Gratin bicolore de courgettes aux éclats de fromage de chèvre & brisures de noix

« Je t’aime »
Trois mots.

Ces trois mots sont si souvent mis à rude épreuve dans notre société…

Il y a ceux qui le disent souvent.
Peut-être un peu trop.
Ils le disent presque machinalement, sans plus vraiment mettre du coeur dans leurs mots.

Par réflexe.
Avant de raccrocher.
Avant de se quitter le matin.
Pour se rassurer.
Pour rassurer l’autre.
Pour faire plaisir.
Par habitude. 

Puis, il y a ceux qui ne le prononcent pas.
Par pudeur.
Par peur.
Au moment où ces mots sont prononcés, une peur est accueillie.
Celle que l’amour porté ne soit pas retournée.
Et s’il l’est, l’inquiétude de perdre l’amour qui vient d’être trouvé.

En réalité, la peur d’aimer n’existe pas.
La peur racine, derrière elle, est la peur de ne pas être aimé en retour.


Lorsque je prononce, dis, ou écris « je t’aime », je le fais avec une sincérité profonde.
Vraiment.
Lorsque je les prononce, c’est mon Coeur qui parle.
Lorsque je les écris, c’est mon Âme qui s’exprime.
Je ne fais pas partie des personnes qui le disent à tout va.
Et, je ne les dis pas nécessairement rarement, non plus.
Je les prononce lorsque, je sens, que mon coeur le ressent.
Et a besoin de l’extérioriser.
Là, tout de suite.
Des fois, ça peut être à des moments inattendus. Impromptus.

Il m’est arrivé, un jour, de les prononcer à mon meilleur ami, assez soudainement.
On discutait d’un sujet sérieux. On était en train de débattre autour d’un thème.
On le faisait avec beaucoup de sérieux.
Nos deux visions s’opposaient, mais l’on ne se disputait absolument pas.
Loin de nous opposer, ce débat nous enrichissait l’un, et l’autre : on essayait tous deux de comprendre le point de vue de l’autre, et l’on apportait des informations inconnues à l’Autre.
C’était passionnant.
Puis, alors que mon meilleur ami était en train de m’exposer un nouvel argument, je me suis surprise à le regarder autrement.
Je n’étais plus moi, Mély, en train d’échanger autour d’un thème avec un ami.
J’étais moi, un Être humain, qui regardait s’exprimer un autre Être avec respect, et attention.
Et je le voyais lui, au-delà de ce qu’il avançait dans ce débat.
Sous ces traits graves & sérieux, j’ai aperçu tout ce qui nous unissait nous, dans notre Amitié.
La beauté de ces qualités.
Et j’ai ressenti un immense élan d’Amour pour ce qu’il était.

Sans même m’en rendre compte, d’une manière très douce, j’ai posé ma main sur la sienne, comme pour l’inciter d’arrêter de parler, et j’ai prononcé ces trois mots : « Je t’aime ».
Après quelques secondes de surprise, il me répondit, d’une voix calme & douce, qui contrastait avec notre débat en cours : « Moi aussi, Mél… ».

La surprise de mon meilleur ami, ce jour-là, n’avait aucun rapport avec le fait que je lui ai prononcé ces trois mots.
Sa surprise venait plus du fait qu’il ne s’y attendait pas, à ce moment-là, en plein débat.
Mes amis me connaissent.
Ils connaissent mon coeur.
Ils savent qu’il m’arrive, quelques fois, de prononcer ces trois mots, si beaux, si purs, sans raison visible particulière.
Lorsque je le fais, ils me viennent du fond des tripes.
Je sens ce sentiment monté en moi, et j’ai besoin de l’exprimer.
Et je le fais.
Je le donne.
À la personne en question.

Ho… Je n’ai pas toujours fonctionné ainsi.
Loin de là.
Durant une longue période de ma vie, je n’ai jamais exprimé mes sentiments.
Jamais.
Puis, certains événements de la Vie m’ont apporté des leçons.
J’ai essayé d’en tirer profit, de me laisser grandir.
J’ai compris certaines choses, et j’ai appris à ouvrir mon coeur.

It is a risk to love.
What if it doesn’t work out ?
Ah, but what if it does… ♥
Peter MC Williams

Aujourd’hui, je vous propose une recette qui reflète mon quotidien.
Plutôt que de vous proposer une recette de pâtisserie, ou de plat salé, mais un chouilla compliqué pour notre quotidien pressé (que l’on vit tous, n’est-ce-pas ?), voici une recette salée saupoudrée de valeurs chères à mon coeur de gourmande : peu d’ingrédients, simple, saine & gourmande.

Une recette simple, qui peut être accompagnée de houmous (ou autre tartinades), et de pain maison.

