L’atelier de Joël Robuchon (Paris – 7ème)


Déco/Ambiance

De l’extérieur, le restaurant parait grand, et toute la façade est vitrée, mais… la vue est bloquée par des stores fumés.
Les passants & potentiels clients ont leur curiosité de tittillée, mais sont vite frustrés.

 

Une fois à l’intérieur, les couleurs sont assez sombres. Le rouge & le noir domine.
Un décor assez sobre.

Au centre, dans une sorte de grand carré, on découvre les cuisiniers qui sont en train d’oeuvrer.
Un comptoir s’articule tout autour de ce carré.

Vous pouvez être placés à 2 endroits :
– le comptoir qui donne sur les cuisiniers en plein travail

– un comptoir qui fait face sur la partie vitré/store du restaurant

 

Personnellement, je trouve plus sympathique d’être placée sur le comptoir qui permet de voir les cuisiniers, mais il ne restait plus de places :(
On a donc fait face au superbes vitres dont notre vue étaient limitées par les stores fumés.
Photo extrait du site de Linternaute montrant le comptoir qui fait face aux cuisiniers :

Le personnel

Nous avons eu affaire à 1 charmant jeune homme qui prenait nos commandes & nous conseillait, et 2 serveurs qui se contentaient de nous servir, et de reprendre nos assiettes.
Le jeune homme était gentil, non envahissant, et répondait calmement à nos questions.
En revanche, les serveurs étaient franchement inexpérimentés : à 3 reprises, en nous débarassant et/ou en mettant le couvert, ils nous ont bousculés.
Certes, ils se sont excusés, mais bon… Dans un restaurant de ce standing, on peut s’attendre à plus d’attentions quoi !

 

Et, au moment du dessert, alors que j’avais exprimée une demande particulière (lire la partie « Nourriture »), ils l’ont zappée.
En faisant la remarque, ils l’ont corrigée, mais bon…

Les WC

Pour y arriver, c’est un peu beaucoup le parcours du combattant : traverser la 1er salle, contourner la 2eme salle, trouver une porte sur laquelle il n’y a aucun écriteau, accèder dans une 3ème petite pièce, descendre une volée de marches en colimaçon, longer un couloir, et… Enfin ! Ouf !
Bon, mis à part le fait qu’il faut jouer à la chasse au trésor pour se laver les mains, ou se soulager, les toilettes contiennent les 3 pièces vitales : papier, savon, essuie-mains.

Elles sont joliement décorées, et propres.

 

En revanche, la personne m’accompagnant ne les a pas trouvées très propres !
Donc, bon…

Nourriture

Autant vous le dire d’emblée : les végétariens seront malheureux ici.
Il n’y a aucun plat principal qui ne contiennent ni viande, ni poisson.

La carte propose :
– un menu « découverte » à 140 euros / personne (cliquez pour visualiser la carte en grand)

– de 9 entrées dont les prix varient entre 19 euros à 75 euros
– de 9 plats dont les prix varient entre 27 euros à 57 euros
– une assiette de fromage à 12 euros (cliquez pour visualiser la carte en grand)

– de 21 plats en portion dégustation dont les prix varient entre 14 euros et 35 euros (cliquez pour visualiser la carte en grand)

– de 9 desserts, tous à 12 euros (cliquez pour visualiser la carte en grand)

Mon choix s’est arrêté sur :
En entrée, « les spaghettis à notre façon ».
J’ai eu le choix entre une sauce carbonara, et une sauce tomate/basilic que j’ai retenue.
Les spaghettis m’ont été présentées dans une assiette immeeeeeeeeeeense, et la portion était petite, ce qui est normale, vu que c’est une entrée ! Ce point ne m’a donc ni étonnée, ni déçue.
Les spaghettis étaient joliement présentés : des brisures de parmesans étaient parsemés juste au-dessus. Une petite branche de basilic au sommet, et des olives étaient placés tout autour. Rien de très folichon, mais joli tout de même :)

Laissons les papilles s’exprimer !
Les spaghettis m’ont été servies bien chaudes : rien à redire sur ce point non plus :)
Première fourchette dégustée, la déception est déjà là.
Les spaghettis… sont mal cuites ! Un comble, non ? Un tel B.A.BA…
Je fais goûter à la personne chère à mon coeur qui m’accompagne, pour voir si je fabule, ou si les spaghettis sont vraiment pas assez cuites…
La personne confirme : elles sont peut être un peu trop « fermes »… à la limite de mal cuites…
Bon.
La sauce est, quant à elle, bonne.
Mais, les rigattoni d’une brasserie basique, telle que celle du Café du Marché est tout aussi bonne, voir même meilleure.
Les olives quant à elles sont tout simplement divines. Je n’en avais jamais mangé d’aussi bonnes. Elles étaient de couleurs un peu violâtres, ce qui me fait penser que c’est une variété peu répandue.

