chemin se révéler.
Elle savait qu’il serait long, sinueux…
… mais elle savait aussi qu’il serait profondément beau, ponctué de mille fleurs de dix mille couleurs.
Elle savait aussi qu’elle ne serait jamais seule, jamais.
Elle savait que derrière ses masques se cachaient toujours, toujours, autre chose de plus doux.

Elle réapprit à Vivre.
Elle apprit à donner, sans avoir peur d’être rejetée, sans attendre de retour.
Elle apprit à accueillir. Tout. Jusque la mort à ses pieds.
Elle apprit à voir la beauté à travers l’obscurité.

Tout ceci.
Possible.
Grâce à cette graine de magie.

En ce jour,
Elle remercie.
La Vie.
De lui avoir offert cette immense chance.
En ce jour,
Elle remercie.
Son père, sa mère.
De lui avoir permis de vivre cela.
En ce jour,
Elle vous remercie.
D’accueillir avec bienveillance ces morceaux d’elle-même.

_MG_0649

«Dans 30 petits jours, je m’envolerai. Et je vous emmène avec moi.»

Pendant un long laps de temps, je n’ai ressenti le besoin ou l’envie de voyager.
Pendant un long laps de temps, je fus occupée à voyager en moi-même.

Pour me redécouvrir, me reconstruire.
Au tout début de cette phase de Vie, je ressentis l’intense besoin d’être seule.
J’étais capable de passer des heures seule.
J’avais besoin d’être seule.
J’avais aussi besoin d’être entourée de mes amis & de ma famille.
Mais je ressentais un besoin de solitude qui semblait plus aiguisé que la majorité des gens.
Je n’ai jamais ressenti de tristesse, de vague à l’âme, ou de compulsion à combler un potentiel vide comme il semble que ce soit le cas pour beaucoup qui fuient leurs propres présences en se fondant dans la masse.
Ce besoin de solitude s’articulait en un introspection puissante, respectueuse.
De moi-même, de la Vie, du Tout.

Ensuite, une nouvelle phase.
Une phase d’ouverture, d’élargissement de mon cercle.
Peu à peu, j’ai appris à me redécouvrir à travers l’Autre.
Ma famille, mes amis, des collègues, les inconnus, les gens de la rue.
Une phase où j’ai appris à renouer avec ce cadeau de Vie de voir au-delà.

Puis, presque parallèlement, je fus occupée.
À m’aventurer dans le monde de la Naturopathie en me formant.
À construire avec une patience immense, un Amour infini ce monde Pastel que j’aime tant, à travers lequel j’aime donner.

En juin dernier, un déclic.
En mon âme, en mon cœur, quelque chose mua.
Telle cette étincelle, j’ignore tout de son origine, et l’ai simplement accueilli tout grand.
En août dernier, une rencontre concrétisa ce papillon de Vie.

Ressentir l’appel.
Entendre l’invitation.

Ressentir l’appel d’aller à la rencontre de l’Autre.
Entendre l’invitation du monde.

L’appel du cœur.
L’invitation de l’âme.

Étendre encore plus.
S’ouvrir encore plus.
En se mêlant au monde, pour mieux continuer à se découvrir.
Étendre les frontières du Soi, les distendre, pour mieux se sentir faire partie du Tout.

Pour rencontrer, découvrir l’Autre au-delà des frontières géographiques & de cœur, à travers des cultures, valeurs, mœurs différentes, extraordinaires à leur manière.
Sans juger, comparer, ou rechercher un endroit idyllique, car tous le sont.
Partir pour étoffer sa perception de Soi à travers Autrui.
Sans fuir un quotidien, parfait tel qu’il est.