Des courgettes rondes.
On a l’habitude de les acheter pour les farcir.
Il ne nous viendrait pas à l’idée de les utiliser pour autre chose, n’est-ce pas ?
Et si… Comme d’apprendre à dire « je t’aime », on apprenait à les cuisiner autrement ?
J’ai choisi de prendre des courgettes rondes pour ce gratin, car elles contiennent plus de chair que leurs cousines proches (les courgettes allongées).
Qui dit plus de chair, dit plus d’eau, et donc, plus de moelleux & de fondant.

Voici d’autres secrets pour faire en sorte que les courgettes révèlent toute leur douceur dans ce gratin :
– on privilégiera une cuisson avec une température plus douce, quitte à ce qu’elle soit légèrement plus longue
– on veillera à superposer les demi-rondelles de courgettes de manières assez espacées, afin qu’elles soient le plus exposées possible à la cuisson douce du four

A ces courgettes gratinées, j’ai rajouté 3 ingrédients très simples, mais faisant toute la différence :
– des brisures de noix de Grenoble qui apportent un petit côté craquant
– du thym pour égayer la saveur des courgettes avec un rayon de soleil
– du fromage de chèvre frais… petite note qui s’est toujours merveilleusement bien mariée avec les courgettes

Trois ingrédients.
C’est simple.
Et, ça change tout.
Comme trois autres mots bien puissants…

Ingrédients : (pour 1 personne)

  • 2 courgettes
  • 40 à 50 gr de fromage de chèvre (buche ou frais)
  • 2 cas de brisures noix de Grenoble
  • thym

Préparation :

  1. Lavez vos courgettes, et coupez ses 2 extrémités.
  2. Retirez la peau de vos courgettes une bande sur 2, et découpez les en fines rondelles.
  3. Huilez un moule en verre allant au four, et déposez vos rondelles de courgettes de manière à ce qu’elles se chevauchent les unes les autres.
  4. Emiettez le fromage de chèvre en petits morceaux de façon homogène sur les courgettes.
  5. Parsemez par dessus les brisures de noix.
  6. Saupoudrez de thym.
  7. Versez un filet d’huile d’olive (de bonne qualité).
  8. Faites cuire au four préchauffé à 170°C pendant environ 20 à 30 minutes.
    Le plat est prêt lorsque les courgettes sont bien fondantes (vous pouvez terminer les dernières minutes de cuisson en plaçant une feuille de papier d’aluminium sur le dessus du plat, sans qu’il entre en contact avec la nourriture).

Mon avis sera court & sans artifice : j’ai beaucoup apprécié cette recette.
Simple, saine, gourmande, et jolie…
Les saveurs de la courgette sont sublimées par les 3 ingrédients simples ajoutés.
Le diner se décline en un moment savoureux & privilégié…

Ingrédients : , Catégories : ,

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

Vous aimerez peut-être

23 commentaires

  1. La Journaliste IT Pink & Green

    Je suis ultra fan de tes recettes et de ta façon de les partager, comme si tu papotais en cuisinant.

    dimanche 17, juin 2012 à 11h41
  2. Le Citron

    Ton texte est très beau… Comme toujours… Il est important de dire aux gens qui comptent ce qu’ils représentent pour nous… Car on ne sait jamais !
    Belle recette !

    dimanche 17, juin 2012 à 12h01
  3. Mnêmosunê

    Je suis dans une période « courgettes », j’en mange assez souvent : crues, cuites, en salade, avec une petite trempette, sautées, en gratin ou en tarte…
    Ta version me plait bien, simple, savoureuse. Tout ce que j’aime ! :)
    Bon dimanche !

    dimanche 17, juin 2012 à 13h14
  4. Laurence

    Ton gratin est sublime. Et j’adore les courgettes. C’est la belle saison pour les déguster et je ne l’oublie pas !
    A bientôt Mely. Bises gourmandes. Bon dimanche !

    dimanche 17, juin 2012 à 16h55
  5. Elisa Boelle

    Belle déclaration d’amour autour de ce plat simple et parfaitement savoureux !!! Bisous et belle journée**

    lundi 18, juin 2012 à 7h59
  6. Karen (cuisine saine)