Comme aucun plat principal ne m’attire, je passe directement à l’assiette de fromages (dont je suis une incorrigble gourmande).
L’assiette de fromage était composée de 4 fromages différents : camembert, oups j’ai oublié les 3 autres :x
Cette assiette est servie avec 3 morceaux de pains aux noisettes/noix/raisins, ainsi qu’une sélection de différents autres pains français (dont j’avoue, j’ai abusé… mais c’est si bon !).
Tous les pains étaient très bons, de bonne qualité, et bien frais.
Tous les fromages étaient bons. Je ne connaissais pas 3 d’entre eux, mais le camembert était vraiment bon : bien fait, il était moelleux, et d’excellente qualité (je suis assez difficile en plus en camembert).
Les portions étaient toutes à fait convenables.

 

En dessert, j’ai choisi « les tartes de tradition assorties ».
Au moment de mon choix, le serveur m’a expliquée qu’il s’agissait de 5 petites parts de tartes différentes.
Je lui ai alors demandé de remplacer celles contenant du chocolat par autre chose.
Et… Quelques minutes plus tard, on m’a servie 5 petites parts de tartes, dont une au chocolat.
Je fais la remarque, et ils ont repris l’assiette en corrigeant leur erreur, et en s’excusant.
Voici les 4 tartes :
à la cannelle : je n’ai pas aimé du tout. La pâte feuilletée n’a rien d’exceptionnelle & est trop fine. Les amoureux de cannelle devrait aimer. Ayant 2 parts, j’ai cédé ma 2eme part à la personne m’accompagnant qui a beaucoup aimé ! :)
aux pommes : tarte bonne, sans rien d’exceptionnelle. Les morceaux de pommes sont fondants & gourmands. La pâte est quelconque.
cheesecake : la croûte est beaucoup trop épaisse, et est une note de pistache est plus que dominante.
N’aimant pas les pistaches, je n’ai pas du tout aimé la croûte. J’ai donc voulu manger l’appareil seul. Encore une fois : déception. Aucun corps, aucun goût particulier.
citron : la pâte est bonne, la texture très crémeuse, moelleuse, gourmande, acidulée & sucrée juste comme il faut. Pas écoeurante du tout. La balance entre l’acidité & le sucré, alliance si difficile pour les tartes au citron, a été réalisée avec succès !
Cependant, je ne suis pas fana de citron… Mais je souligne que vraiment, c’était une tarte réussie :)
Pensées pour une autre personne très chère à mon coeur qui adore le citron dans les desserts ;)
Les portions sont vraiment minuscules. Il y a 5 tartes, certes, mais même… Vraiment trop petites.
Vu que je n’ai eu aucun coup de coeur, ca ne m’a pas dérangée plus que ca.

La personne m’accompagnant, a choisi 2 plats en petites portions dégustations & 1 dessert :
Filets de sardines crus dans un fin « Melba » provençal

Cabillaud en brandade froide épicée avec une croustille à l’olive noire

Le chocolat tendance (fait d’une crème onctueuse au chocolat Araguani, sorbet cacao au biscuit Oreo)

 

Je n’ai malheureusement pas goûter aux 2 plats, mais voici l’avis de la personne chère à mon coeur qui les a dégustés (libre à elle de détailler plus amplement, sous forme de commentaires) :
Les 2 plats dégustations étaient bons & tout à fait convenables.
En revanche, petit bémol pour le dessert qui n’avait rien d’exceptionnel, loin de là. Ses papilles ont été déçues par le dessert qui n’était pas mauvais, mais banal.

Prix :
103 euros pour 1 entrée, 1 assiette de fromage, 2 assiettes de dégustation (mini portion), 2 desserts, 1 bouteille d’eau, 1 café & 1 thé

Adresse :
5, rue Montalembert
75007 Paris
Tél : 01 42 22 56 56

Ouvert tous les jours de l’année

Vu les prix élevés, je m’attendais à mieux.
Que ce soit sur la qualité du contenu des assiettes, mais aussi le service, le décor.