Depuis plusieurs semaines, mois, il se dessine.
Depuis un moment, on dessine à deux.
Un voyage, mes premières «vacances» depuis 2010.
Mon premier séjour loin… loin de ce doux pays qu’est la France que j’ai appris à aimer (profondément).
On dessine un parcours de découverte, de visites, de rêves, de gourmandises à découvrir.
La générosité & l’Amour combiné de mon père & de l’Être qui partage désormais mon chemin de Vie (un jour, en Temps voulu, notre belle histoire ♥), ont permis de colorer cet élan de Vie ressenti… de concrétiser ce souhait de mon âme, cet appel du cœur.
Dans 35 petits jours, on s’envolera à l’autre bout de la planète.
Et je vous emmène avec moi.
Vous voyagerez un peu avec moi.
On voyagera ensemble.

J’ai déjà commencé à songer à ce que je glisserai dans ma valise.
Je sais que j’y glisserai un carnet, ma boîte à livres extensible, un appareil photo, mon maillot de bain joli, des lunettes de soleil, des grands chapeaux, des shorts en coton tout doux, des débardeurs légers, et de quoi concevoir des jolis mots à vous écrire & envoyer pour ancrer en couleurs les merveilles que je verrai.
J’aime écrire, partager, concevoir & glisser des bouts de magie sur mon clavier, sur la toile… j’aime tant cela que je n’ai pas voulu freiner ou arrêter cette partie intégrante de moi-même, cet amour pour l’écriture, cette envie de partage… mais qu’au contraire, j’ai souhaité faire de cette nouvelle partie de ma vie, une partie intégrante du Chaudron Pastel.
Étendre la nature de l’essence du Chaudron Pastel.
L’étendre pour mieux qu’il continue à croitre avec mon âme, comme il l’a toujours fait.
L’étendre, pour écrire, partager, envoyer des bouts de magie, et pour continuer à œuvrer, concentrée en ce temps d’introspection & d’expansion sur le premier livre Pastel (dont je vous parlerai très très bientôt).

Dans les mois & années qui suivront, j’ai prévu d’autres Voyages Pastel.
Dans des pays voisins, ou lointains.
J’ai prévu de tous les partager.
C’est doux de partager.
Pour rêver, grandir, comprendre, s’enrichir humainement.

Tel un carnet de Voyage, ici, j’écrirai des mots, j’y collerai des photos, je colorerai ces pages de découvertes, de coups de cœur, des adresses fabuleuses à faire absolument, des histoires que seuls nos cœurs pourront comprendre.

IMG_3643

Aujourd’hui, pour ouvrir cette nouvelle rubrique,
Un voyage un peu spécial.

Pour ce premier volet,
Un voyage dans le temps.
Un voyage en mon cœur.

Là où tout a commencé.
Là où la magie Pastel a débuté, a été ensemencée dans mon cœur, glissée dans mon âme.
C’est grâce à elle que je suis celle que je suis.
C’est grâce à elle que Le Chaudron Pastel existe, prémices d’une âme qui a été façonnée pour créer de la magie, donner, encore, aimer, beaucoup.

Le tout premier Voyage Pastel.
Avec, à la fin, une magnifique surprise… ✩

Fermez les yeux.
Respirez.
Vous allez rentrer dans un autre univers.
Un autre temps, d’autres lieux.
Vous serez au cœur de mon cœur.
Prenez-en soin, s’il vous plait.

✤ ✤ ✤

1984-aout-arabie

L’aube.
Déjà.
Était son moment préféré.
Peut-être… d’ailleurs…
Que son Amour pour cet instant suspendu,
Est dû à la connexion qu’elle a pu ressentir.
De la Terre qui s’éveille, de la Nature qui célèbre la Lumière après les Ombres.
Chantée par les animaux du désert, enfouis, cachés.
S’éveillait avec eux.
Quelques instants, secondes, minutes, avant que l’Homme voit la différence visuelle du ciel changeant.