    Superbe ton gratin, très belles photos et très jolie histoire :D

    lundi 18, juin 2012 à 10h43
  7. CrispX

    Ce gratin est une déclaration à lui tout seul : simple, sans artifice, comme mis à nu. J’aime :) et j’aime dire je t’aime. Pas à tout va car je ne veux pas dénaturer ces mots mais je le dis et je n’ai pas peur. Même si parfois c’est compliqué.
    Quand je regarde ma fille, mon tout petit bébé, je lui dit, le lui chuchotte. Parce que je m’attendris mais aussi parce que j’ai peur (la peur de la perte sans doute) alors quand je ressens le besoin de m’apaiser, ça sort tout seul ^^
    Gros bisous à toi

    lundi 18, juin 2012 à 13h53
  8. Doria

    Ces courgettes avec ces deux couleurs, c’est très jolie dans ton assiette !
    Très bonne après-midi en ce lundi,
    Doria

    lundi 18, juin 2012 à 18h29
  9. Thalie

    Je te rejoins Mély dans ce développement du « je t’aime ». C’est si fort et si doux à la fois !!! Moi je le compare souvent à une gourmandise !
    Cela doit rester précieux, vrais, pur, unique.
    Des bisous du sud tout ensoleillés !!

    lundi 18, juin 2012 à 21h25
  10. mamapasta

    La saison des courgettes commence à peine, après 8 mois sans en manger, on a tout de suite envie de tester toutes les recettes, ce
     » tian » est une belle idée pour les courgette rondes qui devraient être chez mon maraicher d’ici 8 jours…

    lundi 18, juin 2012 à 23h00
  11. nadine

    Je suis depuis peu abonnée à votre newsletter. J’apprécie vos articles, vos textes de réflexion et vos recettes gourmandes. Je vais essayer celle ci car mon amie vient de m’apporter du fromage frais de ses chèvres. Continuez, ce blog me plaît beaucoup !

    mardi 19, juin 2012 à 11h30
  12. Mély

    Tous vos petits mots, signes de vos différents passages, sont agréables à lire, merci :-)

    @ Nadine : votre commentaire, simple, et en même temps désintéressé est touchant ★

    mardi 19, juin 2012 à 13h14
  13. Mélanie

    Je découvre ton blog que je connaissais et bien je vais réparer mon erreur, j’aime beaucoup tes recettes et l’ambiance générale. Bravo!
    à bientôt
    Mélanie

    mardi 19, juin 2012 à 15h47
  14. Sweet Faery

    Une jolie recette toute simple mais tellement efficace : je raffole du duo chèvre/thym !

    mardi 19, juin 2012 à 21h40
  15. En toute gourmandise......

    Exactement le genre de recette que j’aime : simple, saine, gourmande. Tu ne pouvais pas faire mieux pour moi !

    mercredi 20, juin 2012 à 12h23
  16. Val

    Très jolie texte, je pense comme toi : ça ne sert à rien de dire « je t’aime » tout le temps, à des moment définis, le plus beau moment c’est comme tu le dis aussi joliement un moment ou personne ne s’y attends car il vient du coeur :), et il est d’autant plus fort à ces moments là !

    mercredi 20, juin 2012 à 21h03
  17. kiinta

    Je suis le genre de personne à dire mes sentiments, à mon petit cocon, aux peu de gens que j’aime et qui me sont proche, c’est important, sans le clamer à tout va :) :)

    Très chouette ta recette j’ai bien envie d’essayer, j’adore les courgette en plus, mais j’avoue que je n’avais jamais pensé acheté des courgette ronde pour en faire autre choses que des farcies ^^ :)

    Belle journée à toi

    jeudi 21, juin 2012 à 9h56
  18. Iz

    Dans le monde où nous vivons, on ne sait pas bien dire aux autres qu’on les aime.
    Je le dis tous les jours à ma moitié, et à mes enfants ; mais c’est vrai que je l’exprime autrement à mes amis par des attentions, de l’écoute, de la présence et du partage.
    Quand j’offre les quelques courgettes rondes de mon jardin que j’apprécie tant, c’est encore plus fort que de dire je t’aime car j’y ai mis en plus de mon amour, ma sueur et mon travail et je m’en prive aussi car ma production suffit tout juste à ma famille. Cette générosité, c’est aussi de l’amour et pour moi c’est encore plus fort que de le dire… Allez, je sais maintenant comment je vais accomoder ma prochaine récolte (s’il m’en reste ^^) . Bises

    jeudi 21, juin 2012 à 23h47
  19. Mathilde

    Très joli post, et une recette fort alléchante…
    Pour rebondir sur la jolie citation de Peter MC Williams :
    « C’est en aimant qu’on apprend à aimer »
    Iris Murdoch
    bise et plein de bonheur à toi

    vendredi 22, juin 2012 à 16h29
  20. Delphine

    Très jolis ces mots, comme toujours, c’est très touchant et poétique. Et ton petit gratin donne envie, c’est un plat ensoleillé et super gourmand :-)
    Bises, et bonne soirée à toi !
    Delphine

    dimanche 1, juillet 2012 à 21h36
  21. Kokille

    Bonne idée ce gratin ! Miam !

    mercredi 4, juillet 2012 à 15h09
  22. Valentin

    Merci Mély pour cette recette, un délice !

    jeudi 29, octobre 2015 à 19h49

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?