Catégories :

Je souhaite recevoir les lettres Pastel

6 commentaires

  1. MARIE

    je fais pas mal de restaurants étoilés et ce que je recherche chez eux ce n’est pas du tout ce que je peux rechercher dans un restaurant dit traditionnel ou un bistrot (que j’aime beaucoup aussi). Les quantités sont souvent moindres mais au regard du nombre de plats quand on prend un menu degustation c’est normal. En revanche si tu choisis à la carte les portions sont normales. Il faut rechercher dans les restaurants étoilés ou de chefs : la créativité, le produit exceptionnel mis en valeur, la technicité et le travail sur une assiette, le conseil que peux prodiguer un maitre d’hotel ou un sommelier, une atmosphère. c’est un moment privilégié et il ne faut surtout pas partir avec des a priori ou des comparatifs. Certes, il peut y avoir des déceptions surtout quand on paie cher mais aussi des moments magiques avec des plats qui te resteront en mémoire toute ta vie. Effectivement si tu recherches une cuisine simple et familiale, ce n’est pas le type de restaurant à privilégier mais le but du jeu est de se faire plaisir en mangeant des plats que l’on ne peut pas faire à la maison.

    mercredi 5, août 2009 à 10h12
  2. Miss cookliquot

    C’est clair que les portions…sont vraiment trop petites! Moi j’aime une cuisine plus « bourative » ;)

    Biz***
    Elo

    jeudi 6, août 2009 à 10h58
  3. Framboise

    Pouah alors!

    Quelques remarques :
    Concernant le Montalembert. Ce lieu d’exception a été massacré (le coupable… à la torture chinoise, et hop !) par une prise de décision hors de propos. Ce changement de carte est quasiment une mise à mort estivale. Mais je préfère penser au Montalembert d’avant et à celui de la rentrée. A ce propos, le fait que ce lieu reste confidentiel fait aussi partie de sa sauvegarde alors je n’ose à peine expliquer pourquoi c’est un lieu d’exception dans un Paris où ses bars et restaurants d’hôtels gagnent en beauté et perdent en âme. Que le Montalembert ne se transforme pas en Meurice (toujours magnifique mais accueil déplorable, on a l’impression d’être sur la cote en plein mois d’aout dans un baquet people)!!!!! Je suis prête à sponsoriser une petite prière vaudou (un joli poulet blanc à plumes longues et deux trois colifichets roses et noirs, le tout validé par l’association OneVoice, cela va de soi) pour que la transformation ne puisse jamais avoir lieu.

    Pour l’Atelier….et bien oui, le drame est tout de même que le dessert au Chocolat était simplement très moyen, alors que j’ai de si merveilleux souvenirs de douceurs chocolatées par ailleurs : celui de l’Antre Amis dans le 15 ème rue Bouchut (au delà de l’accueil, de la carte subtile et du décor simple et parfait) le dessert au chocolat et pistache…. Ou simplement Carl Marletti rue Censier (là rien que d’y penser, je défaille… à la sainte Thérèse du Bernin !).
    Donc devant l’Atelier…passer votre chemin, celui-ci peut vous conduire sur d’autres routes plus extatiques où j’aimerai bien conduire notre Mély adorée pour vous faire découvrir ses commentaires… Affaires à suivre

    mardi 11, août 2009 à 10h02
  4. Nebbia

    peut-être des olives niçoises si tu dis qu’elles tiraient sur le violet
    elles sont délicieuses!

    lundi 17, août 2009 à 3h36
  5. coriandre-et-cie

    quel dommage que tu sois mal tombée …
    normalement tu dois affoler autant tes pupilles que tes papilles dans ce genre de restaurant …[norm-baguette]moi j’ai quelques superbes adresses en gironde et c’est le top !

    samedi 3, juillet 2010 à 18h25
  6. Gianni

    les pates un peu trop « fermes, c’est normal: c’est du al dente. La cuisson standard des pates en cuisine italienne et dans tous les restos italiens. J’ai mangé ce meme plat que vous, à l’atelier de robuchon dans le 7e, le meme été ou vous y aviez été et ils le font al dente. Ciao!

    mercredi 2, novembre 2011 à 20h43

Laisser un commentaire

Recevoir un mail si Mély me répond ?