Âgée de 15 mois, une de mes premières sorties dans le désert.
(Le détail de cette sortie sera conté par mon père, de vive voix… un petit lien vers la fin de l’article)
Mon père, ma mère, un couple d’amis à eux, et moi bébé.
Partis en quête de trésors, nous avions dormi dans le désert.
Réveillée à l’aube, afin que je ne réveille pas les autres adultes, mon père jouait avec moi.
Mon père…
Cet homme qui m’a protégée, a veillé, malgré son travail extrêmement prenant au rythme délirant.
Toujours, présent.

1984-aout-premiers-pas

Ses premiers pas de vie, elle les fit dans le berceau de l’Humanité.

Mes premiers pas, je les fis dans mon désert…

1984-aout-soir-feu

«Apprendre à composer un met.
Avec 3 fois rien.
Au milieu de nulle part.
L’ingrédient clé… l’Amour.
L’Amour, toujours, apportera à un met une énergie que nul autre élément physique ne pourra remplacer.»

Cuisiner au milieu du désert.
Embraser un feu encerclé de cailloux collectés & ramassés dans le sable.
Savourer le repas, en regardant les flammes danser, puis s’endormir la tête parmi les étoiles…

1984-aout-fossiles

Souvenirs d’autres Ères…

Seul pays à être vierge de fouilles archéologiques (à l’époque où nous y habitions), les endroits recélant de trésors qui attendaient d’être vus, cueillis, n’étaient pas rares, et abondaient.
Je me souviens d’endroits où, nous avions qu’à nous baisser pour cueillir des trésors de l’Univers, de Temps millénaires.
Des fossiles à portée de mains,
Des morceaux de lave fossilisée, de coquillages en pierre, de diamants du désert, du bois fossilisé, des géodes étincelantes, d’aventurines, d’agates, et… d’ossements (la petite histoire contée par mon père à la fin pour entendre l’histoire de ceux qui figurent sur cette pierre).

1990-janvier-l-orissa 3

1988-inde

Terre de sagesse,
De couleurs, de saveurs épicées, de trésors humains, de miracles architecturaux, de valeurs culturelles douces.

En 1987, nous partîmes pour le pays aux mille Dieux, où les couleurs célèbrent le printemps.

1989-avril-rajastan 1

Rajastan, avril 1989.
Taillé à la main, une œuvre humaine, en décalage total avec la pauvreté matérielle de ce pays.
Taillée à la main, une œuvre humaine, en harmonie totale avec la richesse humaine de ce pays.

Ma mère & moi.
Ma mère, qui m’a tant aimée, que j’ai tant aimé…
Jusqu’au bout.

1989-avril-rajastan 6

1989-avril-rajastan 5
ssise-lotus

Des éléphants de marbre,
Des palais dorés,
De la misère humaine à leurs portes,
Des sourires & une générosité immense,
Des spectacles de danse, bercée par une musique entrainante,
Porter des saris aux couleurs vives, dont ces mêmes couleurs, quelques années plus tard, se mueront en leur version pastel pour constituer l’écrin d’une nouvelle vie.
Répéter inconsciemment & maladroitement une position assise & adoptée par de nombreux sâdhu, sages & habitants… qui finira totalement adoptée au fil des années.

1989-decembre_90-janvier-goa 1

Goa, décembre 1989.
Dans un minuscule village indien niché au bord de l’eau, cette petite chèvre.
Âgée de quelques heures (seulement), je m’en souviens très bien.
Je voulais la ramener chez nous.
«Maman, on peut ramener la petite chèvre ? S’il te plait…»
«Non, on ne peut pas. On n’aura pas la place chez nous.»
«Mais pourquoi Maman, elle est si mignonne… Et regarde comme elle est toute petite.»
«Elle va grandir… après, ça sera une maman chèvre. Elle ne sera pas heureuse dans notre appartement.»

C’est à l’aube de sa Vie, qu’elle comprit,
Que l’animal qui Vit & celui qui se retrouve dans les magasins d’alimentation,
Est le même.
Un seul geste, celui de l’Homme, fait la différence.

1990-janvier-l-orissa 1

L’Orissa, janvier 1990.
Des charmeurs de cobra,
Aussi courants dans ce pays que le sont les volontaires se prêtant au jeu du spectacle à la fontaine Saint-Michel à Paris.

1990-janvier-l-orissa 5-sâdhu

 

Près d’un temple sacré,
Un sâdhu & moi enfant.

L’Orient & sa sagesse ancienne, millénaire, respectueuse de la Vie, de l’Homme.
L’Occident & sa jeunesse, empreinte du consumérisme.

Aucun n’est supérieur à l’Autre.
Les deux peuvent s’apporter, se compléter, se nourrir l’un l’autre.
Pour cela…
Accepter les différences.
Accepter l’Autre intégralement.
Se voir comme égal.
Donner par Amour pour l’Autre.
Recevoir par Amour pour Soi.

1990-janvier-l-orissa 7

1994-embourber

1994, de retour dans ce désert qui m’est si précieux.

L’aventure. Toujours.
Prendre des risques.
S’embourber. Des dizaines, centaines de fois.
Parmi les nombreuses règles à respecter pour ne pas se laisser engloutir vivant par le désert : ne jamais partir à un seul 4X4.
Pour mieux s’entraider, se tracter à l’aide d’un câble en acier, si l’on s’embourbe.
S’entraider, aider l’Autre. Toujours.
Avancer à deux, partir à l’aventure ensemble.
Car, le partage rend toujours la Vie plus colorée & douce.

Et si les deux s’embourbent ?
Se débrouiller avec les moyens du bord, généralement fait de planches de bois épais (toujours dans le coffre, «au cas où»).
Creuser à la main pour dégager le devant de la roue.
Y glisser la planche.
Embrayer en douceur… le plus en douceur possible.
Et, croiser les doigts.

1995-champs-lave

Ici, sur la photo : un souvenir critique.
Les deux 4 x 4 étaient tombés en panne.
Au milieu d’une zone que nous n’avions encore jamais explorée.
Les deux GPS (dont un militaire & de plus grande précision) n’arrivaient pas à nous géolocaliser.
La roche noire & poussiéreuse… était de la lave fossilisée.
C’est elle qui brouillait les GPS…

Lorsque les conditions des sorties désert devenaient critiques & dangereuses, les enfants étaient protégés, mis à l’écart du groupe d’adultes qui se concertaient, par deux ou trois autres adultes qui s’en occupaient en les divertissant.
Ma mémoire d’enfant se souvient d’une récolte merveilleuse avec ma mère, d’aventurines, ce jour-là.
Ce n’est que plusieurs années plus tard, que j’ai appris la fragilité & gravité mêlées de ce jour…

1994-passage-impossible

S’aventurer dans des passages improbables, le long d’un chemin de fer célèbre de par les événements qui s’y sont déroulés durant la Première Guerre mondiale.
Ne pas savoir si l’on passe.
Prendre le risque de rester bloqué.
Au milieu du désert.
«Ça passe, ou ça casse» prend alors tout son sens.

1994-inondation desert

Le désert est aride, il est vrai.
Mais une fois que la pluie s’abat en son cœur (une à trois fois par an), des marécages dangereux dont le fond n’est visible à l’œil nu se créent en certains endroits.
Être contraints de passer…
Devoir trouver là où l’eau est la moins profonde…
Afin de ne pas noyer le moteur…

_MG_0641 (1)

✤ ✤ ✤

Une histoire… vraie, fantastique, contée au cœur d’une maison à trésors

Une histoire.
Contée par mon père.
Début janvier, lors d’un petit séjour dans notre maison de famille, mon père m’a raconté une histoire.
J’aime tant l’écouter.
J’ai toujours l’impression d’en découvrir de nouvelles.
Des souvenirs que ma vision d’enfant a érodés par une mémoire sélective à cet âge-là.

Nous étions à table, et nous venions de finir de dîner.
Nous veillons, en parlant, échangeant…
Et, il a amorcé une histoire.
Je l’ai arrêté.

Une idée m’est venue…
J’ai été cherché de quoi l’enregistrer, enregistrer sa voix, ses mots, chacun d’eux.
Pour me souvenir, pour mieux me rappeler.
Et, pour la partager avec vous.

Cette histoire, en format mp3 est disponible en téléchargement ici : clic.

C’est une belle histoire…
Que j’ai adoré découvrir de la bouche de mon père.
Une belle histoire que je ne connaissais pas.
C’était… ma toute première sortie dans le désert… ♥

_MG_0665

C’est ainsi qu’aujourd’hui, une nouvelle fenêtre s’ouvre dans le Chaudron Pastel.
Une fenêtre s’ouvrant sur le monde.
Tout grand.
Pour regarder avec des yeux d’enfant.
Des yeux d’enfants du monde.
Frontières envolées.
Frontières du temps, de l’espace.
De ma plume à la toile.

Émergence d’une nouvelle catégorie.
Celle d’un joli carnet de voyages.
Pour y verser, partager, conter des histoires, y coller des images, des souvenirs anciens ou plus récents, y noter mes coups de cœur, des choses tristes, belles, humaines, qui m’émerveilleront, me toucheront.
Partager des choses qui nourrissent l’âme, qui enrichissent le cœur.
Des germes de croissance pour tous.
Ces germes qui nous permettent de découvrir l’Autre, de voir le monde à travers d’autres cultures.
Ces germes qui nous font grandir si on les intègre avec bienveillance en tournant le dos aux aprioris entendus ou lus.

Faire des différences, nos richesses.
Faire de nos similitudes, nos forces.

Une fenêtre qui s’ouvre.
Sur le monde, sur la Vie.

1994-fin-article

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

23 commentaires

  1. Elisabeth ALCARAZ

    Magnifique Mély ! Je vibre complètement à ce récit, moi la déracinée comme m’avait appelé Anne Ancelin Schutzenberger (une de mes gouroutes, avec qui je fis une délicieuse formation de psychogénéalogie) !
    Je suis née à St Leu la Forêt (95) de parents pieds noirs d’origine espagnole…
    Partie rejoindre papa à Accra Ghana à 3 mois.
    Puis retour en France en catastrophe en novembre 1 an après.
    Retour sur ma belle terre d’Afrique vers 4 ans jusqu’à 16 ans et là le choc du Lycée en France ! Je me reconnecte tout à fait à ce que vous dites, on m’appelait le cacatoès car mes habits avaient gardé les couleurs de l’Afrique… Je ne m’étais pas rendu compte que mes « amis » étaient vétus de noirs, gris, ou bleu marine, bordeaux, au mieux… quel bonheur alors de partir mettre au monde mon 1er fils en Inde, ma Fille en Malaisie, puis quelques mois à Madrid, à Singapour, à Hambourg… puis choisir la « raison », rentrer en France pour permettre aux petits d’avoir une scolarité « normale » avoir des amis d’enfance (ce que je n’ai pas…)… Etait-ce une sage décision ou pas ?
    Mais j’ai eu la chance de continuer à voyager régulièrement sur presque tous les continents…
    Il ne me reste à explorer que l’Amérique du Sud, l’Australie, la Chine… Mais je ne sais pas si j’en ai encore envie… Finalement il y a tant à faire à découvrir les êtres qui nous entourent là tout proches…
    Bon voyage, chère Mély, les voyages forment la jeunesse… :-) ! <3
    Amitiés
    Elisabeth (une petite session pour terminer notre voyage naturopathique à votre retour, il me semble qu'il nous manque à cocooner mon foie !)

    mercredi 18, février 2015 à 20h19
  2. sonia

    Bonsoir,

    Merci pour cet émouvant partage. J’adore la photo où vous êtes toute seule avec un indien ou intouchable (celui qui a un bâton) ! Désolée de ma maladresse au cas où, dans la description) !
    Elle reflète de l’Amour, de l’attention et de la bienveillance. Je vous souhaite de merveilleux voyages et surtout de jolis carnets.

    mercredi 18, février 2015 à 20h49
  3. Edwige

    Quelle gentillesse de ta part de partager des moments si intimes avec nous.

    Merci Mély, cette nouvelle rubrique est superbe!

    mercredi 18, février 2015 à 20h59
  4. babou

    Merci Mély, je te promets de prendre grand soin de ce si beau coeur, si généreux.
    Beau et doux voyage.

    mercredi 18, février 2015 à 21h39
  5. isabelle

    Super article, un très beau récit, de très belles photos… j’ai hâte de te suivre dans ton prochain voyage avec d’autres jolis partage de texte et photos.

    mercredi 18, février 2015 à 21h48
  6. regine

    Merci pour cette magnifique invitation au voyage et ces souvenirs précieux ! Je découvre ce blog avec plaisir, gourmandise et curiosité :)

    mercredi 18, février 2015 à 22h40
  7. Nathalie

    Bonjour Mély,
    Merci pour ce beau moment de partage, quelle vie, quel parcours…qui nous a offert une belle personne! Je te souhaite tout le bonheur du monde, de beaux voyages….à 2 (!). Quelle force intérieure, quel exemple! Avoir la foi, quoi qu’il arrive, beaucoup l’enseigne et peu le vivent…que tous ceux qui te lisent, te suivent en soient inspirés.
    Namasté.

    mercredi 18, février 2015 à 22h46
  8. Angélique

    Merci Mély pour cet article magnifique et cette invitation au voyage généreuse et si touchante. Je me suis laissée emmener et envoûtée dans votre tribulation du début à la fin sans oublier la douceur du récit de votre papa ! Quelle richesse, quelle chance et quel beau partage… les voyages pastels sont une promesse de nouvelles merveilles à découvrir en votre compagnie ♡

    jeudi 19, février 2015 à 1h02
  9. Marilou

    Je reste sans voix a la fin de ton récit. Je suis partie loin loin avec toi et ta famille. J’habite a l’étranger, depuis 4 ans, maman depuis 2 ans et demi. On a beaucoup voyage avec mon fils, on s’est embourbé, tombé en panne de batterie, eu un accident sur un chemin de terre…
    Merci merci Mély pour ton partage si personnel et qui me parle tant. Nous sommes de 1983 toutes les et j’ai fait découvrir à ma maman ton blog. Elle, qui cherche des réponses. Je pense à elle quand je te lis. Je comprends chaque jour un peu mieux la magie dont tu parles. Moi, je la découvre à travers mes enfants. J’apprends tant, je redécouvre tout sur la nature humaine. Sa force et sa fragilité. Son potentiel. Sa beauté, sa magie.
    Frederick Leboyer nous dit dans son livre Shantala : « Le massage des bébés est un art aussi ancien que profond. Simple mais difficile, difficile parce que simple. Comme tout ce qui est profond. »
    Cette phrase m’est d’un grand soutien dans les moments difficiles, et depuis peu, ta croyance sans faille en le fait que tout ira bien. Toujours.
    Merci à toi.

    jeudi 19, février 2015 à 1h25
  10. Solenn

    Merci pour ce merveilleux article Mély, qui me touche au coeur en tant qu’enfant d’expatriés aussi, dans les années 80 et 90, en Afrique, en Pologne, en Turquie et aux Emirats arabes unis.
    Tes sensations, ton ressenti et même les photos me parlent beaucoup.
    Merci pour ce voyage dans le temps, ces souvenirs sont précieux et nous ont construits, ouvert l’esprit. S’y replonger ravive la petite flamme :-)
    J’ai hâte de lire les prochains carnets et te souhaite de beaux voyages Pastel.

    jeudi 19, février 2015 à 3h18
  11. Laurence

    Merci Mély de nous donner envie de découvrir l’Autre… d’aller à sa rencontre !

    jeudi 19, février 2015 à 8h12
  12. Fanny

    Quelle douce enfance ! Les petites graines de l’ouverture à l’autre et de la bienveillance ont été semées très tôt, c’est très beau à lire. J’imagine à peine, en effet, l’arrivée en France :)

    Je sens que cette catégorie va continuer à nous distiller des petits bouts de Mély qu’il est toujours agréable de recevoir :)

    jeudi 19, février 2015 à 8h34
  13. gwen

    Oh… Je suis tellement émue par ce texte. Merci pour ce partage, ce bout de vous. Toute cette douceur, ses souvenirs, c’est comme un cadeau que vous nous faites.
    C’est une aussi une grande source d’inspiration pour moi qui essaie, justement, d’amener plus de douceur dans ma vie.
    Belle journée Mély.

    jeudi 19, février 2015 à 9h48
  14. Mély

    @ Elisabeth : Merci pour ces partages de cœur & de temps… ! Je les ignorais, et cela ne rend votre personne que plus riche humainement (l’humour lui, restera toujours inchangé… merveilleusement douée pour me faire rire :D ).
    Cela doit vous aider dans votre métier, aussi, j’imagine…
    Je comprends également plein de choses sur votre ouverture d’esprit…
    Je pense aussi que l’on n’a pas besoin de partir à l’autre bout de la planète pour découvrir l’Autre, découvrir le monde, et découvrir de beaux endroits : notre douce France est elle aussi merveilleuse, et notre patrimoine (culturel & gastronomique) est d’une richesse inouïe ! Je compte bien y puiser plein de trésors en son cœur durant ma vie… et même Paris continue à me livrer des trésors chaque semaine ou mois…
    Toujours. Regarder les choses avec un regard d’enfant ♡
    Avec plaisir pour une séance à mon retour sur ce joli thème printanier :)

    @ Sonia : Vous avez été très délicate dans vos mots, et vous remercie pour avoir glissé ces quelques phrases ici ♡

    @ Edwige, Babou, Isabelle, Régine & Laurence : merci d’avoir pris le temps de poser ces mots après avoir lu ce premier volet ♥
    Chaque mot, même les tout courts, me vont droit au cœur…
    Je les ai savouré à l’aube, juste avant de prendre mon petit déjeuner : vous avez TOUS participé à rendre mon début de journée plus doux & coloré ♡

    @ Nathalie : Merci ♥
    Oui… Un beau voyage (à deux !) mijote doucement…
    J’ai si hâte… si hâte d’y être, de le vivre pleinement, d’en profiter pour me reposer, écrire (aussi !), et partager tout ceci ici ♡
    Ton petit mot m’a permis de découvrir ton blog ♪

    @ Angélique : Merci ✩ Je vous enverrai pas pensée des ciels de mille couleurs (avec des touches dorées) ✭

    @ Marilou : Merci pour votre mot, cette histoire, et cette jolie citation.
    Je l’ai lue à 3 reprises pour l’intégrer, comprendre son sens, ses sens cachés à déguster… elle est belle, sage, subtile & profonde à la fois ♡

    @ Solenn : Toi aussi, tu dois avoir des merveilleux partages à raconter !
    Mmmh… Au vue des dates & des pays visités & habitées, on a peut-être été voisines ✭

    @ Fanny : Merci ♡
    Votre petit mot m’a permis de découvrir votre blog (j’ignorais son existence), il est merveilleux & holistique !

    @ Gwen : Merci pour votre gentil mot ♥
    Je vous souhaite donc plein de douceurs à venir au fil du temps ♪

    jeudi 19, février 2015 à 21h29
  15. Monique

    ah comme il est agréable de vous lire, tellement de douceur et de tendresse émanent de vous. J’ai hâte de vous suivre dans vos prochaines étapes de vie, grand merci de les partager avec nous.

    vendredi 20, février 2015 à 6h47
  16. Liloue

    C’est magnifique Mély ! J’aime lire tes mots et je savoure tes photos et tes histoires. Quelle merveilleuse aventure ! Bisous

    vendredi 20, février 2015 à 12h08
  17. Cindy

    Mély,

    Qu’il est doux et touchant d’être au coeur de ton coeur…
    Ton enfance, tes voyages, tes parents bienveillants sont ton univers magique créant la fée clairvoyante et humaniste qui nous enveloppe de douceur chaque jour.

    Merci pour cet incroyable témoignage de ton papa et les magnifiques photos de toi enfant et de tes parents. Le seul mot selon moi qui émane de ton témoignage c’est : l’amour…

    Merci Mély pour ce don de toi (à travers ton enfance).

    lundi 23, février 2015 à 15h51
  18. Pamela

    Chère Mely, si tu es d’accord, j’aimerais te tutoyer car depuis que j’ai découvert ton univers il y a quelques années (quand? peut-être pas tant d’années que ça, mais j’y ai découvert et reconnu un état d’esprit qui résonne en moi), très silencieusement mais toujours fidèlement depuis.

    Et surtout, j’aimerais te remercier pour tout ce que tu nous donnes avec tant de générosité et de bienveillance, à nous, ton lectorat.
    Au fil du temps, tu as dévoilé tes souvenirs, ton histoire, tes blessures, tes émerveillements, mais aussi ta « poussière d’étoiles ». Moi qui ai toujours rêvé d’être une fée, j’ai réalisé que je l’étais aussi car nous portons tous en nous cette étincelle féerique, nous sommes tous fées et « fés »! À nous d’en prendre conscience en nous reconnectant avec la nature, avec l’intuition, l’inconscient, le bien-être et le « bien-vivre », etc.

    En lisant ton présent billet, j’ai d’abord eu de la peine à croire que tu nous donnes autant ; mais oui, tu nous montres réellement tout cela! et c’est avec beaucoup d’émotion et de tendresse partagée que j’ai écouté le récit de ton cher papa, et admiré ces photos extraordinaires pleines d’amour.

    Alors merci encore pour ces belles émotions, pour les pensées positives et bienveillantes, et les clefs de bienveillance que tu nous donnes, pour que nous puissions à notre tour explorer ces contrées magiques en nous-mêmes.

    Merci, avec mes plus cordiales pensées.
    Pamela

    mercredi 25, février 2015 à 13h24
  19. Pamela

    *…je te suis très silencieusement mais toujours fidèlement depuis*
    Pardon j’ai oublié de me relire attentivement!

    mercredi 25, février 2015 à 13h26
  20. Marianne

    Merci Mély de ta confiance : nous montrer ces belles photos, où on voit apparaître ton visage tel que nous le connaissons maintenant, te laisser voir, et croire en la bienveillance de notre regard.
    Tu nous invites à ne plus nous « taniérer » !

    vendredi 27, février 2015 à 18h41
  21. marie kléber

    Quel beau parcours, quelle jolie histoire Mély! Nous sommes transportés par vos mots, votre amour, votre bienveillance. La vie se glisse entre chaque expérience comme un appel du coeur.
    Chaque voyage, chaque souvenir a modelé la belle personne que vous êtes. Que chaque nouveau voyage vous emmène encore plus loin dans la découverte des autres, dans l’amour de l’autre, dans le partage. Merci.

    mercredi 17, février 2016 à 10h33
  22. Chantal Boucher

    Quel ravissement ces récits intimes si poétiques !!! Je ne rate aucun de vos mails, c’est une telle source de joie d’être connecté à votre sensibilité, vous êtes une belle personne, surtout ne changez pas, vos objectifs sont si purs.
    Chantal

    samedi 26, novembre 2016 à 14h31
  23. Odile

    Bonjour Mély,
    C’est de Madurai, cette inde du sud, si verte et si belle que je vous envoie cette bouffée indienne si chère à votre coeur. Bon voyage

    jeudi 1, décembre 2016 à 8h16

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?